Test Guilty Gear 2 Overture - jeux vidéo Xbox One

XBOX GAMER
connect�, 41 461 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Guilty Gear 2 Overture



Editeur
505 Games
Développeur
Arc System Works
Distributeur
Digital Bros.
Genre
Beat'em All Stratégie Temps réel
Statut
Disponible
Date de sortie
  04.09.2009
  30.09.2008
  29.11.2007
Nombre de joueurs
1 à 4
Online
- Contenus
- Jeu en ligne
- Classements
Son
Dolby Digital

Pour fêter les dix ans de sa série phare, Arc System Works a décidé de passer à la vitesse supérieure en nous proposant enfin un second Guilty Gear. Cependant, pour marquer l’événement, le studio a décidé de changer les règles du jeu puisqu’il ne s’agit désormais plus d’un jeu de combat en 2D mais bel et bien d’un mélange entre RTS et beat them all en 3D. Difficile de comprendre les raisons qui ont poussé le studio à voir aussi grand, d’autant que ce changement radical d’orientation n’a pas plus à tous… Sa sortie en catimini sous l’aile de 505 Games devait-elle laisser présager une déception ?

Juste… différent




Il est difficile de changer complètement une série. Pourtant, Arc System Works a eu le courage de s’y mettre après une demi douzaine de rééditions de Guilty Gear premier du nom, à la sauce X, XX ou Accent Core. Avec Overture, le studio change la donne. Oubliez tous les acquis des précédents épisodes puisqu’Arc n’a conservé que quelques personnages de la série ainsi que l’univers du jeu. On se retrouve donc dans un univers heroic-fantasy aux relents épiques où une étrange armée sortie de nulle part détruit toute forme de civilisation sur son passage. Appelé par le roi Ky, Sol Badguy a la lourde tâche de sauver le Royaume et de découvrir les intentions de Valentine, une étrange jeune femme à la tête des forces obscures. De prime abord, le scénario d’Overture peut paraître un peu simpliste, mais c’est pourtant là qu’Arc System Works est parvenu à nous surprendre. La trame scénaristique s’avère être d’une richesse étonnante, avec les destinées de plusieurs combattants qui se croisent au sein d’une seule et même quête de justice. L’ensemble est particulièrement bien construit et réserve son lot de surprises et de notes humoristiques. Bien entendu, de nombreuses cinématiques avec le moteur du jeu soutiennent le scénario et s’appuient sur des textes écrans disponibles avant chaque mission. En résulte une histoire relativement longue et habilement menée qui réserve son lot de passages assez sombres… Les amateurs du genre devraient indubitablement apprécier le divertissement, d’autant que les personnages ne sont pas creux pour une fois.

En ce qui concerne le jeu en lui-même, il s’agit d’un mélange de beat them all old school et de stratégie en temps réel. Si le joueur contrôle un seul personnage, il peut régulièrement donner des ordres aux héros qui l’accompagnent mais aussi et surtout gérer des troupes et des renforts en capturant des places fortes qui lui permettront d’invoquer plus d’unités. Le concept est en fait assez simple puisqu’une carte permet de prendre plusieurs chemins différents, qui contiennent à chaque fois un checkpoint contrôlé par l’un des deux ou trois joueurs. Une fois les unités alentours éliminées et le lieu sécurisé, vos unités pourront alors capturer la place et bénéficieront d’un appui différent. La difficulté vient du fait que chaque armée dispose d’un général (vous) très puissant, d’unités de combat (d’immenses monstres, des soldats, des loups…) et d’unités de base qui servent à capturer les points ennemis. Vous pouvez bien entendu choisir que le tout soit commandé par l’I.A., mais il est préférable de mener ses opérations soi-même, même si cela s’avère difficile. Vous pourrez alors donner des ordres à vos unités, comme garder une position, attaquer, suivre un chemin et organiser une attaque contre un lieu alors que vous vous chargez d’un autre endroit. En résulte un système stratégique pas nécessairement évident à comprendre mais tout de même diablement efficace et jouissif. Dommage en revanche que l’ensemble ne soit pas plus profond, dans la mesure où le mode solo ne nous confronte qu’à quelques missions de ce type. Pour le reste, il s’agit de combats contre des boss littéralement excellents (le boss de fin est anthologique !), de combats groupés mettant en scène plusieurs dizaines d’unités, façon Dynasty Warriors, et de combats en arène dans la plus pure tradition des beat them all. Un cocktail relativement varié qui gagne en profondeur avec l’utilisation de sorts d’attaque, de contrôles d’unités ou de rétablissement. Notons d’ailleurs que la panoplie de mouvements est plutôt large puisque notre guerrier est capable de combattre au sol, dans les airs, d’effectuer des attaques spéciales et même de courir à toute vitesse.

Globalement, le mode solo est donc plutôt bon, même si on regrette qu’il ne soit pas plus long. Il ne vous faudra en effet guère plus de cinq petites heures pour le boucler en normal, après quoi vous pourrez toujours effectuer des missions bonus (survie, combats…) avec des personnages différents et parfois dans des lieux inédits. Mais c’est en multijoueur que le titre prendra tout son intérêt puisqu’il est possible de jouer en coopération, en duel ou même de s’affronter jusqu’à quatre avec des unités propres à chaque commandant. Un bon divertissement donc, pour peu qu’on ne se limite pas au mode solo ni à la réalisation technique, un peu laborieuse, malgré un design d’excellente facture et des décors stylés. On aurait aimé un titre qui tire davantage partie de la puissance du support. Cela dit, on ne peut en revanche qu’applaudir le fait que les temps de chargement soient aussi courts et que la bande sonore mélange efficacement musiques hard rock, traditionnelles et voix en anglais tout simplement excellentes, avec en bonus des sous-titres français traduits à la perfection. Au niveau des déceptions, outre les graphismes en deçà et la maigreur du mode solo, on citera la mise en scène un peu simpliste, intimement liée au moteur graphique dépassé et le gameplay qui manque de profondeur. On aurait en effet apprécié plus de possibilités au niveau tactiques, avec un système d’ordres plus complet, plus d’unités et des cartes plus grandes. En l’état, Guilty Gear 2 demeure cependant un bon jeu qui aurait mérité d’être plus long, plus profond et plus joli…

Point complet
Même s’il s’agit finalement d’une bonne surprise, Guilty Gear 2 : Overture peut être une déception pour les fans. Les développeurs d’Arc System Works nous avait habitués à une telle qualité pour ses jeux de combat en 2D que ce curieux mélange de beat them all et de stratégie en 3D passe finalement pour un spin off assez léger. Pourtant, l’intérêt est bel et bien là et même si le jeu n’est pas très joli, il dispose d’un scénario en béton armé, d’un mode multijoueur très agréable et d’un concept très fun. Dommage que le tout ne soit pas plus creusé qu’il ne l’est et que le mode solo soit aussi court, car cet Overture aurait pu être nettement meilleur s’il avait été plus chargé en contenu ! En l’état, il reste un bon beat them all qu’il est cependant préférable de se procurer à petit prix.

On a adoré :
+ Fun à jouer
+ Des missions variées
+ La bande sonore
+ Le scénario
+ Les personnages
+ Mélange Beat them all/Stratégie
+ Le multijoueur
+ Peu de chargements
On n'a pas aimé :
- Pas très joli
- Assez court en solo
- Mise en scène simpliste
- Gameplay peu approfondi


Consulter les commentaires Article publié le 04/11/2009 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2021