Test FUSER - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 455 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Editeur
NCSOFT
Genre
Genre
Statut
Disponible
Date de sortie
  10.11.2020
Nombre de joueurs
1
Prix de lancement
69,99 €

Après l’immense succès des Guitar Hero et de la saga Rock Band, Harmonix Music Systems s’attaque au monde de la nuit, plus précisément celui des DJ en proposant un tout nouveau titre sobrement baptisé FUSER. Le studio ayant bien compris que la mode des accessoires est derrière nous, il ne propose pas une platine physique en plastique comme a pu le faire DJ Hero en son temps. Ici, tout se fait à la manette ! L’ambition du jeu ? Laisser aux joueurs la possibilité de s’exprimer en réveillant leur créativité. Une âme de DJ sommeillait-elle en nous ? A-t-elle été réveillée ? C’est ce que nous allons voir.

Une offre que vous ne pouvez pas reFUSER



Une fois la cinématique de début terminée, le jeu propose de créer son propre personnage et il y en a pour tous les goûts. Vous pouvez tout aussi bien opter pour un style vestimentaire extraverti que pour un style plus classe ou plus traditionnel. Costard et cravate ? Vous pouvez ! Mieux, vous pouvez choisir la posture et la gestuelle du DJ afin d’ambiancer la foule, en plus de sa morphologie, de son sexe, de la pilosité, etc. Dans notre cas nous avons opté pour un style unique, celui d’un homme cagoulé avec des lunettes de soleil qui rendraient jaloux Maitre Gims, le tout avec un rouge à lèvres brillant ainsi qu’une petite robe de chez Tati trouvée en promo accompagnée d’un bras métallique rappelant un certain Bucky ! Chez Xbox-Gamer nous avons du goût (ou peut-être pas…) ! Une fois la création validée, le jeu démarre en vous demandant de vous produire sur une petite scène pour votre premier show. Pour cela il faut choisir avec parcimonie les vyniles à utiliser pour votre Mix, car si le concert est par exemple basé sur du Hip-Hop, mieux vaut ne pas inclure un set orienté Country. En plus, vous pouvez personnaliser à votre guise le kit de scène en choisissant les jeux de lumière, les effets FX, les feux d’artifice, les projecteurs ainsi que les objets qui se trouvent dans la foule comme par exemple des ballons ou des pancartes. C’est toujours agréable d’avoir le choix !

Côté scénario, FUSER reste ultra classique et vu le style de jeu, nous ne pouvons pas réellement le juger sur cet aspect. Vous êtes un jeune DJ qui doit monter sa réputation afin d’accéder à de nouveaux concerts, avec un public de plus en plus exigeant. Vous rencontrerez des personnages plutôt atypiques lors de votre aventure, ceux-ci vous serviront de mentors et vous aideront à progresser, proposant chacun leurs styles musicaux et univers. A noter que le doublage français est de très bonne facture, ce qui est une agréable surprise ! Du côté de la technique, le jeu tourne sous Unreal Engine 4. Il n’y a rien de bien folichon dans l’ensemble mais cela reste correct et surtout très coloré avec la plupart du temps des thèmes de couleurs chaudes nous plongeant dans cette ambiance festive ! Les scènes quant à elles restent très agréables avec beaucoup de jeux de lumière, la modélisation des personnages rappelant un mélange entre les Sims et Fortnite pour un rendu visuel dit « bon enfant ».

Revenons sur le mode campagne, vous allez devoir vous produire sur six scènes différentes, chacune demandant de composer cinq ou six mix. Dans chaque Set proposé vous allez devoir à la fois laisser libre cours à votre imagination artistique et remplir les objectifs que votre mentor vous demandera vous imposera afin de gagner des points de style qui servent à gagner des étoiles. En prime, à certains moments, il faut aussi se plier aux exigences du public afin de conquérir son cœur ! Autant vous dire que le métier de DJ n’est pas de tout repos, et si vous vous plantez, c’est le Game Over assuré. Pas de panique, les développeurs ont pensé à tout puisque vous avez la possibilité de retirer le mode « échec » si vous souhaitez juste jouer pour le fun.

Malheureusement, même si le mode campagne est franchement sympathique, il est dans un premier temps très court mais surtout il a des allures de gros tutoriel ! En effet il est très rare de perdre et dans chaque niveau le jeu se met par moments en « pause » afin que vous puissiez apprendre de nouvelles techniques en plein milieu d’un mix devant des milliers de spectateurs… un choix plutôt étrange ! Si le mode campagne ne vous intéresse pas, vous pouvez toujours lancer le mode Freestyle, celui-ci permettant de choisir sa scène, le moment de la journée dans lequel on souhaite se produire (matin, nuit, etc.) et bien évidemment ses vinyles. Une fois tout ça déterminé, c’est parti pour s’entrainer sans la moindre pression, ni du mentor, ni du public. Disons que ce mode Freestyle aurait clairement été un choix plus judicieux à utiliser comme mode entraînement plutôt comme une portion du mode campagne, c’est dommage !

Mixer à plusieurs ? C’est mieux !

    En mode multijoueur, le jeu montre vraiment son potentiel notamment grâce à ses différents modes de jeu :
  • Le mode Freestyle coopératif : Il est divisé en trois onglets. Vous pouvez rejoindre un concert et mixer avec d’autres joueurs dans la bonne ambiance ; démarrer un concert privé et jouer avec vos amis ; assister à un concert public créé par d’autres joueurs dans lequel vous pouvez alterner entre le fait d’être simple spectateur et celui de motiver ou même envoyer des demandes spécifiques aux joueurs qui mixent. A la fin de la prestation des joueurs, rien ne vous empêche de les rejoindre sur scène et de proposer votre propre mix ! Une fois la manche terminée, celui qui a mis le plus d’ambiance remporte la partie ! Autant vous dire que ce mode de jeu est celui qui nous a le plus convaincus. C’est intéressant de vois les propositions de chacun, d’autant qu’il nous est arrivé d’être surpris par la prestation d’un inconnu ! A noter qu’un système d’abonnement a été intégré pour suivre les DJ’s (joueurs) qui vous ont le plus marqué !
  • Le mode Battles : comme son nom l’indique, il demande de se battre jusqu'à la mort en vous balançant des vinyles dans la tronche! En fait non pas tout à fait ! Il s’agit d’un mode dans lequel les joueurs s’affrontent en 1vs1 (octogone ?). Dans chaque battle il faut rivaliser avec un artiste pour contrôler le mix, la connaissance des chansons étant primordiale ! De plus chaque vinyle représente une « puissance » qui dépend de sa compatibilité avec la demande du public, de la synchronisation du lancement, les lignes de temps, les levées, etc. Dès que le compteur d’attaque est plein, tous les disques attaquent… Si nos disques sont plus puissants que ceux de notre adversaire, alors il perd de l’énergie. Bien évidemment la manche est remportée une fois que la jauge tombe à zéro et il faut monter dans le classement pour recevoir des récompenses ! Pas de panique, le mode Battles est divisé en deux catégories, le mode novice et le mode classé. Pour débloquer ce dernier il vous faudra remporter quelques parties en mode novice afin de devenir meilleur. Ce mode Battles est franchement sympathique. Nous avons l’impression de jouer au Uno tout en mixant. C’est plutôt jouissif de mixer comme un dieu tout en attaquant son adversaire à coups de +6 de puissance dans sa tronche jusqu'à remporter la partie. David Guetta serait fier de nous !
  • Le mode Social : chaque semaine de nouveaux événements font leur apparition. Pour la réalisation de cette critique, nous avons dû créer un Mix en n’utilisant que de la musique Pop avec uniquement comme instruments de la batterie, de la guitare, de la basse et un synthé venant tout droit des années 80/90. Autant vous le dire, nous avons fait un massacre… Pas dans le bon sens. Une fois le mix fini, il faut l’envoyer et c’est la communauté qui doit élire le meilleur mix de la semaine ! Un mode parfait pour tous celles et ceux qui aiment relever des défis !
Par contre, même si le soft comporte des modes de jeu en ligne, il n’y a pas de multi local, ce qui est fort dommage car cela aurait été bien sympathique de jouer avec des amis sur la même console !

Platine et musiques



Dans l’ensemble le jeu n’est pas très exigeant mais il peut arriver qu’à certains moments cela devienne plus complexe, voire brouillon, car nous n’avons pas affaire à une guitare ou à une batterie… Non, le mixage n’est clairement pas donné à tout le monde car il y a énormément de choses à faire en même temps mais surtout beaucoup de choses à retenir ! Lancer un disque, le mettre sur pause, lancer un deuxième disque, changer le BPM, le passer en mode Ré mineur, ajouter des effets à un vinyle, voire même faire les quatre en même temps, mettre trois chanson en attente et les balancer au bon moment pendant la levée, retirer un disque, changer le mode de musique, jouer d’un instrument, enregistrer l’instrument et le placer avec une musique qui correspond, avec en prime le public qui réclame de mettre tel style ou instrument de musique, plus le mentor qui se trouve derrière nous à nous diriger dans notre mix ! Autant vous dire qu’à notre première partie notre premier ressenti a été « Puutaiiiiiin… Je n’ai rien compris ! ».

Mais à force de persévérer pendant des heures et de faire des erreurs (beaucoup), vous finirez par assimiler toutes ces informations. Certains joueurs qui ne sont pas de nature patiente trouveront cela peut-être trop difficile et abandonneront. Au niveau de sa maniabilité, comme dit plus haut, il y a beaucoup de choses à retenir. Heureusement, les touches utilisées sur les manettes sont dans l’ensemble intuitives. Grosso modo, les boutons XBAY (subtil) servent à lancer un CD (si vous mettez le curseur dessus vous pourrez le mettre en mute), le mettre en lecture seule, l’éjecter ou ajouter un effet en appuyant sur LR. Pour naviguer entre les CD ou les instruments situés en haut de l’écran il faut appuyer sur LB ou RB et tout le reste (BPM, mode de mix, effet global, etc.) se fait directement via la platine de mixage avec les boutons adéquats. Pour finir, si vous souhaitez ajouter un ou plusieurs vinyles en attente, il faut appuyer sur LB + la touche A, B, X ou Y. Pour les lancer en même temps, il faut appuyer sur LT + RT. Bref, rien de compliqué mais cela fait beaucoup de combinaisons de touches à retenir !

Une fois que vous aurez un niveau correct, vous vous surprendrez à « bouger la tête » sur un mix que vous venez de créer (sans le vouloir ?)Là est toute la « magie » de ce FUSER, le jeu vous « récompensera » de vous entrainer encore et encore, surtout qu’il est aussi possible de dépenser des points afin d’acheter de nouvelles musiques ! Ces points en question se déverrouillent une fois que vous prenez un niveau, l’XP pouvant se gagner dans n’importe quel mode de jeu, ce qui est un grand plus ! En parlant de musique, le soft comporte plus d’une centaine de chansons et il y en a pour tous les goûts Vous trouverez Blinding Lights de The Weekend, Bring me to life d’Evanescence, Clocks de Coldplay, Ozone, Get Busy de Sean Paul, Hot Stuff de Donna Summer, DMX et même le fameux Never Gonna Give Y de Rick Astley ! Une bande sonore de qualité et libre à vous d’en faire ce que vous voulez ! Par contre nous tenons à souligner le rapport qualité/prix du soft qui nous fait un peu grincer les dents. En effet le titre est vendu à 60 euros pour l’édition simple et plus de 100 euros pour l’édition Ultime qui comporte quelques musiques supplémentaires, ce qui est relativement cher !

Point complet
Vous l’aurez compris à travers cet avis, FUSER est plutôt une agréable surprise. Harmonix Music Systems a fait un travail remarquable, il n’est pas tombé dans la facilité de reproduire ce qui a déjà été fait sur Guitar Hero ou même Rock Band. S’il est accessible au niveau des commandes, il faut tout de même un certain temps de jeu pour commencer à vraiment en profiter tant il y a de possibilités à assimiler et à combiner. Ce qui fait la force de FUSER, c’est qu’il permet à tout un chacun de mixer tous types de musiques, laissant libre cours à l’imagination. La campagne solo, avec ses 5/6 heures de jeu ressemble finalement à un gros tutoriel, ce qui est frustrant. En revanche, le titre surprend su sa partie multijoueur et ce malgré l’absence d’un mode en local. Le multi est clairement le cœur de l’expérience. Nous avons particulièrement aimé le mode Freestyle coopératif. En plus, la partie sociale met bien en avant la communauté, permettant aux joueurs de s’abonner les uns aux autres, de partager leurs mix, etc. Ajoutez à cela une tracklist variée et de qualité, avec en prime une version française de bonne facture, et vous obtenez une bien belle surprise pour tout apprenti DJ qui veut se lancer dans le milieu virtuel de la nuit. Le bémol à nos yeux, c’est que le titre de base est affiché à 60 euros et que l’édition complète fait grimper la note jusqu’à 100 euros.

On a adoré :
Laisser libre cours à l’imagination
Tracklist variée de qualité
La personnalisation (perso, scènes)
VF correcte
Le mode Freestyle Compétitif
Gameplay intéressant
Potentiel incroyable sur la partie sociale
On n'a pas aimé :
La campagne ressemble à un tutoriel
Des débuts assez complexes
Un prix élevé
Pas de multijoueur local


Consulter les commentaires Article publié le 17/11/2020 par Vincent P.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020