Test Fatal Inertia - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 209 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Fatal Inertia



Développeur
Koei Co. Ltd.
Genre
Course
Statut
Disponible
Date de sortie
  14.09.2007
  11.09.2007
  06.09.2007
Nombre de joueurs
1
Online
- Jeu en ligne
- Classements
- Réseau local
Classification PEGI
Thème
Futuriste
Mémoire
80 Ko
Résolutions gérées
720p, 1080i
Prix de lancement
60,00 €

Initialement prévu comme une exclusivité PlayStation 3, Fatal Inertia a finalement été développé sur la console de nouvelle génération de Sony et sur celle de Microsoft. Comble des combles, le jeu démarre en premier sur Xbox 360. Proposant des courses très rapides à bord de vaisseaux futuristes, le soft s’apparente à une sorte de WipEout bien connu par tous les amateurs du genre. Même si Fatal Inertia en reprend la recette, il reste encore à savoir s’il sera capable de doubler la référence du genre. Pour connaître le résultat de la course nous vous conseillons de consulter notre test complet ci-dessous.

Le 22ème siècle signe la mort du sport




C’est au beau milieu du 22ème siècle que des organisations au bras long contrôlant à peu près toutes les institutions possibles décident de redorer leur image auprès des habitants de la planète en organisant des événements sportifs. Le plus populaire d’entre eux reste le sport nommé Fatal Inertia. Ces quelques lignes présentent dans le détail le pseudo scénario dont il jouit. Une chose est sûre, vu la qualité de ce dernier, on se dit que les développeurs n’auraient vraiment pas dû se donner la peine de se creuser la cervelle pour un résultat si médiocre. Outre cet aspect plutôt décevant d’entrée de jeu, on continue de croire aux promesses de Koei qui nous annonçait de fabuleuses courses avec des engins pouvant faire des pointes de vitesse à plus de 900km/h. C’est donc avec joie, excitation, voire même exaltation qu’on se dirige vers les modes entraînement, course simple ou encore carrière. Nul besoin de préciser qu’il sera préférable de commencer directement par se créer une réputation afin de débloquer quelques bonus sympathiques.

Pour ce faire, on débute notre carrière et on enchaîne les épreuves et les tournois pour toujours acquérir plus de notoriété et ainsi s’attirer les faveurs de certaines organisations qui pourraient bien réussir à nous faire confiance et ainsi nous accorder un accès limité à leur technologie. Même si ce système de progression est plutôt sympathique puisqu’il encourage la compétition, il sera finalement ben vite terminé. Pour palier à cette durée de vie plutôt faiblarde, les développeurs ont eu la bonne idée d’insérer un mode multijoueurs qui tient la route même si les pilotes se font assez rares sur les serveurs. Outre des modes des plus classiques pour le genre en question, le titre n’offre rien de vraiment nouveau ou de suffisamment marquant pour être signalé. Cependant, les développeurs nous promettent des sensations inédites avec des véhicules ultrarapides. Alors, qu’en est-il vraiment pad en main ?

Le crash assuré ?




Même si les premières impressions sont plutôt négatives, il faut reconnaître que le soft de Koei nous réserve quand même quelques bonnes surprises au niveau du gameplay. Ainsi, il nous est possible de customiser nos bolides pour non seulement les rendre vraiment uniques mais aussi bien plus performants. Pour continuer avec les points positifs, on notera l’apparition d’un système de turbo/frein qui permettra surtout de faire des départs canons ou de gagner en accélération à la sortie d’un virage. Même si le gameplay semble bien rôdé, il suffira de faire ne serait-ce qu’une course pour se rendre compte que ce n’est pas forcément le cas. En effet, bien que le jeu soit assez rapide à prendre en main, on se retrouve à bord de vaisseaux dont la maniabilité laisse à désirer. C’est assez imprécis et il suffit de voler un petit peu plus haut pour se rendre compte que le bolide piquera automatiquement du nez pour revenir sur la terre ferme.

Ceux qui passeront outre cette conduite qui en rebutera certains se retrouveront alors dans une optique plus qu’intéressante. Le sport proposé ici est plutôt violent puisqu’il est possible d’utiliser neuf armes différentes afin de pouvoir tenter d’accéder au podium. Malheureusement, ne vous attendez pas à des explosions de partout, le jeu reste dans le soft et même les fusées et autres explosions seront loin d’être spectaculaires. Reste tout de même que des actions telles que dilater le temps pour faire une remontée spectaculaire ou utiliser le champ de force pour se protéger des attaques ennemies briseront un peu la monotonie du jeu. Au final le gameplay n’est pas si mauvais que ça puisqu’il fourmille de quelques bonnes idées, comme la possibilité de prendre des virages très serrés à 90° grâce à la gâchette, d’attacher deux vaisseaux concurrents grâce à un câble ou encore de ralentir le temps pour grappiller quelques places. Malgré tout le soft de Koei a vraiment du mal à convaincre et ce ne sont pas les musiques et le level design qui nous feront changer d’avis.

Boîtes de conserve volantes




Nul besoin de s’attarder sur des détails futiles et autant aller à l’essentiel : Fatal Inertia est graphiquement des plus corrects mais le design des vaisseaux est peu inspiré. Les quelques véhicules disponibles ont beau arborer des styles différents, ils restent assez moches. Il en est de même pour les décors, même si en mouvement l’Ile Paradisiaque, le Canyon Perdu, la Baie du Glacier, le Rocher du Diable et le Sous-bois sont plutôt agréables à l’œil, ils restent très clichés et peu jolis de près. On sent une fois de plus que les développeurs ont manqué d’inspiration. Cela se confirme encore plus lorsque l'on s'intéresse au Level Design. Alors que le concept consiste à participer à des courses se déroulant à des vitesses folles, on se retrouve avec des niveaux offrant bien trop d’obstacles et de pièges au sol pour réellement en profiter. Certains diront que ça renforce la difficulté et d'autres penseront simplement que ce n'est que le fruit d'un travail bâclé.

Le joueur se voit alors obligé de slalomer quand il ne doit pas ralentir sa course sous peine d’endommager son vaisseau, voire même de perdre de nombreuses places à cause d’une physique peu réaliste. Le bon point c’est que les développeurs ont perçu tous les messages de sécurité routière puisque leurs vaisseaux, même lancés à 800 ou 900km/h, arrivent à rebondir sur certaines parois. Ca a beau être arcade, ça en choquera sûrement certains. Histoire de finir ce constat en beauté, autant rajouter que la bande sonore est plutôt décevante avec des bruitages qui ont du mal à convaincre... Et on comprend tout de suite pourquoi certains joueurs afficheront une mine déconfite dès les premières minutes de jeu.

Point complet
Fatal Inertia voulait jouer dans la cour des grands, il a fait une énorme erreur. Non seulement il n’arrive pas à convaincre sur beaucoup de points mais en plus il reste bien trop classique et peu innovant pour pouvoir rester dans les mémoires. Même s’il n’est pas franchement mauvais de par un gameplay fourmillant de bonnes idées, il reste un titre vite vu, vite joué et vite oublié. Koei rate bien son objectif et nous offre finalement une pâle copie de l’excellent WipEout, le charisme en moins. Reste un jeu aux graphismes plus que corrects et à la fluidité exemplaire qui se prend rapidement en main et permettra sûrement à quelques joueurs néophytes de s’amuser durant quelques heures. Mais passé ce délai, tout le monde s’ennuiera tant les parcours sont d’une banalité sans nom.

On a adoré :
+ La customisation des vaisseaux
+ Graphiquement correct
+ Des bonnes idées dans le gameplay
+ Rapide à prendre en main
+ Multijoueurs correct
On n'a pas aimé :
- … Si on trouve des pilotes à affronter
- Pseudo scénario en trop
- Gameplay imprécis
- Bande sonore peu convaincante
- Modes de jeu très classiques
- Très court
- Physique décevante
- Bolides et level design peu inspirés


Consulter les commentaires Article publié le 25-09-07 par Vincent P.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019