Test Faery : Legends of Avalon - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 233 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Faery : Legends of Avalon



Développeur
Spiders Games
Distributeur
Xbox Live Arcade
Genre
Action Jeu de rôle (RPG)
Statut
Disponible
Date de sortie
  10.11.2010
  10.11.2010
Nombre de joueurs
1
Thème
Heroic-fantasy
Prix de lancement
1200 MS Points

Les RPG ne sont pas vraiment légion sur le Xbox Live Arcade. A vrai dire, à part quelques essais décevants, on n’a pas encore eu droit à un véritable RPG en bonne et due forme. Spiders Games comptait bien inverser la tendance avec Faery : Legends of Avalon, un titre créé pour introduire les jeunes joueurs à l’univers des RPG et pour les réconcilier avec les amateurs du genre. Faery parvient-il l’exploit de satisfaire deux publics différents ?

Un conte féérique




Comme son nom l’indique, Faery nous propose de nous embarquer dans une aventure épique dans un monde peuplé de fées et autres créatures magiques. L’histoire débute donc avec la création de votre personnage, entièrement personnalisable, qui permet de donner libre cours à son imagination. Passé cette étape préliminaire, le joueur débute dans l’univers de Faery. Il apprend qu’il est chargé d’une mission et que sa destinée est de sauver le monde d’Avalon de la disparition. La magie tend en effet à disparaître de l’univers, en raison du manque de croyance des humains et, vu que leur univers s’affaiblit de jour en jour, les fées sont de moins en moins capables de se défendre contre leurs nombreux ennemis, allant de petits gobelins à d’autres esprits féeriques. Derrière ce scénario assez simple se cache heureusement une aventure enchanteresse et merveilleuse. L’univers du jeu joue un rôle fondamental dans son intérêt. Sans lui, il perdrait son principal atout. Le joueur, qui incarne une petite fée dotée d’ailes, peut évoluer sur diverses îles comme bon lui semble. Concrètement, il s’agit de survoler les zones, relativement petites, mais offrant tout de même de nombreux endroits secrets à découvrir et bénéficiant en outre à la fois d’un level design savoureux et de décors fourmillant de vie. En se baladant sur les diverses îles, plutôt variées, on découvre de nombreux habitants, qui nous demandent de l’aide sous forme de missions secondaires, mais aussi divers animaux, qui paraissent gigantesques à côté de nous. Le design des personnages, des ennemis et des animaux est absolument magnifique, principalement en raison des choix artistiques et de l’usage du cel-shading. Ce dernier donne un rendu mi-réaliste mi-animé au soft qui s’avère tout simplement succulent à regarder, malgré le côté parfois un peu cheap de quelques rares effets visuels. Graphiquement très joli, avec une grande profondeur de champ, le titre nous transporte littéralement dans un autre monde pour une aventure épique.

Pourtant, il faut bien avouer que les premiers pas sont déconcertants : le jeu ne dispose d’aucun doublage, ce qui signifie qu’on doit lire les sous-titres pour comprendre ce qui se passe ; la difficulté n’est pas trop au rendez-vous, vu les contrôles simplifiés et la volonté de rendre le jeu accessible, le scénario est archi basique et assez mal exploité. En plus, le concept ne reste qu’abordé, vu qu’à la fin de l’aventure, on se dit que tout cela était très sympathique mais que, pour un joueur habitué aux RPG, l’impression d’avoir parcouru une longue introduction se fait trop ressentir. Le système de combats au tour par tour, très classique, s’avère un peu trop simple, malgré la possibilité d’améliorer ses personnages, de leur faire apprendre de nouveaux coups, de varier les tactiques et d’utiliser sorts et enchantements. Néanmoins, le jeu joue parfaitement son rôle de faire valoir au genre pour ceux qui ne s’y connaissent pas assez pour s’investir dans un gros RPG nippon par exemple. Le gameplay est au poil, malgré sa simplicité, et se maîtrise en quelques secondes. La prise en main est également extrêmement simple et les sensations très bonnes, surtout lors des vols au-dessus des contrées d’Avalon. De plus, la durée de vie s’avère relativement bonne puisqu’il faut compter entre huit et dix heures de jeu pour boucler l’aventure, selon ses compétences, sa rapidité et la participation ou non aux quêtes annexes.

Mais ce qu’on retiendra le plus de ce Faery, c’est sans aucun doute que malgré un scénario simpliste, Spiders Games est parvenu à imposer un univers cohérent, attachant et enchanteur. Les personnages disposent d’un solide background et d’une réelle personnalité. Le jeu offre aussi de nombreux choix lors de la réalisation des missions. Vous pouvez ainsi opter pour aider un honnête pêcheur pour qu’il vous donne un objet ou le lui voler à son insu et risquer d’être mal perçu. Certes, les impacts de ces actions ne sont pas énormes, mais cela a le mérite de donner une certaine liberté au joueur. Quant aux musiques, elles nous plongent à merveille dans l’univers féerique du jeu, avec une douceur et une poésie que nous n’avions que trop rarement vu dans un jeu vidéo. Certes, le soft ne réussit qu’à moitié son pari : les débutants seront ravis de découvrir une aventure merveilleusement bien pensée faisant office d’excellente introduction aux RPG, et les joueurs confirmés ne seront pas pleinement satisfaits de la simplicité d’accès mais apprécieront néanmoins le classicisme du gameplay et l’univers du jeu… Mais dans l’ensemble, Faery demeure tout de même une excellente surprise, proposée à un tarif intéressant (1200 points) pour un titre aussi riche, beau et long.

Point complet
Faery s’impose sans aucun doute comme la bonne surprise de cette fin d’année sur le Xbox Live Arcade. Beau, enchanteur, drôle, agréable à parcourir et offrant un design magnifique et un système de choix très sympathique, la premier bébé de Spiders Games s’avère être un très bon RPG, peut-être un peu trop simple dans le fond et exploitant assez peu le concept de base, mais tout de même très agréable à prendre en main et surtout très accessible. Une excellente manière de se mettre aux RPG, pour les petits comme pour les plus grands. Dommage tout de même que pour 1200 points, on n’ait droit à aucun doublage et que le soft n’ait pas été un poil plus ambitieux tout de même.

On a adoré :
+ Graphiquement très joli
+ L’univers enchanteur
+ La prise en main
+ Un gameplay au poil
+ Le design général, magnifique
+ Les choix
+ Une bonne durée de vie
+ Très bonnes musiques
On n'a pas aimé :
- Pas de voix
- Un peu trop facile
- Concept pas assez exploité
- Scénario basique


Consulter les commentaires Article publié le 04/12/2010 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019