Test DmC - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 233 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

DmC Devil May Cry



Editeur
Capcom
Développeur
Ninja Theory
Genre
Action Aventure
Statut
Disponible
Date de sortie
  15.01.2013
  15.01.2013
  17.01.2013
Nombre de joueurs
1
Online
- Contenus
Classification PEGI
Résolutions gérées
720p
Prix de lancement
59,00 €

Depuis son annonce en 2010, le reboot de Devil May Cry a déjà beaucoup fait parler de lui. Non pas à cause du développeur Ninja Theory, apprécié, qui est à l’origine des très sympathiques Heavenly Sword et Enslaved, mais à cause du nouveau look de son héros. En effet, ce nouveau Dante est plus jeune, plus gamin, mais aussi quelque peu efféminé. Cela dit, il serait fort dommage de s’arrêter à cela, car les développeurs ont eu carte blanche pour créer leur propre univers, et le résultat est tout simplement décoiffant. Explications…

EMOtion




Dante est rajeuni dans cet opus, il habite dans sa caravane et vit d’amour et d’eau fraîche… ou plutôt de conquêtes féminines et de passage à tabac de démons. Bien que Dante soit un Nephilim, à savoir le fruit d’un amour entre un ange et un démon, il ne le sait pas encore, ayant perdu la mémoire durant son enfance. Mais il va ouvrir les yeux et se souvenir, grâce à l’aide de Vergil et de la jeune et jolie Kat, pour partir en guerre contre Mundus, roi des démons, et son emprise sur l’être humain. On a un scénario pas forcément exceptionnel, mais qui a l’avantage d’aller droit au but. Devil May Cry est un beath them all et ce nouvel opus est clairement orienté action, délaissant pour le coup les énigmes (souvent basiques) des anciens épisodes. Ici, mis à part un passage proche de la fin du jeu, ce sera action, action et encore action. A l’instar d’un Silent Hill et de son monde alterné, Dante officiera dans le monde réel, mais également et principalement dans les limbes, où il sera emporté par l’ennemi pour être combattu. Et c’est dès le début du jeu que l’on prend conscience de l’univers créé par les anglais de Ninja Theory. C’est simple, les limbes telles qu’elles sont présentées ici présentent une direction artistique hyper travaillée, et bien qu’elle ne plaira sans doute pas à tous les joueurs, on ne peut que s’incliner devant le travail proposé. Parfois psychédéliques, les niveaux sont hauts en couleurs et jamais figés, changeant constamment d’apparence, se brisant et se reconstruisant, dans le but de piéger le joueur et de le perdre.

Des messages apparaissent sur les murs, tels que « DIE » ou « KILL HIM », histoire de mettre encore plus de pression au joueur, et traduisant la volonté des forces des ténèbres de supprimer Dante une bonne fois pour toute. Les routes se déchirent, tentant d’emmener Dante dans les tréfonds des limbes, la grande roue s’arrache de ses fixations pour le poursuivre, les murs se referment pour l’écraser, les couloirs s’allongent, donnant bien souvent le vertige. La mise en scène est exemplaire, et tous ces scripts de changement de décors parfaitement intégrés, si bien que le joueur est constamment sur ses gardes, envisageant ce qui peut encore lui arriver. Gare par contre parfois à la crise d’épilepsie, notamment dans le niveau du night club ou lors de certains affrontements de boss, le jeu partant dans des délires visuels importants. A contrario, le monde réel est gris et triste, tout comme les humains y vivant, totalement manipulés et contrôlés par Mundus et ses sbires. Heureusement, Dante a toujours la pêche, et il en faut beaucoup pour l’impressionner. Malgré son air de gamin techno-man, il a un sacré sens de la répartie et ses répliques font souvent mouche. Après avoir pulvérisé une dizaine de démons, et voyant arriver deux semi-boss largement plus imposants, il lâchera un « lequel de ces gros culs veut devenir la honte des limbes ? » bien jouissif, avant de sortir les armes. Comme dans tout bon beat them all, les affrontements sont de la partie, avec leur lot d’armes plus ou moins puissantes et leurs combos dévastateurs.

Une pêche d’enfer




Vous aurez donc en votre possession ou devrez débloquer : l’épée (rapide et puissante), une hache démoniaque (au potentiel destructeur élevé), la faux angélique, des gants, des armes circulaires et des armes à feu : vos 2 pistolets, le revenant (fusil à pompe), et enfin le kaboum aux munitions explosives. Tous peuvent être améliorés, au niveau de leur puissance d’attaque ou de leur utilisation, ajoutant des combos ou autres tirs secondaires. Par exemple, en plus d’augmenter la puissance de tir de vos pistolets, vous pourrez débloquer des figures de style pour flinguer à tout va à 360 degrés. Les animations du personnage sont très bien rendues et parfaitement décomposées, notamment dans l’enchaînement des combos. Concernant ces derniers, vous allez pouvoir laisser libre court à votre imagination. Dans un souci d’accessibilité de vos armes, les deux gâchettes principales de la manette sont mises à contribution, afin de basculer d’une arme à l’autre. De base, les boutons servent à utiliser l’épée, mais en pressant la gâchette gauche en plus, Dante utilisera la hache, tandis que la droite servira à manier la faux. Et c’est là que les combos vont s’enchaîner à vitesse grand V, le joueur passant d’une arme à l’autre, sans laisser le temps à l’ennemi de toucher le sol. Un grappin est également disponible, servant soit à agripper un ennemi pour le ramener vers soi (ou accessoirement lui enlever son bouclier), soit à l’agripper pour lui foncer dessus, pratique pour les ennemis volants plus difficiles à atteindre.

Exemple : vous envoyez un démon en l’air d’un coup d’épée, puis sautez pour l’enchaîner en l’air de 4 coups d’épée, une fois au sol, vous le maintenez en l’air avec vos flingues, puis passez en mode hache pour lui mettre quelques coups supplémentaires, et le finissez à la faux avec le coup circulaire, jusqu’à ce qu’il explose littéralement dans un ralenti plus que jouissif. Et ce n’est qu’un exemple parmi des dizaines, sachant qu’une liste de combos est accessible via le menu pause et qu’un mode entraînement est disponible à partir du menu principal. D’ailleurs, chaque amélioration d’arme ou de capacité peut être testée avant achat, très pratique pour s’échauffer. Sachez que plus vous enchaînerez vos ennemis, plus votre note de style augmentera. Concernant les démons, vous en verrez de toutes les sortes et de toutes les tailles, le bestiaire étant très réussi et se renouvelant quasi tout le jeu. Aux ennemis standards s’ajoutent les volants, les blindés en armure, avec bouclier, les ennemis qui se téléportent, ou ceux avec bulle de protection… pas mal de diversité donc, en ajoutant les plus coriaces, légèrement plus gros et imposants. Vous pourrez éventuellement vous servir d’une attaque ennemie pour blesser un autre adversaire (ennemi de glace qui congèle celui de feu). Pas de QTE à l’horizon, mis à part lors de l’utilisation de votre grappin, car quelques phases de sauts sont présentes, parfois un peu longuettes.

Votre grappin vous permet par exemples de tirer un élément du décor vers vous pour y accéder, ou de vous accrocher à d’autres endroits difficiles d’accès. Certaines phases ne sont faites qu’avec ce système là. C’est sympathique mais parfois un peu pénible. Vous aurez à utiliser le grappin contre les boss également (peu nombreux), donc les tactiques à utiliser pour les occire ne sont malheureusement pas très recherchées. Une fois captée, la solution se répète jusqu’à la mort du démon. C’est dommage, et on aurait aimé un peu de folie, même si ces affrontements sont réussis, comme ce combat contre la Succube, boss gigantesque et répugnant, qui nous gratifie d’une bataille d’insultes ultra crues qui ferait passer du South Park pour un épisode de Dora l‘Exploratrice. Un affrontement sanglant et magnifiquement mis en scène. Des objets vous seront bien utiles pour survivre à votre mission : étoile vitale (grande ou petite), étoile de diabolisme (jauge se remplissant et entraînant Dante dans un état de rage mettant les ennemis en lévitation et permettant de regagner un peu de vie), orbe d’or pour ressusciter, croix de santé qui augmente la jauge de vie de 10% et croix de diabolisme augmentant la jauge de 20 %. Les points remportés en combat et en bonus de mission seront donc fort utiles et à économiser pour profiter des améliorations les plus intéressantes. Une note finale à chaque mission est à partager en ligne avec ses amis.

Tout est dans le style




Elle prend en compte le style, la durée, le taux d’achèvement du niveau, les objets utilisés et le nombre de décès. En mode normal, vous ne mourrez pas souvent, mais heureusement, le challenge est au rendez-vous dans les modes supérieurs : il y trois modes de base, correspondant à facile, normal et difficile. À débloquer, le mode « Fils de Sparda » et ses ennemis plus puissants où les comportements et emplacements sont différents, qui se débloque en terminant le jeu, tout en sachant que l’on conserve les améliorations obtenues. En finissant à nouveau DmC dans ce dernier mode, vous débloquerez « Dante doit Mourir », aux ennemis très puissants, ainsi qu’ « Enfer ou Paradis », où un seul coup suffit à tuer aussi bien un ennemi que notre héros, de quoi se mettre une sacrée pression. Dernier mode, « Enfer ou Enfer », dans lequel c’est Dante uniquement qui est susceptible de mourir en un coup, à réserver aux plus zens d’entre vous. En mode difficile, il faut environ huit heures pour en venir à bout d’une traite, soit le temps de parcourir les vingt missions qui composent le jeu. Ajoutez à cela les autres modes, une vingtaine de missions secrètes, à débloquer en trouvant des clés dans le jeu (et accessoirement en trouvant les portes concernées), des défis tout au long du titre (tuer tant d’ennemis avec telle arme ou de telle façon), et vous comprendrez que le potentiel de rejouabilité est bien présent.

Graphiquement, si tout n’est pas parfait, le jeu s’en tire avec les honneurs. La grisâtre de notre monde contraste parfaitement avec le côté souvent flashy des limbes, qui explosent dans un déluge de couleurs. Le jeu est toujours fluide, malgré les décors qui se modifient encore et encore et un frame-rate bloqué à 30 images par second sur console. Les cinématiques sont-elles aussi réussies et bien mises en scène, mais mettent parfois en avant des textures peu gracieuses, quelques fois floues, ou peinant à s’afficher. Quelques touches d’aliasing pointent également le bout de leur nez. Par contre, comme dans les précédents jeux des développeurs, les visages sont très réussis et fortement expressifs. Côté sonore, le jeu est intégralement en version française. Les doublages sont plutôt convaincants et rendent honneur aux répliques crues et percutantes de Dante, peut-être un peu trop d’ailleurs. Mais c’est surtout la musique du jeu qui donne une pêche d’enfer aux affrontements, et ce dès le premier niveau, dans lequel le groupe Combichrist se fait plaisir, mélangeant électro, métal et une touche de Dub. Que l’on aime le métal ou non, il faut admettre que ce style musical se marie parfaitement avec le soft. Certaines musiques d’ambiance sont d’ailleurs plus glauques lors de passages plus oppressants.

Point complet
Avec ce reboot, on sent que Ninja Theory s’est fait plaisir, et on se dit que Capcom a eu du nez de confier leur licence aux développeurs anglais. Direction artistique incroyable, affrontements intenses aux combos spectaculaires et diversifiés et musiques pétaradantes nous en mettent plein la vue et les oreilles. On pourra déplorer un scénario tenant sur un post-it, quelques carences techniques et une utilisation un peu abusive du grappin dans certains passages. Un ou deux boss supplémentaires n’auraient pas été de refus non plus. Exception faite de ces points permettant surtout de chipoter, il faut reconnaître que ce reboot est une réussite, une bouffée d’air frais, le jeu qui vous met une patate d’enfer dès les premières minutes. On peut dire que l’année commence bien pour les amateurs de beat them all !

On a adoré :
+ Monde alterné très original
+ Décors dynamiques
+ Combos par dizaines
+ Jouabilité au poil
+ Cinématiques réussies
+ Mise en scène appréciable
+ Trouvailles visuelles intéressantes
+ Un challenge pour tous
+ Répliques drôles et percutantes
+ Musiques dans le ton
+ Une pêche d’enfer
+ Diverses armes/améliorations
+ Direction artistique assumée…
On n'a pas aimé :
- Qui ne fera pas l’unanimité
- Bloqué à 30 FPS
- Certaines textures
- Techniques basiques (boss)
- Scénario faiblard
- Phases de plateforme longuettes
- Quelques touches d’aliasing


Consulter les commentaires Article publié le 03/02/2013 par Lionel B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019