Test DiRT RALLY 2.0 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 218 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Editeur
Koch Media
Développeur
Codemasters
Genre
Course
Statut
Disponible
Date de sortie
  26.02.2019
Nombre de joueurs
1

Dès lors que nous évoquons Codemasters, irrémédiablement, nous pensons jeux de voiture : Colin MCRae, Toca, Grid, F1 ou DiRT. C’est sur cette dernière licence que nous allons nous pencher aujourd’hui avec le tout dernier opus en date : DiRT Rally 2.0. Véritable référence, le premier épisode tapait dans le très haut du panier niveau simulation, quand DiRT 4 était plus accessible et plus arcade… Il est l’heure de dresser le bilan de la version 2019 et de voir si elle suit le chemin de la simulation ou de l’accessibilité !

Le must du genre ?!



Le titre propose du Rallye sur six destinations de base et du Rallycross sur huit destinations, chacune ayant ses spécificités propres. Le joueur a le choix de jouer un mode carrière des plus classiques ou le championnat officiel FIA, le laissant ainsi au volant de voitures modernes, comme celles qui ont fait l’histoire de la discipline. Il est également donné au joueur la possibilité de créer son propre championnat, hors ligne comme en ligne. Un mode contre-la-montre fera son apparition permettant au joueur de tester le tracé voulu avec le véhicule de son choix. Nous regrettons quelque peu le manque de contenu de base, avec une pelletée de DLC déjà prévus (présents dans la version Deluxe du titre) qui feront que le joueur devra passer à la caisse pour débloquer les nouvelles destinations et véhicules. Cela n’entache pas durablement la durée de vie du titre, surtout vu le temps que le joueur passera pour parfaire sa conduite, maîtriser les épreuves et son véhicule à l’instant T… Chaque catégorie (pour ne pas dire véhicule) demande de la patience, de l’entraînement et de la pratique pour atteindre le chrono parfait ! C’est sans compter sur l’aspect météorologique qui a un impact non négligeable sur la conduite. En plus, selon la vue utilisée (extérieure, cockpit, etc.), le champ de vision est plus ou moins impacté. Il en va de même lors des spéciales de nuit.

Tout cela nous amène sur le côté technique du titre qui se montre vraiment joli, avec des jeux de lumière et d’ombre de qualité. Il suffit de voir la gestion des reflets sur la carrosserie ou dans les flaques d’eau par exemple ! Bien qu’à certains moments quelques textures manquent un peu de travail, le rendu est globalement très bon surtout combiné à une fluidité au top avec un 60 FPS des plus stables ! La physique, quant à elle, est le résultat d’un excellent travail : chaque égratignure, chaque impact se voit immédiatement et cela se ressent sur la conduite selon la casse occasionnée. La partie sonore n’est pas en reste, avec un rendu puissant et authentique. Le mixage audio est différent selon la vue utilisée par le joueur. Le copilote utilise le langage actuel utilisé dans la discipline. En amont des spéciales, la phase de préréglage permet aux plus chevronnés et exigeants de jouer sur une multitude de paramétrages pour adapter le véhicule à leur style. Plus vous allez rouler avec une voiture et plus votre équipage mènera des recherches sur celui-ci dans le but d’y apporter des améliorations. Bien entendu, pour amener votre bolide sur le podium, il vous faudra utiliser votre pécule pour débloquer lesdites améliorations ou procéder à des réparations entre chaque épreuve ! Attention à bien calculer vos dépenses, votre budget n’est clairement pas illimité.

Concernant le pilotage à proprement parler et la conduite, DiRT Rally 2.0 tend clairement vers le premier épisode que vers DiRT 4. Nos premiers pas ont été jonchés de gamelles, casses en tout genres et nos premières spéciales de nuit ont été partiellement parcourues dans la nuit, la faute à un accident un peu plus tôt ayant explosé nos phares ! A nous de bien jauger les virages selon le type de sol, la présence d’eau / boue ou non, notre vitesse, notre freinage, etc. La maîtrise viendra par la force de l’apprentissage et la durée ! Même s’il se veut plus accessible que le premier DiRT Rally, ce nouvel opus mettra sûrement à mal les néophytes du genre. Codemasters a clairement mis les petits plats dans les grands en assurant un gameplay accessible (des aides sont disponibles) et exigeant. « Easy to use, hard to master » dirons-nous. Le joueur ressentira un sentiment jouissif lors de ses premiers rallyes / rallycross finis sans avoir (trop) endommagé son véhicule !

Point complet
DiRT Rally 2.0 s’impose comme le cador du genre même si celui n’est pas exempt de défauts. Avec une conduite plus accessible mais toujours aussi exigeante, demandant de la pratique et de la patience pour approcher la maîtrise, le jeu offre de nombreuses heures de jeu pour les adeptes du genre. Avec une technique léchée et une fluidité au top, le rendu global est des plus satisfaisants sur Xbox One X, et ce malgré quelques textures plus pauvres. Bien entendu, en arrivant à toute vitesse, ce point est clairement anecdotique pour la majorité des joueurs. Manette dans les mains, les sensations sont excellentes, nous sentons chaque dégât occasionné à notre voiture en jouant ainsi que les différences de topologie et de météo. Le contenu proposé donne la possibilité de jouer le championnat officiel, de créer le sien et de parcourir du contenu « historique », le tout avec une quantité impressionnante de véhicules. Dommage que le contenu de base soit avare en destinations et que les prochains ajouts soient payants.

On a adoré :
Technique au top
La fluidité
Accessible mais exigeant
Plusieurs modes de jeu
Les sensations
Partie son de haute volée
Physique aux petits oignons
On n'a pas aimé :
Quelques textures en retrait
Peu de destinations à la sortie
Une blinde de DLC à venir


Consulter les commentaires Article publié le 12/03/2019 par Hervé D.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019