Test Devil May Cry HD Collection - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 233 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Devil May Cry HD Collection



Editeur
Capcom
Développeur
Capcom
Genre
Action Aventure
Statut
Disponible
Date de sortie
  03.04.2012
  03.04.2012
  22.03.2012
Nombre de joueurs
1
Prix de lancement
39,00 €

Après un Devil May Cry 4 loin de tout reproche sorti en 2008, Capcom a mis de côté la licence, du moins jusqu’en 2010, année qui a marqué l’annonce d’un reboot confié à Ninja Theory. Avant que l’on puisse découvrir celui-ci (début 2013), l’éditeur a souhaité surfer sur la vague des compilations HD en proposant les trois premiers opus de la licence en haute définition, le tout sur une même galette. C’est Pipeworks Software qui s’est occupé de cette Devil May Cry HD Collection. Reste à voir si elle vaut vraiment le coup…

Dante met sa robe HD




Devil May Cry premier du nom est sorti en 2001 sur PlayStation 2. Pour la petite histoire, il avait été pensé pour être le quatrième opus de la licence Resident Evil, mais le projet n’a pas convaincu en tant que RE. Le développement ne s’est pas arrêté pour autant et DMC s’est dissocié pour devenir une licence à part entière. Il a réussi à séduire bon nombre de joueurs, avec son univers gothique/rock, son aspect scoring, son héros désinvolte et son bestiaire inspiré. Deux ans plus tard, les joueurs ont eu le droit à un second opus qui offrait une progression un poil plus libre, un système de combat un peu plus souple et la possibilité de jouer avec un second personnage, une jolie demoiselle du nom de Lucia. Malgré cela, le titre ne manquait pas de défauts, à commencer par son système de lock et sa direction artistique bien moins inspirée. Véritable déception pour beaucoup, c’est clairement l’opus le plus dispensable de la licence. En 2005, Capcom arrive à se racheter en offrant un Devil May Cry 3 des plus sympathiques. Combat fraternel, système de combat dynamique, souple et varié, touche artistique réussie, ce troisième opus a réussi à redorer le blason de la série, à tel point que l’éditeur a décidé de sortir une Edition Spéciale l’année suivante. Celle-ci permettait surtout de pouvoir jouer avec Vergil, le frère de Dante, en plus d’ajouter un mode turbo, un mode Bloody Palace ou encore une difficulté Très Difficile, sans compter l’ajustement fait sur les Continues. Cela dit, nous ne sommes pas là pour juger la qualité intrinsèque des jeux, mais bel et bien la qualité de cette compilation.

Peu après la mise en route de la galette, lorsqu’on désire lancer un jeu, on est averti d’un point faible de cette compilation : on est obligé de relancer le soft si on désire changer d’opus en cours de route. Dommage qu’il n’y ait pas une option pour revenir au menu de la compilation lorsqu’on est en plein jeu, au lieu de devoir repasser par le menu de la console. On remarque aussi que les développeurs ont intégré quelques bonus, à savoir divers artworks et des musiques extraites des trois opus. C’est plutôt sympathique, mais cela reste très léger. On aurait apprécié avoir des vidéos, des commentaires des développeurs revenant sur les jeux, etc. Petit point à noter, les bonus sont disponibles dès le début. Quant aux chasseurs de Succès, ils seront servis puisqu’il y en a une centaine. A cela, il faut bien entendu ajouter les portages HD de Devil May Cry 1, du 2 et de l’édition spéciale du 3, le tout étant affiché à un peu moins d’une quarantaine d’euros. Notez bien que les petits gars de Pipeworks Software n’ont rien retouché au niveau du gameplay. Les soucis de caméra sont toujours présents, notamment sur DMC2, avec des angles fixes et des changements brutaux parfois déroutants.

On sent bien que les opus datent de quelques années, le premier ayant onze ans, mais cela fait aussi partie du charme de l’époque et ça reste agréable à jouer. En revanche, on apprécie clairement la bande sonore remasterisée ou encore le fait que DMC premier du nom tourne à 60Hz, ce qui lui permet de gagner en percussion et en fluidité. Les graphismes ont été retravaillés, ils sont plus fins, les textures sont relativement plus agréables et le mode 16/9ème permet de profiter des jeux avec un confort optimal sur son téléviseur HD. Quelques effets ont été également retouchés, notamment les effets de lumière. Sur ces points là, cette compilation est une réussite, l’amélioration visuelle est notable et bienvenue. Malheureusement, tout est loin d’être parfait puisqu’on remarque que certaines cinématiques, celles qui ne sont pas réalisées avec le moteur du jeu notamment, s’affichent en 4/3 sans aucune retouche. En prime, les écrans fixes (ceux qui apparaissent quand on récupère un nouvel objet par exemple) et les menus in-game sont eux aussi en 4/3, avec un rendu certes lisible, mais relativement flou. Cela dépareille totalement avec le reste du travail, à croire que les développeurs n’ont pas fini leur boulot par fainéantise… Alors que c’était bien parti !

Point complet
Il est toujours difficile de critiquer une compilation HD puisque cela joue à la fois sur la qualité des jeux proposés, sur le traitement effectué par les développeurs et sur les bonus qui sont ajoutés pour séduire les fans. Avec cette Devil May Cry HD Collection, à moins d’être un fan absolu des Succès à débloquer, il faut bien reconnaître que le menu des bonus reste assez léger. Il y a beau avoir des pistes sonores et des artworks appréciables, cela manque de vidéos ou autres notes des développeurs originels au sujet de la licence. En termes de contenu, on a trois jeux pour un peu moins d’une quarantaine d’euros, cela paraît un poil cher, mais c’est à peu près le tarif généralement appliqué. Si vous avez déjà fait les trois premiers DMC, cette compilation n’aura que peu d’intérêt à vos yeux, à moins que vous souhaitiez les refaire et que vous n’ayez plus les originaux. En revanche, il est très agréable de (re)découvrir le premier opus en 60Hz et en HD. Le troisième volet, en édition spéciale, est lui aussi toujours aussi bon. Seul le deuxième est vraiment dispensable tant il est décevant pour un DMC. Reste que la compilation a le mérite d’être complète et que le travail effectué sur les portages est de bonne facture. Dommage que tout n’ait pas été retravaillé, certaines cinématiques, les écrans fixes et les menus étant en 4/3 avec des visuels qui font clairement tâches.

On a adoré :
+ Les 3 opus de la PS2
+ DMC 1 et 3, des classiques !
+ DMC 3 en édition spéciale
+ DMC premier du nom en 60Hz
+ Agréable à jouer malgré l’âge
+ Portages HD in-game réussis
+ Quelques bonus…
On n'a pas aimé :
- Mais c’est assez léger
- DMC 2, le plus dispensable
- Les soucis de caméra de l’époque
- Pas de retour au menu principal
- Des éléments non retravaillés !


Consulter les commentaires Article publié le 05/08/2012 par Vincent P.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019