Test Demetrios - The BIG Cynical Adventure - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 198 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Demetrios - The BIG Cynical Adventure



Editeur
COWCAT
Développeur
COWCAT
Statut
Disponible
Date de sortie
  02.08.2017
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Prix de lancement
9,99 €

À l'heure où les jeux vidéo affichent des budgets colossaux impliquant d'énormes équipes de développement, il est toujours bon de se pencher sur les studios plus discrets et probablement moins "bridés" par les impératifs commerciaux actuels. Certains développeurs tentent même le rêve américain en montant leur entreprise individuelle et en proposant le fruit d'un travail acharné. Difficile de ne pas résister à la curiosité et de lancer leur jeu… Juste pour voir.

Arnaque, crime et butt à nique



Développé par le studio français Cowcat, Demetrios se présente sous la forme d'un point & click mettant en scène Bjorn Thonen, un antiquaire un peu idiot (voire un peu crado) qui va se trouver embarqué dans une aventure digne d'un célèbre archéologue aventurier (quoique le fouet de Bjorn semble avoir un but un peu plus… "récréatif"). Après une soirée bien arrosée, notre héros s'écroule dans son lit et se fait réveiller en pleine nuit par un coup de téléphone anonyme le prévenant d'un grand danger. Croyant à une mauvaise blague, il raccroche et se rendort. Malheureusement sa nuit sera de nouveau perturbée par des bruits dans l'appartement. À peine le temps d'inspecter les lieux que notre fêtard se fait sournoisement assommer. L'avertissement était donc vrai… La suite de l'histoire (sans tout raconter) fera voyager le héros vers un secret ancestral qui impliquera une bombe, une flaque de vomi et des dizaines de cookies ayant trainé n'importe où. Heureusement Bjorn ne sera pas seul pour son périple, il trouvera l'aide de la charmante "voisine d'en face" fraîchement débarquée de sa campagne. Au lancement d'une nouvelle partie, le jeu propose au joueur de régler le degré d'humour scatologique… En effet, Demetrios ne fait pas toujours dans la dentelle et laisse le loisir au joueur de choisir s'il souhaite vivre son aventure avec ou sans contenu "dérangeant". Si l'histoire reste identique, les allusions trop "explicites" seront remplacées au même titre que les objets, les visuels et les bruitages qui pourraient rendre les âmes sensibles nauséeuses. Rassurez-vous, on n'est pas non plus dans l'extrême… Le jeu est PEGI 12.

Acceptez les cookies !



Demetrios reste assez classique dans son déroulement, comme son style l'indique, le joueur pointe les objets avec un curseur sur des écrans fixes (dessinés à la main) et clique pour en avoir une description. Le joystick droit permet quant à lui une recherche plus précise en affichant un zoom de l'écran, le but étant de trouver un maximum d'objets à utiliser afin de remplir les objectifs du niveau (trouver des preuves, dénicher des ingrédients pour une recette, résoudre des énigmes). En marge de cette recherche, le joueur peut chercher les trois cookies cachés dans chaque écran. Loin d'une collectionnite inutile, ces petits gâteux serviront à demander au jeu un indice pour la résolution de l'objectif en cours. La progression sera donc régulière et aisée, même pour les joueurs moins perspicaces. Pour que le titre soit moins monotone, de nombreux mini-jeux ponctueront l'aventure et permettront d'alterner entre phases de dialogue (disponibles en six langues), de recherche et d'action. Demetrios pousse un peu le joueur à "faire n'importe quoi", comprenez par là que le soft de Cowcat dispose d'une multitude de game over qu'il faudra découvrir. Le pauvre Bjorn risque de passer de sales moments… mais toujours avec humour !

Que dire sur l'esthétisme du jeu ? Les graphismes en 1080p sont agréables, fins et pleins de charme. Ils fourmillent de nombreux détails comiques que le joueur prendra plaisir à parcourir au rythme d'une trentaine de musiques. Ces dernières pourront être achetées afin d'être réécoutées à loisir dans le menu 'bonus" du jeu qui contient également quelques artworks ainsi que les mini-jeux. Demetrios est annoncé pour une durée de vie de 8 à 12 heures mais il faudra probablement plus de temps si le joueur se donne la peine de chercher les cookies, les game over ou s'il flâne aux mini-jeux de la fête foraine. NDLR : Personnellement, il m'a fallu bien plus que 12 heures pour le premier "run". Le seul défaut (parce qu'il faut en trouver un) viendra des succès "secrets" qui obligent à refaire le jeu plusieurs fois lorsqu'on n'a pas trouvé l'interaction qui les débloque. Il aurait été plus judicieux de ne pas masquer les objectifs des succès pour permettre au joueur de tout rafler au second passage. Evidemment il reste la possibilité de chercher sur le net mais le sentiment d'accomplissement est moindre.

L’avis perso de Bruce // Un jeu qui pète !

Je ne suis pas un grand connaisseur du genre mais j'avoue avoir passé un super moment avec ce jeu. Le personnage principal est délirant et le ton global du soft est excellent… Bon, faut aimer les trucs un peu "décalés" mais même en mode soft le jeu reste cool. On va peut-être me critiquer pour ma note un peu "gentille" ou me suspecter de promouvoir les petits jeux français mais n'ayant pas pu lui trouver de défaut, j'estime que le 18/20 est justifié surtout quand on sait que le mec a fait son jeu tout seul dans son coin. Bien joué !


Point complet
Demetrios est un divertissement plus qu'honnête et sans réels défauts. Le jeu de Fabrice Breton fait preuve d'un cynisme débridé couplé à un humour "trashy"… On prend plaisir à le parcourir et on en redemande ! À 9,99€, il n'y a aucun regret.

On a adoré :
Jeu en français
Beaucoup d'humour
Des actions variées
Bonne durée de vie
Petit prix
Accessible à tous
On n'a pas aimé :
Les succès secrets


Consulter les commentaires Article publié le 08/02/2018 par Bruce S.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2018