Test Deathsmiles - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 315 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

DeathSmiles



Editeur
AMI
Développeur
Cave
Distributeur
Rising Star Games
Genre
Shoot Them'Up
Statut
Disponible
Date de sortie
  18.02.2011
  29.06.2010
  23.04.2009
Nombre de joueurs
1 à 2
Online
- Jeu en ligne
- Classements
Classification PEGI
Thème
Horreur Heroic-fantasy

Depuis le lancement de la Xbox 360, Cave nous a déjà proposé plusieurs shoot them up tous plus excellents les uns que les autres. Pourtant, jusqu’à ce jour, aucun n’était parvenu à quitter le pays du soleil levant. Deathsmiles demeure à l’heure actuelle le seul titre du catalogue de l’éditeur à être sorti aux USA et à bientôt débarquer en Europe. Dans de telles conditions, difficile de ne pas s’intéresser au contenu de ce titre que beaucoup voient comme la nouvelle référence du genre…

Une claque à tous les niveaux




Il est difficile de définir clairement un shoot them up comme Deathsmiles tant il s’écarte du shoot them up vertical traditionnel. Tout d’abord, le jeu se joue à l’horizontale. L’écran avance tout seul vers la droite et le joueur doit se contenter d’éviter les projectiles des ennemis et de les descendre. Pour rendre son jeu plus accessible, Cave a souhaité attribuer une touche au tir vers la droite et une touche différente au tir vers la gauche. Concrètement, en appuyant sur A, votre personnage tire vers la gauche de l’écran et il fait de même à droite en pressant B. Voilà une maniabilité qui pourrait faire frémir les puristes mais Cave a plus d’un tour dans son sac... Si le début est plutôt facile, le reste du jeu est loin de l’être ! D’ailleurs, la maniabilité ne se limite pas à ces deux touches d’attaque. Il est également possible de détruire tout ce qu’il y a à l’écran à l’aide de la commande Y, de se protéger d’un champ de force à l’aide de A et B et il faut savoir que lorsqu’on tire, nos déplacements sont plus lents. En outre, notre personnage est accompagné d’un compagnon, tel qu’une chouette par exemple, qui nous aide dans notre progression. Cette créature n’est en revanche jouable que dans le mode 1.1, qui permet de la déplacer à l’aide du stick droit. Dans les autres modes de jeu, la bestiole suit simplement les déplacements de notre héroïne. Au total, cinq personnages sont au rendez-vous, avec pour chacun d’eux des déplacements, attaques et capacités différents. Cela signifie que chaque partie débutée avec l’une des héroïnes s’avère totalement différente dans la mesure où chacune d’elles se dirige d’une manière bien spécifique. In-game, on se rend compte que les ennemis sont nombreux et ont des attaques très variées. Il faut donc éviter son flot de lasers, de boulettes et autres attaques spéciales qui vous font grincer des dents.

Globalement, les combats durant l’aventure demeurent un poil plus simples que dans les autres jeux du genre, à quelques exceptions près (le combat dans la gorge est tout simplement épique). En revanche, ceux contre les boss demeurent assez compliqués, et plus spécifiquement vers la fin, les deux derniers vous donnant du fil à retordre. Pour le reste, chaque niveau est peut-être un poil court mais l’aventure reste d’une durée très correcte (comptez environ 30 minutes pour la boucler d’une traite), se rejoue très aisément et, surtout, propose des niveaux très variés offrant souvent un réel challenge. Au niveau du contenu, trois modes de difficulté sont au rendez-vous, avec en sus de nombreux modes de jeu incluant du multijoueur en ligne, des leaderboards, un mode Score Attack ainsi que toutes les déclinaisons du jeu (accrochez-vous) : l’Arcade Mode (le mode traditionnel d’origine), le mode 1.1 (avec un gameplay différent incluant des petites features comme le contrôle de l’animal), le mode Xbox 360, nettement plus joli que la version d’origine, et les trois modes Black Label (1.1, Arcade et Xbox 360). Ces derniers apportent quelques bonus majeurs comme un personnage supplémentaire (Sakura), un niveau supplémentaire et un niveau de difficulté extrême nommé « Level 999 ». En outre, un mode « Death » est également jouable. Concrètement, si vous sélectionnez 5 fois le mode « Level 3 » (difficile), vous entrez dans un nouveau niveau de difficulté dans lequel chaque ennemi abattu se transforme en une nuée de boulettes colorées venant s’écraser dans votre direction. Inutile de dire que cela ajoute encore du challenge !

Pour le reste, Deathsmiles est un titre littéralement addictif qui doit beaucoup à son level design et à son ambiance de shoot them up halloweenesque. Combattre des hordes de monstres rigolos dans des niveaux tels que des marais, la fête d’Halloween, un vieux château ou encore une forêt enchantée a de quoi faire sourire n’importe quel joueur, d’autant plus que le design général est absolument magnifique et que les modèles 2D sont soignés à l’extrême. Il ressemble vraiment à une première production « vraiment HD » de Cave, qui se contentait jusqu’ici de porter des shoot them up plutôt largués techniquement. Comble du bonheur, les musiques électro accompagnant l’aventure sont d’excellente facture et se retrouvent d’ailleurs avec plaisir sur le DVD livré en bonus. Egalement au rang des bonus, les fans peuvent découvrir un boîtier Collector très joli, sans oublier une magnifique faceplate, le tout à un tarif attractif sensiblement inférieur à celui des sorties majeures aux USA. Dans de telles conditions, il est difficile de trouver quoi que ce soit à redire, même si quelques petits (et très rares) ralentissements se font ressentir, ce qui est plutôt classique pour un shoot them up. En d’autres mots, si vous aimez le genre, foncez les yeux fermés. Si vous n’avez jamais tenté, alors il est sans doute l’un des meilleurs jeux du genre pour s’y essayer tant le titre est à la fois accessible aux débutants et ardu pour les plus chevronnés.

Point complet
Avec Deathsmiles, Cave nous prouve une fois de plus qu’il est le roi incontesté des shoot them up. Beau, fun, varié et incroyablement pointu, il s’impose comme l’un des meilleurs jeux du genre jamais sortis. En outre, son édition collector, vendue au même tarif qu’une édition normale de n’importe quel autre jeu, inclut une faceplate, un joli packaging et un CD bonus… Alors pourquoi résister ? Autant dire que pour lui trouver des défauts, il faut être particulièrement pointilleux, d’autant plus qu’il est l’un des seuls shoot them up à ne pas être bordélique à l’écran. Reste que certains niveaux sont un poil courts et que quelques très rares ralentissements surviennent après une victoire contre un boss.

On a adoré :
+ Plein de modes de jeu
+ Des décors variés
+ Un gameplay au poil
+ Du challenge
+ Du online
+ 5 personnages différents
+ De jolis graphismes
+ L’univers
+ Les bonus du Collector
On n'a pas aimé :
- Niveaux un peu courts
- Quelques rares ralentissements


Consulter les commentaires Article publié le 06/11/2010 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020