Test Dead Space - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 209 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Dead Space



Genre
Action
Statut
Disponible
Date de sortie
  24.10.2008
  14.10.2008
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI

Depuis l’année dernière, beaucoup de choses ont changé chez Electronic Arts. Le numéro 2 de l’industrie du jeu vidéo a revu sa politique et a choisi d’attacher plus d’importance à la qualité qu’à la quantité de ses produits. Avec Dead Space, le premier gros survival-horror du géant américain, Electronic Arts avait pour ambition de concurrencer Capcom et sa série de Resident Evil qui s’attribue les éloges de la presse depuis de nombreuses années déjà. Mais les développeurs avaient-il le talent pour surprendre le grand public et nous proposer un divertissement digne de ce nom ?

L’horreur a un nouveau nom




Le Survival-Horror est un genre qui peine à se renouveler. Il faut dire qu’en dehors de Siren, Project Zero, Resident Evil et Silent Hill, très peu de séries sont parvenues à se créer une réputation. Les quelques rares survival qui ont tenté de sortir des sentiers battus se sont également avérés être de sérieuses déceptions, preuve en est de Run Like Hell, sorti à l’époque sur Xbox et PlayStation 2… Avec Dead Space, Electronic Arts avait pour ambition de révolutionner le genre, rien que ça ! Et il faut reconnaître que le premier contact avec le jeu laisse présager un très grand cru, que ce soit au niveau de la réalisation, de la prise en main ou de l’ambiance du jeu ! Dead Space, c’est un peu un mélange improbable de Resident Evil 4 (pour la prise en main) et de BioShock (pour la progression dans les niveaux). Comme références, il faut reconnaître qu’il y a pire ! Mais là où le jeu d’EA Games parvient à se démarquer de la concurrence, c’est dans le fait que l’aventure solo que vous allez vivre se déroule dans l’espace.

Dans Dead Space, vous incarnez un ingénieur qui débarque avec une équipe de soutien à bord d’un vaisseau galactique qui ne donne plus signe de vie depuis un certain temps déjà… Si le scénario rappelle sensiblement le début du synopsis de Dino Crisis 3, le jeu d’Electronic Arts n’a heureusement pas grand-chose à voir avec le titre de Capcom étant donné qu’il n’est pas question de dinosaures mutants ici, mais bel et bien de zombies assoiffés de sang ! L’univers futuriste de Dead Space est tout simplement bluffant de réalisme. Electronic Arts a réalisé son projet comme s’il s’agissait d’un énorme blockbuster hollywoodien et a accordé de ce fait une énorme importance à la mise en scène et à l’ambiance… Dès les premières minutes de jeu, le ton est donné : l’équipage investit les lieux et plusieurs membres de l’équipe se font éventrer par de terrifiantes créatures tout droit sorties de l’esprit tordu des créateurs du jeu. Le sang gicle par hectolitres, les hommes crient et une horrible créature vous fonce dessus alors que vous ne disposez d’aucune arme ! C’est la panique. Très vite, on se rend compte que le jeu se rapproche d’un Resident Evil 4 dans sa prise en main, avec une vue au-dessus de l’épaule particulièrement agréable. Après une fuite de quelques mètres, on finit par mettre la main sur une arme qui permet de faire le ménage dans les environs…

Exceptionnel à tous les niveaux !




L’aventure de Dead Space est tout simplement palpitante, et ce dès les premières minutes de jeu. Si on regrette que l’histoire demeure tout de même assez simple dans le fond et que la fin du scénario soit excessivement décevante, on ne peut que s’incliner devant le travail minutieux des développeurs qui n’ont décidément lésiné sur aucun moyen pour nous plonger dans une atmosphère terrifiante, que ce soit avec les lumière qui clignotent puis s’éteignent et vous plongent dans le noir le plus opaque qui soit, les hurlements de pauvres victimes ou les flots de sang qui coulent sur les murs. Dead Space n’est pas un jeu qui s’adresse aux enfants, bien au contraire même ! Beaucoup plus orienté sur l’action qu’un Survival-Horror traditionnel, Dead Space n’en demeure pas moins stressant et parfois même effrayant. Il vous arrivera régulièrement de sursauter après un hurlement strident, l’atténuation de lampes ou le jaillissement d’une créature d’une zone d’ombre qu’on avait oublié de balayer avec sa lampe torche. Le jeu mélange allègrement gunfights, boss, mini-jeux (stand de tir notamment), longues balades silencieuses et les traditionnelles énigmes pour un cocktail finalement explosif. Là où la plupart des joueurs seront surpris, c’est dans le fait que Dead Space est loin de n’être qu’un simple survival contre des zombies stupides. L’univers et le background scénaristique du soft sont travaillés à l’extrême et vous ne comprendrez le pourquoi du comment de cette sombre histoire que passé le chapitre 6.

Avant cette étape, il vous faudra donc voguer en territoire inconnu, en prenant soin de balayer les zones d’ombre et d’éliminer toutes les sortes d’ennemis, qu’il s’agisse de ceux qui se font passer pour des cadavres et vous agrippent dès que vous passez à portée, des coureurs de fond, des créatures volantes ou encore des créatures immortelles capables de se régénérer. En éliminant les ennemis et en fouillant méthodiquement chaque pièce, vous découvrirez de nombreuses munitions, packs de santé, bonus, nodes et crédits qui vous permettront d’une part d’améliorer les capacités de vos armes et d’autre part d’acheter du nouveau matériel, incluant des armes variées et particulièrement jouissives, ainsi que des tenues qui vous permettront d’encaisser plus de coups et d’augmenter votre barre de santé. Les mécaniques de jeu sont donc assez classiques avec le traditionnel « Store », mais aussi les nombreux points de sauvegarde, les chambres de recharge et le cheminement assez linéaire qui nous propose de passer d’une pièce à l’autre dans chaque chapitre pour réaliser des objectifs précis dans chaque partie du vaisseau.

Beaucoup de joueurs pensaient que l’action se déroulant dans l’espace, les décors du jeu seraient forcément répétitifs et manqueraient de variété. Ces quelques indécis seront ravis d’apprendre qu’Electronic Arts est parvenu à renouveler l’expérience de jeu en nous faisant traverser des environnements variés, incluant de longs couloirs bien sûr, mais aussi la salle de commandement, les serres, la planète voisine et même la coque extérieure du vaisseau ! Beau, fun, varié, terrifiant et bénéficiant d’un souci du détail à toute épreuve, Dead Space est également un survival-horror qui bénéficie d’une durée de vie très honnête. Il vous faudra en effet plus de 10 heures de jeu pour boucler l’aventure si vous jouez en mode normal, après quoi vous débloquerez de nombreux bonus et pourrez recommencer l’aventure avec de nouvelles armes, armures… Du côté des défauts, difficile de trouver quoi que ce soit à redire si ce n’est la fin du scénario, assez décevante ainsi que quelques passages assez pénibles. Pour le reste, Dead Space parvient à s’imposer comme l’un des meilleurs survival-horrors de ces dernières années, ni plus ni moins !

Plus qu’un jeu, de l’art !




D’un point de vue technique aussi, Dead Space parvient à surprendre et même à étonner. La bande sonore du jeu est tout simplement inoubliable, que ce soit pour les voix des acteurs, complètement dans le ton, ou les musiques et bruitages qui accompagnent votre progression dans le vaisseau fantôme. La tension est palpable et le moindre grognement ou cri vous glacera le sang. Difficile de rester de marbre lorsqu’on évolue seul dans les ténèbres, avec pour seul compagnon de voyage un simple revolver… Les bruits stridents alliés aux hurlements vous plongeront dans une atmosphère angoissante digne d’un blockbuster hollywoodien.

En ce qui concerne le moteur graphique, Electronic Arts nous surprend avec un moteur surpuissant qui tire pleinement partie des capacités du support. Les graphismes sont tout simplement magnifiques, qu’il s’agisse de la modélisation bluffante des personnages et des monstres ou du gigantisme des décors, tout simplement sublimes. Si Dead Space n’est pas le plus beau jeu à avoir vu le jour sur les consoles de nouvelle génération, il n’en demeure pas moins un jeu extraordinaire sur pratiquement tous les points de vue ! Le plus étonnant dans tout cela, c’est que le soft ne souffre d’aucun ralentissement et d’aucun bug graphique. Preuve en est des portes se referment automatiquement, en tranchant les cadavres des monstres en deux parties au lieu de les pousser simplement en dehors de leur champ d’action ! Dead Space témoigne d’un véritable souci du détail et parvient à nous plonger dans une ambiance terrifiante avec un talent sans précédent !

Point complet
Electronic Arts nous sert l’un des jeux les plus marquants de 2008 et sans doute le meilleur survival-horror de ces 5 dernières années. Beau à damner, terrifiant, long, complet et monstrueusement bien conçu, Dead Space s’impose comme l’un des immanquables de cette fin d’année. Un mélange explosif de Resident Evil 4 et de BioShock à la sauce galactique qui ne souffre que de quelques maigres défauts dont un scénario qui finit un peu en queue de poisson. Dommage, car le jeu était à deux doigts de la perfection absolue, surtout que l’immersion est irréprochable, notamment avec l’absence de HUD !

On a adoré :
+ Une réalisation époustouflante
+ La bande sonore, inoubliable
+ L’ambiance, terrifiante
+ Une bonne durée de vie
+ La prise en main, efficace
+ Le design, somptueux
+ Les bonus à débloquer
+ La variété des armes et des décors
On n'a pas aimé :
-La fin du scénario, décevante
-Quelques passages pénibles


Consulter les commentaires Article publié le 19-11-08 par Etienne F.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019