Test Dead Block - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 231 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Dead Block



Développeur
Candygun Games
Distributeur
Xbox Live Arcade
Genre
Action Stratégie
Statut
Disponible
Date de sortie
  06.07.2011
  06.07.2011
Nombre de joueurs
1 à 4
Online
- Contenus
- Jeu en ligne
- Classements
Classification PEGI
Prix de lancement
800 MS Points

Les développeurs allemands de Candygun Games ont récemment sorti leur premier jeu sur le Xbox Live Arcade. Nommé Dead Block, celui-ci prend comme référence le mode Zombie de Call of Duty, en tentant de l’améliorer pour en faire un jeu à part entière vendu à 800 MS Points. Mais le contenu du soft parvient-il à justifier l’investissement ?

Du neuf avec du vieux




Des zombies, on commence à en voir partout, la majorité des jeux dernièrement sortis leur attribuant le rôle des grands méchants. Dead Block surfe donc sur la vague coopérative L4D en reprenant le concept du mode Zombie de Call of Duty avec quelques grosses améliorations tout de même. Tout d’abord, il est important de souligner que ce n’est pas un jeu réaliste. Le soft bénéficie d’un design et d’un style qui rappelle les animés. De plus, l’ambiance est volontairement Grindhouse, avec des zombies débiles qui se battent entre eux sur fond de rock and roll. Si le style est plutôt joli et intelligemment utilisé, le soft n’est en revanche qu’assez moyen techniquement. Il faut dire qu’il reprend le moteur Unreal et que le côté cartoon joue justement les cache-misère. Pour le reste, on est en territoire connu : on incarne quatre personnages différents, entre lesquels on peut switcher à tout moment, et on doit survivre aux attaques incessantes des zombies sur des places fortes comme un café ou une maison moderne par exemples. Pour ce faire, on peut barricader les issues, comme dans COD. Là où le jeu se différencie de sa source d’inspiration, c’est dans le fait que pour barricader les ouvertures, il vous faut des matériaux or, pour les récupérer, il faut détruire le mobilier.

Voilà qui ajoute une touche réaliste à l’ensemble et rend le soft déjà nettement plus intéressant que son modèle. En outre, on peut disposer certains pièges aux ouvertures, comme des bombonnes qui gèlent les ennemis, des tonneaux qui tombent sur leurs têtes et les font se battre entre eux et tout un tas d’autres mécaniques délirantes. Notons au passage qu’il faut également disposer de matériel pour cela, également récupérable sur le terrain. Enfin, le jeu adopte une mécanique progressive puisqu’il faut passer de salle en salle en n’oubliant pas de récupérer les clés qui permettent d’ouvrir les suivantes, de tout barricader et de récupérer les morceaux qui permettront de créer une scène de rock. En effet, les zombies américains sont fous de rock and roll et explosent lorsque vous terminez un morceau qui ressemble à une succession de notes à encoder avec la manette. Bien sûr, il y a plein d’objets à récupérer pour booster son arsenal, autres que la poêle à frire de base ou le marteau.

Il faut également jouer stratégiquement et en équipe (si vous jouez en coopération), sans quoi le challenge peut vite devenir insurmontable. D’autant qu’en face, les ennemis sont nombreux, assez variés et surtout très puissants. Inutile de dire que jouer sans stratégie conduit à une mort certaine. Il faut donc faire des plans et penser à se protéger, tout en réanimant nos alliés tombés sur le champ d’honneur. Le jeu est assez difficile et chacune des missions assez longue (avec cependant une marge de progression). Comptez au total environ 5 heures pour en faire le tour une première fois, après quoi vous repartirez au front avec vos amis. Le gros défaut du jeu, c’est qu’il est impossible de jouer en ligne. En écran splitté, c’est assez fun, mais on a du mal à pardonner cette erreur monumentale des développeurs, d’autant que les mécaniques de jeu sont vraiment excellentes, le level design très bon et l’ambiance Grindhouse maîtrisée. D’autres petits défauts entachent également le constat, avec en vracs des environnements peu variés, un scénario découpé sous forme de mini-films d’horreur, pas intéressant pour deux sous et de gros plantages en fin de partie qui obligent parfois à recommencer la mission. Parti comme il l’était, Dead Block aurait pu s’imposer comme une référence. Il s’en est donc fallu de peu pour que le XLA accouche d’une nouvelle perle…

Point complet
Avec de très bonnes idées, Candygun Games nous propose un sympathique jeu de survie coopératif, bénéficiant de mécaniques de jeu bien huilées et offrant au joueur pas mal de possibilités. Le tout est relativement long, jouable en coop à quatre, stylé et vendu à un prix très abordable. Le problème, c’est que ce n’est pas jouable en ligne mais uniquement en écran splitté, que c’est plutôt moyen techniquement et que quelques gros plantages viennent gêner la progression. Des défauts tout de même assez importants qui font de ce Dead Block un titre juste « bon » alors qu’il aurait pu être bien plus que ça.

On a adoré :
+ Bon level design
+ Le style graphique
+ L’ambiance Grindhouse
+ Les mécaniques de jeu
+ Prix très abordable (800 MSP)
+ Pas mal de possibilités
+ Le jeu en coop
+ Bonne durée de vie
On n'a pas aimé :
- Moyen techniquement
- De gros plantages
- Scénario sous-exploité
- Pas de coop en ligne !
- Environnements peu variés


Consulter les commentaires Article publié le 03/09/2011 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019