Test Crackdown - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 225 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Crackdown



Développeur
Real Time Worlds
Genre
Action Aventure
Statut
Disponible
Date de sortie
  23.02.2007
  20.02.2007
  22.02.2007
Nombre de joueurs
1 à 2
Online
- Contenus
- Jeu en ligne
- Classements
- Réseau local
Classification PEGI
Mémoire
140 Ko
Résolutions gérées
720p, 1080i
Son
5.1
Prix de lancement
59,00 €

Voilà un jeu qui se fait attendre depuis pas mal de temps ! Après plusieurs mois de développement assez secrets et des idées novatrices, la version finale pointe le bout de son nez et une seule question est sur toutes les lèvres : Crackdown est-il effectivement une réussite ou un beau pétard mouillé ? La réponse, dans le test ci-dessous !

Caractéristiques évolutives, kesako ?




Aucune identité, pas de passé, un futur très quelconque. C’est ce qui vous attend en tant qu’Agent de l’Agence, une organisation réunissant toutes les polices du monde pour former une unité d’élite chargée de faire régner l’ordre dans les villes. La justice ? Ne connaît pas ! Ici, on règle les problèmes à coups de fusils mitrailleurs, de lance-roquettes et de grenades. Il faut dire que dans la ville qui vous est proposée dans Crackdown, les gens ont peur. Trois grandes organisations criminelles font régner la terreur dans les rues, chacune se partageant un peu de territoire. Au centre de tout ce capharnaüm : le Q.G de l’Agence. Le point de départ.

Si trois véhicules, un léger, un moyen et un lourd, vous sont accessibles dans l’Agence, vous pourrez néanmoins prendre la possession de n’importe lequel qui traîne dans les rues. Si on peut noter l’absence cruelle de deux-roues, tous les autres types de quatre roues sont disponibles. En allant même jusqu’à un camion de transport curieusement bien positionné pour permettre les meilleures cascades. Toutefois, la différence notable entre ces véhicules civils et ceux de l’Agence se trouve dans la durée de vie. Quelques coups de pistolet suffisent pour faire exploser cette petite Twin... Enfin, cette petite voiture inspirée d’un modèle existant. Le 4x4 de l’agence par contre est tout à fait solide et vous suivra pendant un bon moment. A moins que vous ne visiez l’océan, bien sur. Mais le meilleur moyen de transport reste ces formidables jambes de clone amélioré, de super soldat prêt à tout pour décimer le gang adverse, même à s’élever sur la plus haute tour du plus haut building de la ville. Pour cela, un système de saut absolument fabuleux est mis à disposition.

Analogique, le saut est sans aucun doute l’action la plus utilisée au cours du jeu. Sauter de toits en toits, d’immeubles en immeubles pour grimper sur les bâtisses qui abritent les ennemis les plus recherchés, sont toutes autant d’actions qui seront rapidement maîtrisées. Il suffira d’aller à la recherche des cinq cents orbes d’agilité et autres centaines d’orbes secrètes pour faire progresser cette compétence et ainsi sauter toujours plus loin, toujours plus haut. Une évolution des caractéristiques d’ailleurs surprenante de par sa fidélité à la manière de jouer. Une fois l’histoire du jeu terminée, le joueur aura un parfait aperçu de son profil. Plus de points dans la force et les explosifs ? Aucun doute, c’est un bourrin ! Des compétences donc très intelligemment évolutives qui vous donnent, à chaque nouveau niveau atteint, (sur les quatre prévus, en plus d'un cinquième représentant la perfection) de toutes nouvelles possibilités. Porter de plus lourdes charges ou mieux gérer les grenades et leurs explosions, mais aussi et surtout : l’amélioration de la conduite des véhicules !

N’importe qui ayant joué moins d’une heure à Crackdown vous affirmera que les véhicules sont incontrôlables et donc injouables. C’est entièrement faux, ou presque. Si effectivement en début de jeu il est carrément impossible de bien gérer son parcours, il suffira de prendre quelques niveaux pour améliorer la chose. Le tout sera bien plus maniable, patinera moins et l’adhérence à la route sera améliorée. C’est dans ces moments là que l’on ressent toute la qualité de cette particularité que sont les caractéristiques évolutives. Surtout que pour améliorer cette conduite, vous n’avez pas beaucoup de choix. Il vous faut soit faire quelques cascades (ce qui est pratiquement impossible en début de partie), soit écraser de l’ennemi. Devinez qui risque de passer pour un tortionnaire dans le seul but d’améliorer son personnage ? Ce même esprit d’évolution est présent pour les autres caractéristiques mais c’est surtout dans la conduite qu’il se ressent le plus. Autre changement notable : l'aspect physique de notre personnage qui mûrit avec le temps passé dans le jeu.

Voici votre mission, Agent !




Comme précisé précédemment, la ville est séparée en trois gangs. Chacun a ses propres lieutenants et au final, un boss plus retord. La présence de ces cibles de haut niveau ne est pas indiquée sur la carte tant que vous ne vous trouvez pas près de la cible ou, le plus souvent, qu’un membre des pacificateurs (la force de police des environs) vous donne quelques informations sur sa position. Ce n’est que lorsque vous saurez où se trouve votre, ou vos cibles (si vous aimez les cumuler), que vous le (ou les) verrez apparaître sur la carte. A vous ensuite de jouer intelligemment en tentant de trouver les failles du bâtiment ou de foncer tout droit dans le Q.G de l’ennemi pour le dénicher et lui trouer le gilet pare-balles. Ce système de détection des ennemis déjà aperçu dans l’excellent Mercenaries de LucasArts sur Xbox revient ici dans la même grande forme que par le passé. Intelligent, ce système permet surtout de donner encore plus de profondeur à la liberté d’action et de progression, donnant au jeu un petit coté exploration qui n’est clairement pas de trop ! Mais le système trouve aussi sa principale faille dans certaines cibles qui peinent à être trouvées. Même en étant un fin explorateur, certains ennemis ne semblent vouloir apparaître que lorsque les pacificateurs vous donneront leur position. Et cela peut prendre pas mal de temps. Mais il reste très rare et pas franchement ennuyant pour la progression puisque vous aurez toujours une autre cible à viser ou quelques orbes à dénicher.

A chaque fois que vous approchez d’une cible, votre narrateur (seul véritable compagnon dans le jeu en solo) vous proposera un pourcentage représentant votre chance de survie au beau milieu de cet enfer de balles et d’explosions. Mais même lorsque vous n’avez que peu de chance de vous en sortir, pourquoi ne pas essayer ? Toutefois, une bonne tactique et une connaissance des lieux vous seront grandement utiles. Mais un peu de chance ne sera clairement pas de refus…

C'est pour cela qu'un système de visée viendra vous aider dans votre attaque. Celui-ci s'utilise avec la gâchette gauche et permet de cibler l'ennemi le plus proche. Malheureusement, cette utilisation est ternie par une mauvaise "intelligence" du système qui quelquefois ciblera l'ennemi le plus lointain. Aussi, le jeu à tendance à continuer de cibler un cadavre. Très ennuyant lors des affrontements contre plusieurs personnes car ces mauvais choix entraînent une perte vitale de temps d'action. Sinon, il est aussi possible de choisir un endroit du corps à viser en priorité. Les bras, les jambes, le torse, la tête. Tout cela force quelques changements dans la durée de vie des ennemis mais aussi dans la précision, définie par un viseur qui rétrécit de plus en plus jusqu'à se "locker" sur l'ennemi. A ce moment vous êtes sûrs que le tir atteindra forcément son but. Il sera donc utile de prendre le temps de viser avant de tirer à tout va, sous peine de ne jamais atteindre l'ennemi.

Toujours meilleur en Coop




Le seul mode Live présent dans le jeu est loin d’être secondaire. La preuve en est sa présence directe lors du choix de notre personnage. Ce dernier d’ailleurs créé en solo nous accompagnera avec les mêmes statistiques et caractéristiques en coopération, ce qui amplifie l’intérêt de ce mode. En effet, après avoir terrassé tous les ennemis du jeu, pourquoi ne pas se donner rendez-vous avec un inconnu pour recommencer les différentes missions du titre afin de jouer du pistolet à deux ? La liberté est qui plus est totale. Les joueurs vont où ils veulent sur la carte pour se rejoindre quand bon leur semble. Seul le narrateur vous préviendra lorsque votre coéquipier s’attaquera à une cible de choix, histoire que vous en soyez alerté et que vous puissiez vous rendre à l’endroit indiqué sur votre carte. Ce mode coopération est très simple et efficace. Nul doute qu’il sera largement utilisé dans les jours qui suivent !

Enfin, petite surprise pour les amateurs de succès, en plus de ne posséder que 900 points au total (ce qui devrait laisser penser à une extension totalement gratuite comme annoncé par Microsoft il y a quelques jours), ceux-ci sont très intéressants. Cascades en tous genres et actions bien précises seront demandées, comme ce fabuleux saut de l’ange qui vous demande de grimper au sommet de la plus haute des tours du jeu, celle de l’Agence, pour se laisser tomber dans la petite piscine qui arbore l’entrée. Une descente absolument réjouissante récompensée par deux succès qui prouveront votre courage, ou votre folie. Car n’oubliez pas que dans Crackdown, si la mort n’est clairement pas une fin en soi, elle n’hésite pas à vous faire perdre quelques points de compétences pourtant bienvenus. Et la mort, vous risquez bien de la rencontrer de nombreuses fois dans les trois niveaux de difficulté proposés...

Nous avons donc au final un jeu plein de bonnes idées qui, mises bout à bout, donnent un formidable bac à sable dans lequel énormément de choses sont possibles. Le point positif, c'est que ce sympathique programme est extrêmement amusant en solo et même en coopératif. L'amélioration du personnage est on ne peut plus jouissive. Le négatif, c'est qu'il n'y a pas vraiment de but à tout ce foutoir organisé. Pas de scénario ou si peu, pas de charisme pour le personnage principal… Seul le narrateur parle et blague un minimum sur les événements, nous explique ce qu'engendre la mort d'un lieutenant dans la ville... Quant à la progression de base, celle incluant les lieutenants et leurs patrons, elle ne vous laissera éveillés qu'une dizaine d'heures. Ce qui est peu. Mais malgré cela, la liberté et la jouabilité quasi-parfaite donnent au joueur une bonne raison de poursuivre l'aventure : on s'amuse comme un gosse !

Point complet
Crackdown n’est pas la tuerie attendue mais n’en est pas moins un excellent jeu ! Proposant un gameplay très libre où le personnage évolue véritablement en fonction des actions du joueur, le titre pêche toutefois par un gros manque de contenu scénaristique rendant le tout assez répétitif. Mais on a tendance à s’en moquer éperdument, tant le plaisir de jeu est bien présent et la liberté, totale. La collecte d’orbes est très amusante, les sauts sont absolument jouissifs à effectuer et le mode coopération sur le Xbox-Live augmente la qualité du tout. Crackdown est donc un de ces titres qu’il vous faut absolument sur 360 !

On a adoré :
+ La totale liberté d’action
+ Le système de sauts
+ L’évolution du personnage
+ Un mode coop bien réalisé
+ Aucun ralentissement dans le jeu
On n'a pas aimé :
- Pas de personnage féminin
- Durée de vie moyenne
- Manque cruel de scénario


Consulter les commentaires Article publié le 12-02-07 par William B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019