Test Coupe du Monde de la FIFA : Afrique du Sud 2010 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 233 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Coupe du Monde de la FIFA : Afrique du Sud 2010



Editeur
EA Sports
Développeur
EA Canada
Distributeur
Electronic Arts
Genre
Simulation Sport
Statut
Disponible
Date de sortie
  29.04.2010
  27.04.2010
  30.04.2010
Nombre de joueurs
1 à 4
Online
- Jeu en ligne
- Classements
Classification PEGI
Thème
Football
Résolutions gérées
720p, 1080i, 1080p
Son
Dolby Digital
Prix de lancement
69,00 €

Les grands événements sportifs représentent des enjeux financiers non négligeables. EA Sports en est bien conscient et se fend ainsi de titres dédiés aux grandes compétitions que sont la coupe de l’UEFA et la Coupe du Monde. Or en 2010 c’est cette dernière qui est à l’honneur. Il n’en fallait donc pas plus pour que le géant américain développe un Coupe du Monde de la FIFA : Afrique du Sud 2010 permettant de lâcher un peu FIFA 10 en attendant le 11. La question légitime qui se pose alors, c’est : cet opus est-il à considérer comme un produit marketing vendu au prix fort ou comme un volet qui profite tout de même de sérieuses améliorations ?

Un beau menu mais moins de contenu




Dès lors qu’on lance la galette, on est tout de suite transporté dans l’ambiance de la Coupe du Monde avec une musique très agréable (toute la bande-son est vraiment excellente et colle parfaitement à l’événement), quelques commentaires et une interface beaucoup plus chaleureuse et colorée. On retrouve alors des modes de jeu plutôt classiques avec la possibilité de faire une partie rapide, de profiter d’un mode Deviens Capitaine très proche du Deviens Pro des FIFA (on peut d’ailleurs importer son footballeur créé dans le 10), mais profitant de quelques améliorations dont un système de notation plus juste, ou encore de participer à la Coupe du Monde en commençant depuis les phases de qualification ou depuis les poules de la phase finale. Le contenu est forcément plus limité que celui d’un FIFA traditionnel mais les développeurs ont fait en sorte de bien coller à l’événement même si quelques incohérences sont visibles ci et là. Bien entendu, ils ne se sont pas contentés de cela et ont rajouté un mode défi qui n’est pas vraiment nouveau mais qui permet de revivre certains matchs des phases de qualification, dont certains très controversés, tout en tentant de relever les défis menant parfois à réécrire l’histoire. Du côté du jeu en ligne, on peut participer à la Coupe du Monde ainsi qu’à des matchs classés façon championnats ou éliminations directes. Ce n’est pas très original mais c’est suffisamment efficace, même si là encore, le contenu paraît restreint avec notamment l’absence des rencontres en 10 vs. 10.

Il en va de même au niveau du choix des équipes puisque, Coupe du Monde oblige, nous n’avons le droit qu’à des équipes nationales, ce qui paraît bien peu. Mais il faut bien avouer qu’avec les 199 équipes présentes, il y a quand même de quoi faire. On apprécie d’ailleurs grandement que les sélectionneurs soient mis en avant à certains moments et que les modélisations des joueurs aient été retravaillées, certaines étant vraiment bluffantes même si d’autres sont moins convaincantes. Dans la même optique, EA Sports a eu la bonne idée de permettre aux joueurs de constituer eux-mêmes (s’ils le souhaitent) leur liste des 23 joueurs sélectionnés pour la CdM. Malheureusement, la liste de départ est limitée à une trentaine de joueurs. Les choix sont donc vite restreints… Dommage que le studio ne soit pas allé au bout de toutes ses idées même si on sent bien qu’il ne s’est pas (trop) reposé sur ses lauriers. Bien entendu, le titre reprend toutes les bases de FIFA 10 (graphismes, animations, gameplay, etc.) mais il propose des nouveautés et des améliorations. Pour en revenir à l’interface, on remarque que celle-ci a été repensée pour attirer l’œil et intéresser les joueurs avec par exemple la possibilité de sélectionner son équipe directement à partir d’un globe terrestre virtuel. Bien que la fluidité ne soit pas toujours de la partie, ce qui vaut pour à peu près tous les menus, il faut bien avouer que les néophytes et autres amateurs apprécieront cette fonctionnalité.

We are the champions!




Toujours dans cette idée-là, la présentation des statistiques a été revue afin que l’on puisse consulter celles des joueurs (notes, passes, ballons perdus, tirs, buts, etc.) quasiment en un coup d’œil. Des infos flashs apparaissent ci et là pour vous tenir au courant de ce qu’il se passe dans la compétition, des petites actualités mettent en scène la progression dans la compétition, etc. L’interface a été travaillée, elle est jolie et efficace même si on sent quelques ralentissements et que les chargements sont un poil longuets. Ceci dit, la CdM c’est aussi l’occasion une ambiance unique et l’occasion de faire la fête. Les développeurs l’ont bien compris et ils ont pris en compte ces paramètres afin de proposer un titre coloré, fourmillant de détails et offrant un côté spectacle fortement appréciable. La mascotte de la compétition est bien présente, les supporters sont chauds comme la braise, les artifices enjolivent les magnifiques stades proposés, les chants retentissent, bref l’ambiance a été soignée pour notre plus grand plaisir. Côté gameplay, on retrouve grossièrement une sorte de FIFA 10 patché donnant un aperçu de ce que sera celui de FIFA 11. En effet, certains retours formulés l’an dernier ont été pris en compte pour nous offrir un titre toujours plus satisfaisant. Ainsi, les gardiens ne sortent plus automatiquement, ce qui rend les lobs beaucoup moins nombreux, et font preuve d’une meilleure réactivité même si parfois ils ont quelques ratés.

Il en va de même pour l’arbitrage, moins laxiste et appliquant mieux la règle de l’avantage même si ce n’est pas encore parfait, certaines obstructions n’étant toujours pas sifflées. Cela vient aussi du fait que le physique a plus d’impact que la technique. Coupe du Monde de la FIFA : Afrique du Sud 2010 étant censé toucher un public plus large, le gameplay a été légèrement revu pour offrir une configuration de base plus assistée. Toutefois, les fans purs et durs peuvent toujours faire un tour dans les paramètres pour désactiver les assistances et se retrouver avec un soft exigeant. La physique du ballon a elle aussi été retravaillée. Plus lourde, elle permet des frappes plus convaincantes et des tirs plus appuyés, tout en demandant de faire preuve de plus de précision. Manette en main, le ressenti est excellent. Bien entendu, d’autres améliorations ont été intégrées mais beaucoup d’entre elles restent peu perceptibles prises les unes indépendamment des autres. Ce que l’on retient surtout, c’est que le jeu semble plus dynamique, ce qui peut aussi s’expliquer en partie par le fait que les équipes sont composées des meilleurs joueurs des différentes nations représentées. On trouve de bons espaces, le système de passes est efficace, les centres bien dosés sont redoutables et on peut mettre en place ses propres tactiques afin d’exploiter au mieux les éléments de son équipe.

Sur toutes celles représentées, certaines sont plus convoitées que d’autres par les joueurs (les équipes à quatre et cinq étoiles par exemple). Du coup, les petites gars qui ont planché sur le projet ont mis en place un système d’attribution de points qui avantage les « petites » équipes afin d’inciter les joueurs à les sélectionner. Le tout joue bien entendu sur le classement FIFA qui évolue en fonction des divers résultats obtenus. Enfin, dernier point et non des moindres, les penaltys ont été entièrement repensés pour retranscrire la pression de la compétition. Ainsi, le joueur se retrouve avec une barre de stress qui demande d’appuyer au bon moment sur un bouton pour se situer vers le milieu de la jauge, le tout en orientant délicatement le stick dans la direction souhaitée. Beaucoup moins évident que dans FIFA 10, ce système assure un certain challenge. Certains apprécieront, d’autres beaucoup moins. En tout cas, l’idée est là et elle a été travaillée afin d’inclure divers facteurs liés au joueur qui va tirer mais aussi à l’importance de la situation. Concrètement, le curseur qui parcourt la jauge bougera plus ou moins vite, demandant ainsi plus ou moins de concentration. Le petit plus, c’est la possibilité de freiner sa course pour marquer un tempo. Ainsi, on peut tromper un gardien qui sauterait un peu trop tôt (à contrôler avec le stick droit, plus simple et pratique) en le prenant par exemple à contre-pied. Pour les néophytes, mieux vaut passer par le mode dédié afin de s’entraîner, sans quoi ils pourraient bien pester contre ce système un peu plus compliqué que d’ordinaire.

Point complet
Grossièrement, Coupe du Monde de la FIFA : Afrique du Sud 2010, c’est un très bon FIFA 10 auquel on aurait collé un patch ; mais c’est aussi un avant-goût vendu au prix fort de FIFA 11, le tout avec un contenu plus restreint (équipes nationales seulement et modes de jeu en moins, dont les matchs à 10 contre 10 en ligne) mais une ambiance très agréable. S’il avait été proposé à une quarantaine d’euros maximum, l’offre aurait été beaucoup plus alléchante. En l’état, même s’il y a un contenu centré sur la Coupe du Monde 2010, des améliorations fortement appréciables et la présence de 199 équipes nationales, il reste un achat dispensable pour ceux qui ont le précédent et/ou qui se prendront le prochain. Toutefois, il faut bien avouer que les fans de football et ceux qui s’intéressent à la CdM seront très certainement tentés par ce soft qui permet de relever des défis, participer à la compétition avec son équipe préférée en solo, avec des amis ou en ligne, etc. La présentation a été travaillée et les développeurs ont intégré des idées appréciables, même si le système des tirs au but, offrant plus de challenge, ne plaira pas à tous. Au final, on se retrouve surtout avec un produit commercial de très bonne facture qui est un poil cher pour ce qu’il propose, et ce même s’il permet de gagner la Coupe du Monde avec la France…

On a adoré :
+ L’ambiance
+ Les scénarios défis
+ FIFA 10 en version patchée
+ Interface travaillée
+ Les sélectionneurs
+ Les frappes
+ Challenge des tirs au but
+ Certaines modélisations…
On n'a pas aimé :
- D’autres
- Pas de 10 vs. 10
- Liste de joueurs restreinte
- Physique plus important que la technique
- Avant-goût de FIFA 11 au prix fort


Consulter les commentaires Article publié le 28/05/2010 par Vincent P.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019