Test Conflict : Denied Ops - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 233 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Conflict : Denied Ops



Développeur
Pivotal Games
Genre
FPS
Statut
Disponible
Date de sortie
  08.02.2008
  12.02.2008
Nombre de joueurs
1
Online
- Jeu en ligne
Classification PEGI
Thème
Guerre
Résolutions gérées
720p
Prix de lancement
69,00 €

La série des Conflict, qui a débuté sur la première Xbox, a eu ses heures de gloire. La saga des Desert Storm a procuré bien du plaisir à un bon nombre de joueurs avides de jeux mélangeant guerre et intelligence. Qu'en est-il alors de ce dernier Conflict, le premier sur Xbox 360 ? Les vieux pots de l'adage vont-ils une nouvelle fois permettre aux développeurs de nous concocter une mixture des plus délicieuses ? Il se pourrait malheureusement qu'un peu de poussière accumulée au fil des ans vienne trahir les sensations de nos souvenirs…

Black & White




Quand le général Ramirez prend le pouvoir au Venezuela, dans une histoire des plus classiques et peu développée par un scénario à la Tom Clancy qui tente d'amadouer le joueur tant bien que mal, les États-Unis et plus particulièrement la CIA s'inquiètent vite du sort du monde. Afin d'empêcher une éventuelle Troisième Guerre mondiale, deux agents (comme d'habitude) sont envoyés en mission dans plusieurs pays. Graves, l'érudit sniper, et Lang, le jeune bourrin, font alors équipe malgré tout ce qui les oppose. Une psychologie des personnages intéressante sur le papier qui, à l'écran, n'apparaît que sous la forme de quelques blagues franchement ridicules et certains dialogues d'une rare émotion : "Ce fusil se nomme comme ma fille, c'est pour ne pas oublier ce pour quoi je me bats".

Mettant totalement de côté la vue à la troisième personne qui a fait le succès des premiers épisodes, ce nouveau Conflict joue dans la cour pourtant très fermée des First Person Shooter où plusieurs ténors du genre dominent déjà les lieux. La particularité de Conflict : Denied Ops ? Sa coopération. Il sera en effet possible, comme dans un Clive Barker's Jericho par exemple, de passer d'un personnage à l'autre en temps réel d'une simple pression de bouton. Aussi, si l'un des personnages encaisse trop de balles, il s'écroule au sol. Le second peut alors l'aider à se relever. Que ce soit en solo ou à deux, ce système fonctionne plutôt bien. Forcément, à plusieurs le jeu gagne énormément en fun, mais cela est inhérent à tous les jeux existants, quoique... Les deux personnages possèdent cependant un arsenal très différent. Si Graves possède un fusil Sniper qui peut aussi faire office de fusil à pompe des familles, Lang propose surtout une mitraillette qui passe au lance-grenade avec une magnifique habileté. Mais toutes ces améliorations ne seront pas débloquées dès la première mission, il faudra poursuivre la campagne solo et remplir tous les objectifs pour acquérir cela. L'occasion aussi de mettre la main sur des grenades, mines et autres amusants jouets explosifs.

L’I.A. : où suis-je ?




Si Conflict : Denied Ops est intéressant en coopération, il est complètement navrant en solo, la faute à une intelligence artificielle simplement déplorable. En effet, en pressant certaines gâchettes on peut donner des ordres à son partenaire mais souvent celui-ci n'en fait qu'à sa tête. Se mettre à couvert est une action bien trop complexe pour l'I.A. et souvent il suffit aux ennemis de tirer dans le tas pour abattre l'individu sans aucune discrétion. A cela il faut aussi ajouter un "pathfinding" assez déplorable puisque le partenaire, toujours lui, se bloque souvent contre certains murs ou cesse d'avancer sans aucune explication. Une situation franchement énervante en solo qui arrivera certainement à casser le moral des plus vaillants.

Mais l'intelligence artificielle des ennemis n'est pas en reste ! Pire encore, c’est l’une des pires que l’on a pu voir depuis la sortie des nouvelles consoles de salon. Ainsi, par exemple, les opposants se presseront de vous passer devant en petit groupe pour se rendre dans la salle qui se trouve en face de vous. Après quoi ils prendront le temps de sa cacher derrière les tables pour, d'un seul coup, vous tirer dessus sans relâche. Ridicule. Ajoutez à cela une détection beaucoup trop aléatoire des nombreux actes d'infiltration qu'il est possible de réaliser (que ce soit à coups de fusil sniper ou lors des mouvements les plus lents, en rampant par exemple) et vous obtenez un titre involontairement bourrin à outrance.

Non linéaire ?




La vraie bonne note du jeu réside surtout dans le level design. S’il ne relève pas le niveau graphique vraiment exécrable du titre qui enchaîne aliasing et textures ancestrales, celui-ci propose cependant de nombreux embranchements pour des missions moins linéaires. Globalement, on revient toujours aux mêmes salles principales, aux mêmes couloirs sans fin, mais il est possible, surtout à deux, de se séparer pour mieux décimer les troupes ennemies de deux endroits différents. Loin d'être totalement ouvertes, les missions gagnent tout de même en intérêt. Dommage qu'à part quelques explosions, elles soient si ratées techniquement parlant et que le découpage des paysages soit aussi ridicule. Jamais vous n'aurez vu des montagnes véritablement taillées à la hache sur Xbox 360.

Parlons aussi de la conduite des véhicules qui, bien qu’intéressante, n’arrive pas à relever le niveau du jeu qui s'enterre sous cette énumération de défauts. Que ce soit sur terre ou en mer, les véhicules semblent ne sont que peu crédibles. Histoire d'enfoncer le clou, leur physique est abominable et totalement illogique. Si conduire des véhicules est une option sympathique, il aurait été intéressant d’écrire quelques lignes de code supplémentaires pour que le joueur ne se retrouve pas avec des parcelles de niveau proprement injouables ou tout simplement frustrantes pour un tas de bonnes raisons. En coopération, encore une fois, ces phases sont déjà bien plus intéressantes. À croire que le jeu n'a été créé que pour ce mode-là !

Plusieurs modes multijoueurs assez classiques dans l'ensemble sont aussi disponibles sur le Xbox Live. Au programme, du deathmatch en classement ou en matchmaking d'amis. Rien de révolutionnaire, mais des parties assez amusantes pour donner un peu d'intérêt à cette galette qui peine vraiment à convaincre plus de dix petites minutes. On s'ennuie ferme en solo, on se moque des bugs en coopération et on passe le temps en multijoueur. Un programme des plus chaotiques qui semble affirmer que la série des Conflict est bien partie pour ne plus trop faire parler d'elle pendant quelques temps. Espérons qu'un retour aux sources travaillé et intelligent viendra corriger le tir, histoire de nettoyer l'honneur des développeurs de ce Denied Ops qui fait office de très mauvaise blague pour tout amateur du genre.

Point complet
La définition du mot "nouveau" des développeurs de ce dernier Conflict n'est clairement pas la même que celle de nos dictionnaires. En résulte un jeu qui date d'une autre époque que l'on pensait révolue. Les codes de jeu sont ancestraux, les personnages ne sont pas du tout charismatiques, l'aventure est inintéressante et à aucun moment le joueur n'a l'impression de participer à une vraie expérience vidéoludique. Ce n'est que vide, gameplay raté, intelligence défaillante et ennui profond tout au long des trop nombreuses missions. Ce Conflict est une énorme déception.

On a adoré :
+ La "fausse" non-linéarité des missions
+ Jouer en coopération
+ Quelques explosions
On n'a pas aimé :
- Graphiquement hideux
- Scénario bateau et inintéressant
- Un gameplay d'un autre âge
- Une I.A. particulièrement ratée
- Un multijoueur quelconque


Consulter les commentaires Article publié le 26-03-08 par William B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019