Test Condemned : Criminal Origins - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 225 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Condemned : Criminal Origins



Editeur
Sega
Genre
FPS
Statut
Disponible
Date de sortie
  02.12.2005
  16.11.2005
  31.08.2006
Nombre de joueurs
1
Online
- Classements
Classification PEGI
Résolutions gérées
720p, 1080i
Son
5.1

Vous pensiez ne jamais avoir peur en jouant aux jeux vidéos ? Vous croyez que l'expérience vidéo-ludique ne peut atteindre un niveau tel que, le pad en main, vous craignez et avancez avec une prudence et une concentration hors du commun ? Sega et le studio de développement de Monolith Productions vous apportent la preuve que tout cela est désormais possible sur Xbox 360. Alors mettez tous vos préjugés à la poubelle et préparez vous à un monde où la violence et l'effroi règnent en maître, le monde terrifiant mais si passionnant de Condemned.

Agent Thomas au pays des merveilles




Tout le monde vous considère, Agent Spécial Ethan Thomas, comme le plus doué de la branche des crimes spéciaux au bureau du FBI. A tel point que vous accumulez les enquêtes et que vous êtes sur la moindre affaire. Mais voilà venir un évènement qui va bouleverser votre vie. Vous êtes appelez pour un crime commis par un serial killer qui commence sérieusement à trop faire parler de lui. Sur les lieux du meurtre, les choses commencent mal. Le criminel, encore présent, réussi à vous subtiliser votre arme et abat de sang froid les deux autres policiers présent sur les lieux. Aucun témoin, personne pour prouver vos dires : vous n'avez pas tuer ces policiers alors que les faits vous accablent, votre arme ayant été utilisé pour les abattre.

Derrière cette ébauche des plus aguicheuses pour un premier niveau fort en émotion, se cache une trame scénaristique tout simplement admirable. Le Gamer est pris par l'histoire et son déroulement du début à la fin, même si cette dernière tend malheureusement à décevoir quelque peu. Mais on ne peut en vouloir aux développeurs qui rendent ce Condemned terriblement crédible et diablement prenant. La vue subjective qui a été choisi ne doit en rien vous tromper sur le genre que le soft de Sega aborde. Sans parler de survival / horror, on parlera tout simplement d'une aventure humaine à la limite du réel, car comme vous le découvrirez par vous même, le surnaturel est parfois bien plus proche de nous qu’on le pense. On vit pleinement le jeu à travers le peau de l'agent Thomas à tel point que l'on se considère vraiment comme un acteur réel du jeu, et non un simple joueur actionnant quelques boutons sur une manette. Bien sur beaucoup d'éléments, comme nous le verrons par la suite, font le maximum pour que l'immersion soit totale. Mais il devient tellement rare de nos jours de nous retrouver avec un soft à l'intérêt si excellent que l'on se délecte de parcourir les différents chapitres de Condemned pour toujours plus de sensations fortes. Il n'y a pas à dire, le scénario et la façon dont l'histoire se déroule suffiraient presque à justifier l'achat dudit soft.

La peur au ventre




Si l'ambiance si particulière de Condemned est indéniable, c'est en parti grâce à son gameplay. Nul besoin de rappeler que le soft est un FPS mais là où la différence se fait sentir, c'est qu'ici les contrôles sont bien moins linéaires qu'ailleurs. Chaque pas, les essoufflements ou encore les regards sont tout autant d'éléments qui se font ressentir le pad en main. On a vraiment l'impression d'incarner l'agent Thomas ce qui rend certes la jouabilité assez spéciale dans un premier temps, mais pour finalement séduire et s'imposer comme un élément si particulier de l'univers du jeu. Les combats ont aussi leur part dans cette si belle recette. Les corps à corps donnent vraiment cette impression d'effort soudain et retransmettent à merveille la violence des coups que l'on donne à nos adversaires. Frapper quelqu'un avec un pied de biche ou avec une masse ne donne pas la même impression de lourdeur et cette dernière se fait bien ressentir dans la maniabilité et dans la puissance du coup donné. Ces phases d'actions n'en ressortent que meilleures et s'agrémentent de cette délicieuse et terrifiante ambiance générale du soft. Quand aux armes à feu, elles sont tellement peu nombreuses et leur utilisation bien plus rare que dans n'importe quel FPS, qu'elles apparaissent comme des messies une fois en main. Cependant leurs munitions sont toujours moindre et la possibilité de surveiller constamment le nombre de balles restantes renforcent ce coté "économie" des tirs.

Si Condemned vous donne également l'accès à une technologie de pointe pour retrouver telles ou telles traces à partir d'empruntes, de sueur ou encore de sang séché, ces possibilités apparaissent vite comme très limités. Impossible de sortir tout ce beau matériel quand bon vous semble, il ne sera disponible quand dans des moments clés, des lieux spécifiques que l'interface du jeu prendra toujours soin de vous donner. Sur ce point il faut admettre que le gameplay se retrouve vite limité à des actions dont nous ne sommes que les pseudo investisseurs. Un point décevant certes mais fort heureusement le plaisir se fait bien plus grand une fois que l'on ressaisi notre planche avec un clou ou la conduite de gaz récupéré quelques pièces auparavant.

A la lueur de la lampe torche




Rien de bien romantique là-dedans bien au contraire. Mais ce sera plutôt un aspect contestable que nous allons à présent aborder, puisque nous allons mettre à l'honneur l'aspect graphique. Sans pour autant tomber dans le morne et la catégorie des softs pouvant être bien plus améliorés, Condemned semble un peu trop jouer sur son aspect morbide à souhait pour ne présenter qu'un level-design juste appréciable. On s'exclame devant les décors d'un bâtiment en construction par exemple, ou devant des effets de lumières dosés à la perfection pour ce type de jeu. Cependant la modélisation des personnages est à revoir alors que le reste des décors, ceux qui se cachent dans l'obscurité et le coté sinistre du soft, se contente tout simplement d'exister à l'ombre pour n'offrir qu'une bien médiocre réalisation, une facilité graphique en quelque sorte. Cependant l'ambiance du jeu ne nous laisse que très peu l'occasion de s'attarder sur ces points négatifs et l'on se concentrent bien plus sur la lueur de notre petit lampe torche allumée du début jusqu'à la fin du jeu.

Rien à faire, il en faut beaucoup plus pour ternir l'univers de Condemned. Cela a déjà été répété maintes et maintes fois dans ce test mais l'ambiance du jeu est si extraordinaire qu'elle offre à elle seule une expérience unique. L'IA dont bénéficient les ennemis n'est peut être pas remarquable mais bien suffisante pour vous offrir des sueurs froides à plusieurs reprises. Ils savent vous surprendre au tournant d'un couloir, en vous agressant par derrière ou en battant en retraite le temps de retrouver un coin sombre pour se cacher. Ajoutez à cela l'intensité des combats et nul doute que plus d'une fois les sursauts auront raison de vous. L'interactivité des décors est également appréciable : arracher une planche, ramasser une porte de casier ou encore déplacer divers objets, tout cela s'effectue dans une remarquable simplicité. Mais les limites de cette interactivité arrive également bien vite, un point qui ne pénalise cependant pas le soft qui échappe tout de même à une linéarité trop imposante.

L'expérience à vivre



Beaucoup ont qualifier la durée de vie de ce Condemned comme relativement courte. Certes on passe pas mal de temps à avancer à petits pas, de peur de se faire surprendre par tel ou tel élément du jeu. Cela rajoute sûrement une heure ou deux à la durée de vie du soft mais force est de constater que cette dernière est relativement honnête pour un jeu du genre. Malheureusement la rejouabilité sur ces jeux n'est pas forcement au rendez-vous, mais l'expérience qu'il offre suffit à en garder de très bons souvenirs. Bien sur, une ambiance telle que celle de Condemned n'existerait pas sans être servi par une excellente bande son. Et c'est ici le cas puisque bruitages et fonds musicaux angoissants viennent plonger le Gamer un peu plus dans le méandre du cauchemar Condemned. L'exemple du chapitre de l'usine des mannequins en est la parfaite illustration. Non seulement l'on est constamment en train de fixer lesdits mannequins, qui ne manquent pas de nous faire douter et trembler, mais quand en plus on entend des bruits de pas sur du verre brisé ou des boites de conserves qui tombent sur le sol, alors nul doute que le moindre élément du décor devient votre plus grand ennemi et alimente votre peur. Notons également que le jeu est en anglais intégral, sous-titré français, mais que les voix des personnages sont tout bonnement excellentes.

Bref pour ceux qui voulait une aventure unique sur Xbox 360, nul doute que ce Condemned leur offrira satisfaction. Le jeu abrite un large lot de surprises qui ne peuvent être dévoilées à travers ce test et qui demandent tout simplement à être appréciées en temps et en heure. Pour finir cet écrit sur une note positive, évoquons les nombreux bonus à débloquer qui raviront les fans de challenges en tout genre qui seront ainsi ravis de pouvoir s'offrir un économiseur d'écran du soft pour leur console par exemple. Un tableau des statistiques est également consultable via le Live et permettra de connaître les pseudo des plus acharnés d'entre vous que ce soit sur votre temps de jeu ou sur votre pourcentage de meurtres.

Point complet
Condemned : Criminal Origins est sans aucun doute la bonne surprise de ce line up. Doté d'une ambiance excellente qui saura vous apporter des moments d'une intensité incroyable, le soft vous offre également un plaisir de jeu immense. Quelques petits désagréments apparaissent comme un gameplay qui atteint trop vite ses limites et un aspect graphique qui a parfois tendance à sombrer dans la facilité du contexte du soft. Mais le fait est là : le Gamer vit une expérience unique, qui se différencie grandement des softs trop classiques qui envahissent trop souvent le marché du jeu vidéo.

On a adoré :
+ Ambiance hors du commun
+ Scénario remarquable
+ Réalisation honnête
+ Combats intenses
On n'a pas aimé :
- Gameplay limité
- Une certaine facilité graphique


Consulter les commentaires Article publié le 16-12-05 par Jeremy F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019