Test Conan - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 233 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Conan



Editeur
THQ
Genre
Action Aventure
Statut
Disponible
Date de sortie
  28.09.2007
  28.09.2007
  06.12.2007
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI

Après un passage vivement critiqué sur PlayStation 2 et Xbox, Conan fait un nouveau détour sur les consoles en s’attaquant cette fois-ci directement à la nouvelle génération. Ceci grâce à la bonne volonté de THQ qui a décidé d’adapter pour une énième fois la célèbre saga. Pour le coup, l’éditeur fait table rase du passé et nous propose un titre décomplexé dans lequel les membres s’arrachent et les filles se la jouent topless. Deux caractéristiques qui en ont fait un titre déconseillé aux moins de 18 ans. Mais cela sera-t-il suffisant pour tirer hors du trou cette licence au bord du gouffre ?

Un grand coup de hache dans le crâne




En attendant une éventuelle adaptation du film à venir, THQ a décidé de nous resservir un bon vieux Conan à l’ancienne, basé sur les romans qui ont donné naissance au barbare. Assez étrangement, le scénario de ce volet demeure néanmoins extrêmement classique et sans la moindre surprise. Conan est donc encore embarqué dans une sale histoire et devra empêcher un pouvoir machiavélique de consumer son monde. Inutile de dire qu’il n’y avait pas besoin de lire le roman pour imaginer un tel scénario, mais soit. Heureusement, le soft récupère un peu de prestige grâce à la représentation extrêmement réaliste de l’univers du barbare qui bénéficie d’un design très particulier et qui a été peaufiné à l’extrême. Les fans du livre et des comics seront donc bel et bien en territoire connu.

Pour rendre tout ce petit univers encore plus crédible, THQ n’a pas hésité une seule seconde à se délester de tout complexe. C’est ainsi que le joueur découvrira des affrontements particulièrement violents, avec leurs lots de décapitations et de démembrements, mais aussi une bonne dose de nudité féminine qui permet d’apporter un peu de grâce et de sensualité dans ce monde de brutes.

Bien entendu, l’éditeur a opté pour le hack & slash pur et dur, un style qui se prête particulièrement bien à l’univers du jeu et à l’ambiance particulièrement gore de ce volet. Le titre n’est d’ailleurs pas sans rappeler God of War avec son univers héroïque et ses décors gracieux. Mais contrairement à ce dernier, Conan ne nous place pas dans la peau d’un demi-dieu capable de réaliser des actions improbables, mais bel et bien dans celle d’un guerrier bourré de talents qui fonce dans le tas et qui restera toujours les pieds sur terre. Un plus indéniable qui apporte beaucoup de crédibilité à l’univers du soft.

Dans le même registre, les combats se révèlent particulièrement bien pensés, avec un système intuitif et des coups variés qui permettent de donner une réelle profondeur de jeu au soft. Conan n’y va sincèrement pas de main morte avec plusieurs dizaines de combos, utilisant tant les poings que les armes blanches ramassées sur le tas, voire même dans certains cas les éléments du décor. S’il est vrai que les affrontements manquent un peu de peps, il faut reconnaître que Conan n’a jamais été un personnage très agile. Plus proche de l’homo erectus que du grec antique, le gros barbare à la hache s’en tire pourtant bien grâce à une habile utilisation de la manette mais surtout grâce à la violence des affrontements qui donne au titre une ambiance vraiment unique. Difficile d’expliquer le bonheur que peut procurer sa première décapitation ! Rarement des hack & slash n’auront atteint un tel degré de violence. A côté de ces phases de jeu extrêmement classiques, il y a également l’aspect exploration, avec les inévitables recherches des jeunes vierges que vous devrez trouver pour sauver. Rien de révolutionnaire en soi, mais il faut reconnaître que l’idée est sympathique. Enfin, dernier point important, le titre propose également quelques affrontements nettement plus intéressants contre les inévitables boss qui vous écraseront de leur grandeur titanesque et qui seront l’occasion de tester votre habileté lors des fameux Quick Time Events (des scènes de jeu où il faut appuyer au bon moment sur la bonne touche). Encore une fois, THQ a opté pour la simplicité mais s’en sort néanmoins avec les égards puisque Conan n’est finalement qu’un condensé de bonnes idées.



Pour nous permettre de venir plus aisément à bout des ennemis, un système de magie a également été incorporé. Celui-ci nous propose d’utiliser quatre pouvoirs qui nous permettront de faire le ménage en cas de difficulté. Un plus indéniable qui permet d’apporter un peu de variété aux affrontements, mais aussi de rendre les choses nettement plus simples.

En revanche, si le jeu est assez simple à prendre en main et que les combats demeurent agréables grâce au mélange de coups et de magies, on ne peut que regretter le système de caméra imposé par le soft. Difficile en effet d’apprécier pleinement les combats lorsqu’un groupe d’ennemis nous cache l’action et nous empêche de visualiser correctement le champ de bataille. Inutile de dire qu’une caméra manuelle aurait énormément apporté. A ce gros défaut, on ajoute une répétitivité assez irritante pour les novices qui auront tôt fait de lâcher l’aventure à force de s’obstiner. Mieux vaut donc prendre tout son temps et faire de nombreuses pauses entre chaque aventure afin d’éviter de tomber dans un état de morosité décapant.

Et comme tout hack & slash qui se respecte, si le plaisir de jeu est bien de la partie, le titre est relativement simple et se termine en un temps record. Mieux vaut donc éviter de rendre les choses trop faciles en augmentant volontairement le niveau de difficulté dès la première partie. On regrettera d’ailleurs que les développeurs du soft n’aient ni inclus de mode coopératif ni de mode multijoueurs en ligne. Certes, le style de jeu ne se prête pas vraiment à des duels en groupe, mais il faut reconnaître que quelques challenges de plus et quelques combats en ligne, aussi rébarbatifs auraient-ils été, auraient pu apporter un peu plus à une durée de vie clairement trop limitée !

Un barbare pas très sexy…




Pour ce qui est de la réalisation technique, le constat est nettement moins positif. Etant donné la période de développement très courte du jeu, THQ ne semble pas vraiment avoir eu le temps de peaufiner son projet et il en résulte des décors et des modélisations qui ne font absolument pas honneur au support. A ce manque de finition, on ajoute de nombreux bugs d’affichage, mais aussi des cinématiques faites avec le moteur du jeu (et donc assez laides) et des effets spéciaux qui ne feront sans doute pas l’unanimité. Un constat proche de la catastrophe, mais qui demeure étrangement passable.

Avec tous ces défauts, on aurait presque oublié de parler de la bande sonore qui se compose de quelques musiques assez classiques et un peu trop rébarbatives et de doublages français absolument calamiteux. Difficile dans de telles conditions d’être pleinement satisfait par ce nouvel épisode des aventures de Conan qui, aussi sympathique à parcourir soit-il, manque cruellement de peps et d’une réalisation technique digne de ce nom…

Point complet
Avancé à de nombreuses reprises, le titre de THQ semble être sorti avec un peu trop d’empressement. Bourré de bugs, relativement court et ne profitant absolument pas de la puissance du support, Conan est un hack & slash pur et dur qui ne ravira que les vrais amateurs du genre qui seront d’ailleurs ravis de pouvoir goûter à un jeu aussi décomplexé. Malheureusement, son manque de finition joue clairement en sa défaveur et THQ aurait sincèrement dû peaufiner son projet pendant encore quelques mois afin de nous rendre une copie un tantinet plus complète…

On a adoré :
+ La violence extrême
+ L’univers bien retranscrit
+ Les combos
+ Le gameplay
+ Les armes
On n'a pas aimé :
- Les graphismes
- Les bugs
- La durée de vie
- La facilité
- Les caméras


Consulter les commentaires Article publié le 16-11-07 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019