Test Cabela’s African Safari - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 225 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Cabela's African Safari



Genre
FPS Simulation Sport
Statut
Disponible aux Etats-Unis
Date de sortie
  21.11.2006
Nombre de joueurs
1
Online
- Contenus
Classification PEGI
Résolutions gérées
720p, 1080i
Son
5.1

Après vous avoir présenté en long et en large Cabela’s Alaskan Adventures, nous nous sommes affairés à nous procurer un exemplaire de l’autre version, répondant au nom d’African Safari et qui, comme son nom l’indique, nous propose de partir à la chasse aux bêtes sauvages en Afrique. Inutile de dire que les richesses du plus vieux des continents, sa faune et ses vastes contrées laissaient présager un soft aux possibilités multiples, mais c’était sans compter sur la simplification des commandes de jeu qui frappe de plus en plus de licences. Décorticage de cette nouvelle orientation dans notre test import complet !

Noobification




Disponible depuis quelques années aux Etats-Unis et depuis seulement quelques mois en Australie (qui fait partie de la zone PAL), Cabela’s Alaskan Adventures avait su conquérir le cœur de nombreux amateurs de chasse en manque de sensations fortes qui avaient particulièrement apprécié les nombreuses possibilités et le gameplay particulièrement réaliste du jeu. Pour cet African Safari, Activision a décidé d’aborder les choses d’une autre manière. C’est pourquoi la jouabilité a été modifiée presque intégralement pour plaire à la masse populaire. En gros, toute la liberté d’action du précédent volet et les nombreuses possibilités (chasse, course, etc.) ont été mises au placard pour un jeu nettement plus typé arcade dans lequel vous vous contentez de chasser tel type de gibier dans telle région.

Le joueur commence donc l’aventure en choisissant son personnage parmi quatre héros (oui, seulement), après quoi il est emmené en Afrique du Sud, la première zone de chasse qui se compose elle-même de plusieurs autres zones. Une fois tous les objectifs accomplis, le joueur passe à la zone suivante pour découvrir de nouvelles missions, espèces et décors. Les bases restent donc similaires à celles d’Alaskan Adventures avec une maison d’accueil dans chaque zone et des missions sélectionnables. Mais contrairement à son prédécesseur, le jeu ne propose pas d’achat d’armes (elles vous sont automatiquement attribuées pendant l’aventure), ni de déplacement jusqu’à la zone de chasse (vous choisissez une mission et vous y êtes téléporté). Du coup, les quelques rares aspects RPG disparaissent et confinent le joueur dans une linéarité repoussante.

Passé cette contrainte, on se rend compte qu’Activision a également touché à la jouabilité du titre, qui devient nettement plus abordable grâce aux nombreuses aides qui nous sont fournies et en raison du manque de réalisme lors des tirs. Remarquons donc au passage que les fameux pistages ont été simplifiés à l’extrême grâce à un système d’aide sur la carte et dans le jeu qui empêche le joueur de perdre de vue sa proie. La mission devient alors extrêmement facile. Même constat pour la visée, étant donné la simplification de la zone de tir qui devient tout simplement impossible à louper. Inutile de dire que dans de telles conditions, le jeu perd presque tout son intérêt. Heureusement, le charme de l’Afrique est énorme et le titre dispose d’un design magnifique, dépassant nettement celui d’Alaskan Adventures. De la même manière que l’aventure solo propose tout de même de nombreux objectifs et plus d’une quarantaine d’espèces animales, parmi lesquelles des hyènes, des lions, des éléphants et même des rhinocéros. Autant d’espèces animales qu’on voit, avec grand plaisir, s’épanouir dans les vastes plaines africaines et qui permettent de changer les habitudes des chasseurs en herbe, habitués aux bisons et autres animaux nord-américains plus classiques.

Le charme de l’Afrique




Si le titre perd beaucoup au niveau de son réalisme et de son gameplay, il gagne néanmoins de précieux points grâce à sa réalisation technique qui dépasse largement l’Alaskan Adventures. Ici, tout est plus travaillé, les animaux ont été merveilleusement bien modélisés, les décors sont grandioses et les effets lumineux du plus bel effet. Notre seul petit regret vient essentiellement de quelques animations en deçà de ce qu’on a l’habitude de voir sur ce support. Mais qu’importe, car dans l’ensemble, la réalisation technique est plutôt de bonne facture, même si on est encore loin de la perfection. Puis, il est certain que des savanes regorgeant de vie, c’est toujours plus attrayant que des étendues glaciales sans vie… Pour ce qui est de la bande sonore, le constat demeure très positif avec des bruitages extrêmement réalistes et une ambiance sonore de premier choix. Dommage en revanche qu’aucune localisation française n’ait été mise en place, ne serait-ce que pour les menus…

Point complet
Contrairement à l’Alaskan Adventures, Activision a opté pour une orientation arcade pour cet African Safari qui manque cruellement de réalisme et qui a été simplifié à outrance pour que le commun des joueurs puisse s’y amuser sans se prendre la tête. Une orientation regrettable qui lui ôte de son charme mais qui a le mérite de disposer d’un contenu toujours aussi conséquent et d’une réalisation nettement revue à la hausse. Espérons qu’Activision reviendra à un gameplay plus précis dans les épisodes à venir, sans quoi l’éditeur risque de perdre définitivement cette licence et ses fans…

On a adoré :
+ Le nombre d’espèces
+ Plutôt joli
+ Le nombre d’épreuves
On n'a pas aimé :
- Simplifié à outrance
- Trop facile
- Le manque de réalisme
- L’orientation arcade


Consulter les commentaires Article publié le 02-11-07 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019