Test Burnout Paradise Remastered - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 198 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Nombre de joueurs
1

Burnout Paradise n’a pas fait l’unanimité à sa sortie, la faute à l’intégration d’un monde ouvert. Loin du jouissif Burnout 3 : Takedown, il donnait l’impression que la licence perdait son identité, en partie du moins. Que l’on ait aimé ou non cette nouvelle orientation, il faut reconnaître que Paradise City offrait tout de même de jolis tracés pour s’amuser à pleine vitesse, sans compter les grands sauts, les passages secrets et les impressionnants takedowns qui en mettaient plein la vue. Une dizaine d’années plus tard, à défaut d’un nouvel opus, Electronic Arts nous propose un remaster. Pour le meilleur ou le pire ?

Le minimum syndical… La rétine apprécie…



N’y allons pas par quatre chemins, Burnout Paradise Remastered reprend très exactement les mêmes qualités et les mêmes défauts que le jeu d’origine (précisons quand même que la partie online est un peu plus solide désormais mais quelques déconnexions ou autres bugs de classement surviennent toujours). De fait, nous vous invitons à lire la critique de la version Xbox 360 pour que vous sachiez à quoi vous attendre. Ceci dit, concentrons-nous désormais sur les apports de cette remasterisation. En plus du contenu original, nous avons le droit à tous les DLC sortis, accessibles directement via le menu, dont la deuxième map Big Surf Island et ses bolides associés, les motos, les véhicules jouets, ceux de légende, les boost et les voitures de police. Rien de neuf donc mais le contenu est conséquent. Dans les premiers instants, on ne voit pas vraiment l’apport de la remasterisation. On est content de retrouver la bande-son originale, on se laisse guider par l’introduction à Paradise City et on fait la grimace au moment de choisir son bolide quand on voit qu’il faut toujours quelques secondes avant qu’il ne s’affiche.

Ce n’est qu’une fois le démarrage passé que l’on constate la différence. Les bolides et plusieurs éléments du décor, dont la végétation, ont profité d’un soin tout particulier. Il en va de même pour les jeux de lumière, très appréciables. La distance d’affichage, certes encore un peu faible par rapport à certains standards actuels, a tout de même été accentuée. Mieux, l’aliasing a quasiment disparu, celui-ci se voyant surtout sur les ombres, et encore il reste relativement léger (sur One X). Il suffit de mettre la version rétrocompatible pour voir que la différence est flagrante. Certes, les immeubles sont toujours modélisés de façon sommaire, rien n’a vraiment changé et on voit bien souvent des textures dégeulasses dès qu’on regarde dans le détail, sans compter qu’on souffre parfois d’un petit retard d’affichage, mais le minimum syndical a été fait et plutôt bien fait. La cerise sur le gâteau, qui était tout de même le minimum requis, c’est que le jeu tourne désormais à 60 images par seconde. Cela rend la conduite encore plus nerveuse, d’autant que le framerate n’est jamais pris à défaut. C’est fluide en toutes circonstances ! Quand on se lance à pleine vitesse, c’est bête, mais c’est plaisant.

Même si on pouvait s’attendre à encore plus ou encore mieux, il faut reconnaître que le jeu reste agréable à l’œil à l’heure actuelle et que cette version remasterisée n’a pas à rougir face à d’autres. La version Xbox One X, sur une télé 4K, reste vraiment très appréciable. Dès que l’on y a goûté, il est bien difficile de se contenter de la version originale via la rétrocompatibilité… Ceci dit, le point qui se pose maintenant, c’est la question du tarif. La version Xbox 360 se trouve à moins de vingt euros en neuf (édition Classics), à laquelle il faudrait ajouter les DLC pour comparer ce qui est comparable (soit 40,22€ pour le total des DLC si achetés individuellement via le Xbox Store à l’heure actuelle – c’est du vol, nous le savons déjà). Mieux, en partant sur l’occasion, on trouve la version Ultimate Box (qui contient les contenus additionnels) pour une douzaine d’euros. Du coup, quand on voit que le remaster est affiché à 40 euros, on se dit que c’est un peu cher pour retrouver le contenu original (qui a quand même dix ans) et les DLC avec grosso modo ce qu’on pourrait appeler un pack de textures avec une mise à jour pour augmenter le framerate. Disons que si ce remaster avait été proposé à une trentaine d’euros, voire vingt-cinq euros, la pilule serait bien mieux passée, surtout pour les nouveaux joueurs ou les nostalgiques. Quant à ceux qui ont l’original, mieux vaut attendre de trouver le remaster à petit prix si vous souhaitez vraiment en profiter, car à part pour y rejouer en 1080P (One et One S) ou 4K (One X) à 60 fps, cette nouvelle version est tout sauf indispensable.

L’avis perso de Vincent // Un coup de peinture...

Très sincèrement, j’ai pris du plaisir à me faire cette édition Burnout Paradise Remastered. Même si je suis nostalgique des premiers opus, j’appréciais ces derniers temps de me lancer la version rétrocompatible de Burnout Paradise sur ma One, juste le temps de caler quelques takedowns avant de faire autre chose. Cela me donnait l’espoir d’avoir un nouvel opus un jour, plus proche des originaux… Bref, les défauts de la version originale n’ont pas été corrigés, ce qui en soit montre une certaine fainéantise, et il n’y a pas de nouveau contenu (c’est une « édition complète », point). Du coup, je ne peux que déconseiller son achat au prix fort. A mes yeux, les 40 euros ne sont pas justifiés pour cette version re-texturée de l’Ultimate Box, même si les visuels sont très appréciables, avec un soin tout particulier apporté aux jeux de lumière, aux modélisations des véhicules et à l’environnement (végétation, bitume notamment), et que jouer à 60 fps procure un plaisir inégalable. En tout cas, même si le remaster est relativement paresseux, il suffit de remettre la version rétrocompatible et de passer sur le remaster en suivant pour voir que le peu qui a été fait a quand même était bien fait. Qu’est-ce que c’est agréable de jouer avec quasiment pas d’aliasing sur sa One X, le tout en 4K !


Point complet
Ce remaster de Burnout Paradise est loin d’être indispensable, surtout si vous possédez la version originale. Il n’en reste pas moins acceptable puisqu’il compile tout le contenu original et les DLC sortis (en gros l’Ultimate Box). De même, de prime abord, on peut se dire que le remaster est assez fainéant, avec les souvenirs d’un Burnout Paradise déjà joli sur Xbox 360. C’est vrai, dans une certaine mesure, on pouvait s’attendre à mieux, certains éléments s’affichant parfois avec un poil de retard et plusieurs textures laissant clairement à désirer. De même, à part l’aspect cosmétique, les développeurs n’ont touché à rien d’autre. Néanmoins, si on relance l’opus original, via la rétrocompatibilité, on se rend compte du petit bond en avant, notamment sur Xbox One X avec de la 4K à 60 fps (la version standard tournant en 1080P à 60 fps), ce qui donne toujours un peu plus de punch à la conduite. Le titre est propre, l’aliasing disparaît et certains éléments retravaillés permettent un petit confort visuel non négligeable. Une fois qu’on a joué au remaster, il est difficile de revenir à l’opus original… Mais on se dit qu’un petit pack de textures avec une MaJ aurait pu tout aussi bien faire l’affaire et pour pas un rond de la part du consommateur (ce qui en soit s’applique à la plupart des remasters…). Au moins, la bonne chose, c’est que le joueur a le choix entre la version de base via la rétrocompatibilité et ce remaster (que nous conseillons à 25-30 euros max, plutôt qu’aux 40 euros affichés de base, et sur One X).

On a adoré :
Les qualités de l’original
Du 60 fps sans faille
Toujours aussi fun !
Le soin apporté aux visuels
La bande-son originale
Jeux de lumière appréciables
Tout le contenu original et les DLC
On n'a pas aimé :
Défauts de l’original non corrigés
Temps de chargement d’un bolide
Un peu cher
Certaines textures dégueulasses
Parfois un peu de retard sur l’affichage


Consulter les commentaires Article publié le 21/04/2018 par Vincent P.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2018