Test Bomberman : Act Zero - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 327 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Bomberman Act : Zero



Editeur
Konami
Développeur
Hudson Soft
Genre
Action
Statut
Disponible
Date de sortie
  26.10.2006
  29.08.2006
  03.08.2006
Nombre de joueurs
1 à 8
Online
- Jeu en ligne
- Classements
Classification PEGI
Résolutions gérées
720p, 1080i
Prix de lancement
59,00 €

Bien décidés à nous surprendre, les développeurs de Bomberman : Act Zero ont choisi de relooker leur égérie de la tête aux pieds pour lui donner un aspect plus mature. Un aspect difficilement envisageable pour les fans de la série, qui ne s’imaginaient pas que pareille abomination soit possible. Comble de l’ironie, et du mauvais goût diront certains, ces Bomberman d’acier se voient projetés dans un univers sombre, glauque et terriblement austère. Une nouvelle orientation un peu extrême que nous avions néanmoins grande hâte à découvrir…

Il est où mon Bomberman ?




Si Bomberman n’a pas toujours été une véritable référence en matière de jeux vidéo (Bomberman 64, Bomberman Hero), il a néanmoins réussi à imposer son univers de party-games par l’intermédiaire de plusieurs épisodes particulièrement inspirés. Les derniers opus nous avaient d’ailleurs rassurés quant au devenir de la série, en particulier les épisodes DS et le fameux Bomberman Online, sorti il y a quelques temps déjà sur Dreamcast.

Pour marquer le passage à la nouvelle génération de consoles, Hudson s’est mis en tête qu’il était préférable de lâcher ses bonhommes rigoles et cet univers chatoyant pour en venir à quelque chose de plus sérieux, avec plus de pixels et un univers nettement plus sombre. Si les fans ont clairement désapprouvé ce changement de voie, de nombreux joueurs étaient ravis de voir débarquer ce vent de fraîcheur. Un constat mitigé donc, pour un titre en devenir qui avait intérêt à prouver son potentiel.

Changement radical d’atmosphère donc pour Act Zero, qui nous plonge dans un univers futuriste où les humains sont utilisés comme délassement par une race inconnue. Le but de l’amusement consiste à faire combattre plusieurs congénères dans de petites arènes à la fois sombres et glauques. Bien entendu, les développeurs n’ont pas manquer de relooker les Bomberman, qui se voient dorénavant affublés d’armures de fer et d’un design robotique caricatural.

Si l’univers change radicalement de direction, le gameplay de la saga reste entièrement identique. Pourquoi, dès lors, gâcher notre plaisir en disant non à un soft qui regorge de fun et d’intérêt ? Hé bien tout d’abord, il faut savoir que le mode solo a presque entièrement disparu au profit de modes multijoueurs en ligne. Une nouvelle orientation pas vraiment inspirée qui supprimera d’office les espoirs de bon nombre d’acheteurs potentiels.



Le jeu se divise donc en deux modes, le solo et le multijoueur en ligne. Le premier se subdivise lui-même en deux catégories de matchs. Il y a tout d’abord les compétitions traditionnelles, avec la caméra qui reste statique au-dessus du terrain de jeu. Les quatre Bomberman évoluent sur un petit terrain rectangulaire parsemé de pierres qu’il faudra exploser à coup de bombes. Une fois le passage dégagé, place à l’affrontement direct avec les adversaires… Simple mais efficace. Le second mode change radicalement l’esprit de la série puisqu’il se contente de suivre en vue à la troisième personne votre Bomberman. Une idée plutôt simple qui aurait pu ajouter pas mal de piment, mais aussi de surprise si l’angle de caméra avait été statique. Autre originalité de ce mode de jeu : la présence de blessures qui vous enlèveront une partie de votre énergie, et vous donneront donc plusieurs chances de vaincre vos adversaires avant de décéder…

Pour donner plus de profondeur au jeu, Hudson a inclus les traditionnels bonus à collecter. Ceux-ci vous octroieront divers pouvoirs tels qu’une vitesse supérieure, des bombes plus puissantes, etc. Rien de vraiment extraordinaire donc, pour un soft qui demeure finalement très classique.

Cependant, force est de constater que les 99 niveaux du jeu qui vous sont proposés se ressemblent tous et n’offrent aucune diversité aux parties. Un constat décevant lorsqu’on sait que le concept n’était pas fondamentalement mauvais… Inutile de dire que l’intérêt du soft en prend un sacré coup, d’autant plus que le gameplay se révèle tout de même un cran en dessous de celui des épisodes dits « traditionnels ». Et le pire dans tout cela, c’est que les différents modes multijoueurs souffrent exactement des mêmes défauts, à savoir l’univers glauque, le manque de charisme et de variété… Dur dur d’y trouver son compte, surtout à ce prix !

Evolution ou déchéance ?




D’un point de vue technique, Bomberman a bien évidemment perdu tout son charme. Cependant, force est de constater qu’Act Zero bénéficie d’une réalisation revue à la hausse depuis la dizaine de précédents opus. Normal me direz-vous puisqu’on est sur consoles nouvelle génération. Certes, mais l’univers originel de Bomberman ne permet pas de réelle évolution technique. Ceci expliquant pourquoi les Bomberman n’ont presque pas évolué au cours des 10 derniers épisodes… De ce point de vue là, Act Zero assume son changement de voie. Hudson s’est certainement dit qu’il était temps de passer à autre chose et d’être en accord avec son temps. Pourquoi pas, mais le charisme du soft disparaît malheureusement d’une seule traite. Reste que pour un jeu Next-Gen, Act Zero est loin d’être une tuerie. Les modélisations demeurent assez sommaires, les décors sont petits, certaines textures sont tout simplement hideuses, bref, ne vous attendez pas à baver devant un moteur graphique capable de prouesses. Une évolution notable qui déteint malheureusement sur le charisme de la saga…

Enfin, la bande sonore semble avoir également subit quelques changements radicaux. Finies les musiques calmes et déjantées en format MIDI, place à des cris de souffrance, des bombes qui résonnent et des hurlements qui déchirent les parties. Bomberman s’est aguerri et ça se voit ! Nul doute que les fans seront profondément bouleversés par ce changement de voie. Personnellement, je vois cela d’un œil plus objectif et me dis qu’une telle orientation n’est pas nécessairement mauvaise, à condition que le gameplay soit peaufiné, que l’univers soit plus varié et que le design soit sensiblement remanié pour être un tantinet plus charismatique. A bon entendeur…

Point complet
Au final, Bomberman : Act Zero transgresse les règles de l’univers chatoyant de la saga pour en venir à quelque chose de plus mature. Un changement de voie pas nécessairement négatif qui entraîne néanmoins une perte d’identité et un cruel manque de variété. Nul doute qu’Act Zero a du potentiel. Mais de là à dire qu’il aurait pu être aussi bon que Bomberman Online, il y a une sacrée marge… Un titre à éviter pour l’instant, en attendant que son prix chute en deçà des 20€.

On a adoré :
+ Univers gore et glauque !
+ Plus beau que ses prédécesseurs…
On n'a pas aimé :
- … mais pas assez pour de la 360 !
- Des décors peu variés
- Le mode solo, inintéressant
- Pas de réelles nouveautés
- Cher pour un mini-jeu !


Consulter les commentaires Article publié le 23-01-07 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020