Test BlackSite - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 455 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Blacksite : Area 51



Editeur
Midway Games
Genre
FPS
Statut
Disponible
Date de sortie
  23.11.2007
  12.11.2007
Nombre de joueurs
1 à 10
Online
- Jeu en ligne
- Classements
Classification PEGI
Prix de lancement
70,00 €

Après le prometteur Area 51, Midway s’était mis en tête de donner un nouveau souffle à sa série phare de FPS. Mais vu le piètre succès du dernier opus, l’éditeur a choisi de changer à la dernière minute l’appellation de son titre, pour le nommer simplement Blacksite et faire ainsi table rase du passé. Un choix radical qui laissait présager quelques excellentes surprises. Néanmoins, les récentes déclarations de plusieurs employés de la boîte de développement laissaient penser que Blacksite ne serait pas le hit que tout le monde attendait… Le verdict dans notre test complet.

Premier contact




Comme nous vous l’avons déjà dit dans plusieurs actualités, Blacksite n’est pas la suite directe d’Area 51. En fait, les développeurs du jeu ont créé l’intrigue sans tenir compte du scénario du précédent volet et ont par conséquent décidé de nous pondre une toute nouvelle histoire n’ayant presque aucun rapport avec l’univers du jeu originel. Tout commence donc par une simple mission de routine en Irak dans laquelle vous devrez, avec votre escouade, découvrir ce que cache un bunker top secret défendu par les forces de Saddam. Résultat ? Adieu les petits gris et les mutants, place à des soldats des forces spéciales qui aiment manier l’AK-47 et qui vous combattront de toutes leurs forces… Un jeu de science fiction qui lorgne du côté de Call of Duty 4 ? Tout à fait, et le résultat est tout bonnement catastrophique, avec une I.A. à la ramasse, des décors fades et ultra linéaires et des affrontements sans intérêt. Pour le coup, les développeurs auraient mieux fait de s’abstenir et de zapper directement la mission au profit de la suite de l’aventure.

Passé cet acte déplorable, le joueur découvrira un scénario extrêmement bancal basé sur la création de soldats d’élite revenants qui vont se révolter contre l’autorité. Plat du début à la fin, Blacksite n’en demeure pas moins plaisant grâce au charisme des héros et à quelques gunfights musclées. Le joueur pourra donc participer à quelques missions particulièrement agréables, notamment en jeep, en hélicoptère ou en escouade au beau milieu d’une banlieue américaine. Mais rien de transcendant en soi puisque Blacksite demeure extrêmement classique dans son approche du genre. Pas de surprise pour le joueur confirmé qui expédiera l’aventure d’une seule traite en moins de quatre heures en mode normal. Le challenge ? Aucun à proprement parler. Les ennemis sont stupides au possible, les décors ne sont que partiellement destructibles, le jeu souffre de gros temps morts, les boss sont très simples à battre et le final est tout bonnement ridicule, digne de la plus grande série B du siècle. En fait, le seul challenge consiste à éviter les bugs qui vous pourriront la vie tout au long de l’aventure. En gros, vous affrontez le boss final une première fois, vous videz 2500 cartouches dessus sans parvenir à le tuer. Puis, vous abandonnez, dégoûté… Deux heures plus tard, vous recommencez, et après 30 balles seulement, votre ennemi est mort et laisse place à la cinématique de fin. Inutile de dire que le jeu semble avoir loupé la phase de débogage, avec des plantages grossiers, des bugs mortels pour vous et de gros coups de lag qui feront planter votre console. Difficile dans de telles conditions de ne pas blâmer les développeurs du soft qui, malgré quelques bonnes idées, n’ont strictement rien concrétisé de leurs promesses.

Alors oui, certains niveaux sont funs, oui, le jeu est plutôt correct techniquement, oui les armes sont agréables et variées et oui quelques propos s’avèrent être de véritables critiques plutôt originales du gouvernement Bush, mais dans l’ensemble Blacksite est loin d’atteindre le niveau de qualité que l’on était en droit d’attendre de lui.

Pour ceux qui comptaient sur la présence d’un mode multijoueur digne de ce nom, après avoir expédié le solo en moins de quatre petites heures, sachez que Midway s’est contenté du strict minimum avec quelques modes de jeu extrêmement classiques, un Level Design peu inspiré et des décors horriblement fades. Difficile une fois de plus de penser que les développeurs ont passé beaucoup de temps sur la partie multijoueur qui s’avère encore plus boguée et inintéressante que la partie solo du jeu. A 70€ le soft, ça fait cher payé l’heure de jeu, d’autant plus que la qualité est loin d’être au rendez-vous et que le titre souffre de nombreux bugs… Néanmoins, les amateurs de science fiction devraient énormément apprécier l’univers du soft, particulièrement soigné, mais aussi quelques rares scènes qui s’inspirent directement de très grosses séries B… Un plus indéniable qui apporte beaucoup de charme au soft.

L’Unreal Engine 3 : une bête de course ?




L’utilisation de l’Unreal Engine 3 laissait présager une réalisation technique de très haut standing, avec des modélisations extrêmement réalistes et des décors criant de vérité. Malheureusement, toutes les belles promesses des développeurs se soldent ici par une véritable catastrophe. Non pas que le titre de Midway soit visuellement raté ou moche, mais plutôt de par le fait qu’il souffre d’un nombre ahurissant de bugs et de défauts techniques, à commencer par de nombreux ralentissements qui auront parfois pour effet de faire planter votre console…

Inutile de dire que le réalisme en prend un sacré coup. Mais là n’est pas le principal… En plus de ces plantages assez réguliers (surtout contre le boss de fin), le titre souffre également de quelques défauts d’affichage, comme l’apparition et la disparition de pans entiers du décor, des bugs graphiques grossiers, des sauts de plusieurs dizaines de mètres dans le vide… Mais d’autres bugs tout aussi énormes tels qu’une jeep qui vole à plusieurs mètres du sol, des rochers en lévitation, des alliés qui disparaissent, des voix qui se coupent et tout un tas d’autres erreurs plus ou moins graves qui témoignent de la rapidité du développement, sont au rendez-vous. Rarement nous avions été confrontés à un soft aussi bâclé, sorti vite fait, mal fait pour profiter du rush de fin d’année.

Heureusement, la bande sonore a bénéficié d’une attention toute particulière, avec des bruitages et des musiques corrects, supportés par des doublages français tout simplement excellents, même s’il est vrai que les acteurs ont eu beaucoup de difficultés à ne pas tomber dans le caricatural. Certains reconnaîtront d’ailleurs quelques doubleurs plus ou moins connus, comme notamment la voix française de Dawson. Pour le reste, l’univers graphique du jeu reste très agréable et la plupart des modélisations demeurent sensiblement au dessus de la moyenne.

Point complet
Au final, Midway nous livre un jeu de tir à la première personne d’une platitude effarante, bugué à l’extrême, doté d’un scénario de série B et souffrant de nombreux défauts techniques. A des années lumières de ce qu’on attendait, Blacksite ne trouvera décidément pas sa place au soleil faute à de nombreux défauts dont personne ne passera outre. Dommage, car l’univers du jeu et ses personnages laissaient présager un background de premier choix, d’autant plus que les développeurs travaillaient avec le support de l’Unreal Engine 3…

On a adoré :
+ L’univers du jeu
+ Les personnages
+ Les doublages français
+ Quelques séquences
On n'a pas aimé :
- Le scénario
- La durée de vie
- Les bugs
- Le multijoueur
- L’I.A.
- La fin
- Le rythme
- Les ralentissements
- La linéarité


Consulter les commentaires Article publié le 29-11-07 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020