Test 5, rue Sésame : Il était un monstre - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 225 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

5, rue Sésame : Il était un monstre



Genre
Ludo-éducatif
Statut
Disponible
Date de sortie
  13.10.2011
Nombre de joueurs
1

Alors que le marché des jeux à licence regroupe souvent les meilleurs exemples de ce qui est à éviter, on ne pouvait que craindre l’adaptation de l’univers de 5, Rue Sésame, qui plus est sur Kinect. Cependant, en voyant que l’équipe en charge du développement de 5, rue Sésame : Il était un monstre n’est autre que Double Fine, une lueur d’espoir resurgit, surtout lorsque l’on apprécie leurs diverses productions telles que Brütal Legend ou encore Stacking. Reste à voir si le titre parvient à séduire les plus jeunes ?

Des monstres et des gâteaux




Vous l’aurez deviné à son nom, 5, rue Sésame : Il était un monstre se base sur la série télévisée à succès diffusée depuis les années 70 un peu partout dans le monde. On y progresse en compagnie des emblématiques Elmo et Macaron, ainsi que de ses thématiques éducatives prônant l’amitié, l’entraide et autres valeurs positives chez les plus jeunes. Le soft se présente sous la forme d’un conte interactif, narré par Elmo et Macaron, dont on retrouve avec plaisir les marionnettes originales dès le film d’introduction. L’occasion d’expliquer aux jeunes joueurs qu’ils viennent de mettre la main sur leur livre préféré qui, selon Macaron, parle de monstres, de chansons, de jeux, de danses et surtout de gâteaux ! Le gros point positif, c’est que la prise en main est immédiate avec Kinect, il suffit de tourner les pages du livre et de tirer les onglets pour y plonger et démarrer l’activité. Les petits peuvent donc se diriger facilement dans cette interface, d’autant plus que toutes les instructions sont données oralement, elles sont donc à la portée des plus jeunes ne maîtrisant pas encore la lecture. Les animations des personnages sont fluides et réussies, et nous plongent dans l’aventure aux côtés des marionnettes reproduites au poil près, même sans-faute pour le doublage inspiré et très agréable à l’oreille. Quant aux graphismes, ils sont simples, mais très efficaces et soignés : le pleins de couleurs permet de séduire les petits, mais aussi leurs parents, car le soft peut être parcouru seul ou en coopération, avec la possibilité de rejoindre/quitter la partie instantanément et à tout moment. Cela permet aux adultes de parcourir l’aventure avec leur enfant ou d’intervenir seulement pour les passages les plus délicats, puisque les deux personnages peuvent faire exactement les mêmes actions. Ils doivent même agir de concert, en particulier pour les courses (à pied ou en luge).

Ce livre interactif se divise en six chapitres très variés, proposant d’organiser une fête d’anniversaire pour Marco, d’aider Grouph à se faire des amis, de jardiner aux côtés de Shelby, de mettre en scène une pièce de théâtre avec Seamus, de créer un groupe de musique avec Tallulah et de raconter des histoires avec Ramona. Concrètement, diverses activités sont proposées : danser en imitant le monstre à l’écran, voler en faisant éclore les fleurs (Macaron déguisé en abeille vaut le détour...), accorder une chorale de fleurs, trouver les bons déguisements, laver les monstres, désherber et planter, etc. Certaines activités sont très classiques et d’autres plus originales, mais toutes s’avèrent amusantes. Pour chipoter un peu, quelques unes tendent à se répéter ou à être un peu longues, mais rien de vraiment gênant, surtout pour les petits qui en redemandent, encore et encore. Même les crédits de fin sont l’occasion de jouer puisque, sur fond de ciel étoilé, les joueurs doivent faire apparaître les caricatures des développeurs. Comme il y a souvent de nombreux monstres à l’écran, la tête du personnage actif est dans le coin supérieur de l’écran, afin que les plus petits puissent s’y référer si besoin. La reconnaissance des mouvements est bonne : elle est assez précise, sans être trop exigeante, afin que les enfants puissent réussir les activités sans trop de problèmes. Les adultes la trouveront sans doute un peu permissive, mais le but n’est pas de réaliser les mouvements à la perfection, plutôt d’accompagner les plus jeunes dans ce récit très agréable à parcourir en famille. Certaines activités utilisent même la reconnaissance vocale de Kinect, afin de faire participer les enfants à la narration : Macaron commence la phrase et les joueurs la finissent en décrivant l’image ou en ajoutant les détails qu’ils souhaitent, pour finalement réentendre leur histoire, ce qui plaît beaucoup aux plus petits. Certes l’aventure s’avère plutôt courte, puisque les divers chapitres se bouclent en trois heures, mais la grande qualité des activités encouragera les joueurs à les recommencer régulièrement, d’autant plus que les petits ne se lassent pas facilement lorsqu’ils apprécient quelque chose et que, étant donné le jeune âge du public visé, on préférera de courtes séances de jeu. De plus, des étoiles viennent récompenser chaque performance, encourageant ainsi à en récolter le maximum, et donc à progresser. On regrette juste qu’il ne soit pas possible de passer la cinématique d’introduction, qu’il faudra regarder à chaque lancement du jeu, même si les enfants l’apprécient toujours autant. A contrario, on apprécie les quelques artworks à débloquer avec les étoiles engrangées lors des activités.

Point complet
5, rue Sésame : Il était un monstre est une excellente surprise et s’en sort haut la main parmi les nombreuses adaptations destinées aux enfants. Le soft de Double Fine vise un public très jeune et tout est fait pour leur rendre l’aventure agréable : des monstres et décors sympathiques et colorés, une narration et des explications entièrement orales, une reconnaissance efficace sans être trop exigeante, des activités variées et amusantes ainsi que la possibilité de jouer à deux. Les parents passeront aussi un bon moment en compagnie de leurs enfants, surtout que ces derniers auront tendance à vouloir y jouer encore et encore pour profiter à nouveau de cet univers mignon et plein d’humour. Ces nombreuses qualités en font un incontournable pour les plus petits, qui ont enfin leur jeu vidéo ! Attention toutefois, la durée de vie de base est archi courte et le tarif appliqué (une quarantaine d’euros) reste un peu élevé par rapport au contenu.

On a adoré :
+ Rue Sésame et ses personnages
+ Les thèmes abordés
+ Les activités variées
+ Bien conçu pour les petits
+ Difficulté bien dosée
+ Des artworks en bonus
+ La vraie coopération
+ On en redemande
+ Mignon et coloré
+ Graphismes soignés…
On n'a pas aimé :
- Mais assez simples
- Archi court (3 heures)
- Rapport contenu/prix
- Impossible de passer l’intro
- Les enfants protestent quand on l’arrête


Consulter les commentaires Article publié le 30/10/2011 par Julie B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019