Preview Dungeons & Dragons Daggerdale - jeux vidéo Xbox 360

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 233 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Dungeons & Dragons Daggerdale



Editeur
Atari
Développeur
Bedlam Games
Distributeur
Xbox Live Arcade
Genre
Action Jeu de rôle (RPG)
Statut
Disponible
Date de sortie
  25.05.2011
  25.05.2011
Nombre de joueurs
1

Comme vous devez le savoir depuis peu, l’univers de la licence Dungeons & Dragons va revenir sur le devant de la scène vidéoludique dès demain via le marché en ligne de la console. En effet, c’est dans la section Xbox Live Arcade que les amateurs d’action-RPG pourront retrouver le Dungeons & Dragons Daggerdale de Bedlam Games. Atari nous ayant permis d’y jouer un peu en avance, nous avons tenu à vous proposer de brèves impressions pour vous faire patienter durant les quelques heures qui nous séparent de la mise en ligne du soft.

Quatre héros prêts à taper tout ce qui bouge




Avant de commencer l’aventure pour empêcher Rezlus de prendre le contrôle de Daggerdale, le joueur se retrouve confronter à un choix : celui de son personnage. Quatre sont ici proposés. On retrouve un Guerrier Humain, un Nain Clerc, un Elfe Roublard et un Sorcier Halfelin. Bien entendu, votre choix sera principalement guidé par les caractéristiques de ces personnages et ses aptitudes, étroitement liées à sa classe. Ceci fait, il reste à vérifier l’équipement de notre avatar, de lui attribuer les quelques points disponibles pour ses Pouvoirs et ses Dons et de constater les caractéristiques de départ, allant de l’attaque aux points de vie, en passant par les dégâts à infliger pour ne citer que cela. Le petit plus reste la possibilité de renommer son perso. C’est archi classique pour le genre mais cela reste appréciable, surtout que les modifications de l’équipement affectent immédiatement le modèle 3D, que l’on ne peut malheureusement pas plus personnaliser. Si nous ne rentrerons pas vraiment dans les détails de l’histoire, version preview oblige, on note que celle-ci est introduite avec une cinématique basée sur un système de slideshow agrémenté de quelques effets visuels. D’une manière plus générale, que ce soit lors des dialogues ou des cut-scenes, on a affaire à des modèles pauvrement animés, donnant un certain manque de vie à l’univers plutôt terne.

Les graphismes loin d’être transcendants, les textures souvent grossières et mornes, l’aliasing, les modélisations finies à la hache et les retards d’affichage n’aident pas forcément le titre, sans compter les quelques bugs qui ont parsemé notre début d’aventure et le freeze qui nous a obligés à redémarrer la console. Cela dit, on apprécie tout de même le fait que les développeurs aient pensé à intégrer deux caméras différentes : une proche et une plus lointaine. Tout le monde y trouvera ainsi son compte, surtout que celle-ci ne nous a que rarement pris en défaut malgré certains endroits très exigus et que le stick droit permet de pallier tout éventuel souci. Dans le même ordre d’idées, il est possible de paramétrer l’affectation des touches, un plus non négligeable pour le confort du joueur. Il en va de même pour les raccourcis pour l’utilisation des objets de l’inventaire, comme les potions, et pour les attaques magiques, tout se faisant avec un combo gâchette/touche de façade. Cela dit, le gameplay nous a paru des plus classiques avec l’intégration d’une attaque au corps à corps, une à distance, d’une attaque spéciale et de l’intégration des magies. Les combats, bien qu’appréciables contre certains ennemis de plus haut niveau, étaient plutôt aisés et l’avancée s’est faite sans véritable difficulté.

D’une manière générale, on suit une quête principale ou on opte pour une secondaire et on se rend de manière dirigiste et linéaire d’un point A à un point B en éliminant les gobelins, squelettes, lézards géants et autres guerriers Zhent qui se mettent en travers de notre chemin. Ceux-ci étant de niveaux et classes différents, il faut faire appel à un minimum de réflexion pour en venir à bout en usant de la meilleure « stratégie ». Certains pourraient bien s’ennuyer vu la relative facilité de l’ensemble, mais d’autres apprécieront cette simplicité et ne retiendront finalement que des combats assez funs et un minimum dynamiques mâtinés par le côté RPG. Bien entendu, à tout moment, on peut accéder à son inventaire, pour redistribuer les points gagnés, pour vérifier l’évolution de son personnage et pour accéder à son inventaire. Marchand et ennemis déchus sont entre autres choses de bonnes sources de provision. A noter au passage que les sauvegardes se font automatiquement à chaque checkpoint, mais qu’il est possible de les forcer avant de quitter la partie. Le bon côté, c’est que l’on peut en accumuler plusieurs, notamment pour faire évoluer plusieurs personnages différents. En effet, l’intérêt du titre réside principalement dans l’ajout de la coopération (en local et en ligne) puisque les ennemis sont générés en fonction du niveau du personnage le plus haut et que la difficulté est revue à la hausse, même si le titre reste au final une sorte de défouloir sympathique assez accessible.

Premier avis sur le jeu, conclusion
Ce Dungeons & Dragons Daggerdale n’a nullement l’intention de se prendre pour un projet XLA AAA, et cela se ressent au niveau de sa réalisation, de ses mécaniques de jeu assez éprouvées et de tout un tas de petits détails qui seront explicités dans la critique finale, à moins que les développeurs les aient améliorés et/ou corrigés entre temps. Toutefois, cette version preview s’est apparentée à un défouloir sympathique mâtiné de RPG qui pourrait bien faire passer quelques bonnes heures aux fans du genre en manque. Malgré un certain classicisme au niveau des mécaniques de jeu et de la progression, il faut bien avouer que celle-ci est loin d’être désagréable. En tout cas, l’atout principal du bébé de Bedlam Games est assurément son mode coopération (de deux à quatre) en local et en ligne, le plaisir ressortant mieux avec des amis. A défaut d’être un titre qui marquera les esprits, ce D&D Daggerdale pourrait au moins offrir une expérience sympathique dans l’univers des Dungeons & Dragons. Reste à prochainement vérifier toutes ces impressions avec la critique de la version finale…
Consulter les commentaires Article publié le 24/05/2011 par Vincent P.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019