Avis - Session (Game Preview)

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 456 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
News > Avis - Session (Game Preview)
- Publiée le 01.07.2020, à 23:25
- Par Vincent P.
Avis - Session (Game Preview)Planche au sol, Vans aux pieds, baggy sur les jambes laissant entrevoir le caleçon, t-shirt ample, casquette à l’envers… J’étais un adolescent plutôt lambda pour l’époque. Mais le plaisir de pratiquer le skateboard ne s’arrêtait pas à la « vraie vie ». En fait, j’ai même été initié par les jeux vidéo. Fin des années 90, j’étais un préado et je découvrais des jeux qui allaient me faire aimer la discipline : l’oublié Street Skater, l’excellent mais peu célèbre Trasher Skate and Destroy ou encore l’incontournable Tony Hawk’s Pro Skater qui a clairement popularisé le genre. C’est d’ailleurs ce dernier qui a eu le droit à une multitude de suites même si à mes yeux la trilogie originale reste la meilleure. Des jeux de skate, dans les années 2000 notamment, il y en a eu un paquet, de MTV Sports à Grind Session pour ne citer qu’eux en passant par des jeux sous licences, comme Disney’s Extreme Skate Adventure ou The Simpsons Skateboarding.

Sans revenir sur tous les titres sortis, il faut bien avouer que le genre avait son heure de gloire avant de chuter, notamment avec l’arrivée de Tony Hawk Ride et Shred, deux opus utilisant une planche en plastique comme accessoire pour faire les figures dans son salon, la licence ayant été achevée par le catastrophique Tony Hawk’s Pro Skater 5 en 2015. Fort heureusement, entre 2007 et 2010, nous avons tout de même eu le droit à une licence qui a su se démarquer : Skate. Electronic Arts a alors fourni trois opus de qualité avant de s’arrêter. C’est d’ailleurs en 2010 que nous avons eu le droit au correct mais sans plus Shaun White Skateboarding d’Ubisoft. En somme, cela fait désormais plus de 10 ans que je n’ai pas eu un jeu de skate digne de ce nom à me mettre sous la dent. Imaginez donc ma joie quand j’ai appris que cette année il y aura trois jeux de skate, sans parler de Skate. 4 qui a tout juste été confirmé. Du coup, en attendant de mettre mes mains sur la version Xbox One de Skater XL et de voir ce que vaut Tony Hawk's Pro Skater 1 et 2, je me suis mis sur la version Game Preview de Session, un titre signé creā-ture Studios. Je vous en parle !

On pose des bases, on expérimente




Actuellement, Session est en version 0.0.0.5a, ce qui veut dire que le titre est toujours en cours de développement et qu’il est loin d’être terminé. Du coup, il y a beaucoup de points sur lesquels on ne peut le juger pour le moment puisque tout est amené à évoluer, à commencer par les visuels, qui sont déjà plutôt propres et jolis, notamment grâce à un certain travail sur les effets de lumière. En tout cas, pour un jeu en accès anticipé, Session séduit suffisamment grâce à sa direction artistique très réaliste. La bande-son est également très agréable. Comme ces éléments sont amenés à évoluer, nous allons volontairement les laisser de côté pour le moment. Niveau contenu, Session est plutôt limité. Il offre cinq cartes, une poignée d’objectifs quotidiens et hebdomadaires, des « défis historiques » cachés et c’est à peu près tout. Ne vous attendez pas à un mode scénarisé, à une carrière ou autre, les développeurs sont allés à l’essentiel. Néanmoins, si vous avez besoin d’un but, vous pouvez toujours consulter les quelques défis via les options, voire activer un tableau de suivi de ces derniers, au risque d’entacher l’immersion. Encore une fois, le jeu est amené à évoluer et les développeurs travaillent déjà sur d’autres éléments, comme un mode multijoueur en local (de deux à quatre) qui a été implanté à un stade de développement peu avancé. Baptisé Game of SKATE, il demande aux joueurs de reproduire un trick. Ceux qui échouent sont affublés d’une lettre du mot S.K.A.T.E. Lorsque le mot est totalement recomposé, le joueur en question est éliminé.

En parlant des éléments « expérimentaux », puisqu’ils sont classés dans cette rubrique, nous notons la possibilité d’activer les grabs (ce qui consiste à attraper la planche avec sa main lors des tricks pour diversifier les figures), celle d’ajouter la map en surimpression et celle d’afficher les noms des figures réalisées. Via le menu, on peut également retourner à son appartement. S’il permet de naviguer entre quelques éléments accessibles directement via le menu, l’appartement offre également la possibilité de personnaliser son skater. Pour l’instant, on peut choisir entre une femme et un homme, un personnage déguisé ou encore un personnage plus pixellisé. On peut modifier son bonnet ou lui coller une casquette, modifier son haut et son pantalon ainsi que ses chaussures. Bien entendu, il y a également un outil pour personnaliser sa planche, histoire de modifier la couleur des roues et leur taille (de 46 à 56 mm), de changer le grip (il y en a moins d’une quinzaine), d’opter pour l’un des trois trucks disponibles ou encore pour appliquer un set au dessous de sa planche. Dans ce dernier cas, il y a déjà pas mal de choix avec certaines réalisations qui se démarquent clairement par leur beauté. Bien entendu, nous espérons encore plus de choix dans les mois à venir au niveau de ces éléments de personnalisation mais nous sommes contents de voir que les fonctions sont déjà présentes.

Un jeu de skate qui parle aux skaters

Comme nous l’avons précisé plus haut, Session mise pour l’heure sur le plaisir de skater. On se retrouve donc avec cinq maps aux spots variés pour tenter de placer des tricks ou des grinds pour la beauté du geste. Direction donc New-York pour découvrir le spot Chatham Towers. C’est la carte par défaut qui montre une bonne profondeur de champ, laisse de la place pour bien apprendre à maîtriser les déplacements et à placer quelques tricks et autres grinds avant de s’attaquer à des cartes aux espaces plus serrés qui multiplient les chutes. C’est d’ailleurs sur cette carte que vous allez être initié au jeu par l’intermédiaire d’un tutorial. Nous y reviendrons plus tard. Outre cette carte par défaut, nous pouvons nous rendre à Pyramid Ledges, un endroit iconique dont la représentation dans Session est plutôt fidèle. Reste que la portion sur laquelle nous pouvons rouler est petite. La proposition paraît donc timide pour un jeu vidéo. Si on veut des escaliers, des rampes et en même temps une certaine place pour s’entraîner, alors on peut opter pour l’Underground Parking. Si on préfère les skateparks bien étudiés avec des modules en nombre, alors on a deux choix. Le premier c’est la très belle modélisation du mythique LES Coleman skatepark et la deuxième, située en intérieur, c’est la map de Crea-ture Park (en référence au nom du studio de développement). Dans tous les cas, on sent un gros travail de la part des développeurs pour assurer aux joueurs un sentiment d’authenticité, notamment dans les reproductions des lieux célèbres, mais également pour leur offrir des outils de level design afin de diversifier leurs sessions.

Pour en terminer avec les outils mis à la disposition des joueurs, il est bon de noter que les développeurs ont travaillé sur un cycle jour/nuit que l’on peut désactiver, offrant même la possibilité de régler l’heure pour profiter des nuances associées à la luminosité. Il ne manquerait plus que l’intégration des variations météorologiques pour être parfaitement comblés. Comme le skate c’est avant tout une affaire de passion, de partage, ils ont bien pensé à ajouter un système de replay. Ainsi, à tout moment, après un joli trick, un bug, un bel enchaînement, etc., on peut passer par le menu et accéder au replay des dernières dizaines de secondes. On peut alors avancer, reculer, placer un curseur pour le début du clip et un pour la fin, gérer la caméra (libre, en orbite, suivi du skater), régler sa hauteur, sa distance par rapport au personnage, etc. Le menu n’est pas forcément super ergonomique, certaines fonctions n’étant accessibles qu’en utilisant un switch avec une gâchette, mais l’idée est là et la réalisation se veut plutôt complète. On peut ainsi sauvegarder le replay que l’on souhaite en vue, dans un futur puisque nous n’avons pas pu le faire pour le moment alors que c’est indiqué dans une description, partager les extraits.

Skater, c’est tester, appréhender, se vautrer et recommencer




Maintenant que nous avons fait le tour du contenu et de tout ce qui participe à l’enrobage, il est l’heure d’attaquer la plus grosse partie : le gameplay. Autant vous le dire de suite, Session est une simulation de skate, une vraie. Vous allez vous en rendre compte dès le tutorial. Le moindre contact avec une rambarde, un bout de mur, un trottoir, etc. et vous allez chuter. Par contre, les chutes sont exagérées, notre skater agissant comme une poupée de chiffon et les bugs de collisions avec la planche sont de mise. Néanmoins, quand vous êtes sur votre skate, votre avatar va se comporter exactement comme dans la vraie vie. Prenez votre skate, si vous ne mettez pas un minimum le poids en arrière pour soulever l’avant et monter sur un trottoir, vous tomberez. Si vous voulez faire un grind mais que vous n’avez pas assez de vitesse, vous allez vite tomber. Dans le jeu, c’est pareil. Là où les développeurs ne nous facilitent pas la tâche, c’est qu’ils ont instauré un nouveau système. Ainsi, chaque joystick est associé à un pied du skater. Pour tourner, il faut utiliser les gâchettes basses. Y permet de prendre la planche sous son bras pour marcher (pratique pour remonter des escaliers). B permet de laisser trainer le pied pour freiner, tandis que A et X, l’un pour le pied droit, l’autre pour le gauche, servent à donner l’impulsion. Sur le papier, cela paraît très simple. En jeu, la courbe d’apprentissage est énorme. Malgré les heures cumulées, nous ne maîtrisons toujours pas le gameplay dans son intégralité même si nous sommes déjà bien plus à l’aise avec les bases.

Cela étant dit, les développeurs ne sont pas sadiques pour autant. Ils ont donc prévu plusieurs configurations qui influent sur la difficulté. Au-delà de choisir entre Regular (pied gauche à l’avant, pied droit derrière) et Goofy (pied droit devant, pied gauche derrière), on peut opter pour cinq configurations différentes, dont l’assistée, la facile et celle par défaut. Gardez tout de même en tête que même dans les deux premières, Session garde un aspect simulation. Les plus chevronnés pourront également opter pour le mode Hardcore qui demande de bien gérer les sauts et le timing pour les tricks, au risque de voir une planche faire un quart de tour en trop entraînant une chute par exemple. Bref, ces quatre difficultés proposent un même gameplay dont l’expérience est ajustée en automatisant certains éléments et en en laissant d’autres pour une gestion manuelle. On peut par exemple agir sur la façon dont on gère la rotation du corps de notre skater (soit en gérant la pression sur les gâchettes, soit la vitesse d’appui, soit le temps mis pour les enfoncer complètement). Il en va de même pour la réalisation des tricks et des grinds, les développeurs laissant un très large choix d’éléments à paramétrer pour optimiser l’expérience. On peut même régler à sa guise la caméra, en jouant sur son éloignement, sa position à la verticale et à l’horizontale. Il en va de même pour la caméra utilisée lors des grinds. Les développeurs ont fait un formidable travail à ce niveau pour que chacun personnalise son expérience dans les moindres détails, même si certains paramétrages pour se faciliter la vie vont amoindrir l’authenticité du réalisme ou enlever une petite partie de la variété (au niveau des tricks notamment).

D’ailleurs, nous vous conseillons, au-delà de l’expérimentation personnelle, de jeter un coup d’œil au manuel digital fourni dans le menu pour bien intégrer les commandes de chaque trick et chaque grind. De quoi constater que malgré une bonne diversité, l’ensemble reste un peu plus léger que la concurrence pour l’heure. Mais là encore, il faudra juger sur pièce une fois la v1.0 sortie puisque, comme mentionné plus haut, les développeurs travaillent toujours dessus, ces derniers intégrant actuellement les grabs. Avant de conclure, vous l’avez peut-être remarqué, il nous reste un dernier point à évoquer… Il s’agit de la cinquième configuration de la difficulté. Baptisée Legacy, celle-ci vise à conquérir les joueurs habitués au gameplay de Skate 3 notamment. Ainsi, le stick gauche permet de diriger son skater quand le droit est associé aux figures. Les gâchettes permettent alors de faire tourner le skater sur lui-même. On perd forcément un peu en réalisme mais en contrepartie, les débuts sont moins frustrants du fait que l’on maîtrise un peu mieux les commandes proches de celles de la licence d’EA.


Le verdict de Vincent / onizukadante // Un gros coup de cœur en devenir…
Session, c’est la représentation vidéoludique du skate, du vrai. C’est une simulation avec un niveau de paramétrage assez poussé, avec un nouveau gameplay qui demande d’être appréhendé et qui demande des heures avant d’être maîtrisé. Bref, c’est un jeu qui rend toutes ses lettres de noblesse à la discipline. Je peux le dire, c’est un coup de cœur… Mais le titre est en Game Preview, il est loin d’être fini et il y a encore beaucoup d’éléments à améliorer ou implanter. Les grabs sont encore à un état peu avancé, le mode multijoueur pareil, la personnalisation du skater est très sommaire, celle du skate est plus fournie mais peut être encore poussée. Il n’y a pas de mode carrière/scénarisé, la physique du skater lors des chutes est ridicule, le skate se plante facilement dans le décor à ces moments-là et il y a encore du travail à faire sur les visuels, déjà jolis et propres pour un jeu en cours de développement. Il faut rajouter du contenu, il faut fignoler plein d’éléments mais les bases posées par creā-ture Studios sont excellentes. En plus, les développeurs sont à l’écoute des joueurs, et cela se voit puisqu’ils ont ajouté une difficulté Legacy pour offrir une prise en main proche de celle de Skate 3 pour attirer toujours plus de joueurs sans les frustrer… Parce qu’au risque de radoter, Session est une simulation, une vraie, qui vise à représenter la réalité et l’authenticité de ce qu’est le skate. Sur ce point, c’est déjà une réussite ! Si vous aimez le skate et que vous avez 19,99€, foncez l’acheter (ou du moins jetez-vous sur la démo) !

Partager :    
En rapport avec : Session
Editeur : creā-ture Studios | Developpeur : creā-ture Studios | Date de sortie : 17 juin 2020
Actualités du jeu | Images | Vidéos


VOS REACTIONS
Posté le 03.07.20 @ 15:16


Gamertag :
Lenuldepik
Super cet avis!

Tu insistes lourdement sur le fait que ça a l'air complexe, pas mal "simu" (autant que possible)...Intéressant. Sûrement trop exigeant, je l'avoue. Ca me semble inaccessible pour moi du coup, mais il semble y avoir du boulot derrière !

Je me contenterai du remake de THPS (oui, j'avoue, un remake, mais pas un remaster, c'est déjà ça, et les jeux ont 20 ans, mes critères sont respectés )

Seuls les membres du site peuvent commenter les articles
Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020