Avis - La Légende Final Fantasy XV de Third Editions

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 251 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
News > Avis - La Légende Final Fantasy XV de Third Editions
- Publiée le 21.12.2019, à 13:38
- Par Vincent P.
Avis - La Légende Final Fantasy XV de Third EditionsChez Third Editions, on aime bien parler de la licence Final Fantasy, plusieurs ouvrages ayant déjà été publiés pour aborder la légende des opus I, II & III, IV & V, VI, VII, VIII, IX, X, XII (& Ivalice), sans parler de l’ouvrage Les Mémoires de FFVII, Confessions des créateurs. Dernièrement, c’est le livre La Légende Final Fantasy XV, signé Jérémie Kermarrec, qui a vu le jour. En échange de 34,90€, celui-ci propose de découvrir 488 pages pour revenir sur la création de ce jeu qui avait été annoncé comme étant Final Fantasy Versus XIII…

De l’ombre du passé à la lumière actuelle…




Avant d’aborder la création de Final Fantasy XV, l’auteur consacre un peu plus d’une quarantaine de pages à replacer les bases de l’univers du jeu. Le chapitre est découpé en plusieurs sous-chapitres réunis autour d’un même thème pour que ceux qui ont fait le jeu puissent se remettre dans le bain, tout en profitant d’une lecture en diagonale pour ce qu’ils savent déjà, et que les nouveaux venus puissent découvrir pleinement l’univers du titre. Le bon point, c’est qu’il ajoute toujours la précision du support qui lui permet de relater les événements, ceux-ci étant distillés entre le jeu principal, les DLC Episode Ardyn, Episode Prompto, Episode Gladiolus et Episode Ignis, l’extension multijoueur Comrades, l’épisode animé Ardyn – Prologue, le film Kingsglaive : Final Fantasy XV et le roman Final Fantasy XV : The Dawn of the Future. Qu’il soit qualifié de polymorphe (en référence à la politique de Square Enix initiée avec la Compilation of Final Fantasy VII) ou de transmédia, il faut bien avouer que le projet Final Fantasy XV dépasse les simples frontières du jeu vidéo pour étendre son univers par l’intermédiaire d’autres médias. Ainsi, si vous avez loupé l’un des éléments mentionnés, cette première partie du livre vous sera bien utile. Pour être complet, Jérémie Kermarrec a terminé ce premier chapitre avec la présentation des personnages principaux.

C’est dans le chapitre 2, sobrement baptisé Historique, que les choses sérieuses commencent. En effet, ce long chapitre de près d’une centaine de pages revient sur l’annonce de Final Fantasy Versus XIII et du parcours qui l’a conduit à devenir un opus à part entière, le fameux FFXV que nous connaissons aujourd’hui. Pour bien comprendre le parcours chaotique de ce jeu qui a longtemps été considéré comme une arlésienne, l’auteur n’hésite pas à remonter plus loin pour décrire le fonctionnement de Square en matière de développement, pour revenir sur la fameuse légende de ce premier Final Fantasy qui a permis de remettre la société sur les rails ou encore pour évoquer la fusion avec Enix en 2003, année qui a permis d’envisager la création de plusieurs projets autour de FFXIII : le XIII de Toriyama bien entendu mais également le Versus de Nomura et l’Agito de Tabata. Tous trois ont été annoncés en 2006 comme faisant partie d’un projet basé sur une même mythologie, celle du Fabula Nova Crystallis. Sans revenir sur tout ce qui est mentionné dans le livre, nous sommes contents de voir que l’auteur a fait un travail de recoupement d’informations minutieux. Il était en effet important de revenir sur les méthodes de travail de Square Enix, sur toutes les promesses émises alors que rien n’était fait, sur les target renders qui envoient de la poudre aux yeux avant de créer la déception, sur le besoin de l’entreprise de revoir sa façon de travailler, etc. Nous avons vécu l’annonce du jeu, nous avons vécu l’attente, les soubresauts à chaque image, trailer ou info et nous sommes ravis de voir que l’auteur n’a pas édulcoré la réalité malgré son amour pour la licence. Il évoque justement les raisons d’un des aspects les plus critiqués de FFXIII (à savoir la progression linéaire) et revient même sur l’échec de la première version de FF XIV, tout étant assez lié. Il poursuit le cheminement de ce chapitre en racontant les heures sombres de ce fameux Versus XIII jusqu’à ce qu’il soit annoncé comme le réel FFXV, infligeant au passage à l’éditeur une belle leçon sur le fait d’éviter à l’avenir de dévoiler des jeux dont seul un abstrait concept est à peine défini… Petit plus, les notes de bas de page apportent un petit complément informatif nécessaire.

Final Fantasy Versus XIII n’étant plus, la PlayStation 3 étant oubliée, on repart sur des bases scènes avec un Final Fantasy XV qui va profiter de la nouvelle génération de machines. Même si le titre du troisième chapitre, Création, peut paraître étrange au milieu de l’ouvrage, il trouve son sens dans l’échec de faire un Versus XIII pour finalement créer un XV. Bien entendu, les architectures très proches de la PS4 et de la Xbox One ont aidé les développeurs à ne plus se concentrer sur un seul support comme c’était le cas avec l’architecture si particulière de la PS3. De fait, dans ce chapitre, l’auteur revient sur les aspects techniques qui ont permis à Versus XIII de réellement se transformer en XV ou encore sur le discret départ de Nomura à la tête du projet pendant tant d’années. Cela permet d’aborder les changements opérés par Hajime Tabata qui reprend le rôle de réalisateur, tout en se mettant dans celui de producteur, revoyant les éléments du jeu mais également la structure de l’équipe. Après les analyses sur l’organisation et sur l’aspect commercial (date de sortie fixée puis repoussée), l’auteur s’intéresse à la création du jeu lui-même, lieux, personnages, monde ouvert, gameplay… Avant d’aborder le cas du suivi avec les événements et bien entendu les DLC (avec là aussi des échecs dans la communication), ainsi que les projets dérivés. Le chapitre a le mérite d’être complet et intéressant, distillant pas mal d’informations qui auraient pu échapper à ceux qui ont suivi l’actualité autour du jeu.

La musique dans les jeux vidéo est une donnée importante favorisant l’immersion. Dans l’ouvrage de Jérémie Kermarrec, elle a même le droit à son propre chapitre. Cela est surprenant de prime abord mais on constate vite que cette partie est importante pour comprendre les idées qui ont été mises en place pour concevoir la bande-son de FFXV, sans pour autant trahir le travail de Yôko Shimomura, la compositrice qui travaillait sur les thèmes de Versus XIII. Si la plupart de ses musiques ont été reprises, il est bon de voir que l’orientation monde ouvert du jeu a sensiblement modifié la façon de penser des développeurs… Nous n’en dirons pas plus pour vous laisser le soin de lire cette partie. La dernière partie, qui relève plus de l’analyse, vise à décrypter certains éléments du jeu, à commencer par la définition même de ce qu’est une fantasy réaliste ou plus précisément une illusion basée sur la réalité. L’auteur analyse donc les éléments du jeu avec ce qui se rapproche de notre monde tel qu’on le connait et ce qui résulte de la surcouche liée à la mythologie, comme la symbolique de la nuit, celle du sommeil (altérée avec les changements de direction) ou encore cette partie scientifique qui met en avant le manque d’éthique. Il revient également sur cette idée un peu folle de faire de FFXV un road trip, avec ce que cela implique en termes de gameplay, comme l’intégration du donjon Pitioss entièrement centré sur les phases de plateforme et les énigmes. Avec une certaine objectivité, malgré la bienveillance dont il fait preuve pour le jeu, Jérémie Kermarrec n’oublie pas de mettre en lumière le difficile équilibre à atteindre lorsqu’on crée un jeu et ce sentiment d’incomplétude de l’œuvre, sentiment pointé du doigt par tous les joueurs… Il touche ainsi la problématique qui se pose souvent entre les désirs artistiques et les impératifs financiers, sans parler de l’après à gérer, surtout à une époque durant laquelle les machines sont connectées et que beaucoup assurent un suivi régulier pour maintenir une communauté active.

L’avis perso de Vincent / onizukadante // Quand la Légende de FFXV n’est autre que celle des XIII…
Avec ses 488 pages, La Légende Final Fantasy XV de Jérémie Kermarrec est un gros pavé qui se lit avec plaisir grâce à un découpage clair des chapitres et des sous-chapitres. Son écriture est agréable et les notes de bas de page n’entravent pas la lecture, tout en la complétant au besoin. Dans le fond, malgré le titre de l’ouvrage, il faut reconnaître que nous observons avec curiosité la mutation de Final Fantasy Versus XIII en Final Fantasy XV, en passant par les études des autres projets qui lui sont liés, comme FF XIV et FFXIII pour ne citer qu’eux. Nous avons apprécié que l’auteur prenne le temps de revenir sur la culture de l’entreprise, sur les changements qui ont dû être opérés pour que puissent naître ces derniers opus. Malgré une certaine bienveillance palpable pour le jeu, l’auteur n’en reste pas moins critique sur tous les éléments qui n’allaient pas. L’ouvrage est complet, il est précis et instructif. Un joli cadeau à faire en ces fêtes de fin d’année pour les joueurs qui s’intéressent de près ou de loin à la licence.

Partager :    
En rapport avec : Final Fantasy XV
Editeur : Square Enix | Developpeur : Square Enix | Date de sortie : 29 Novembre 2016
Actualités du jeu | Images | Vidéos | Test du jeu


VOS REACTIONS
Posté le 22.12.19 @ 10:16


Gamertag :
Gh0stCrawl3r
J'irais surement me le prendre à l'occaz, j'ai pas mal de bouquin de Third, toujours assez apprécié

Seuls les membres du site peuvent commenter les articles
Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020