[MXG+] XG Film Club - X-Men : Apocalypse

XBOX GAMER
connect�, 41 567 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
News > [MXG+] XG Film Club - X-Men : Apocalypse
- Publiée le 29.05.2016, à 00:05
- Par Vincent P.
[MXG+] XG Film Club - X-Men : ApocalypseAlors que la norme est aujourd’hui aux suites dans un univers unifié en ce qui concerne les films de super héros, on a parfois tendance à oublier qui a été l’un des précurseurs dans ce domaine, qui a contribué à lancer cette « mode ». Petit retour en arrière, nous sommes en 2000 et un certain Bryan Singer, jusqu’alors surtout connu pour le cultissime Usual Suspect, déboule avec sa nouvelle réalisation : X-Men. Un sacré changement de registre pour Singer qui, en adaptant sur grand écran les aventures des mutants les plus connus de chez Marvel, ne s’attendait sûrement pas à un tel succès. 16 ans plus tard, nous voici face au neuvième film basé sur l’univers X-Men ! Le quatrième avec Singer à la réalisation, un postulat de départ qui est habituellement bon signe car le monsieur est clairement à l’origine des meilleurs épisodes de la saga avec les excellents X-Men 2 et X-Men : Days of Future Past là où d’autres s’en sont beaucoup moins bien sortis… Comme le prouve le calamiteux X-Men 3 : The Last Stand (Brett Ratner, nous ne te passons pas le bonjour et te souhaitons, en toute amitié, d’attraper une bonne gastro) ou encore le nullissime X-Men Origins Wolverine. Brillamment relancés en 2011 après le naufrage du troisième opus par Matthew Vaugh et son First Class, nos mutants se sont définitivement faits une place au soleil avec Days of Future Past qui fut le plus gros succès de la franchise. Le pari est donc risqué pour Singer car non seulement il doit faire une suite à la hauteur mais en plus il s’attaque à un très gros morceau, Apocalypse étant sans doute l’adversaire le plus puissant des X-Men dans les comics (comparable au Thanos du MCU). Ressortons donc encore une fois les capes, les tenues moulantes et autres accessoires de bon goût, il y a du rab’ de super héros à la cantine d’XG.

It’s all of us, against a god!




Le monde est en plein changement. Après les événements de Days of Future Past, la société est en pleine évolution concernant la question des mutants. Charles Xavier poursuit son idéal grâce à son école pour jeunes mutants, havre de paix au sein duquel il est possible de recevoir une éducation tout en apprenant à maîtriser ses pouvoirs. Magneto, quant à lui, s’est volatilisé bien loin de tout ça afin de mener une vie normale. Alors qu’un semblant de paix semble naître, quelque chose enfoui au plus profond de la terre, pris au piège depuis des millénaires, s’éveille. Premier mutant à avoir existé ? Véritable dieu ? Inspirateur de mythes tels que celui des quatre cavaliers et de diverses représentations du mal ? Personne ne le sait. Une seule certitude, Apocalypse est là dans l’unique but de détruire le monde. S’attaquer aux plus gros bad guys est sans doute l’opération la plus risquée pour une adaptation de comics. Un seul faux pas et c’est tout le film qui s’écroule. Alors que le MCU n’a encore que teasé son Thanos et que seules quelques bribes de Darkseid sont apparues chez DC, c’est donc la FOX qui ouvre le bal des grands méchants en premier et, si ce n’est pas parfait, il faut quand même avouer que c’est plutôt réussi. Le choix concernant l’acteur avait de quoi laisser dubitatif, Oscar Isaac (Star Wars VII) n’ayant pas forcément la stature pour ce rôle… Et pourtant. Que ce soit visuellement ou au niveau du charisme et de la présence, Apocalypse est bluffant.

On ressent à la fois chez le personnage sa toute puissance écrasante mais aussi son côté divin qui subjugue littéralement tous les autres mutants. Loin d’être uniquement violent, il se transforme parfois en excellent gourou, arrivant ainsi à rallier à sa cause plusieurs individus via son pouvoir mais également en jouant sur leurs émotions. Bien sûr, on peut reprocher à ce personnage son approche et son but basique, à savoir la destruction du monde afin d’en construire un nouveau, mais force est de constater que c’est très bien rendu et efficace à l’écran. La prestation très convaincante d’Oscar Isaac et le traitement visuel de Singer compensent le côté simpliste d’Apocalypse en tant que méchant. Dans sa globalité, le casting du film est très solide. Si vous avez aimé le Xavier de James McAvoy et le Magneto de Michael Fassbender dans les précédents films, vous serez aux anges. Tout le capital sympathie et le charisme des deux frères ennemis sont intacts, tandis que les deux acteurs sont véritablement excellents dans leur rôle. C’est cependant à propos de l’introduction des versions jeunes de Scott Summers et de Jean Grey que les attentes étaient hautes. Et si le jeu d’acteur de Tye Sheridan ou de Sophie Turner (la Sansa de Game of Thrones) n’atteint pas le sommet de la montagne où trônent Isaac, McAvoy et Fassbender, leur incarnation des deux futurs membres clés des X-Men est très satisfaisante et sonne juste. Une fois n’est pas coutume, la palme du « volage de vedette » revient encore au Quicksilver joué par Evan Peters.

Plus cool et badass que jamais, le personnage bénéficie d’une scène absolument vouée à devenir culte. Sous fond de Sweet Dreams de Eurythmics, Singer nous balance une claque en plein visage via une séquence, drôle, impressionnante, chorégraphiée de main de maître et vraiment travaillée, qui fera date. On se retrouve donc face à une équipe inédite composée à la fois de bleus et de vétérans qui, malgré un départ volontairement balbutiant, finit par prendre corps et par faire honneur à l’héritage X-Men. Et il fallait bien ça pour espérer faire face à Apocalypse et ses 4 cavaliers de façon crédible. Un exercice d’équilibrage super héros vs super vilains assez difficile mais convaincant malgré certaines facilités scénaristiques sur la fin. Malheureusement, si les personnages principaux sont bien traités, ce n’est clairement pas le cas des seconds couteaux. Que ce soit Angel ou Psylocke, ils ne sont là que pour fournir leur quota de baston. Zéro développement, zéro nuance, seuls leurs looks réussis et leurs prouesses martiales les sauvent de la vacuité la plus totale. Idem pour Storm qui, si elle s’en sort mieux, reste assez peu marquante. Autre fait étonnant, Jubilee semble totalement ignorée. Elle est bien présente à l’écran mais ne sert à rien et ne fait pas plus. Le plus grave restant la disparition d’un personnage clé de manière assez abrupte et manquant clairement d’impact sur le déroulement du film. Un faux pas dans la maîtrise de la gestion des personnages assez inhabituel chez Singer… Pour un film au ton différent de celui auquel nous étions habitués.

I’ve never felt power like this before




Bryan Singer nous a habitués à un discours de fond toujours intelligent et à un second degré de lecture bien amené et directement hérité des comics. Il faut dire que les films X-Men sont normalement extrêmement centrés sur leurs protagonistes et n’hésitent pas à faire des parallèles entre les dérives fictives de leur monde et celles bien réelles du nôtre. C’est moins le cas avec X-Men : Apocalypse. Afin de rendre crédible le mythique super vilain, le réalisateur n’a pas hésité à sacrifier une partie de ce qui faisait l’identité des précédents films afin de nous fournir du grand spectacle comme on en a rarement vu chez les disciples de Charles Xavier… et même ailleurs. Visuellement, le dernier X-Men ne se retient absolument pas quand il faut fournir des scènes de destruction. Oubliez le Magneto de Days of Future Past qui transportait un gigantesque stade grâce à ses pouvoirs, ici il fait carrément trembler la terre entière ! Sans parler d’Apocalypse qui est capable de raser une ville en quelques secondes et qui semble absolument inarrêtable. L’avalanche d’effets spéciaux utilisés en deviendrait presque écrasante par moment. Malgré tout cela, malgré un scénario moins intelligent que d’habitude, malgré un côté blockbuster beaucoup plus présent, malgré certains personnages ratés, la mayonnaise prend. Pourquoi ? Tout simplement parce que Singer arrive à conserver ce supplément d’âme qui fait de la franchise X-Men une franchise à part. Le traitement d’Apocalypse, méchant parfois assez binaire, même en BD, est exemplaire.

Les passages où il recrute ses quatre cavaliers sont un sans faute avec en point d’orgue l’addition de Magneto à la team via une séquence réutilisant le traumatisme d’Auschwitz. Le film prend bien le temps de faire monter la pression, avec d’un côté la formation d’une nouvelle équipe d’X-Men et, de l’autre, la montée en puissance des « méchants » afin de nous conduire à un final bourré d’action. Un final qui s’impose comme le plus impressionnant de la saga et où chaque mutant va devoir tout donner. L’ultime joute tient donc ses promesses mais d’un point de vue tension/intensité le meilleur passage du film reste celui où Xavier, connecté à Cerebro, entre en contact avec l’esprit d’Apocalypse, provoquant au passage un énorme combat mental, se poursuivant jusque dans les dernières secondes et bénéficiant d’une mise en scène vraiment réussie. Il est facilement compréhensible que X-Men : Apocalypse puisse décevoir. Pour certaines des raisons évoquées plus haut mais également à cause des attentes suscitées. Soyons clairs, si vous vous attendiez à une vraie suite de Days of Future Past, vous serez sans doute déçu ou déstabilisé car cet épisode est bien plus le début d’une nouvelle trilogie que la fin de celle entamée avec First Class. Ayant réussi à faire table rase du passé grâce au twist scénaristique de Days of Future Past, Singer a préféré partir sur de nouvelles bases, quitte à devoir sacrifier une partie des anciennes. Evoluant tel un mutant, la saga X-Men voit son ADN changer… avec ce que ça comporte comme défauts mais aussi comme qualités.

On a aimé

On n’a pas aimé

Apocalypse, son aura, sa puissance
Bonne introduction des nouveaux persos importants
Bien réalisé
Impressionnant visuellement
Des scènes d’action réussies
Quicksilver, grandiose !
Excellent caméo de Wolverine
L’OST
Fassbender et McAvoy toujours au top. Isaac est excellent
Un scénario qui manque un poil de développement
Certains personnages sacrifiés
Moins de finesse que d’habitude


Forget everything you think you know, you’re not students anymore. You’re X-Men !
X-Men : Apocalypse est un film très dur à juger. D’un point de vue scénaristique, il est un cran en dessous de ce à quoi nous a habitués Singer. Le développement de certains personnages est inexistant. La finesse dont font preuve les meilleurs épisodes de la saga est également un peu mise à mal par moment. Cependant, ce que cet opus perd en identité et en profondeur, il le compense au niveau des enjeux et du grand spectacle. Rarement on a vu un méchant aussi puissant, rarement on a assisté à autant de destruction et de démonstrations de force. Si le but de Singer était de prouver que les X-Men peuvent rivaliser avec les Avengers, sans essayer de copier quoi que ce soit chez la concurrence, alors le pari est réussi… D’autant plus que malgré ses imperfections, le film conserve son âme, sa petite touche particulière qui le différencie très facilement de ce qui peut se faire à côté. Doté d’une réalisation bien plus soignée et personnelle que la moyenne pour un film de super héros, X-men : Apocalypse évite cet aspect très impersonnel qu’ont les plus grosses productions du genre, MCU en tête. Un peu moins brillant, beaucoup plus impressionnant, laissons à Bryan Singer le bénéfice du doute concernant l’avenir de la saga avant de crier au scandale car si au final X-Men : Apocalypse est la conclusion décevante d’une ancienne ère, il est aussi le début prometteur d’une nouvelle.

Critique rédigée par Damzema - Membre XG+

Partager :    
En rapport avec : XG Film Club
Editeur : ... | Developpeur : ... | Date de sortie : ...
Actualités du jeu | Images | Vidéos


VOS REACTIONS
Posté le 29.05.16 @ 00:45


Gamertag :
KILLER PIPO
Entièrement d'accord avec toi du début jusqu'à la fin, à l’exception près d'Apocalypse que je n'ai pas trouvé aussi charismatique que tu le présente. La faute déjà à un problème de carrure, ça peut paraître con mais un méchant de cette ampleur je me le visualise grand. Pas un mec de 3 mètres de haut qui ne rentre pas dans une porte, juste un gars qui dépasse tout le monde d'une bonne grosse tête et Isaac n'a pas cette carrure. Autre problème, je n'ai à aucun moment ressenti une vrai menace venant de lui. Il est fort c'est certain mais je ne l'ai pas vu faire trembler la terre contrairement à Magneto... Sans oublié cette fin qui sans trop spoiler, ce débarrasse illico presto du grand méchant qui à longtemps été teasé.

Du grand spectacle que j'ai bien apprécié mais on est loin d'un Days of future past, la faute à un Wolverine qui manque trop même si son caméo est juste géant ! (D'ailleurs si quelqu'un pouvait m'expliquer la scène post générique )

Ps: le générique d'intro déboite sévère !
Posté le 29.05.16 @ 10:26


Gamertag :
Derkaone
Les teasers et BA puis maintenant ce billet (excellent) m'ont mis l'eau a la bouche mais je n'est pas eu le temps d'aller le voir, tristesse...on se rattrapera a la rentrée sur la sortie du Blu ray.
Je me rappelle d'un interview de Singer qui disait aux fans de la franchise (A propos de "l'action") qu’après Days of the futur past il "détruirais tout" avec Apocalypse, apparemment il a tenu parole.

Quoi qu'on en dise, j'aime les deux franchises, Xmen et Avengers, cependant avec toujours une préférence pour l’écriture, la mise en scene et le coté dramatique + les thématiques abordés dans X men...
Le ton est beaucoup plus adulte, des sujets plus grave sont abordés.
En cela Avengers est complètement binaire et n'ose jamais partir dans le "drama"..

C'est pour ça que je suis content que Disney ne s'occupe pas de tout les super heros Marvel car je sais qu'ils n'auraient jamais démouler la Jessica Jones qu'on connait, Daredevil, le Punisher ou ici Xmen.

Parce que comme dit dans cet excellent billet, a propos de super/mega méchant, je sens que quand Thanos sera réellement abordé je serait déçu...(Enfin, j’espère pas mais c'est comme ça que je le sent)
Posté le 29.05.16 @ 21:08

@Vegeta : Je comprends ce que tu veux dire ainsi que ton avis sur Apocalypse. Après comme je l'ai dis, ce n'est pas parfait mais je l'ai trouvé très réussi. Le fait qu'il ne fasse pas une taille de plus que tout le monde, j'aime bien. Ça change du côté gros méchant = grosse carrure de bourrin, je le trouve vraiment menaçant à tous les niveaux : voix, allure, pouvoir (les gens pris dans la matière). Et puis si on compare avec la concurrence au niveau de l'utilisation de méchants mythiques, X-Men est vainqueur par KO.

Que ce soit Avengers 2 avec son Ultron assez pathétique qui ne dégage que peu de menace au final ou Batman v Superman avec un Doomsday qui n'est que là que pour faire le boss de fin et qui n'a absolument rien d'intéressant à proposer... Nous n'avons clairement pas été gâté. Du coup j'avais très peur et au final je trouve que ce Apocalypse version Singer colle vraiment bien à l'univers cinématique X-Men, mieux qu'une adaptation 100% calquée sur la version comics. Singer avait déjà réussi ça avec le Magneto de la 1ère trilogie joué par Ian McKellen qui avait fait aussi polémique. Trop vieux, pas musclé etc alors que finalement ça fonctionnait vraiment bien. Après j'en conviens, Magneto est bien plus intéressant qu'Apocalypse en tant que personnage.

Concernant la scène post générique :
Comme pour Days of Future Past qui teasait Apocalypse, cette scène tease le prochain bad guy. Le groupe de personnes qui pénètre dans le lieux ou Stryker expérimentait sur les mutants est apparemment là pour récupérer un échantillon de sang de l'arme X (Wolverine). Sur la valise contenant les échantillons, on peut voir "Essex Corp" inscrit dessus.

Dans les comics, il existe un biologiste né au 19ème siècel et nommé Nathaniel Essex. Obsédé par l'évolution de l'homme, il va pousser ses expériences très loin. Il finira par mal tourner et deviendra définitivement un méchant après avoir rencontré Apocalypse qui va le transformer en sorte d'être quasi immortel doté de nombreux pouvoirs dont de la télékinésie, une force surhumaine et même de la télépathie. Il prendra alors le nom de Mr Sinister.

http://static.comicvine.com/uploads/original/4/40165/799882-219807_146644_mr_sinister_super.jpg

Forcément ses origines risquent d'êtres différentes dans les films vu qu'Apocalypse est mort mais en gros l'idée est là. Le nom Essex, l'expérimentation sur les mutants qui fait écho à l'obsession sur l'évolution. On tient notre prochain bad guy.
Posté le 29.05.16 @ 21:28


Gamertag :
KILLER PIPO
C'est clair que c'est le méchant le mieux réussi qu'on nous a livré au court de ces dernières années mais il lui manquait un petit quelque chose pour le rendre vraiment mythique. En espèrent que Thanos soit encore mieux travailler et on aura peut être le droit à un super avengers 3

merci pour le précision sur la scène post générique, je suis effectivement un peu familier avec ce Mr Sinister (merci le jeu deadpool )

Seuls les membres du site peuvent commenter les articles
Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2023