L'avis flash d'Oni - Dead or Alive 6

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 220 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
News > L'avis flash d'Oni - Dead or Alive 6
- Publiée le 01.03.2019, à 15:28
- Par Vincent P.
L'avis flash d'Oni - Dead or Alive 6Dead or Alive 6 vient officiellement de sortir ce jour mais j’ai (Vincent / onizukadante) la version physique du titre depuis quelques jours maintenant. N’ayant pas terminé d’exploiter tous les personnages et les Quêtes DOA, je ne peux décemment pas vous proposer une critique du jeu, d’autant que le patch Day One n’a été déployé qu’hier (accès au mode Online et modifications de certains éléments). Ceux qui me connaissent savent très certainement à quel point j’ai à cœur d’exploiter au maximum un titre avant de pouvoir proposer un tel article. Malgré tout, ayant déjà cumulé quelques heures de jeu, je tiens à vous proposer d’ores et déjà un avis « Day One » sur mon expérience…

Une vieille recette bien réajustée




Je vais être clair, ma première déception vient clairement du mode Online. Celui-ci est ultra minimaliste, proposant simplement à l’heure actuelle des matchs classés avec des pièces de tenue à débloquer au hasard en guise de récompenses. Même si les parties sont vraiment très stables, surtout quand on exclut les mauvaises connexions, il faut avouer que cela reste limité. En plus, les fans des tenues vont devoir cravacher sévère pour espérer avoir toutes les pièces d’un même costume. Vivement que les développeurs intègrent le matchmaking en lobby et les parties non classées pour le fun, ce qui aurait dû être là de base… Deuxième déception, je constate l’absence du Tag Battle, mode pourtant assez emblématique de la série introduit dans DoA2. Ceci étant dit, le cœur du jeu n’a pas trop bougé. En étant habitué à la série, j’ai rapidement retrouvé mes marques. Helena, Bass, Ayane, Ayate, Ryu, Rig, etc., peu importe le personnage que je prends, je retrouve majoritairement les mêmes mouvements que par le passé. J’ai bien constaté quelques modifications dans les prises ou encore des ajustements dans les timings mais globalement, on a vraiment l’impression de jouer à un DoA 5 amélioré et encore un peu plus équilibré à ce niveau-là, les nouveautés venant d’ailleurs.

Niveau gameplay pur et dur, la nouveauté vient de l’intégration d’une jauge de super composée de deux niveaux. Ainsi, en plus de la touche pour les attaques aux poings, celle pour les attaques aux pieds, celle pour les prises et celle pour les projections, il est possible d’utiliser la gâchette haute pour lancer un super. En consommant une barre avec l’association à la direction opposée à l’action, on tente une super prise qui permet de contrer tout type d’attaque. C’est idéal quand on est en mauvaise posture, coincé contre un bord du ring notamment. Cela permet d’inverser la tendance et de reprendre un peu le dessus, ou du moins de souffler un minimum. En consommant les deux barres avec l’association à la direction allant dans le sens de l’action, on lance un super coup qui termine par un coup briseur. Non seulement cela inflige des dégâts certains, mais en plus cela ne peut être contré que par une super prise et ça engendre un enchaînement violent, visuellement agréable qui se termine par un ralenti, avec même parfois une blessure infligée au visage ou sur le corps (vêtements et peau salis/déchirés au passage). Les séquences ne sont pas sans rappeler les Fatality des Mortal Kombat, en bien moins violentes et gores bien entendu. Toujours est-il que cette nouveauté ajoute du dynamisme, du spectacle et rend le titre toujours plus accessible pour les néophytes.

Attention tout de même, cela ne veut pas dire que les amateurs réussiront à dompter les joueurs aguerris. Le gameplay garde une certaine profondeur, avec des attaques bien différentes et une gestion du timing et des esquives avec les pas de côté. Clairement, je ne me suis jamais senti menacé par un joueur moins entraîné, les combats et les réflexes du passé permettant de bien anticiper les mouvements de l’adversaire et de savoir quels sont les combos dévastateurs à placer, les mécaniques reposant toujours sur le fameux pierre / papier / ciseau pour schématiser. En tout cas, il est plus que jamais important de prendre en considération les contres si on ne veut pas se faire laminer. Côté nouveautés toujours, on note la présence de Diego et de NiCO, deux nouveaux personnages. Le premier est un combattant puissant avec un style street qui n’apporte pas tant de nouveautés que ça. Il reste néanmoins agréable à jouer. La petite NiCO en revanche est un peu plus intéressante. Son style est plutôt basé sur l’esquive et les feintes et elle peut se montrer redoutable avec sa maîtrise de l’électricité. En plus, au niveau du jeu en lui-même, elle est clairement plus mise en avant que Diego, dont l’introduction est bien vite expédiée.

Fallait pas en faire toute une histoire...




Cela m’amène à vous parler du mode Histoire qui a été intégré. Les développeurs ont eu une bonne idée sur le papier en intégrant un mode découpé en plusieurs parties. Concrètement, il y a un morceau principal de base développé sur une première colonne qui évolue au fil de vignettes à débloquer. Il y a sept chapitres, composés de plusieurs vignettes. Au fil de la progression, on débloque d’autres vignettes, éparpillées sur une vingtaine d’autres colonnes, qui s’attardent sur des histoires annexes. Hélas, si le papier est séduisant, la réalisation l’est moins. On se retrouve souvent à lancer une vignette ne contenant qu’une simple cinématique de quelques secondes avant de nous renvoyer au menu de sélection. Quand un combat s’invite, avec un personnage imposé donc, on se retrouve à expédier l’affrontement en quelques secondes et en un seul round, même pour le boss de fin. Le découpage casse complètement le rythme et le scénario qui, loin de briller de base, devient totalement décousu à cause de la structure. Du coup, on retient l’essentiel et on peste quand on a une cinématique futile sans même un combat, finissant par avoir l’impression d’avoir passé autant de temps à regarder le chargement qu’à profiter de l’histoire... et ce même si celle-ci se termine en 1H et quelque à 2H et des poussières (navigation, chargements et crédits de fin compris) selon les vignettes que vous regardez et vos facultés à expédier les combats.

Pire, les cinématiques souffrent d’un flou trop présent, de décors aux textures totalement inégales et d’un aliasing assez prononcé. Ce dernier est atténué sur Xbox One X mais il reste suffisamment présent pour entacher le plaisir de jeu, sans parler des scintillements qui deviennent gênants, et ce même si on choisit l’option privilégiant les graphismes (mais attention aux chutes de framerate) pour améliorer le netteté et profiter de plus jolies gouttes de sueurs, plutôt que la fluidité. Majoritairement, le titre est loin de pleinement satisfaire, restant une version plus fine de DoA 5 Last Round. Les personnages sont bien modélisés, même si les visages manquent de naturel, les effets visuels sont plutôt jolis, les ombres et les lumières ont gagné en finesse et les tenues sont agréables à l’œil, mais les décors sont inégaux, certaines textures étant datées. Pour en finir avec la parenthèse liée à la forme, je note que les musiques sont dans la lignée de ce qu’on connaît, avec un bon dynamisme et une bonne application aux combats, mais des sonorités parfois génériques. Petite note personnelle, je privilégie les doublages japonais aux anglais, d’autant plus que la synchronisation labiale est loin d’être satisfaisante.

Pour en revenir au contenu, DoA6 mise toujours sur les indétrônables classiques que sont les modes Arcade, Survie et Contre-la-montre. Ajoutez à cela un mode entraînement ultra complet et très didactique, avec défis combo en prime, et vous obtenez un titre satisfaisant en local. Le gros plus, c’est l’intégration du mode des Quêtes DOA. A défaut d’être original, il permet d’intégrer 104 défis chapeautés par NiCO. Chacun d’eux demande de remplir trois objectifs (dont une grosse partie liée au gameplay) afin de gagner des crédits et d’obtenir des pièces de tenues. Je n’ai pas encore terminé tous les défis, mais j’ai trouvé les vingt premiers très faciles. En tout cas, j’apprécie fortement la volonté des développeurs d’aider les joueurs puisque ce mode permet d’accéder rapidement à un tuto dédié au coup associé au défi pour apprendre à maîtriser les techniques attendues. C’est plus ludique que l’entraînement et franchement sympa. J’y reviendrai donc plus tard lors de la mise en ligne de ma critique.

Collectionnite aigüe




Enfin, il y a le DOA Center, sorte de menu d’archives qui permet d’obtenir des anecdotes (à débloquer) sur les personnages, des biographies, de paramétrer les musiques (avec plusieurs à débloquer là encore), de consulter ses stats ou encore de personnaliser son personnage. Si on peut ajouter des lunettes ou encore changer un peu la coupe de cheveux, cela reste léger et limité. Le gros de la personnalisation passe par les tenues à débloquer, en sachant que les personnages féminins sont largement privilégiés par rapport aux masculins. Vue la manière de débloquer les tenues, il est clair qu’il faut enchaîner les parties pour pouvoir débloquer toutes les pièces de costumes avant de se les acheter avec les crédits. Par contre, je remarque qu’il n’y a pas forcément tant de tenues différentes que ça dès lors que je sors du compte les simples variantes de couleurs. Ca va encore être la fête aux costumes vendus à prix d’or ou regroupés dans un pass. La preuve, à la manière de DoA5 LR, DOA6 propose un Season Pass 1 (le 1 est important et laisse augurer au moins un 2) vendu 89,99€… Même s’il s’agit de récupérer 62 costumes, il y a quand même deux personnages dans le lot (et ce juste entre mars et juin)… En gros, cela pique de voir une telle pratique commerciale. Il suffit de voir Nyotengu, personnage offert pour les précommandes (avec Phase 4 d’ailleurs), qui est déjà affiché à 4,99€ pour se rendre compte que l’éditeur va nous refaire le même coup qu’avec DOA5...

Du coup, même si les 24 personnages de base paraissent pas mal, il faut bien reconnaître que je suis déjà tenté de vous conseiller d’attendre une version Ultimate ou Last Round ou autre pour profiter de l’intégralité du contenu à un prix décent… Enfin, pour finir sur une note plutôt positive, je reconnais que les arènes sont là en nombre. Même si plusieurs sont de simples arènes plus ou moins déguisées visuellement, d’autres sortent clairement du lot. Outre celle qui fait référence aux stages des précédents opus qui me laisse en demi-teinte, j’ai vraiment apprécié Forbidden Fortune, The Throwdown, Chinese Festival ou encore Lost Paradise.

On a aimé

On n’a pas aimé

Fun et jouissif
Mode Quêtes DOA, complet et ludique
Toujours plus accessible…
Avec une belle marge de progression
Plus spectaculaire
Super prise et Coup briseur
Mode Entraînement complet
L’interactivité des stages
Certains stages vraiment bien pensés
Personnages plus finement modélisés
NiCO intéressante
Modes classiques toujours efficaces
Matchs en ligne très stables
Chargements longuets
Mode Histoire mal foutu et vite expédié
Aliasing et scintillements
Décors moins travaillés
Juste des matchs classés en ligne
Cinématiques peu agréables à l’œil
Le frame rate en mode Graphismes
Tag Battle aux abonnés absents !
Le grind pour les tenues
Déjà un SP1 à 89,99€ !
Assez proche de DOA5


Le verdict de Vincent / onizukadante // Un très bon défouloir imparfait
Mon premier sentiment, c'est que les développeurs ont assuré le contenu hors ligne avant tout le reste. Ils ont vraiment peaufiné le mode Entraînement et ont apporté avec le mode Quêtes DOA une belle façon d’appréhender chaque personnage et d’approfondir les combos, et ce de manière plus ludique. Clairement, s’il est très accessible, encore plus que par le passé, avec notamment la jauge de Super, il n’en reste pas moins assez technique. La marge de progression est là et celui qui maîtrisera son personnage et les contres partira déjà avec un net avantage. Même si le gameplay, nouveauté des Super à part, reste proche de celui de DOA5, je dois reconnaître que c’est clairement le point qui me fait relancer encore et encore des parties. C’est plus spectaculaire, tout en étant toujours aussi fun et jouissif. J’aime bien le traitement de NiCO également et Diego, plus lambda, reste agréable à jouer. Le mode histoire en revanche, s’il est original et bien pensé sur le papier, reste complètement mal foutu dans les faits, trop décousu et aussi vite expédié qu’oublié. Niveau enrobage, j’apprécie le soin apporté aux modélisations et animations (sauf faciales) des personnages mais je suis un peu déçu par les soucis visuels des cinématiques, les textures datées dans les stages qui jurent avec certains effets visuels réussis et les éléments interactifs bien intégrés. Bref, je prends du plaisir à y jouer mais cela ne m’empêche pas d’avoir plusieurs déceptions, à commencer par les scintillements qui me brûlent la rétine et l’absence improbable de mode Tag Battle, et de rester une fois de plus sceptique sur la pratique commerciale liée aux DLC…

Partager :    
En rapport avec : Dead or Alive 6
Editeur : Tecmo Koei | Developpeur : Team Ninja | Date de sortie : 1er mars 2019
Actualités du jeu | Images | Vidéos | Test du jeu (14/20)


VOS REACTIONS
Posté le 01.03.19 @ 20:23


Gamertag :
Derkaone
Tu sais pour quoi je suis sur ton billet mon Oni..hin, je sais que tu sais pour quoi
Jai dabord lu ton billet, bien que doa soit toujours un tres bon jeu de baston j'y joue plus depuis des lustres.
Ceci dit, et j'avais pas tiqué au début, quand j'ai compris que 90 euros c'était pas le prix du jeu + le season pass mais UNIQUEMENT le prix du season pass...bah j'ai éclater de rire.

plus cher que le jeu, plus cher que certains collector ? : le pass à base de 2 persos et des costumes de chez DOA.
Sur la prochaine Gen, les jeux couteront 90 boules, les season pass 150 euros, et en plus ça sera tous des "Game as service"....
Posté le 01.03.19 @ 23:47

Les mecs ne doutent de rien. Plus de 1000 boules de DLC de costumes sur le 5, là ils attaquent avec un pass à 90 boules contenant 2 persos et des costumes ? Ils peuvent se gratter sévère pour que je touche à leur jeu.
Posté le 02.03.19 @ 12:03


Gamertag :
Derkaone
En réponse à Damzema
Les mecs ne doutent de rien. Plus de 1000 boules de DLC de costumes sur le 5, là ils attaquent avec un pass à 90 boules contenant 2 persos et des costumes ? Ils peuvent se gratter sévère pour que je touche à leur jeu.


En même temps, quand on y pense, et c'est toujours le même schéma, qui les a mis en confiance au point qu'ils te sortent, le sourire aux lèvres, un Season pass à presque 100 boules ?
Cette génération de consommateurs dégénéré...j'te jure...

Moi à leur place je le mettrais à 150 boules direct.
Tiens, à la place de Microsoft et de Sony je doublerais le prix du live et du Psn, sans pitié, hop 10 ou voire même 15 euros mensuel..rien à ciré, "ils" paieront
Les jeux sur les prochaines gens ? : 200 euros le jeux/150 euros le Season pass et tant qu'on y est que des jeux en kit en mode "Game as service"..."ils" kiffent ça les gens...

Tu sais que Rockstar à dépassé allègrement le milliard de dollars avec les microtransactions de GTA V...et c'est pas fini... ...Attends quils finissent de bricoler le multi de RDR2, ils vont se faire des couilles en platines en vendant des...crinières de canasson, des chapeaux de cow-boy et des éperons couleur or..
Posté le 02.03.19 @ 12:31

En réponse à derkaone
En même temps, quand on y pense, et c'est toujours le même schéma, qui les a mis en confiance au point qu'ils te sortent, le sourire aux lèvres, un Season pass à presque 100 boules ?
Cette génération de consommateurs dégénéré...j'te jure...

Moi à leur place je le mettrais à 150 boules direct.
Tiens, à la place de Microsoft et de Sony je doublerais le prix du live et du Psn, sans pitié, hop 10 ou voire même 15 euros mensuel..rien à ciré, "ils" paieront
Les jeux sur les prochaines gens ? : 200 euros le jeux/150 euros le Season pass et tant qu'on y est que des jeux en kit en mode "Game as service"..."ils" kiffent ça les gens...

Tu sais que Rockstar à dépassé allègrement le milliard de dollars avec les microtransactions de GTA V...et c'est pas fini... ...Attends quils finissent de bricoler le multi de RDR2, ils vont se faire des couilles en platines en vendant des...crinières de canasson, des chapeaux de cow-boy et des éperons couleur or..

Je ne leur souhaite qu'une chose : un plantage dans les grandes largeurs. Je préfère voire une licence que j'ai adoré comme DoA crever plutôt que de la voir se transformer en simulateur d'essayage de bikini. C'est peut être cruel mais ça me fout les boules de voir ce que devient la licence. Soyons clair, DoA a toujours eu un côté voyeur. Combattantes canons, peu vêtues et dotées de poitrine sur dimensionnées, c'était un côté japonais qui plaisait à beaucoup de monde mais surtout et avant tout un DoA c'était un putain de jeu de combat. Le 2 fut une gigantesque baffe à l'époque (j'ai encore ma version Dreamcast). Hors depuis le 5, ils se contentent de faire un jeu de combat correct (un peu d'innovation mais pas trop, ils se piègent eux-même en s’enracinant) et basent une grande partie du succès du jeu sur l'aspect meufs canons/plein de costumes sexy. Les combattants, ils ont 4 pauvres costumes qui se battent en duel. Les combattantes, elles ont un magasin entier à dispo.

Franchement, je suis bien plus hypé par le prochain Samurai Spirit fraîchement annoncé, il n'est pas super beau mais au moins le focus reste sur l'aspect faire un bon jeu de baston et pas sur "vendons du cul histoire de bien générer du cash avec des tonnes de costumes".

Pour rappel, DOA 5 :
https://tof.cx/images/2019/03/02/eef63d85f4c9962144165b227db001be.jpg

1300 boules de DLC de costumes... on repart sur les mêmes bases... voir pire.
Posté le 03.03.19 @ 01:37


Gamertag :
Derkaone
J'ai souris quand j'ai lu que tu avais toujours ton opus Dreamcast, c'est le seul qui me reste .(J'ai meme été verifié pour etre sur )

Ce que je trouve dingue c'est la quantité astronomique de contenu stérile qu'ils produisent et que les gogos achètent, ce qui est tout aussi dingue c'est le prix qu'ils, eux et beaucoup d'autres, affichent d'office sur leur collectors, sur les seasons pass, sur des jeux vides...de mon point de vue c'est du "Y'a le porc, nique le porc"..

(Tu sais, les "jeux de service" que tu raque au prix fort et que tu attends qu'ils remplissent...le principe n'est pas si mauvais et je l'accepterais un peu mieux si tout ces jeux avaient d'office du vrai contenu day one et qu'on n'avait pas systématiquement la sensation qu'ils continuent de les développer à même nos machines)

Et encore, rien à faire, "eux" ont imposé ces modèles commerciaux de bâtards certes mais ils ont réussi à les vendre, la preuve, ils se font des milliards les gars...
Le "marché" te dit "Va s'y, tu peux les enfler et te faire des couilles en or avec des costumes"...Franchement, pourquoi pas ?...

"Nous", on est la génération avec laquelle ils se sont cassé les couilles a essayer de nous vendre des cartes multi...ça pas été facile...ça leur a pris du temps et les prix affiché au début étaient symbolique..

Hey, mon Damzema, Red Dead Online n'est qu'à l’état de Bêta et Rockstar arrive a fourguer ces micro-transactions (Sur une Bêta bordel.. )....Irrécupérable les gars je te dit..

Cette génération tu peux lui vendre tout et n’importe quoi...surtout n’importe quoi...même des faux collectors qui puent la merde a presque 200 euros..
Moi je tiens les paris ; La prochaine gen va te violé tout ce beau monde sur absolument tout...le prix des jeux va augmenter, le prix des season pass c'est fait, les dlc stériles trusteront tout, et pour les jeux multi ça sera que des "Game as service"....même le prix pour se connecté en ligne va augmenté...(J'en suis sur et certain)
Posté le 04.03.19 @ 12:59


Gamertag :
Gh0stCrawl3r
Acheté samedi sur le store argentin à 14e la version ultimate, on va voir ce que cela donne !
Posté le 05.03.19 @ 05:18


Gamertag :
Big Freddead
En réponse à derkaone
En réponse à Damzema
Les mecs ne doutent de rien. Plus de 1000 boules de DLC de costumes sur le 5, là ils attaquent avec un pass à 90 boules contenant 2 persos et des costumes ? Ils peuvent se gratter sévère pour que je touche à leur jeu.


En même temps, quand on y pense, et c'est toujours le même schéma, qui les a mis en confiance au point qu'ils te sortent, le sourire aux lèvres, un Season pass à presque 100 boules ?
Cette génération de consommateurs dégénéré...j'te jure...

Moi à leur place je le mettrais à 150 boules direct.
Tiens, à la place de Microsoft et de Sony je doublerais le prix du live et du Psn, sans pitié, hop 10 ou voire même 15 euros mensuel..rien à ciré, "ils" paieront
Les jeux sur les prochaines gens ? : 200 euros le jeux/150 euros le Season pass et tant qu'on y est que des jeux en kit en mode "Game as service"..."ils" kiffent ça les gens...

Tu sais que Rockstar à dépassé allègrement le milliard de dollars avec les microtransactions de GTA V...et c'est pas fini... ...Attends quils finissent de bricoler le multi de RDR2, ils vont se faire des couilles en platines en vendant des...crinières de canasson, des chapeaux de cow-boy et des éperons couleur or..


Sony t'as déjà entendu, ils avaient augmenté le prix de l'abonnement de 10 € l'année et en bonus, ils viennent même de retirer les jeux PS3 et Vita mensuel de l'offre.
Maintenant faudra attendre qu'il lubrifie encore un peu les parois annale, et tout rentrera comme dans du beurre

Seuls les membres du site peuvent commenter les articles
Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous


PUBLICITE
DERNIERES NEWS



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019