ClaC - The Last of Us Part 1

XBOX GAMER
connect�, 41 499 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
News > ClaC - The Last of Us Part 1
- Publiée le 21.09.2022, à 11:28
- Par Patrick C.
Il est « enfin » là. The Last of Us sorti initialement en 2013, puis dans une version Remastered en 2014 (sur PS4), est de retour dans une nouvelle version sur PS5, d’abord vendue comme un remake, puis finalement appelée « remasterisée » et intitulée The Last of Us Part 1 par Sony lors des derniers mois de communication avant la sortie. La vraie question est de savoir si le titre est un incontournable de la PS5 et s’il faut absolument le faire… Critique réalisée à partir d’une version PS5 envoyée par Sony, que nous remercions.

Entendons-nous bien
Que l’on soit clair de prime abord, nous savons pertinemment d’avance que tout le monde n’a pas les mêmes attentes lorsqu’on parle d’un remake ou d’un remaster. Un remaster, c’est grossièrement une version du jeu qui subit un lifting. Généralement, cela reprend une partie du code d’origine et on y greffe des textures avec une meilleure définition, des modèles rehaussés, voire refaits, des musiques remasterisées et quelques améliorations majoritairement de l’ordre technique… Pour un remake, les développeurs reprennent de zéro le code pour refaire le même jeu, qui peut donc avoir le même scénario, le même gameplay, le même contenu, etc. mais qui profite d’un tout nouvel aspect visuel et d’une partie technique revue. C’est en ce sens que la définition peut être frustrante puisqu’on a grosso modo le même jeu en plus beau, surtout à une époque où certains remakes ont su se démarquer en proposant bien plus. Nous pensons d’instinct au remake de Resident Evil 2 qui a permis de profiter d’améliorations au niveau du gameplay, d’améliorations au niveau du scénario ou encore de modifications dans la structure même du titre, montrant un travail conséquent pour apporter plus d’une rehausse visuelle. Il en va de même pour le remake de Final Fantasy VII qui apporte une toute nouvelle lecture et une approche bien plus moderne, rien qu’en changeant tout le système de combat. Le remake de Demon’s Souls, sorti en 2020 sur PS5, a lui aussi pu briller onze ans après la sortie de l’opus original, permettant de (re)découvrir un titre sorti sur une ancienne console qui n’est plus à la vente. Côté remasters, ceux des Shenmue par exemple offraient également l’opportunité de (re)découvrir ces deux monuments du jeu vidéo sans devoir casser le PEL pour se procurer une Dreamcast et les jeux originaux (même si le 2 est aussi disponible sur Xbox). Bref, entre la définition de base et les attentes, il peut y avoir un décalage qui peut plus ou moins influer sur la réception d’une œuvre de ce genre. Avec The Last of Us Part 1, il semble évident que le rendu paraît plus proche d’un gros travail de remasterisation que celui d’un remake aussi travaillé que ceux des exemples cités plus haut.

Une expérience magnifiée
Avec ce postulat de base, qu’il soit ou non vraiment « remake » ou tout simplement un remaster amélioré, tout dépend de votre définition, The Last of Us Part 1 est absolument magnifique. Le travail autour des textures, des animations faciales et notamment des expressions de Joel et Ellie (pour ne citer que deux personnages), des décors, certains passages avec les réverbérations, les effets du soleil, la façon de se mouvoir de certains animaux (notamment ceux de la savane en fin de jeu par exemple), tout est absolument magnifique et un soin tout particulier a été apporté aux détails, à rendre crédible, réaliste et vivante cette aventure. Il est vraiment plaisant de parcourir tous les chapitres du titre qui bénéficient d’un soin si particulier. C’est notamment le cas pour le travail autour des animations des visages, lors des éliminations silencieuses ou lorsque le personnage que l’on contrôle est tué par des ennemis (les claqueurs par exemple). C’est d’ailleurs plus violent et plus gore que la version initiale ou son remaster, et les développeurs ont réellement soigné les effets du sang, les impacts sur le corps, sur les ennemis, avec des hitboxes qui fonctionnent à merveille (le headshot n’a jamais été aussi efficace). Le travail autour du feu est aussi saisissant et réaliste.

On note tout de même des bugs de collisions ou d’affichage ainsi que quelques problèmes avec le moteur physique, pas toujours à la hauteur de la partie graphique monstrueuse, avec par exemple Joel bloqué par un petit buisson ridicule, impossible à passer ; tandis que dans certains endroits, il est possible de faire tomber des livres dans une bibliothèque, de manière très réaliste. Mais ces « problèmes » n’entachent en rien le plaisir de refaire cette expérience incroyable. En complément, nous avons remarqué que le souci du détail est bien présent mais pas forcément à 100% tout au long de l’aventure, et en même temps, la tâche semble ardue vue la durée de vie du jeu (comptez entre 14h et 16h pour finir l’aventure principale en normal, en fouillant un minimum afin de trouver les collectibles et surtout, munitions, améliorations, consommables, manuels et caisses à outils). Côté durée de vie de l’histoire principale, pas de changement par rapport au titre original et au remaster, et c’est bien dommage car nous arrivons sur le principal reproche que nous pouvons faire à The Last of Us Part 1 : l’absence de refonte dans le gameplay, d’ajout de missions, de changement dans la structure ou d’amélioration de l’IA par exemple. En même temps, certains pourraient répondre que le titre est toujours aussi réussi, et c’est vrai, mais on aurait aimé un vrai boulot sur ces aspects, surtout qu’il y a déjà eu un remaster. Le titre est presque exactement comme en 2014, et c’est bien dommage car on aurait pu attendre des améliorations sur certains aspects comme l’IA, complètement ridicule (incapable de nous repérer à un mètre juste derrière une bordure avec la tête qui dépasse) ou sur la prise en main, même si cette version bénéficie de quelques apports de The Last of Us Part 2 comme des déplacements un poil plus réussis et réalistes, avec une impression d’aisance et d’avoir un Joel un peu moins lourdaud.

Au rayon des bons points, on note aussi l’ajout de différentes difficultés, comme le mode réaliste ou le mode permadeath (qui s’active lors du démarrage d’une nouvelle partie) pour le jeu entier, par acte ou par chapitre, débloquées lorsqu’on termine le titre une première fois ; ainsi qu’un mode Speedrun qui permet d’activer un chronomètre mis en pause pendant les cinématiques et les transitions de scène, sans oublier la possibilité de personnaliser sa partie, de faire un NG+ ou encore d’accéder directement aux affrontements principaux du jeu. Left Behind ajoute deux heures de jeu complémentaires afin de comprendre une partie des événements de l’histoire principale, mais tout est identique au Left Behind initial. L’utilisation de la DualSense est aussi un apport intéressant, avec des gâchettes à l’utilisation différente selon l’arme utilisée (fusil, revolver, arc, etc.) demandant plus ou moins de pression en jeu afin d’atteindre l’ennemi. Les vibrations sont aussi mises à contribution pour l’immersion notamment sur certains passages clés. Bel effort de Sony afin de proposer un maximum d’accessibilité au titre avec un menu complet permettant de paramétrer complètement les touches, activer des assistances ou non, mettre en place des agrandissements et des aides visuelles pour les personnes malvoyantes, de modifier le champ de vision et la distance de la caméra ou le flou cinétique, et encore tout un tas d’options comme le lecteur d’écran (activation d’une narration du texte affichée à l’écran). Naughty Dog a cependant retiré le mode multijoueur du titre initial, comme si il n’avait jamais existé.

Pour répondre à la question en introduction : OUI, vous devez absolument faire le titre si vous ne l’avez pas découvert une première fois (ou une seconde fois via le remaster). Si vous avez déjà joué au jeu, nous ne sommes pas certains que débourser 80€ soit réellement nécessaire, bien que nous ayons pris un énorme plaisir à reparcourir le titre (et Left Behind) en ayant déjà vécu l’expérience il y a quelques années. Cependant, en septembre 2022, un certain The Last of Us Part 2 est passé par là, et pour être tout à fait franc avec vous, la prise de risque, la narration, la mise en scène et le contre-pied total qu’il représente à nos yeux en fait une expérience encore plus incroyable que le premier, qui n’a rien à voir en termes de surprise, de choix colossaux et d’impact. Nous nous rappelons très bien l’impact psychologique de la suite. En preuve, une partie de la communauté qui a complètement refusé le parti-pris de Naughty Dog sur ce second opus (nous vous laissons évidemment le soin de découvrir de quoi il en retourne).

On a aimé

On n’a pas aimé

Le titre original magnifié
La qualité visuelle !
Les animations !
Les qualités du titre initial
Solide durée de vie
Left Behind inclus
Une aventure exceptionnelle…
Qui arrive après The Last of Us 2
Où est le multijoueur initial ?
80€ pour une troisième version
Améliorations, hors graphismes, trop légères
Les mêmes défauts (IA notamment) qu’avant


L’avis de Patrick / Lenuldepik
Avant de débattre et d’échanger sur cet avis final, nous tenons à être clairs : The Last of Us Part 1 est une aventure incroyable, à faire au moins une fois dans sa vie. Certains passages marquent à jamais et il a été vraiment plaisant de (re)parcourir tous les chapitres d’un titre réussi en tout points (ou presque). Naughty Dog est un studio au talent indéniable que Sony a bien fait de s’approprier et le titre l’est tout autant. Toutefois, le travail sur les graphismes ne fait pas tout, il manque le multijoueur, il y a très peu d’améliorations de gameplay (pour ne pas dire presque aucune), rien n’a été repensé de ce côté, le titre a déjà eu un remaster il y a 8 ans et le prix est plutôt élevé pour une troisième version d’un titre sorti initialement en 2013 (même si le rapport qualité/prix/durée de vie est très positif et le contenu est conséquent). Attention, le travail du studio est bien là, il faut évidemment en tenir compte et ne pas nier ce qui a été fait. Mais en l’état, nous nous posons réellement la question de l’intérêt du titre SI vous avez fait le jeu original de 2013 ou son remaster proposé en 2014. Si ce n’est pas le cas, nous vous conseillons vivement de faire ce remake car il est évident que vous passeriez à côté d’une aventure réussie de bout en bout… mais finalement complètement dépassée par The Last of Us Part 2 qui fait fort en termes de narration, de prises de risque et de contre-pied vis-à-vis du joueur (et quel pied !).

Partager :    
En rapport avec : ClaC
Editeur : ... | Developpeur : ... | Date de sortie : ...
Actualités du jeu | Images | Vidéos


VOS REACTIONS
Posté le 21.09.22 @ 20:56

Si des gens n'ont jamais fait TLOU 1 alors oui on ne peut que conseiller ce remake mais certainement pas à 80 boules.
Comme le souligne bien le test, c'est beau, très beau. Le gap graphique avec le remaster est bien là. Une très belle enveloppe... avec un contenu qui reste très proche du remaster PS4. On retrouve les même errement de l'IA etc. Un classique certes mais ultra rentabilisé (qu'on nous refourgue pour le 3ème fois en moins de 10 piges) et à un prix délirant. De quoi gâcher en partie la fête.
Posté le 22.09.22 @ 00:12


Gamertag :
Lenuldepik
Yes, c'est en gros ma pensée. Et si il y avait eu une "note", ça aurait été probablement environ 14 ou 15/20. Le jeu est toujours une expérience à faire, mais 3 fois en 10 ans, et trop peu de changement.

Après, faut bien être d'accord sur la définition du remaster et du remake. Ce n'est pas forcément clair pour tout le monde (moi le premier).

Seuls les membres du site peuvent commenter les articles
Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2022