[MXG+] XG Série Club : Scorpion S1-2

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 204 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
News > [MXG+] XG Série Club : Scorpion S1-2
- Publiée le 10.04.2016, à 21:28
- Par Vincent P.
[MXG+] XG Série Club : Scorpion S1-2Quand on nous annonce une nouvelle série créée par Nick Santora, qui a participé notamment à Prison Break, Lie to Me ou encore Les Sopranos, on est en droit de s’attendre à quelque chose de qualité. Il est cette fois question d’un certain Walter O’Brien, petit génie hors du commun entouré d’une équipe d’experts dans divers domaines, affrontant ensemble de terribles menaces. Rien que ça...

Qui s’y frotte… s’y pique !




Avant toute chose, l’histoire est censée être basée sur la vie du fameux Walter. Sachez juste que le parallèle entre la réalité et la série se limite au pitch cité plus haut, le combat contre de terribles menaces en moins. À se demander l’intérêt de le mentionner… Ce brave monsieur O’Brien, 197 de QI tout de même, se retrouve donc entouré de Sylvester Dodd, une « calculatrice humaine » et génie en statistiques, d’Happy Quinn, vraie petite reine de la mécanique, de Toby Curtis, un psy et comportementaliste de talent, ainsi que de Paige Dineen qui est là (en plus de son joli minois) pour faire le lien entre ces geeks asociaux et le monde extérieur… et au passage, pour comprendre un peu mieux son fils, surdoué lui aussi. Tout ce joyeux petit monde travaille un peu pour n’importe quel client, mais principalement pour la Sécurité Intérieure des Etats-Unis, grâce à leur contact Cabe Gallo qui ne manquera pas de leur prêter main forte au besoin. À l’écran, ça fonctionne plutôt bien. La maladresse sociale de Walter, la trouillardise de Sylvester ou l’humour grinçant de Toby arrivent à nous décrocher régulièrement un sourire. C’est d’ailleurs un des points forts de la série. L’humour omniprésent apporte une vraie bouffée d’air frais et les relations (conflictuelles ou non) entre les personnages sont agréables à suivre. Même en situation de crise, on a toujours un petit mot d’esprit ou une réplique assassine pour amener de la légèreté.

La construction de la série est quant à elle très classique : plusieurs trames de fond au fil de la saison, mais chaque épisode a sa propre intrigue, réglée avant la fin de ses 40 min, à une exception près dans la saison 2. Les intrigues sont d’ailleurs très variées et emmènent régulièrement l’équipe de Scorpion aux quatre coins du globe, dans des situations plus ou moins périlleuses, mettant plus ou moins en danger la population alentour. Mais cette série est donc génialissime, direz-vous… Presque… Il y a malheureusement d’énormes lacunes. La première, qui nous abîme la rétine assez rapidement, ce sont les effets spéciaux. Sans exagérer, ils font partie de ce qu’on a vu de plus laid sur ces dix dernières années. Et ce n’est pas la réalisation très classique qui va nous le faire oublier, malgré un rythme soutenu. On peut certes être tolérant, tout le monde n’a pas le budget de Game of Thrones, mais là franchement, on est au niveau du téléfilm de l’après-midi sur M6 (ou du « blockbuster » du soir sur D17, au choix). Autres gros soucis : les « coups de masse » et les approximations scientifiques. Si vous trouviez normal que Bruce Willis dégomme un hélicoptère à l’aide d’une voiture dans Die Hard 4, alors Scorpion ne devrait pas trop choquer. Chaque épisode a au moins une scène complètement farfelue et surtout totalement impossible. Pas besoin d’aller plus loin que le premier épisode de la saison 1 pour trouver un exemple, celui-là même où Walter récupère le système de navigation d’un avion de ligne.

Rien de bien exceptionnel direz-vous... Sauf que ledit avion vole en rase motte, qu’un câble Ethernet connecté à l’ordinateur de bord est relié à un PC portable tenu à bout de bras par Paige, elle-même debout sur le siège d’une voiture de course décapotable lancée à la même vitesse que l’avion… Opération qui d’ailleurs ne prend que quelques secondes, puisque, c’est bien connu, un OS d’avion de ligne ne pèse que quelques kilo-octets… L’autre gros point noir fera grincer les dents de toute personne ayant dépassé la 6ème au collège. En effet, nos petits génies sont loin d’être aussi exceptionnels que ce que la série nous laisse croire. La plupart du temps, ils nous sortent une formule mathématique ou une loi de la physique totalement juste sur le papier, mais absolument inapplicable dans leur situation, soit par manque de temps ou de matière première. Ou alors, en plus d’être des petits génies, les lois de la physique et de la chimie ne s’appliquent pas sur eux. Par exemple, on voit qu’ils arrivent à fabriquer en cinq secondes une bombe au phosphore depuis les ingrédients d’un frigo d’une cuisine de restaurant… Mc Gyver n’a qu’à bien se tenir, la relève est assurée ! Cependant, vu la fréquence des ces « erreurs » et le fait qu’elles auraient pu être facilement évitées, on peut vraiment penser que tout ça est fait consciemment et que c’est une volonté des créateurs. Le fait que la saison 2 n’ait réglé aucun des ces petits désagréments pousse à valider cette hypothèse. Il n’empêche que ça reste quand même un choix discutable…

On a aimé

On n’a pas aimé

La fraîcheur de la série
Les personnages attachants et hauts en couleur
L’originalité de chaque épisode
La trame de fond intéressante à suivre…
Trame de fond loin d’être originale
Les effets spéciaux pas très convaincants
Les « coups de masse » et les approximations scientifiques


Quand Scorpion vous pique…
Scorpion est une petite série qui se laisse gentiment regarder. Pour le coup, mieux vaut débrancher son cerveau et ainsi éviter de faire des bons de 3 mètres quand l’équipe fait quelque chose d’impossible, c'est-à-dire toutes les 5 minutes. C’est d’ailleurs dommage pour une série qui est centrée sur la vie de petits génies… Au-delà de ça, la variété de l’action à chaque épisode, l’humour et la personnalité de chaque personnage vous donneront le goût de rester au fil de la saison. À noter d’ailleurs que la trame de fond, parfois un peu négligée dans la première saison, prend une réelle importance dans la seconde. Pour résumer, si vous aimez les séries où il ne faut pas trop se prendre la tête et se laisser docilement porter par l’épisode, Scorpion est fait pour vous ! En revanche, si pour vous le réalisme est la clé de la réussite, vous risquez bien de ne pas la placer dans votre top 10…

Critique rédigée par Vegakiller - Membre XG+

Partager :    
En rapport avec : XG Série Club
Editeur : ... | Developpeur : ... | Date de sortie : ...
Actualités du jeu | Images | Vidéos


VOS REACTIONS
Posté le 11.04.16 @ 16:58

J'ai regardé quelques épisodes et je suis du même avis, c'est sympa mais ...
C'est un peu trop bateau, un peu trop procédural et on a l'impression d'avoir déjà vu certains épisodes. Dommage car il y a de bonnes idées dans cette série et elle ne sont pas toutes bien exploitées.

Seuls les membres du site peuvent commenter les articles
Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous


PUBLICITE
DERNIERES NEWS



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2018