[MXG+] XG Série Club - Marseille

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 194 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
News > [MXG+] XG Série Club - Marseille
- Publiée le 05.06.2016, à 20:52
- Par Vincent P.
[MXG+] XG Série Club - MarseilleNetflix, la très prolifique plateforme de VOD, est connue pour son immense catalogue de séries télévisées mais également et surtout pour ses séries faites maison. House of Cards, Orange is the New Black, Daredevil, Marco Polo, etc. La liste est longue et la réputation concernant la qualité des produits estampillés « made in Netflix » n'est plus à faire. « Oui mais c'est fait à l'étranger. Et puis de toute façon, on a plus rien de français dans ce monde ma bonne dame ! », comme dirait Marcel, 78 ans, dans un JT de TF1 à 13H. Réjouis-toi Marcel, réjouissez-vous, posez la main droite sur votre cœur car, cocorico, une production française vient de voir le jour sur Netflix. Marseille, annoncée comme le House of Cards français, vient de faire son entrée dans l'arène. Alors les promesses sont-elles tenues ou sommes-nous tout simplement face à un énième bobard politique ? Mes chers compatriotes, aux urnes !

Droit au but électoral




Robert Taro est maire de la ville de Marseille depuis 20 ans, c'est sa vie, c'est sa ville, une tâche qui lui prend tout son temps. Afin de prendre du recul et surtout de pouvoir mieux s'occuper de sa famille, il décide d'arrêter. Dans le but de transmettre les rênes du pouvoir sans que l’œuvre de sa vie ne soit détruite, il choisit de pousser vers l'avant son bras droit de toujours, le jeune Lucas Barres pour qu'il le remplace. Et alors que les élections approchent et qu'un projet important du maire est en pleine discussion, une trahison a lieu. Et si Lucas Barres n'était pas un homme de paille ? Quelles sont ses intentions ? Acculé, sans avoir le temps d'élaborer une tactique, Robert Taro n'a plus le choix : il faut ressortir les gants de boxe et remonter sur le ring politique. Marseille, la politique, le milieu, les trahisons et les petits arrangements, quoi de mieux comme cadre pour une série de ce genre ? Si on pouvait craindre pour le budget de Marseille, ce doute est évacué assez rapidement. La série se pose comme un bel objet, très esthétique. Les décors font très vrais et le cachet visuel de l'ensemble est vraiment plaisant. Dès les premières minutes, on se retrouve happé par une ambiance particulière qui n'essaie en aucun cas de copier une quelconque concurrence.

Un certain standing que l'on retrouve jusque dans le casting puisque le rôle titre du maire est tenu par Gérard Depardieu. À ses côtés, on retrouve Benoît Magimel qui incarne Lucas Barres, Hippolyte Girardot ou encore Nadia Farès qui effectue ici son retour après des années d'absence sur les écrans. Le tout est chapeauté par Florent Emilio-Siri, crédité en tant que Showrunner dans l'excellent générique de début. Afin de ne pas handicaper la série, au risque de l'embourber dans des comparaisons qui n'ont pas lieu d'être, il est plus que nécessaire d'annoncer directement la couleur. Non, Marseille n'est clairement pas le House of Cards français, ni même une copie de House of Cards et le seul point commun entre les deux séries est le traitement de la politique avec ce côté « behind closed doors » afin de nous montrer l'envers du décor. Focalisée majoritairement sur l'entourage de Robert Taro et de Lucas Barres, la série nous dépeint avec un certain réalisme le fonctionnement politique d'une grosse élection dans l'une des plus grandes villes de France. Les alliances, les négociations, les dessous de table, les coups bas, la place des médias, tout y est, et c'est clairement cet aspect là qui est le point fort de Marseille.

De vraies chaînes de télé, de vraies radios ainsi que leurs vrais animateurs sont régulièrement présents à l'écran et contribuent à ancrer la série dans notre réalité, lui fournissant ainsi un habillage de grande qualité. Côté scénario, si on fait abstraction de tous les à-côtés sur les personnages et leurs familles/proches, il faut bien avouer que cette bataille électorale très tendue est vraiment plaisante à suivre et que son déroulement se veut cohérent. Marseille n'hésite pas à utiliser quelques scandales et pratiques douteuses ayant vraiment eu lieu afin d’impeccablement les adapter et les incorporer dans son histoire. On soulignera notamment l'affaire des mini-bus dans les banlieues ou encore les soucis de trésorerie d'un parti politique de droite qui ne manqueront pas de rappeler à certains élus UMP quelques souvenirs. Malheureusement, Marseille ne nous parle pas que de politique. Elle raconte également des histoires de familles, un passé qui ressurgit et, si la série sait faire preuve d'habileté et de finesse concernant ce qui touche à la mairie et à l’élection, ce n'est clairement pas le cas pour le reste.

Le château de cartes s'écroule




Premier défaut vraiment agaçant de la série : ses personnages inconstants ou mal écrits. C'est bien simple, sur l'intégralité des huit épisodes, il est absolument impossible de trouver un seul acteur avec une qualité de jeu constante. Gérard Depardieu, souvent bon, semble parfois inexplicablement absent quand il donne la réplique. Benoît Magimel nous montre à la fois le meilleur, avec des scènes où il sait être (au choix) charismatique ou bouleversant, mais également le pire avec certaines séquences tellement mauvaises qu'on frôle le malaise devant son écran. N'ayant visiblement reçu aucune direction concernant son jeu, il souffle constamment le chaud et le froid, donnant ainsi un côté ridicule et surjoué à Lucas Barres. Un personnage qui semblait d'ailleurs intéressant au début mais qui se retrouve vite plombé par un twist scénaristique un peu gros empestant autant la facilité que la paresse d'écriture. En ce qui concerne l'aspect familial, nous sommes malheureusement bien plus proche d'un Plus belle la vie que d'un House of Cards ou d’un Bloodline (une autre série Netflix racontant un drame familial). Avec des personnages caricaturaux sur qui tous les malheurs du monde semblent s'abattre, inutile d'espérer une quelconque originalité. La fille journaliste du maire est intègre et intrépide, sa femme est dépressive et instable, son meilleur ami bien trop lisse… tout ça est bien trop stéréotypé pour pouvoir convaincre et laisse en prime un très désagréable arrière-goût de déjà-vu.

Aucun des personnages non politiques ne semblent avoir reçu l'attention adéquate pour qu'il soit bien écrit et convaincant. Et en parlant d'écriture, il y aurait beaucoup à redire sur les dialogues, qui sont purement et simplement catastrophiques par moment. Baignant souvent dans une vulgarité crasse et dénuée de toute finesse, certaines phrases ne semblent être là que pour tenter de choquer. Parler de cul froidement et crûment ne suffit pas à donner un côté sulfureux ou subversif. La série se perd à vouloir constamment essayer de choquer le spectateur et donne parfois lieu à des échanges à peine dignes d'une web série low cost. Un défaut qui déteint de la même manière sur certaines scènes. Voir une Nadia Farès en sous-vêtements, sublime, sortir des répliques salaces avec l'entrain d'une marchande de poisson un jour de marché annihile toute classe visuelle. Voir des femmes parler de « j'aime tes doigts » et de « il ne m'a pas encore baisé sur ce canapé » n'est pas quelque chose de particulièrement plaisant surtout quand c'est aussi mal amené. Des femmes qui prennent d'ailleurs très cher niveau image. De la salope nymphomane avide de pouvoir à celle qui regarde sa copine lesbienne en action et puis se bourre la gueule avant d'aller galocher le premier venu en soirée, le tableau est peu reluisant.

Sans parler de féminisme ou quoi que ce soit de ce genre, c'est bien trop caricatural et bourré de clichés pour espérer convaincre. Et en parlant de clichés… Si certaines femmes apprécieront sans doute peu le traitement qui leur est réservé dans la série, que dire de ceux qui habitent en banlieue ? Une chose est sûre, celui qui a écrit le scénario n'a clairement jamais mis les pieds dans une cité. Absolument boursouflées de clichés, toutes les parties ayant pour protagonistes des personnages de banlieue sont d'une nullité effarante avec en figure de proue un caïd de quartier absolument risible et joué comme dans les années 90 dans un épisode de Navarro. Idem concernant les mafieux, tellement peu crédibles et charismatiques, qu'ils ont bien du mal à faire peur. Forcément, avec autant de faiblesse d'écriture, le scénario en pâti et, exception faite de ce qui touche à la politique, l'ensemble se veut beaucoup trop médiocre pour réellement passionner. Dernier clou dans le cercueil de la série : la réalisation. Plutôt réussie au début, elle tombe vite dans l'excès et finit par abuser de certains artifices jusqu'au dégoût. Inclure de sublimes plans de la ville de Marseille était une bonne idée, le faire quinze fois par épisode, beaucoup moins, surtout que ces derniers se renouvellent peu. Même chose concernant les effets de ralentis qui, à force d'êtres utilisés trop de fois et n'importe comment, finissent par lasser.

On a aimé

On n’a pas aimé

La politique et ses coups bas
Habillage réaliste (vraies chaînes d’info, radios, etc.)
Le cachet visuel de l’ensemble
Des personnages trop caricaturaux
Du drama bas de gamme
La réalisation se perd parfois dans ses propres excès
Des clichés, des tonnes de clichés
Image de la femme et représentation de la banlieue qui vont faire hurler
Le scénario, hors politique, mauvais et déjà-vu
Qualité d’écriture souvent désastreuse (dialogues en tête)


Une bouillabaisse amère
Marseille avait du potentiel. Sur tout son aspect politique, la série arrive à taper là où ça fait mal et propose moult rebondissements bien vus ainsi que des situations intéressantes. Malheureusement, dès que l'on s'écarte de la politique, le reste devient catastrophique. Portée par des personnages bien trop stéréotypés, remplie de clichés agaçants, plombée par une qualité d'écriture (notamment dans les dialogues) désastreuse et par du drama bas de gamme qu'on croirait issu d'un Plus belle la vie, Marseille ne va vraiment pas droit au but et tire une bonne dizaine de mètres au-dessus de la cage. L'aspect visuel de l'ensemble est classieux mais la réalisation de Siri, trop pompeuse quand elle se met à sur-utiliser certains artifices, n'est pas à la hauteur sur la totalité des huit épisodes. Immersion crédible dans le monde de la politique et de ses coups bas, Marseille rate le coche en abandonnant toute audace quand il s'agit de développer ses personnages et son histoire. Visiblement à la peine au niveau de la gestion des acteurs et concernant la conception d'une série télé de haut standing, Siri peine à délivrer un résultat satisfaisant. Sans être d'une nullité absolue, Marseille reste une série plutôt médiocre qui ne doit son salut qu'à son traitement réussi de la partie politique de son intrigue. Pour un premier produit Netflix made in France, l’expérience n’est pas très concluante. Marseille a beau avoir du budget et un aspect visuel supérieurs aux standards des séries françaises habituelles, on aurait aimé que ce soit également le cas concernant son scénario, ses personnages et son écriture.

Critique rédigée par Damzema - Membre XG+

Partager :    
En rapport avec : XG Série Club
Editeur : ... | Developpeur : ... | Date de sortie : ...
Actualités du jeu | Images | Vidéos


VOS REACTIONS
Posté le 05.06.16 @ 21:22


Gamertag :
jehity
Tu as grave bien résumé la série chapeau mon dam

Ahhh le Caïd des cités forcément arabe,le mafieux forcément Corse...et je parle même pas sans trop spoiler d une des morts d une improbabilité totale...tiens en parlant de ca on voit pas bcp la police dans la série ce qui est bien rare surtout quand ç est francais...

Je rajouterai un plus niveau parti sonore je surkiffe la chanson d orange blossom qui va parfaitement avec la mise en scene de Siri...en fin de compte seul l intro je crois est la plus grosse qualité du film...

Et quand on parle de caricature il en va de même pour les chansons de chaque fin d épisode,le choix est très discutable mais ça fait francais semble t il...

Et que dire des pseudo scène de cul magimel est d une crédibilité sans non on dirait un cow boy en plein rodéo...


Une suite cependant il y aura...mais changez le scénariste
Posté le 05.06.16 @ 22:02


Gamertag :
KILLER PIPO
Merci pour la critique, ça me permet de gagner du temps en ne la regardant pas Je vais pouvoir finir la dernière saison de Arrow comme ça, pas sur que je sois gagnant pour autant
Posté le 06.06.16 @ 08:16


Gamertag :
Derkaone
Excellent Damzema, vraiment, bon billet bonne critique.(Je sais, on le dit tout le temps mais c'est vrai, y'a vraiment des bons billet par les internautes sur XG, j'ai jamais lu un internaute qui aurait poster un truc moyen voire soulant a lire, c'est du bon boulot)

Pour ce qui est de Marseille, moi, c'est mon petit frère qui m'a dit : Oui, oui, t'aime bien Depardieu, mais il est pas au top et je le cite "Il joue pas dans Marseille il se balade".

Magimel ??...Je vais être dur, mais ce n'est pas un acteur pour moi, aucunes variation dans sa façon de jouer, quel que ce soit le genre abordé, j'ai essayer a une époque mais il est branque, c'est une arnaque ce type.
Pour s'en convaincre matez 3 ou 4 films diffèrent du bonhomme les uns derrière les autres : il ne joue pas des personnages, il est "lui", qui plus est s'il fait du cinéma c'est juste parce qu'il a été pistonné depuis qu'il est môme..c'est une escroquerie le gars.(Et il n'est pas le seul en France)

Tout ce qu'a pu me sortir mon frère sur cette série est dans l'excellente critique de Damzema, en un mot : c'est de la merde.
Je suis hard certes, mais lâcher autant de thunes dans une série, embaucher Depardieu qui n'en a rien a foutre d’être là, Magimel qui aurait du faire de la mécanique plutôt que de la comédie et faire faire de la merde a Nadia F...non, s'te plait...

De toute manière j'ai un probleme avec les séries française...aucunes d'elle ne m'a jamais capté, même Braquo m'a vite soulé...

A ce titre je voudrais rajouter qu'en France on aime bien blaguer sur les belges mais sérieux, comment ils nous trainent par les cheveux dans la merde niveau série, une vraie mise à l'amende.
Je kiffe les séries belges et j'arrive pas avec les séries Françaises.
Posté le 06.06.16 @ 15:32

La saison 2 est officiellement validée par Netflix
Comme Jehity, j'espère un changement de scénariste... voir même de showrunner. Le souci c'est que je vois mal comment arranger les personnages dans la saison 2 tellement la saison 1 en a salopé certains via des twists scénaristiques bidons. En tout cas si c'est toujours Depardieu et Magimel en lead, il va falloir effectuer un sacré travail niveau écriture pour rendre tout ça correct. Je suis à la fois curieux et dubitatif concernant cette future saison 2...

Derka, je te rejoins sur Magimel, ce n'est clairement pas un grand acteur mais dans Marseille il n'est vraiment pas aidé par le scénario et l'écriture de son personnage. Il y a quand même certaines scènes ou il est bon mais tellement d'autre ou son personnage semble incohérent et mal foutu. Je me demande comment Siri a pu valider certaines scènes. Perso j'aurais regardé ça avant de mettre en boite, j'aurais direct annoncé la couleur : "ok les mecs, on va la refaire, ça ne va pas du tout".

Vegeta : Effectivement, tu ne vas pas gagner grand chose. La fin de la saison 4 est bidon et même les scènes d'action sont nazes

Seuls les membres du site peuvent commenter les articles
Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous


PUBLICITE
DERNIERES NEWS



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2018