[MXG+] XG Série Club - Extant

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 204 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
News > [MXG+] XG Série Club - Extant
- Publiée le 12.06.2016, à 16:24
- Par Vincent P.
[MXG+] XG Série Club - ExtantSteven Spielberg et Halle Berry réunis dans une série futuriste sur fond de menace extraterrestre, voilà qui mettait sérieusement l’eau à la bouche. Le démarrage a été tellement fulgurant aux Etats-Unis, pour une série estivale, qu’en France, M6 a acheté les droits de diffusion immédiatement pour mettre la série à l’antenne moins d’un mois après la diffusion du dernier épisode aux USA. Du jamais vu dans nos vertes contrées. Malheureusement, que ce soit sur notre Vieux Continent ou au pays des cow-boys, les audiences ont plongé au fil des semaines, à tel point que la série a été arrêtée au bout de seulement deux saisons. Alors, est-ce une bonne ou une mauvaise chose ?

Chéri, je t’ai ramené un petit cadeau !




L’histoire prend place dans un futur relativement proche, où la technologie a définitivement pris le pas sur nos vies. John Woods, un scientifique de génie, accompagné d’une équipe de choc, a mis au point le tout premier Humanichs, qui n’est rien d’autre qu’un robot doté d’une intelligence artificielle mais d’une apparence bien humaine, plus précisément celle d’un enfant. Ce petit garçon, dans un souci de lui offrir une expérience de vie totalement humaine, est élevé par John et sa femme Molly, qui est quant à elle astronaute. Mais alors qu’elle rentre d’une mission en solitaire de 13 mois, elle se met subitement à avoir des symptômes assez étranges, qui donneront lieu à une révélation du même acabit : Molly Woods attend un enfant qui n’a, bien entendu, aucunement l’ombre d’une chance d’être humain… C’est donc cet épais mystère que la première saison va tenter d’éclaircir. Les premiers épisodes sont entrecoupés de nombreux flashbacks pour permettre d’apporter au fur et à mesure des éléments de réponse. Molly va très rapidement comprendre que le fait qu’elle porte un enfant extraterrestre, appelé « hybride », ne peut pas lui apporter autre chose que d’énormes problèmes, surtout vu que l’enfant semble doté de pouvoirs assez surprenants. Rassurez-vous, nous n’irons pas plus loin dans le spoilage. Que ce soit la première ou la seconde saison, les questions éthiques concernant les êtres robotiques ou extraterrestres sont toujours au centre des épisodes. Il s’agit toujours d’apprendre à différencier le bien du mal ou à obéir à l’autorité, le tout dans une quête de reconnaissance en tant que forme de vie à part entière.

Dis comme ça, cela pourrait paraitre un peu lourd, mais c’est relativement bien amené et intéressant. Il y a aussi toute l’introspection de John Woods et de ses collègues quant au fait qu’ils jouent à être Dieu, le fait pour Molly d’accepter qu’un être fait de métal soit bel et bien son fils, et que celui venu de l’espace, qui grandit dans son ventre, l’est aussi. Beaucoup d’interrogations, de remises en question, d’analyses de sentiments… Peut-être même trop, mais nous y reviendrons plus tard. Ce qu’il faut avant tout noter à propos d’Extant, c’est la qualité des effets spéciaux. Tout est vraiment impeccable, voire même à la hauteur de certains longs-métrages. Il n’y a certes pas des centaines de plans les nécessitant, mais lorsqu’ils sont utilisés, c’est avec talent et c’est très appréciable. D’ailleurs, malgré le côté futuriste de la série, on ne tombe pas dans le tape-à-l’œil avec des objets farfelus toutes les dix secondes. Ici, on est dans un futur crédible, à base d’imprimante 3D pour nourriture, de voitures auto-guidées et de téléphones n’étant rien d’autres que des plaques de verre. Le tout est parfaitement maîtrisé, sans fausse note. L’intrigue, quant à elle, peut paraître un peu complexe, puisqu’il y a plusieurs trames de fond. Elle est bien menée et prenante mais… Pas vraiment originale. À part l’idée de la grossesse, le coup de l’invasion extraterrestre « sournoise » n’est pas au top de l’originalité… Ni celle du petit robot qui apprend la vie d’humain. C’est un des deux gros points noirs de la série. Rien ici ne transpire d’une innovation folle. La seconde saison, elle, lorgne même dangereusement du côté de Person of Interest et de I,Robot.

Encore une fois, tout est bien construit et bien écrit, mais pas suffisamment novateur pour laisser un souvenir impérissable. Le second point noir est tout aussi flagrant. Il explique en majeure partie pourquoi les téléspectateurs ont lâché la série. Il s’agit du rythme ultra-lent. Parler pendant des heures de ses problèmes éthiques ou de ses sentiments ambigus, c’est bien, ça colle à l’esprit de la série. Mais le faire pendant la moitié de l’épisode plombe littéralement l’action. C’est bien simple, aucun des 26 épisodes de la série complète ne réussit à garder un rythme soutenu plus de cinq minutes, à part le final qui arrive péniblement à faire tenir la sauce pendant environ un quart d’heure. Rassurez-vous, ces phases de parlote sont bien moins soporifiques que ce qu’on a vu dans Matrix Reloaded, mais comme les scènes d’action sont moins flamboyantes, l’impression globale est plus mitigée. Autant le dire tout de suite, si vous n’accrochez pas aux trames de fond dès le début, vous aurez énormément de mal à tenir jusqu’à la fin de la saison. Pourtant les acteurs y mettent tout leur cœur, Halle Berry est comme un poisson dans l’eau, Goran Višnjić (connu grâce à Urgences) est impeccable et Pierce Gagnon, qui joue le petit robot Ethan, est lui aussi bluffant, mais ça ne suffit pas à redonner l’éclat qu’il manque à ces passages de questionnements. Mais n’y voyez pas une erreur d’écriture de scénario, c’est totalement assumé. Il faut tout de même reconnaitre que la seconde saison amène un peu plus d’action que la première, sans pour autant rectifier les erreurs de rythme. Notons également que l’épisode final conclut très bien la série, avec une petite scène dont Hollywood a le secret et qui laisse une porte entrouverte sur l’intrigue…

On a aimé

On n’a pas aimé

Des acteurs vraiment très bons
Des personnages attachants
Plusieurs trames de fond prenantes
Des effets spéciaux de qualité
Un sujet clairement maîtrisé
Un rythme beaucoup trop lent
Une histoire pas vraiment originale


Un OVNI qui prend trop son temps
Extant est une série qui avait tout pour réussir. Une base solide, composée de bons acteurs connus, de bons effets spéciaux et d’un thème futuriste racoleur. Mais la lenteur globale de chaque épisode amené par les très (trop) nombreux passages de dialogues tue littéralement la série, même si le contenu des discussions n’est jamais inutile. Cependant, suivre les aventures de Molly au milieu des Humanichs et des hybrides est plutôt agréable et prenant, même si ça ne révolutionne pas le genre. Pour conclure, si vous êtes un fan inconditionnel de science-fiction et que le pitch vous inspire, alors vous pouvez vous lancer dans l’aventure. Pour les autres, pas sûr que vous passiez les premiers épisodes.

Critique rédigée par Vegakiller - Membre XG+

Partager :    
En rapport avec : XG Série Club
Editeur : ... | Developpeur : ... | Date de sortie : ...
Actualités du jeu | Images | Vidéos


VOS REACTIONS
Soyez le premier à réagir sur cet article

Seuls les membres du site peuvent commenter les articles
Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous


PUBLICITE
DERNIERES NEWS



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2018