[MXG+] XG Série Club : Better Call Saul S1-2

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 204 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
News > [MXG+] XG Série Club : Better Call Saul S1-2
- Publiée le 01.05.2016, à 21:38
- Par Vincent P.
[MXG+] XG Série Club : Better Call Saul S1-2Mesdames et Messieurs, bonjour, le procès va commencer. Veuillez vous asseoir. À l’ordre du jour : L’affaire Saul Goodman et sa série Better Call Saul, série télé dérivée de Breaking Bad dont Vince Gilligan (créateur de cette dernière) et Peter Gould (l’un des scénaristes) sont aux commandes. Nous allons devoir déterminer si les deux premières saisons valent la peine d’être regardées, si elles ne capitalisent pas uniquement sur la célébrité de Breaking Bad et si elles ne tombent pas dans la facilité, telles sont les accusations à contrer. La parole est donc à l’avocat de la défense. Maître Damzema, veuillez vous avancer.

It’s discreet, like a stripper pole in a mosque




Merci Monsieur le juge. Hum. Mesdames et messieurs les jurés, je suis effectivement là pour défendre mon client mais, avant de commencer, j’aimerais que vous en sachiez un peu plus sur lui. Janvier 2008, la chaîne américaine AMC (qui diffuse notamment The Walking Dead) lance Breaking Bad. Cette série nous raconte les mésaventures de Walter White, professeur de chimie surqualifié qui, atteint d’un cancer en phase terminale, va décider de bafouer la loi en se lançant dans la fabrication de méthamphétamine afin de mettre de l’argent de côté pour sa famille pour quand il ne sera plus là. 5 saisons plus tard, Breaking Bad se terminait sur les chapeaux de roues avec le statut de série culte. Au cours de son long périple, Walter White a croisé bon nombre d’individus suspects, extravagants, dangereux quand ce n’est pas tout ça à la fois… Parmi eux, il y a un certain Saul Goodman, un avocat totalement véreux (joué par Bob Odenkirk). C’est l’histoire de ce personnage que Better Call Saul va s’atteler à nous raconter. La série se passant avant sa grande soeur, elle fait donc office de spin off mais également de préquelle. James « Jimmy » McGill est un mec un peu paumé. Spécialisé dans les coups foireux et les petites arnaques, il est doté d’une tchatche à toute épreuve et se contente de vivoter jusqu’au jour où il termine en prison pour attentat à la pudeur. Son frère Chuck, brillant et célèbre avocat de la firme HHM, va le sortir du pétrin et même lui obtenir un petit job dans son cabinet. Jimmy va alors se débrouiller pour obtenir son diplôme d’avocat et en faire son métier.

Il va ainsi débuter comme petit avocat commis d’office sous-payé. Seulement voilà, on ne se refait pas et Jimmy, soucieux de se faire une place au soleil dans ce milieu, va vite reprendre ses vieilles habitudes et utiliser des méthodes pour le moins originales afin de contourner les lois, ce qui le conduira à vivre des situations folles, improbables et parfois dramatiques. Mensonges, fricotages avec des gangsters complètement barrés ou encore arnaques orchestrées de main de maître, bienvenue dans la vie de Jimmy McGill. Premier constat, Vince Gilligan n’a rien perdu de son talent en ce qui concerne le développement des personnages. Suivre les péripéties de Jimmy, assister aux événements les plus marquants de sa vie, le voir glisser peu à peu vers le personnage de Saul Goodman est un vrai régal. La psychologie du personnage, les raisons qui le poussent à agir ainsi, ses états d’âme, ses contradictions… tout est passé à la loupe afin qu’aucune facette ne nous échappe. Aidez par la prestation sans faille d’un Bob Odenkirk plus que jamais à l’aise dans son rôle, la série donne une véritable leçon sur comment traiter ses protagonistes. Un soin et une richesse du détail appliqués à tous les personnages importants. Que ce soit Chuck le frère de Jimmy, Kim son amie avocate ou encore l’ex flic usé Mike (que ceux qui ont regardé Breaking Bad connaissent bien), tous bénéficient d’une qualité d’écriture irréprochable et sont portés par des acteurs très talentueux.

Chacun de leur arc narratif s’intègre de manière parfaite dans la vie de Jimmy ou dans l’univers de Breaking Bad/Better Call Saul, comme les pièces d’un puzzle complexe qui prend de plus en plus de sens à mesure que le scénario évolue. Quel scénario messieurs les jurés ! Rarement une série n’aura été aussi bien écrite, aussi peaufinée. Comme dans Breaking Bad, absolument rien n’est laissé au hasard. Chaque action, chaque péripétie étend ses ramifications toujours plus loin et nous distille au compte-gouttes une histoire à la fois captivante, drôle, tragique et émouvante. Better Call Saul est une série au rythme lent et ce n’est clairement pas un défaut. Ce rythme est nécessaire, primordial même, afin de mettre en place l’ambiance incomparable dégagée par la nouvelle création de Vince Gilligan. Si certains épisodes sont essentiellement basés sur les dialogues (absolument brillants), d’autres sont au contraire chargés en événements et situations cocasses. Dans tous les cas, il y a toujours ce rythme un peu lancinant, un rythme duquel le spectateur peut s’imprégner. Regarder cette série, c’est être plongé dans son univers ultra immersif, c’est assister à une évolution certes lente mais extrêmement détaillée de son personnage principal. Si à la fin de la saison 2, Jimmy est encore bien loin de s’être transformé en Saul, on commence à voir le chemin et les épreuves qui le conduiront à devenir cet avocat embourbé jusqu’au cou dans les magouilles criminelles. Les graines du mal sont plantées et, comme dans Breaking Bad ou encore The Shield, nous assistons à la lente chute d’un individu qui malgré tous ses efforts n’arrive pas à changer.

Don’t drink and drive but if you do, call me




Ecriture impeccable, scénario béton, acteurs irréprochables, Better Call Saul semble avoir toutes les qualités… Et c’est encore plus vrai quand on parle de sa réalisation. Que ce soit au niveau de la mise en scène, de la photographie, du montage, la série nous propose quelque chose de haut vol ! Le traitement est clairement cinématographique, la qualité de l’image, le jeu des couleurs, tout est précis, tout est parfait. Comme dans Breaking Bad, les plus attentifs remarqueront moult petits détails disséminés ça et là comme autant de clins d’œil aux spectateurs les plus pointilleux. La mise en scène fait tellement sens qu’elle renforce en permanence le propos de la série, elle en devient presque un personnage à part entière. On pourrait citer en exemple une scène dans laquelle Mike a une partie du visage tuméfiée. Dans son appartement, devant les dessins de sa petite fille, sous la lumière d’une ampoule, on ne voit que la partie normale de son visage et on découvre plusieurs minutes après qu’il s’est fait frapper. Plus tard, changement de cadre. Lieu désert, rendez-vous louche, individu peu recommandable en face et là le jeu de lumière est plus sombre, seule la partie tuméfiée du visage de Mike étant visible. Cette opposition bon/mauvais, vie normale/situation tendue, se retrouve intensifiée par la réalisation et ce genre d’attentions sont monnaie courante au cours des deux saisons. Si Breaking Bad est souvent citée en référence, n’allez pas croire pour autant que Better Call Saul n’en est qu’une vulgaire copie. Absolument pas, le ton, l’ambiance, le propos, tout est différent.

Les seuls points communs restent la qualité du scénario et du développement des personnages ainsi que le soin apporté à la réalisation. Inutile d’espérer croiser Walter White. Cependant, les deux séries étant liées, les fans seront aux anges quand ils recroiseront de vieilles connaissances, notamment Mike (dont l’arc narratif au cours de la saison 2 est vraiment excellent) mais pas seulement. Inutile d’en dire plus, ce serait criminel de spoiler mais Better Call Saul démontre clairement qu’elle a les épaules pour être la préquelle de Breaking Bad et l’utilisation des personnages communs aux deux séries fait sens en permanence, tout étant totalement justifié par l’histoire. Quant aux nouveaux protagonistes, ils sont vraiment très intéressants. Que ce soit Chuck, au travers de sa relation très conflictuelle avec Jimmy, ou encore Kim, son amie qui essaie toujours de le ramener dans le droit chemin tout en étant un peu fascinée par le côté mystificateur du futur Saul, ils prennent tous de l’ampleur très vite et n’ont rien à envier au personnage principal niveau traitement. Un mot également sur la musique, toujours très bien choisie, toujours très bien utilisée comme au début de l’épisode 8 de la saison 2 où l’on assiste à un passage de camion aux frontières via un plan séquence absolument génial sur lequel le morceau utilisé s’accorde à la perfection. Non, vraiment messieurs les jurés, mon client est très dur à prendre en défaut.

On a aimé

On n’a pas aimé

La qualité de l’écriture de l’ensemble
Excellent scénario
Excellent traitement des personnages
Arcs narratifs intéressants et équilibrés
Les acteurs jouent tous très bien
La musique
Une réalisation de haute volée
L’ambiance générale
L’exploitation et l’expansion plus que réussie de l’univers de Breaking Bad
Absolument rien !


Some People are immune to good advice
Messieurs les jurés, Monsieur le juge, j’arrive à la fin de ma plaidoirie. Mon client est-il parfait ? Non. Oui, Jimmy détourne la loi, oui, il traîne parfois avec des individus peu recommandables… mais vous ne pouvez pas nier le fait qu’il est attachant, même jusque dans ses pires travers. Puis il ne fait ça que dans l’unique but de nous, de vous divertir. Alors ne soyez pas dur avec lui, James McGill n’est pas un honnête avocat mais c’est sans aucun doute l’un des meilleurs personnages de série télé jamais créés. Better Call Saul est un diamant et il n’est pas brut, il est finement taillé, ciselé, absolument magnifique. L’attention, le soin du détail et le niveau de qualité à peine croyable dont bénéficie la série dans chacun de ses domaines, de l’écriture à la réalisation, en font l’une des meilleures séries de ces 10 dernières années. Véritable sans faute sur ses deux premières saisons, gérées de manière magistrale, on voit mal comment Better Call Saul pourrait décevoir à l’avenir. Bien sûr certains tiqueront sur son rythme plutôt lent mais c’est voulu et c’est diablement réussi vu l’ambiance extrêmement prenante qui se dégage de l’ensemble. Niveau développement, exposition des diverses facettes et évolution d’un personnage, on n’a jamais vu mieux sur un petit écran, jamais. Alors je vous le dis droit dans les yeux ! Ne condamnez pas la série, regardez-la ! Ce n’est pas une copie de Breaking Bad, elle en étend juste l’univers de bien belle manière. Elle mérite amplement sont statut déjà culte et sa réputation d’excellence ! Toutes les séries devraient êtres à ce niveau mais seule celle de mon client l’est, n’ayez pas l’esprit étroit. Même si vous n’avez pas regardé BB, voire même pas aimé, laissez-vous tenter par Saul Goodman. Vous ne le regretterez pas, d’autant plus que c’est l’avocat le moins cher que je connaisse. Moins de 10 euros par mois et vous aurez les 2 saisons sur Netflix en intégralité, VOST, VF… en attendant la troisième. Je conclurai par ceci : mon client est innocent de toutes les accusations fallacieuses concernant la qualité de sa série, mon client est exemplaire et j’espère vous avoir ouvert les yeux sur ses innombrables qualités qui tendent à prouver mes dires. La loi nous oblige à faire ce qui est dit et non ce qui est juste, ne l’oubliez jamais.

Critique rédigée par Damzema - Membre XG+

Partager :    
En rapport avec : XG Série Club
Editeur : ... | Developpeur : ... | Date de sortie : ...
Actualités du jeu | Images | Vidéos


VOS REACTIONS
Posté le 02.05.16 @ 00:57


Gamertag :
Derkaone
Merci pour ce billet, quelle p,,,,n de série quoi, j'ai regarder le dernier épisode de la saison 2 la semaine dernière,
Un p,,,,n de chef d’œuvre
Moi, s'il y'a un aspect que j'aime bien c'est cette espèce de lenteur dans la série,
Posté le 02.05.16 @ 01:14


Gamertag :
KILLER PIPO
J'adore le style d'écriture de tes dernières critiques Dam ;)

Pour ce qui est en de better call saul, j'ai adoré la première saison mais bizarrement j'ai trouvé la deuxième en dessous. Trop lente dans le développement du scénario même si je bouffais un nouvelle épisode tous les mardi sans sourciller
J'ose espérer qu'à un moment donné on aura le droit à une saison qui ce passe en parallèle à Breaking bad, ce serait juste génial !
Posté le 02.05.16 @ 10:29

Merci les gars ops:

Une saison ou quelques épisodes en parallèle avec Breaking Bad ? C'est possible. Récemment, Bryan Cranston (Walter White) a dit en interview qu'il adorait la série et que si Gilligan lui demandait de faire une apparition en tant que Walter White avant le cancer et la boule à zéro, il dirait oui sans hésiter une seconde. Du coup ce n'est pas impossible qu'un jour on croise un certain prof' de chimie dans la série et puis ça permettrait de creuser le passé de Walter. Bref wait & see

Seuls les membres du site peuvent commenter les articles
Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous


PUBLICITE
DERNIERES NEWS



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2018