[MXG+] ClaC - Microsoft Flight Simulator

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 331 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
News > [MXG+] ClaC - Microsoft Flight Simulator
- Publiée le 04.10.2020, à 16:26
- Par Damien
Longtemps attendu, notamment à cause de son aspect graphique fortement alléchant, Microsoft Flight Simulator (MFS) débarque enfin... sur PC uniquement, en tout cas pour l'instant. Genre niche, cela faisait un moment que les simulateurs de vol n'avaient pas connu une grande évolution ou même une sortie majeure. Flight Simulator X, le prédécesseur de MFS, date quand même d'il y a 14 ans. Chapeauté par le studio bordelais Asobo (A Plague Tale : Innocence), le nouveau Flight Simulator a tout de suite affiché de grandes ambitions, notamment sur le plan technique. Disponible depuis le 18 août (inclus dans le Game Pass PC), le jeu a fait sensation. On parle de son aspect visuel, on parle de configuration, on parle de joystick (quasiment tous en rupture de stock à l'heure actuelle suite à l'engouement provoqué par la sortie de MFS), bref, un coup de buzz amplement réussi de la part de Microsoft... Mais au final, c’est quoi MFS ? Le jeu mérite-t-il toute l’attention qu’on lui porte ? Mesdames et messieurs, ici le commandant Damzé. Bienvenue sur XG Airlines, veuillez attacher vos ceintures, nous allons décoller. La température extérieure est de 25°C, le ciel est dégagé et ce vol test va durer quelques paragraphes.

I believe I can flyyyyyy...
Commençons par aborder le point dont tout le monde parle : les graphismes. Non MFS n'est pas beau, l'adjectif beau ne suffit pas. MFS est sublime ! La claque est immense, inédite, d’une ampleur jamais vue auparavant. Que ce soit son ciel et ses sublimes nuages plus vrais que nature, sa distance d'affichage de plusieurs centaines de km ou la qualité de la modélisation des décors, le rendu du jeu est proprement bluffant, souvent proche du photoréalisme. Bien sûr, si vous volez à très basse altitude, vous apercevrez des textures baveuses, des ratés en termes de rendu, etc. mais il faut garder à l'esprit que l'intégralité de la planète a été modélisée ! A titre personnel, j'ai recherché un petit aérodrome perdu dans le Limousin, dans la région où je vis et, à ma grande surprise, il était présent et j'ai pu y décoller. Mais comment une telle prouesse technique est-elle possible ? Déjà, il faut commencer par saluer le travail incroyable du studio Asobo. Ensuite, si on analyse la conception du jeu, on se rend compte qu'il utilise des technologies novatrices.

Les données cartographiques viennent de Bing Map (le Google Map de Microsoft). Grâce aux puissants serveurs Azure de Microsoft, à du machine learning et aàune IA spécifiquement créée pour le jeu afin d’analyser ces données, les développeurs ont pu recréer une copie de la Terre ultra réaliste. Concrètement, l’IA analyse les images, les nettoie et recréée en 3D les bâtiments, les routes, la végétation, etc. Une véritable prouesse et un concentré d’innovations… mais ça ne s’arrête pas là. Pour certaines zones, la photogrammétrie est utilisée et donne un rendu encore plus photoréaliste (on reconnaît par exemple clairement la façade d’un bâtiment !). Bien sûr, tout ça représente une quantité massive de données, plus de 2 millions de Go pour être précis. Impossible donc de faire tenir ça sur un disque dur. Du coup, MFS streame ses données en fonction de la zone où l’on vole, de la hauteur de l’avion, etc. pour un résultat incroyable affichant plusieurs centaines de km autour de la position du joueur. Forcément les petites connexions risquent de trinquer (en dessous de 14/15 méga ça va coincer, 20 mega recommandés, la fibre est idéale). Pour les oubliés des FAI, les développeurs ont intégré au jeu une base de données suffisante pour pouvoir voler même si la connexion de ne suit pas. Le résultat sera moins saisissant mais l’expérience toujours aussi prenante. Une option permettant de charger une zone à l’avance a également été incorporée.

Tout cela fait que MFS est un ravissement visuel de tous les instants, de mémoire je n'ai jamais vu un tel rendu. Les nuages, par exemple, laissent bouche bée. La façon dont la lumière filtre à travers eux et leur volume sont incroyablement bien rendus. MFS a tout simplement minimum 5 ou 6 ans d'avance sur ce qui se fait en ce moment en termes de rendu et cela a un coup en termes de performances. Pour en profiter dans de bonnes conditions, il faudra une config' musclée. Faisons un petit point là-dessus. Du côté processeur, la casse reste un peu plus limitée que prévu. La raison ? Etonnamment MFS est un jeu développé sous DX11 (DX pour Direct X). Si vous ne pigez rien à ce que je raconte, sachez simplement que DX11 n’est pas très bon quand il s’agit de bien répartir les charges de travail sur des processeurs ayant beaucoup de cœurs (contrairement à DX12, la version actuelle utilisée majoritairement). En gros MFS va faire mouliner sévèrement uniquement 4 cœurs, peu importe le nombre de cœurs de votre processeur. Du coup, si vous avez un vieux quadcore un minimum musclé, il fera encore l’affaire mais n’allez pas croire pour autant que vos performances seront excellentes. Pourquoi ? MFS utilise une grosse quantité de mémoire système et forcément la bande passante de cette mémoire est très importante. En gros, les anciens quadcores tournant avec de la DDR3 vont souffrir. Les tous premiers Ryzen sortis également puisque ces derniers souffraient d’une latence de mémoire élevée. Pour résumer, malgré le fait que le jeu n’utilise majoritairement que 4 cœurs, l’idéal et de posséder un 6 cœurs récent comme le Ryzen 5 3600 d’AMD ou le i5 10600 d’Intel.

En termes de carte graphique, pour jouer en 1080p avec des détails élevés, il faudra tabler sur du bon milieu de gamme, à savoir une GTX 1660 ou une RX 5600. Avec ça, vous devriez pouvoir y jouer dans une fourchette comprise entre 20 fps mini (dans les gros aéroports, au-dessus des grosses villes) et 45 fps max (en plein ciel). Des performances tout à fait honorable vu ce qui est affiché à l’écran. Les détails en ultra et la 2K resteront réservés aux cartes haut de gamme (une gamme qui commence avec les modèles GTX 2070 - RX 5700). Le minimum syndical pour ne pas trop rogner sur le niveau de détail ? Une GTX 1060 ou une RX 580. En dessous, vous devrez vraiment faire de très gros compromis. Niveau ram (la mémoire, déjà évoquée plus haut), c’est le soulagement. Les 32 Go annoncés par MS pour avoir la config’ idéale sont loin d’êtres indispensables. En revanche, avoir 16 Go est un impératif. N’espérez pas jouer au jeu dans de bonnes conditions avec moins. Une mémoire fortement cadencée sera un plus, la 3000-3200 MHz étant devenue la norme vus les prix actuels très bas des barrettes de ram. Dernier point, le stockage. Les temps de chargement de MFS sont rares mais ils sont vraiment costauds. Du coup, installer le jeu sur un SSD au lieu d’un simple disque dur vous permettra de réduire considérablement l’attente. Pour ceux que ça intéresserait, sachez que le jeu pèse environ 100 Go. Bref, comme Crysis en son temps, MFS fait partie de ses jeux qui poussent les joueurs à upgrader leur config'. Concentré de technologies, MFS s'impose comme le premier vrai jeu next-gen et donne un aperçu extrêmement alléchant de ce que l'avenir pourrait réserver aux joueurs.

I believe I can touch the skyyyyy...
"Mais finalement c'est quoi ce jeu ?". Comme son nom l'indique, MFS est un simulateur de vol et le mot clé ici est simulateur. N'espérez donc pas un jeu arcade dans lequel vous allez sauter dans le premier avion venu et partir faire des loopings. Il faudra forcément passer par la case tuto, prendre le jeu en main et apprendre à dompter les différents types d'avions. MFS vous apprendra les rudiments (décollage, atterrissage, vol, orientation) aux commandes d'un petit Cesna 152. Passer aux paliers supérieurs pour finir par éventuellement piloter un Airbus A320 vous demandera du temps, un minimum de patience et parfois quelques recherches sur le net (il y a beaucoup de très bons tutos sur Youtube). Pour autant, le jeu reste quand même accessible via un tas d'aides activables mais il faut bien garder à l'esprit que nous sommes ici face à un simulateur et que par conséquent, avec ou sans aide, il faudra se satisfaire d'un pilotage réaliste. Ne tentez pas de looping avec un A320 !

"Mais alors on fait quoi dans ce jeu ?". Eh bien... On vole. Il n'y a pas de carrière, pas de mission, pas d'objectif. Juste la planète Terre, des avions et vous. Concrètement comment se passe une partie ? Vous allez sur le globe, choisissez un endroit de départ (par exemple un aéroport connu, un petit aérodrome, etc.) puis un point d'arrivée. Vous pouvez ajouter des étapes. Une fois ces choix validés vous avez votre plan de vol. Une fois ce dernier validé, vous vous retrouvez sur le tarmac aux commandes de votre avion. Vue cockpit, vue externe, tableau de bord modélisé (avec tous les boutons, les voyants, les indicateurs), dialogues avec l'ATC, tout est là pour une immersion totale. Une fois dans les airs, vous pouvez naviguer à vue (le degré de réalisme du jeu étant incroyable, on peut facilement se repérer) ou via un GPS. A titre personnel, j'ai survolé ma ville puis celle où j'ai été au lycée avant de passer au-dessus de l'endroit où j'ai grandi étant adolescent et le tout juste en me repérant visuellement. Une expérience saisissante. Alors est-ce que ce jeu peut vous plaire ? Eh bien ça dépend de vos attentes. Dans MFS, on passe le plus clair de son temps dans le ciel, à regarder le paysage, vérifier les jauges de l'avion, rectifier son cap, gérer son altitude… C'est clairement une expérience calme et très contemplative à 1000 lieux d'un Ace Combat. MFS c'est juste le plaisir de voler où vous voulez sur la planète, sans contrainte, en faisant le trajet dont vous avez envie. Rien de plus, rien de moins. A noter que vous pouvez activer les horaires, la météo et le trafic aérien en temps réel, le tout étant basé sur les vraies données du quotidien.

"Oui mais ça donne quoi avec une manette ?". On ne va pas se voiler la face, MFS s'apprécie bien plus avec un joystick et si possible avec une manette des gaz. Si vous êtes équipé (comptez entre 80 et 160 euros dans le cas contraire), l'immersion n'en sera que plus incroyable et les sensations de vol décuplées. Pas de panique si ce n’est pas le cas, les développeurs ont fait un travail remarquable pour adapter le jeu à la manette Xbox. Si on n'arrive pas au niveau de plaisir de jeu que procure un joystick, voler à la manette reste une expérience toute à fait valable. L'utilisation des boutons et des joysticks est extrêmement judicieuse et intuitive et le gameplay se prend assez vite en main. Ainsi, avant d'investir lourdement dans du matériel, la meilleure option reste de tester le jeu via le Game Pass (ne serait-ce que pour voir s'il tourne sur votre config) et avec une manette. Et si l'expérience vous plaît, l'achat d'un joystick sera alors envisageable. Sans manette de gaz, on peut trouver de très bons modèles entre 40 et 70 euros (comme le Hotas T16000).

Un dernier point pour évoquer le multijoueur. Oui, il est possible de voler avec des amis et c'est absolument génial. Du trip à la "viens, je vais te montrer ma maison" en passant par du "c'est là qu'on a été au collège" pour finir sur une nuit blanche spéciale vol de 8hr Paris-NY en avion de ligne (la Terre étant modélisée à l’échelle 1, un trajet dans le jeu prend le même temps que le vrai trajet dans la réalité), la seule limite sera votre envie du jour. En tout cas, si vous cherchez une expérience reposante, qui vous fera voir du pays et dans laquelle vous pourrez discuter avec vos potes tranquillement, MFS s'impose comme LE jeu fait pour ça.


L’avis de Damien / Damzema - La tête dans les nuages
MFS est le simulateur de vol ultime, un jeu que les passionnés vont garder sur leur PC pendant les 10 prochaines années. D'une beauté incroyable, le jeu est une véritable prouesse technique et technologique. Il fera date, à la manière d'un Crysis, dans la manière qu'il a d'exploiter les configurations actuelles et futures. Avec des années d'avance sur toute concurrence, MFS est le premier jeu véritablement next-gen et c'est une exclu signée Microsoft qui est développée par un studio français. Qui aurait pu prédire ça ? Reste une question en suspens : annoncé sur Xbox One, on voit mal comment tout ça pourrait tourner correctement sur la console de MS. En tout cas une chose est sûre : si vous avez un PC, vous payer un mois de Game Pass juste pour essayer la bête est une expérience que je ne peux que chaudement vous recommander. Destiné aux passionnés mais pas que, vrai simulateur mais qui sait rester accessible, MFS est un excellent jeu sur lequel vous pourrez facilement passer des dizaines, voire des centaines d'heures aussi bien en solo qu'entre amis. Le jeu ultime pour se détendre. Tout paraît si léger quand on la tête dans les nuages…

Partager :    
En rapport avec : Microsoft Flight Simulator
Editeur : Microsoft Studios | Developpeur : ... | Date de sortie : ...
Actualités du jeu | Images | Vidéos


VOS REACTIONS
Posté le 04.10.20 @ 17:30


Gamertag :
KILLER PIPO
Après une installation calamiteuse j'avais enfin pu lancé ce jeu et quelle claque

Le jeu tourne bien sur mon pc portable avec une 1060 et 16go de ram mais ma connexion 20 mega m'empêche d'avoir les lieux principaux en photoréalisme a moins de les télécharger au préalable (+ de 3 GO rien que pour New york )
Et qu'est ce que je fais dans ce jeu ? des photos je met le jeu avec toutes les aides donc pas besoin de m'occuper de tout ces boutons qui clignotes et je vol au dessus des lieux les plus connu du monde (que je connais deja personnellement en général) et je prend des screenshoot grace au mode pause du jeu, qui met ton avion en arrêt total sans répercutions sur le jeu et te permet d'utiliser une caméra drone que tu peux faire voler littéralement de partout sur la planète au point de ne plus savoir où est ton avion
Vu que les voyages IRL sont limités, je me suis rabattu sur le virtuel et ça marche. En postant mes screenshoot, mes amis me demande où je suis ou comment j'ai prit de telles photos

Enfin voila, un jeu complètement différent de ce que je connaissais et qui peut être jouer sans être pensé comme un simulateur, grâce aux aides du jeu
Posté le 04.10.20 @ 20:24


Gamertag :
The Dark Ezio
En réponse à vegeta$
Après une installation calamiteuse j'avais enfin pu lancé ce jeu et quelle claque

Le jeu tourne bien sur mon pc portable avec une 1060 et 16go de ram mais ma connexion 20 mega m'empêche d'avoir les lieux principaux en photoréalisme a moins de les télécharger au préalable (+ de 3 GO rien que pour New york )
Et qu'est ce que je fais dans ce jeu ? des photos je met le jeu avec toutes les aides donc pas besoin de m'occuper de tout ces boutons qui clignotes et je vol au dessus des lieux les plus connu du monde (que je connais deja personnellement en général) et je prend des screenshoot grace au mode pause du jeu, qui met ton avion en arrêt total sans répercutions sur le jeu et te permet d'utiliser une caméra drone que tu peux faire voler littéralement de partout sur la planète au point de ne plus savoir où est ton avion
Vu que les voyages IRL sont limité, je me suis rabattu sur le virtuel et ça marche, en postant mes screenshoot, mes amis me demande où je suis ou comment j'ai prit de telle photos

Enfin voila, un jeu complètement différent de ce que je connaissais et qui peut être jouer sans être penser comme un simulateur, grâce au aider du jeu


Intéressant ton retour de non habitué ! Je n'ai jamais joué à un simulateur de vol, ce jeu me frappe par son concept mais j'ai peur de m'ennuyer et surtout de me prendre la tête sur les commandes des avions...

Mais pourquoi pas sur la Series X, ça pourrait faire du bien de "prendre l'air" et survoler le monde !
Posté le 04.10.20 @ 21:58


Gamertag :
Derkaone
Première chose, j'ai kiffer de lire ce billet de bout en bout, du bon boulot, un des rares billet sur MFS que j'ai lu.
Je pourrais choper le jeu, je pourrais l'installer sur ma tour, gourmand certes mais qui reste une "chips" pour ma config.
Je ne l'est pas fait parce qu'un couple d'amis l'a fait avant moi, que j'ai vu le titre tourner assez longtemps et que j'ai constater ce que je savait déjà; c'est pas un titre pour moi...Pas, mais alors vraiment pas mon truc (Le gout et les couleurs, toossa toossa)
Ceci dit, merci pour le billet Damzema, de la bonne lecture qui comme à chaque fois se bois comme du petit lait.

Seuls les membres du site peuvent commenter les articles
Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020