[MXG+] ClaC - Medievil

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 246 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
News > [MXG+] ClaC - Medievil
- Publiée le 10.11.2019, à 15:10
- Par Vincent P.
Bon nombre de joueurs ayant posé leurs mains sur Medievil premier du nom, sorti en 1998, en gardent un excellent souvenir. Les graphismes étaient incroyables pour l’époque et l’ambiance mélangeant humour et horreur fonctionnait à merveille, rappelant l’univers de Tim Burton ou l’excellent L’Étrange Noël de Monsieur Jack réalisé en 1994 par Henry Selick. Lorsque ce remake a été annoncé, nous étions ravis, et l’attente fut longue, la saga ayant disparu des radars depuis 2005 avec l’épisode PSP. Il est donc temps pour nous de nous replonger dans le monde de Daniel Fortesque, et de vous dire si ce remake en vaut la peine.
On sort le squelette du placard…
Il semblerait que le jeu vidéo soit dans une phase un peu particulière. Le manque d’inspiration se fait souvent sentir : les créateurs enchaînent les suites et n’hésitent pas à piocher dans les titres cultes de notre enfance pour en proposer des remasters ou des remakes. Si cela peut fonctionner, avec par exemple l’excellent remake de Ratchet and Clank sorti en 2016, le constat n’est pas toujours très rose, et les portages sont souvent feignants. Concernant Medievil, nous sommes quelque peu partagés, et nous allons vous expliquer pourquoi. Dans un premier temps, et dès la cinématique d’introduction et la découverte du menu, le frisson est là. L’univers si particulier du jeu mélangeant horreur, fantastique et une pointe d’humour à l’anglaise, fonctionne toujours aussi bien. La direction artistique est très chouette et les musiques géniales, dans le plus pur style de Danny Elfman. On retrouve donc l’ami Daniel Fortesque, le vilain Zarok ou encore le royaume de Gallowmere et son bestiaire vraiment varié, et tout ceci fait clairement plaisir !

Il faut souligner que la partie technique de ce remake est tout à fait convenable. Sans égaler Ratchet and Clank version 2016, qui frôlait la qualité d’un film d’animation, l’univers de Medievil est beau et varié, et on découvre les différents niveaux avec grand plaisir. Le joueur débloquera de nouveaux environnements au fur et à mesure d’une progression très old-school dans ses mécaniques, mais que l’on reprend rapidement en main, avec sa carte à explorer et son Hall des Héros qui permettra de débloquer différents bonus de vie ou des armes. Même les nouveaux joueurs prendront vite leurs marques et découvriront des décors travaillés, allant du cimetière au champ de potirons en passant par un château abandonné dans lequel on pourrait presque croiser Dracula. Certains effets de lumière sont franchement jolis et le tout est propre et fluide. Le joueur devra parcourir ces niveaux, y résoudre quelques petites énigmes, mais surtout défoncer tout ce qui bouge, y compris des boss vraiment sympas. Daniel pourra s’arracher son bras squelettique pour fracasser la tête de ses ennemis, mais rassurez-vous, d’autres armes bien plus efficaces seront au rendez-vous. En plus des armes de corps à corps, vous pourrez utiliser des armes de jet (dagues, arbalète) pour tuer vos ennemis, en vous plaçant en hauteur par exemple. Et cela sera bien efficace tant votre vie descend en flèche à chaque coup reçu !

Medievil n’est pas un jeu particulièrement difficile, l’IA étant clairement absente, mais vous risquez de mourir souvent, la faute à une caméra la plupart du temps à la rue. Les décors sont beaucoup plus beaux et travaillés certes, mais la caméra passe son temps à se bloquer derrière une branche d’arbre, une énorme citrouille ou un rocher. Pire encore, on n’y voit quasi rien dans les endroits exigus. Cela est réellement handicapant, surtout contre certains boss, et encore plus lorsque les ennemis vous sautent brusquement dessus à plusieurs pour vous éclater la tronche en quelques secondes. Les épouvantails vont clairement vous gaver, tout comme le niveau dans le labyrinthe dans lequel il est bien difficile de voir arriver tous les ennemis. La caméra reste néanmoins libre, mais la replacer en permanence est bien pénible. Et c’est là que la question liée à de nombreux remakes se pose : jusqu’à quel point doit-on rester fidèle à l’œuvre originale ? Pourquoi ne pas avoir amélioré ce point et proposé une expérience plus agréable ? Bien que nous ayons beaucoup d’affection pour le jeu de base, les temps ont changé et il est désormais possible d’offrir aux joueurs une expérience plus agréable sans dénaturer la création originale. Que les mécaniques de jeu soient conservées, passe encore, mais les soucis techniques auraient dû être corrigés.

En parlant de mécaniques de jeu, vous allez donc retrouver Medievil comme à l’époque. Cela inclut donc le level design et bien entendu le gameplay, qui montre lui aussi certaines limites. Dans les combats notamment, avec une hitbox assez particulière, qui fait que vous allez souvent prendre des coups sans comprendre pourquoi. Le tout est d’ailleurs vraiment bourrin et on passe le plus clair de son temps à marteler le bouton carré pour tuer tout ce qui arrive bêtement devant soi. Et n’oublions pas les sauts, raides et imprécis, qui vont vous faire soupirer, surtout lorsque le timing est serré et que la mort est proche. Enfin, on pestera contre certaines collisions et des bugs assez nombreux. Nous avons été à plusieurs reprises coincés dans des éléments du décor et obligés de relancer le niveau. Mais malgré tous ces défauts, Medievil est un jeu toujours aussi attachant et on y revient avec plaisir, le temps de refaire les niveaux pour y trouver tous les secrets. Et une fois encore, le jeu propose une ambiance vraiment excellente, que l’on ne retrouve que trop rarement à l’heure actuelle. Notez qu’il vous faudra environ 6h pour boucler le jeu en ligne droite, et une petite dizaine d’heures pour tout trouver.


Un lifting, c’est bien, une refonte, ça aurait été mieux…
Ce remake de Medievil propose une expérience en tous points identique à celle de l’œuvre originale sortie sur la premier PlayStation, à quelques exceptions près. Toutes les qualités du jeu sont là : ambiance géniale, bestiaire varié, bonus à débloquer, humour réussi, bande son au top… Mais tous les défauts se sont également invités à la fête, et certains auraient clairement dû être corrigés. On commence par les caméras, très souvent handicapantes, sans oublier le gameplay bien raide et les sauts imprécis. Des soucis souvent pénibles qui entachent le plaisir de la (re)découverte de ce titre atypique, qui mériterait une suite avec davantage d’ambitions !

Critique rédigée par panzerkrieg & Nouvia LaGeekRoom (lien de l’article original)

Partager :    
En rapport avec : ClaC
Editeur : ... | Developpeur : ... | Date de sortie : ...
Actualités du jeu | Images | Vidéos


VOS REACTIONS
Posté le 11.11.19 @ 10:34


Gamertag :
Derkaone
C'est presque drôle.
Quand le premier test de l'opus d'origine est arriver le test était semblable en tout point.
Un titre avec une excellente ambiance, drôle et honorifique, et dans les défauts les mêmes, exactement les mêmes qu'à l'époque sur PSONE avec le pire, cette caméra qui répondait régulièrement aux abonnés absents.
Des lustres plus tard, on ressort ce medievil peaufiné graphiquement et...et...et c'est tout.
Je comptais me le refaire mais je m'abstiendrais car â l'époque le jeu, par encore son ambiance, m'avait séduit et ce qui ne m'a jamais fait retourner dessus cest cette caméra complètement à l'Ouest...comme dit l'autre "On prends les mêmes et on recommence ".....
Posté le 11.11.19 @ 11:50


Gamertag :
Gh0stCrawl3r
C'est le soucis de cette gen ... portage, remake et autres merdes du genre ...
Et le pire, ca se vend à la pelle, du coup n'importe quel PDG censé qui veut faire du fric continuerait à en vendre.
Posté le 11.11.19 @ 16:14


Gamertag :
Derkaone
En réponse à Aeons
C'est le soucis de cette gen ... portage, remake et autres merdes du genre ...
Et le pire, ca se vend à la pelle, du coup n'importe quel PDG censé qui veut faire du fric continuerait à en vendre.


Exactement.
Si on rajoute a ce que tu dit les "putes du jeu vidéo" qui te collent des notes abusé sur des titres foirés on en sort plus.
Tu sais ce que je crois ?
Que sur Scarlet et PS5 les remasters "pas remaster du tout", les portages foireux, et pire, les AAA livré à la masse de 56 et fini à meme les consoles des acheteurs vont être encore plus légion que sur cette génération.
Dailleurs je parie à 100 contre 1 qu'une bonne partie des titres qui se sont bien vendu sur cette gen aura droit à un coup de polish et un prix fort sur PS5 et Scarlet.(Quoique, si j'ai bien compris, les titres ps3 et ps4 seront rétrocompatibles sur PS5)
certes, ça n'engage que moi de le dire mais c'est une évidence selon moi.
C'est comme les Micro-transactions, les lootbox et compagnie ?: ça sera la fete du slip sur la prochaine gen.
Ils n'ont pas l'agrément de TOUT les joueurs, c'est vrai, mais il y'en a assez pour que les éditeurs t'annoncent, la queue à la main, qu'en à peine 12 mois ils ont ramasser 1 milliard ou pas tres loin en revenu juste avec des MT....

Seuls les membres du site peuvent commenter les articles
Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019