[ClaC] Avis - Le Donjon de Naheulbeuk

XBOX GAMER
connect�, 41 489 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
News > [ClaC] Avis - Le Donjon de Naheulbeuk
- Publiée le 19.05.2022, à 11:57
- Par CatInGame
Près de vingt ans après sa création par John Lang, alias Pen of Chaos, le Donjon de Naheulbeuk arrive sous la forme d’un RPG tactique. Sorti dans un premier temps sur Windows et PlayStation 4 en septembre 2020, il a fini par débarquer durant l’été 2021 sur Xbox ! Les célèbres aventuriers de la Terre de Fangh, que l’on a connus au début des années 2000 via des podcasts audio, puis en BD et romans, sont donc de retour dans un jeu vidéo pour le plus grand bonheur des fans ! Pour vous donner une idée de ce à quoi vous attendre, CatInGame vous propose son avis qui repose sur la version PC qu’elle s’est procurée par ses propres moyens, raison pour laquelle nous vous le proposons dans un ClaC et non dans une critique plus traditionnelle.

A l’aventure compagnons !

Tous réunis dans le Donjon de Naheulbeuk, nos aventuriers vont partir à la recherche de la douzième statuette de Gladheulfeura, ce qui correspond aux aventures racontées dans la saison 1 de la saga audio. L’amulette du désordre est un élément introduit dans le jeu vidéo, elle n’existe pas dans la saga audio. Côté gameplay on est sur un jeu du type RPG Tactique et j’avoue avoir pas mal hésité à acheter le jeu à sa sortie car c’est un style que je n’aime pas particulièrement. Finalement je me suis laissée tenter car je suis une fan de l’univers de Naheulbeuk et vous savez quoi ? J’ai très bien fait car le titre a eu le mérite de me réconcilier avec le RPG tactique et, j’en suis persuadée, il réconciliera certainement beaucoup de réfractaires avec le genre. On démarre l’aventure avec sept personnages jouables : le Ranger, le Nain, la Magicienne, l’Elfe, l’Ogre, le Voleur et le Barbare.

Un huitième personnage arrivera assez vite dans l’aventure et c’est d’ailleurs à ce moment que le joueur fera un choix important pour la suite puisqu’il devra choisir entre trois personnages : la Prêtresse, la Paladine ou le Ménestrel. Heureusement, le joueur aura eu l’occasion avant de voir les trois personnages à l’œuvre puisqu’il pourra les utiliser au combat afin de voir leurs caractéristiques avant de faire son choix. Chaque personnage dispose de son propre équipement améliorable au fur et à mesure de la progression, soit en achetant directement auprès des différents marchands présents dans le donjon, soit en fouillant dans l’environnement, soit lors des récompenses données en fin de combat en cas de victoire bien sûr.

On n’a pas le niveau !

Le soft propose plusieurs modes de difficulté et reprend les mécaniques de jeux comme XCOM. Il propose plusieurs types d’ennemis très variés (comme des orques, des gobelins, des sorciers, des araignées...) et des boss, pas toujours simples à vaincre, surtout vers la fin. Ces ennemis ont des caractéristiques qui leur sont propres (points faibles et forts). Au début du combat, vous pouvez positionner vos personnages dans une zone délimitée et accéder une dernière fois à l’inventaire pour bien équiper votre compagnie avant de démarrer le combat. Ce placement au démarrage est très important puisque chacun possède ses propres points forts et faibles (exemple : l’Elfe est plutôt efficace à distance mais très faible au corps à corps) et vous devrez en tenir compte pour vous assurer la victoire.

Comme dans tout RPG tactique les attaques et déplacements se font au tour par tour, avec un petit coup de main qui est parfois bien utile avec la jauge de Randomia qui se remplit au fur et à mesure des attaques ratées. Cette jauge permet d’accéder à quatre compétences selon son niveau de remplissage. A chaque tour, chaque personnage peut effectuer un déplacement et une action. Vous pouvez donc les déplacer dans la limite de leur capacité de déplacement et leur faire effectuer une action (attaque à distance ou au corps à corps, se soigner pour soigner un compagnon…). Vous avez également la possibilité de positionner votre personnage en position de défense, ce qui lui permettra d’avoir une plus grande résistance tant qu’il ne bouge pas. Vous pouvez également lui demander d’effectuer des tirs de vigilance sur une zone définie. Il pourra ainsi effectuer des attaques à distance sur les ennemis se déplaçant dans la zone.

Les combats deviennent de plus en plus complexes au fil de la progression. Il ne faudra donc pas foncer tête baissée comme l’aurait fait le Nain ou le Barbare mais prendre le temps de réfléchir à la meilleure stratégie possible. L’IA est d’ailleurs assez maline et elle cherche toujours à optimiser les déplacements des adversaires de manière à faire plus de dégâts lors des attaques. Car oui, la position des personnages est importante et une attaque de flanc ou de dos fera plus de dégâts qu’une attaque de face. Chaque personnage dispose de son propre arbre de compétences. Vous avez la possibilité de répartir les points gagnés parmi les compétences suivantes : force, adresse, charisme, courage, intelligence, constitution. Ensuite vous pouvez débloquer des compétences actives et passives selon un arbre plutôt bien pensé et pour lequel certains choix peuvent vous bloquer l’accès à certaines compétences. Le seul petit défaut de cet arbre est le manque de diversité entre les personnages. Si on compare les compétences actives du Barbare, du Nain et de l’Ogre par exemple on se rend compte que certaines sont similaires.

J’AVAIS DIT CHAUSSETTE !

Bien sûr le jeu ne se résume pas à des combats bourrins puisque le gameplay propose aussi des phases de dialogues avec d’autres personnages, des phases d’exploration et des résolutions d’énigmes. Enigmes qui ne sont pas toujours évidentes d’ailleurs. Certaines d’entre elles permettent l’accès à des salles avec du loot plutôt sympa et gare à vous si vous répondez mal aux énigmes car la compagnie se retrouvera amputée d’une partie de sa santé. Les phases de dialogues sont pour beaucoup à mourir de rire et on ne s’ennuie pas un seul instant.

Il n’a pas l’air terrible ce Donjon...

Eh bien si, il est terrible ce Donjon ! D’une part, les combats ne sont pas toujours évidents et certains ennemis vous donneront clairement du fil à retordre. D’autre part, tous les codes qui ont fait le succès de la saga audio sont présents : les musiques, les effets sonores, les punchlines du Nain à destination de l’Elfe (l’inverse marche aussi !), le cerveau « hors du commun » du Barbare, le leadership contestable du Ranger, le « courage » du Voleur, la magicienne qui est toujours une encyclopédie sur pattes et l’Ogre qui ne pense toujours qu’à bouffer du gobelin ! L’Humour bien potache de la saga audio est toujours bien présent ici. Et cet humour est renforcé par l’intonation et les voix utilisées pour le doublage français. Le casting est très bon puisqu’on retrouve notamment les voix de Franck Pitiot et Jacques Chambon (de la série Kaamelott) ainsi que les voix des vidéastes Benzaie et Bob Lennon.

Petit bémol cependant, les voix ne sont pas complètement identiques à celles que l’on a pu connaître dans la saga audio, donc un petit temps d’adaptation sera nécessaire pour les fans. Le jeu fait énormément de références à la pop culture des années 80-90, de très nombreux clins d’œil sont présents dans les dialogues. La direction artistique est très bien soignée, les personnages sont vraiment à l’image de ce que l’on connaît avec les BD. Le Donjon est extrêmement bien réalisé, les décors sont variés, c’est un vrai labyrinthe sur plusieurs étages... Vous allez souvent emprunter les escaliers (attention ça glisse !). Par contre la rejouabilité est limitée, à tel point que le narrateur en plaisante sur la toute dernière minute de jeu. On doit prendre quelques décisions mais elles ne semblent pas avoir un impact énorme sur le déroulement de l’histoire.

La seule décision vraiment importante se fait au début du jeu, lorsque vous devez choisir entre le Ménestrel, la Paladine ou la Prêtresse pour intégrer l’équipe. Il semble qu’une quête secondaire soit liée au personnage que vous choisissez. Personnellement j’ai choisi le Ménestrel et une quête secondaire lui était directement liée, ce qui laisse donc à penser que des quêtes spécifiques doivent aussi être proposées pour la Paladine et la Prêtresse.

On a aimé

On n’a pas aimé

La durée de vie
Beaucoup de références notamment musicales
Visuels et bande-son très bien travaillés
L’univers de Naheulbeuk totalement respecté…
Avec un humour bien potache
Histoire prenante fidèle à celle de la saison 1
Jeu accessible, même pour les néophytes de l’univers
Redondances dans les arbres de compétences
Le doublage français n’est pas totalement identique à celui de la saga audio
Rejouabilité limitée

En bref, l’avis de CatInGame
On n’a finalement pas la réponse à la fameuse question de savoir combien il faut de nains pour creuser un tunnel de 28m en deux jours, mais on passe un excellent moment sur ce jeu pour lequel il faut une trentaine d’heures pour terminer la quête principale et les quêtes secondaires. Le Donjon de Naheulbeuk l’amulette du désordre est un jeu accessible à tous. Les fans seront ravis de retrouver les aventuriers les plus nuls de la Terre de Fangh dans cette aventure rythmée et les joueurs qui découvrent l’univers pourront s’y plonger sans craindre d’être totalement largués, jusqu’à les inciter de s’intéresser par la suite à la saga audio ou encore aux BD !

Partager :    
En rapport avec : Le Donjon de Naheulbeuk : L'Amulette du Désordre
Editeur : Dear Villagers | Developpeur : Artefacts Studio | Date de sortie : 24 juin 2021
Acheter ce jeu sur Eneba.com
Actualités du jeu | Images | Vidéos


VOS REACTIONS
Soyez le premier à réagir sur cet article

Seuls les membres du site peuvent commenter les articles
Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2022