[MXG+] ClaC - Judgment

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 226 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
News > [MXG+] ClaC - Judgment
- Publiée le 07.07.2019, à 00:04
- Par Vincent P.
Disponible depuis le 13 décembre 2018 au Japon, Judgment arrive enfin chez nous accompagné d’une traduction française ! Et c’est une première, car les jeux de Ryu Ga Gotoku Studio n’avaient plus été traduits depuis… Le tout premier Yakuza sur PlayStation 2. Vous le savez sans doute déjà : nous sommes de grands fans de la saga Yakuza, qui a gagné en popularité ces dernières années avec les excellents Yakuza 6, Kiwami et Kiwami 2. Autant dire que nous attendions avec impatience ce Judgment, qui compte bien offrir une histoire et des personnages originaux dans un quartier que nous connaissons déjà quasi par cœur. Verdict ?
Plus qu’une déclinaison de Yakuza, encore une pépite !
Dans Judgment, le joueur incarne Takayuki Yagami, brillant avocat contraint d’abandonner ses fonctions après qu’un de ses clients innocenté ait assassiné sa petite amie. Traumatisé et ne souhaitant pas revivre ce genre de situations, notre ami a monté sa boite de détective privé et tente de gagner quelques sous avec son partenaire Kaito, un ancien Yakuza. Nos deux compères vont rapidement être embarqués dans une nouvelle enquête les mettant aux prises avec un tueur en série volant les yeux de ses victimes. Forcément, c’est à plus grande échelle que les événements vont évoluer, et les Yakuzas vont eux aussi entrer dans l’équation. Nous ne vous en dirons pas plus pour ne pas vous gâcher la surprise, car des rebondissements, il y en a un sacré paquet ! Les développeurs s’en sont donnés à cœur joie dans Judgment pour proposer au joueur une histoire captivante et ultra bien écrite, digne des meilleures séries télé ! Découpé en 13 chapitres, le scénario est riche en personnages charismatiques, en trahisons, en meurtres et en enquêtes, en plus de proposer un casting 4 étoiles ! Nous avons été captivés du début à la fin, malgré une petite baisse de rythme en milieu d’aventure.

On retrouve donc le quartier de Kamurocho, déjà parcouru des dizaines de fois dans la saga Yakuza. Certains crieront à la facilité, mais nous sommes de notre côté clairement amoureux de l’endroit, surtout depuis notre escapade au Japon. Kamurocho n’a jamais été aussi riche et animé, et les PNJ sont nombreux et vaquent à leurs occupations, tandis que l’on découvre les magasins, restaurants ou encore salles de jeu au détour d’une mission. L’ambiance, aussi bien sonore que visuelle, est incroyable, et on s’y croit à mort ! Comme dans la saga Yakuza, les bastons sont de la partie, et bordel qu’elles sont jouissives ! Yagami dispose de deux styles de combat : la posture du tigre sera plus efficace en face à face tandis que la posture de la grue sera utile contre les groupes d’ennemis !

Bon, l’IA n’est clairement pas au top, certains ennemis attendant leur tour pour se prendre leur dérouillée comme dans un bon vieil Assassin’s Creed, mais les adversaires plus costauds vont vous donner du fil à retordre. Ils possèdent en effet beaucoup plus de puissance et des barres de vie largement plus grandes, ce qui donne lieu à des bastons qui vous feront transpirer. Yagami maîtrise son sujet comme personne et enchaîne les combos, peut déclencher sa fureur pour encore plus de dégâts, et bien évidemment (et vous les attendez tous) provoquer des finishs qui pètent la classe. On pourra éclater son adversaire sur une bagnole ou encore envoyer une chaise en l’air puis la propulser en lui balançant un coup de pied retourné ! Les chicots volent et les nez se cassent à vitesse grand V ! Le WTF est d’ailleurs souvent atteint avec des attaques qui partent bien en vrille ou des séquences de poursuite à base de QTE dans lesquelles notre héros pourra effectuer des figures de fou avec un skate faisant pâlir de jalousie ce bon vieux Tony Hawk. C’est parfois nawak, mais ça pète méchamment !

Rapide comme l’éclair, Yagami pourra également courser un personnage tout en esquivant divers éléments du décor ou les passants. Quelques bugs de collisions sont à signaler, mais rien de bien méchant. Notez enfin que de très nombreuses améliorations sont à débloquer, grâce à l’expérience obtenue (chaque action fait gagner de l’XP : boire, manger, battre un adversaire…). On améliorera donc la vie de son personnage, sa puissance, la vitesse de ses coups, ses combos et bien d’autres choses en rapport avec les PNJ rencontrés. On peut en effet se lier d’amitié avec certains, voire plus, et débloquer de nouvelles missions secondaires et gagner en notoriété. Si vous partez dans l’optique de tout faire, vous en aurez pour plus de 50 heures (comptez environ 25h pour la quête principale). Il est difficile de tout lister tant le jeu est riche, et entre vos phases d’investigation et les combats, vous aurez la possibilité de participer à tout un tas d’activités, de dénicher des petits chats perdus dans la ville, de prendre des maris infidèles en filature (en vous planquant derrière des poteaux ou des voitures), d’optimiser votre drone ou encore de dépenser votre pognon dans les salles d’arcade. Cerise sur le gâteau, des jeux complets sont au rendez-vous, dont l’excellent Fighting Vipers que nous possédons sur Sega Saturn !

Judgment fait donc la part belle aux personnages et à la baston, mais n’en oublie pas de travailler sa mise en scène. Celle-ci est tout simplement excellente, et digne des plus grands films du genre. On retrouve les exagérations typiques des productions du studio, notamment au niveau du jeu de certains acteurs et de quelques dialogues, mais c’est globalement du tout bon, et le rythme est meilleur que par le passé, certains échanges ne s’éternisant pas trop. Ça parle néanmoins beaucoup, mais on ne s’ennuie jamais, et il est quoi qu’il en soit possible de zapper les discussions si vous êtes pressés. Les phases d’enquête s’avèrent assez simples (choisir la bonne photo ou le bon dialogue pour confronter l’accusé), et on assistera même à des séquences au tribunal, nous laissant entrevoir ce à quoi ressemble le système judiciaire japonais. Les événements s’enchaînent de manière cohérente, et le tout est bien expliqué au joueur. Il est en effet parfois difficile de s’y retrouver, les personnages étant nombreux, mais les développeurs ont pensé à tout (via l’application sur le téléphone du héros ou les menus) pour qu’on se repère facilement. Et comme le tout est intégralement traduit en français, l’immersion n’en est que renforcée ! Les voix, elles, sont disponibles en japonais et en anglais.

Comme nous le disions précédemment, le quartier de Kamurocho est toujours aussi agréable à parcourir. Judgment s’avère parfois un peu flou dans ses décors mais souvent superbe, et les animations des personnages sont excellentes. Les visages sont photo-réalistes et de nombreux effets graphiques s’invitent à la fête, comme ces néons qui éclairent certaines ruelles ou ces flaques d’eau aux chouettes reflets. Le studio bosse depuis un paquet d’années sur la saga Yakuza, et ce Judgment en reprend toutes les qualités visuelles, sonores, tout en y apposant sa propre touche. Nous avions peur d’avoir face à nous une simple déclinaison de Yakuza, mais ce n’est pas du tout le cas !


C’est l’heure du Judgment !
Si vous aimez la saga Yakuza, vous allez adorer Judgment ! Si vous n’avez pas franchi le pas à cause de la barrière de la langue, vous n’avez plus d’excuse : le jeu est intégralement en français. Proposant un excellent rythme et un scénario passionnant et ultra bien écrit, Judgment bénéficie d’une excellente durée de vie sans être barbant, et arrive à se diversifier d’heure en heure. Missions principales, secondaires, activités annexes, enquêtes, bastons jouissives, améliorations nombreuses, quartier ultra immersif : tout est fait pour que le joueur apprécie son expérience, et on sent que les développeurs ont souhaité être généreux. Les Yakuzas sont toujours de la partie et certaines séquences sont clairement excellentes ! Nous avons adoré Judgment du début à la fin, malgré quelques défauts récurrents et autres bugs, et nous ne pouvons que souhaiter le succès du jeu, qui on l’espère permettra de traduire en français les futurs opus de Yakuza. Avec ses personnages charismatiques et son scénario digne du cinéma ou des séries télé, le jeu pourrait rapidement devenir un indispensable ! Nous, on y retourne !

Critique rédigée par panzerkrieg & Nouvia LaGeekRoom (lien de l’article original)

Partager :    
En rapport avec : ClaC
Editeur : ... | Developpeur : ... | Date de sortie : ...
Actualités du jeu | Images | Vidéos


VOS REACTIONS
Soyez le premier à réagir sur cet article

Seuls les membres du site peuvent commenter les articles
Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019