XBOX GAMER
connecté, 41 567 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire
 
Répondre au sujet   Xbox Gamer - Index des forums > Actualités

Avis - Tom Clancy's The Division : Extremis Malis
La rédaction
- - - - - - - - - - - -
Message privé



Message Posté le: Mar 29 Novembre 2022, 13:24
Répondre en citant

« La rédaction » a écrit :
8 mars 2016, Ubisoft sort une nouvelle licence du nom de Tom Clancy’s The Division qui arrive à séduire les joueuses et les joueurs. Trois ans plus tard, le 15 mars 2019, l’éditeur remet le couvert avec un nouvel opus également bien accueilli par les fans et la critique. Avant la sortie de ce deuxième opus, Ubisoft, en bon amateur de projets transmédias, s’est associé à Dark Horse Comics pour sortir Tom Clancy’s The Division : Extremis Malis, une mini-série de trois comics visant à faire le lien entre les univers du premier et du deuxième jeu, tout en ouvrant la porte aux curieuses et curieux qui souhaiteraient découvrir la licence autrement avant par exemple de se lancer dans Tom Clancy’s The Division 2.
En France, nous avons plus de trois ans de retard mais comme le dit si bien un vieux proverbe : « mieux vaut tard que jamais ». C’est donc grâce à la jeune maison d’édition Black River Comics, à laquelle on doit par exemple Far Cry – Le Rite Initiatique (voir notre avis ici), que nous pouvons découvrir ces comics The Division depuis le 27 octobre dernier, l’éditeur ayant rassemblé les trois comics originaux en une édition brochée affichée à 15,90€. Mais l’ouvrage Tom Clancy’s The Division : Extremis Malis vaut-il le coup ou n’est-ce qu’un matériau promotionnel de plus que l’on tente de nous faire payer ? C’est ce que nous allons vous dire dans cet avis basé sur une édition physique envoyée par l’éditeur.

Une Division pour créer une unité…





Avant de parler de l’ouvrage lui-même, attardons-nous un peu sur la magnifique couverture du regretté John Paul Leon, un dessinateur new-yorkais qui nous a quittés l’an dernier des suites d’un cancer. Lui, qui a travaillé sur les ouvrages RoboCop pour Dark Horse Comics ou sur des numéros de DC et Marvel, a composé une couverture de prime abord chargée mais remplie de détails. On y voit au centre, en grand, notre cher Caleb Dunne, personnage principal de cette histoire Extremis Malis, dont l’arme pointe directement vers Mantis, son ennemie. On y retrouve également le symbole de la SHD, dans lequel est inscrit Extremis Malis, imprimé sur un plan de métro matérialisant le voyage qui attend notre protagoniste. Le soldat en bas à droite, près des véhicules hors d’usage montre l’aspect post-apocalyptique de l’aventure et les hauts immeubles font référence à Chinatown, quartier de Manhattan qui se veut être le point de départ de l’histoire. Les tentes, le chien, les troupes armées, tous les détails sont là pour donner clairement les sujets de base de l’histoire, tout en faisant bien entendu écho à l’univers des jeux.

Comme la version française, dont la traduction est signée Anaïs Papillon, regroupe les trois comics apparus avant la sortie de The Division 2, on se retrouve logiquement avec un ouvrage de 80 pages séparé en trois parties s’attardant sur les étapes du voyage, de New York à Washington D.C. en passant par Philadelphie et Fort Meade. Alors que l’on pouvait penser que Extremis Malis était un simple objet promotionnel pour introduire l’univers de la licence aux nouveaux venus et faire plaisir aux fans en attendant l’arrivée du deuxième volet, il n’en est rien. Même si le format est court, l’histoire se veut assez dense, entre les dialogues entre les personnages dans les bulles au fond blanc et l’histoire contée dans les cartouches narratifs sur fond orangé, le même que celui utilisé pour le titre The Division afin de distinguer cette licence des autres issues de la collaboration entre Ubisoft et Tom Clancy. L’aventure du comic démarre des mois après qu’une arme biologique a dévasté New York. Alors que la menace Aaron Keener (antagoniste du premier volet) semble planer, Caleb Dunne et son coéquipier Kaminsky interviennent pour arrêter la personne qui vend des armes au LMB, Bataillon du Dernier Homme (ou Last Man Battalion dans sa version originale)…

Bien entendu, tout ne se passe pas comme prévu et ils sont confrontés à un nouvel adversaire connu sous le nom de Mantis qui prend un avantage certain en tuant Kaminsky. Ainsi débute réellement la quête de Dunne, un soignant devenu soldat qui va laisser éclater sa part du guerrier pour assouvir sa vengeance. Mais il n’y a pas que ça puisque dans sa poursuite de Mantis, Dunne va découvrir une menace bien plus importante, un complot annoncé aux dimensions tentaculaires, qui pourrait voir la nation s’effondrer. En chemin, il va s’allier à deux autres agents, tous deux apparus comme lui dans la démo de l’E3 2018 de The Division 2, à savoir Heather Ward et Brian Johnson.

Le scénario de Christofer Emgård se suit avec plaisir, entre les anecdotes personnelles des protagonistes qui nous permet de nous attacher un peu à eux et les enjeux plus importants clairement identifiés. Nous avons eu un vrai coup de cœur pour les cartouches narratifs qui développent la psychologie des personnages, abordant les notions d’instinct, important en milieu de survie, et de culpabilité, qui guide parfois nos actions ou du moins nos choix. Lui qui a travaillé sur le premier jeu a parfaitement su saisir toutes les ficelles de l’univers pour ajouter ce qu’il faut de références pour les fans, tout en gardant un scénario suffisamment clair pour les néophytes. Extremis Malis est de ce fait un parfait point d’entrée dans l’univers de la licence, comme peuvent l’être d’autres œuvres comme la BD Rémission ou les romans d’Alex Irvine (New York Collapse, Broken Dawn) et Thomas Parrott (Compromised, La Recrue).

Pour les dessins, Black Horse Comics (l’éditeur original) a fait appel à l’illustrateur et caricaturiste argentin Fernando Baldó qui a fait de l’excellent travail. En premier lieu, on ne peut que le féliciter pour les expressions des visages, son travail donnant réellement vie aux personnages, à leurs sentiments. En deuxième lieu, il a fait un travail remarquable sur les décors, les garnissant de bon nombre de détails avec un soin certain pour insuffler là encore de la vie aux lieux, même lorsque nous sommes dans des rues quasi désertes en pleine période post-apocalyptique. Il a également fait de l’excellent travail sur l’ensemble des vignettes pour donner de la fluidité aux dessins, du mouvement. L’action est toujours claire, parfaitement lisible et on n’en perd pas une miette, même avec les nombreuses bulles et cartouches à lire.

Bien entendu, le travail de Fernando Baldó est sublimé par la maîtrise de la colorisation de Michael Atiyeh (il a travaillé sur les comics Mass Effect, Dragon Age, Tomb Raider et sur du DC) qui a su rester dans les couleurs ternes sur la première partie pour accentuer l’univers lié au premier jeu et à la ville de New York, tandis que les images sont bien plus colorées, avec même quelques bulles assez éclatantes avec des couleurs plus vives (marques de l’espoir matérialisées dans une partie notamment), dans les deux autres parties, assurant ainsi parfaitement la transition entre New York et Philadelphie (d’abord, Fort Meade et Washington D.C. ensuite) et donc la transition entre The Division premier du nom et The Division 2.


Nom : Tom Clancy’s The Division : Extremis Malis
ISBN : 978-2-38426-017-1
Nombre de pages 80
Format : 170 x 260 mm
Prix : 15,90€ TTC
Scénario : Christofer Emgård
Dessin : Fernando Baldó
Couleurs : Michael Atiyeh
Couverture : John Paul Leon
Lettrage : Cromatik LTD
Traduction : Anaïs Papillon
Editié par : Black River


L’avis perso de Vincent / Oni // Une très belle surprise !

Nous ne pouvons pas nier que le postulat de départ est simple : Tom Clancy’s The Division : Extremis Malis est avant tout une mini-série de trois comics signés Dark Horse Comics visant à promouvoir la licence avant l’arrivée de The Division 2. Mais l’ouvrage dépasse clairement cela et s’impose comme un très bon comic qui se suit avec grand plaisir (avec une mention spéciale pour les cartouches narratifs qui apportent beaucoup). Même s’il est court du fait de n’être composé que de 80 pages, Extremis Malis offre un scénario plus dense qu’il n’y parait avec des enjeux clairement identifiés, que ce soit à l’échelle personnelle de Dunne ou à une échelle plus globale par rapport au complot qui se prépare. Avec les dessins réussis de Fernando Baldó, du mouvement, des décors riches en détails et des visages expressifs, le tout sublimé par une magnifique colorisation de Michael Atiyeh, Extremis Malis s’impose facilement comme un incontournable pour les fans de l’univers qui veulent profiter d’une préquelle de The Division 2… mais aussi pour les néophytes qui peuvent profiter d’une histoire compréhensible d’un bout à l’autre sans rien connaître de l’univers, ce qui pourrait bien les amener à s’y intéresser, soit par les romans déjà sortis, soit via les jeux disponibles. Et cela tombe bien, ça veut dire que le but promotionnel premier de cet ouvrage est parfaitement atteint.



> Consulter l'actualité complète

    

tipanda
- - - - - - - - - - - -
Message privé


Chaboteur
Inscrit le: 06 Juil 2019
Consulter son blog
Gamertag :
exterminabur
Message Posté le: Mar 29 Novembre 2022, 18:09
Répondre en citant

ça donne envie.

malheureusement mon budget "lecture" n'est que pour mes enfants.

Mais j'ai tjs apprécié les bds/comics/mangas etc... de licence de jeu vidéo . Ils sont souvent top et bien fait

Pizza3fromage
- - - - - - - - - - - -
Message privé


Chaboteur
Inscrit le: 28 Oct 2019
Consulter son blog

Message Posté le: Jeu 01 Décembre 2022, 13:31
Répondre en citant

Je n'était pas au courant que des BD existait, donc merci, surtout que le prix comprend les 3 BD si j'ai bien compris!

onizukadante
- - - - - - - - - - - -
Message privé


Administrateur
Inscrit le: 16 Nov 2005
Consulter son blog

Message Posté le: Jeu 01 Décembre 2022, 13:53
Répondre en citant

« Pizza3fromage » a écrit :
Je n'était pas au courant que des BD existait, donc merci, surtout que le prix comprend les 3 BD si j'ai bien compris!


C'est ça, Black River Comics a compilé les 3 numéros US de Dark Horse Comics dans un seul livre. Donc tu as une histoire complète en 80 pages Wink

Répondre au sujet    Xbox Gamer - Index des forums > Actualités (email)    
    
 
Sauter vers:  



  
Flux RSS / MSN | A propos | La rédaction, nous contacter | Publicité

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2009