XBOX ONE GAMER
connecté, 41 331 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire
 
Répondre au sujet   Xbox Gamer - Index des forums > Actualités

Avis - La Révolution Arcade de Sega de Third Editions
La rédaction
- - - - - - - - - - - -
Message privé



Message Posté le: Lun 10 Février 2020, 20:53
Répondre en citant

« La rédaction » a écrit :
Quand on parle de Sega, on pense immédiatement à Sonic, la célèbre mascotte de la firme. On pense également à la Megadrive, à la Saturn, à la Dreamcast ou encore à la Game Gear, les consoles conçues par la firme au hérisson bleu. Du coup, on oublie souvent que l’histoire de Sega est bien plus ancienne et que la société a commencé sa vie avec les machines à sous, avant de briller dans le milieu de l’Arcade. Ken Horowitz a voulu rendre hommage à Sega en mettant justement en avant l’histoire de la société au travers d’un ouvrage intitulé « La révolution arcade de Sega de 1945 à nos jours ». Third Editions, l’éditeur, m’ayant envoyé un exemplaire, je tenais à partager avec vous mon avis sur ce livre de 280 pages.

Sega, c’est plus fort que toi !





Avant de commencer, il est bon de situer un peu le contexte. Je vais prochainement avoir 32 ans, ma première console a été une Megadrive et je m’intéresse plus aux jeux à proprement parler qu’à l’histoire des studios qui sont derrière, ce qui ne veut pas dire que je ne me renseigne pas un minimum. Je savais donc que Sega avait commencé par les machines à sous, je savais que l’éditeur avait su tirer son épingle du jeu dans le milieu de l’arcade, ayant moi-même joué à des titres comme The House of the Dead ou Sega Rally en arcade. Bref, je me suis lancé dans la lecture de cet ouvrage avec la soif d’apprendre du fait de connaissances limitées à ce sujet, même si certains titres, soit par leur histoire atypique dans le milieu de l’arcade, soit par leur adaptation sur console, me parlent forcément.

Pour construire cet ouvrage, l’auteur a appliqué un plan aussi simple qu’efficace, celui de la chronologie. Il débute donc avec le fondement de Service Games en 1945 par Irving Bromberg, son fils Martin et James Humpert. Il met ainsi bien en lumière les origines américaines de la firme et y explique comment celle-ci a évolué au niveau de la vente des machines à sous et comment elle a réussi à s’infiltrer au Japon. De manière concise, il retrace les premières années de ce qui deviendra Sega, nom commercial utilisé en 1954 pour des bandits manchots. Il évoque bien entendu les premières fusions et acquisitions qui ont amené la firme à évoluer et notamment à regarder du côté des jeux. Sans rentrer dans les détails, le livre le fait suffisamment bien, il permet ensuite de suivre toute l’évolution de la société (ou des sociétés) au travers des jeux sortis, dont Periscope, Missile ou Pong-Tron. Les jeux électromécaniques ne sont pas oubliés, sans que le sujet ne soit plus approfondi. Ce qui est important, c’est qu’il continue à présenter l’évolution de la firme au travers de ses étapes marquantes, comme l’acquisition de Gremlin qui a permis de mettre une nouvelle pierre à l’édifice. C’est avec des titres comme Head-On, Monaco GP, Carnival, Space Fury et Frogger que le marché de l’arcade a su gagner en diversité, la concurrence permettant à chacun des acteurs de copier les idées des autres en essayant de les améliorer.

Nous n’allons pas passer en revue la totalité des titres abordés dans l’ouvrage, ni leur apport au milieu de l’arcade. Ce que nous pouvons noter c’est que l’auteur parle aussi bien des réussites que des échecs de la firme, que ce soit du côté japonais ou du côté américain. Beaucoup de bornes arcade sont évoquées et nous retenons principalement les passages sur Zaxxon, Pengo, Congo Bongo, Ninja Princess, Choplifter ou encore les excellents Hang-On, Wonder Boy, OutRun, Shinobi, Altered Beast et Golden Axe, sans parler de Virtua Racing, Virtua Cop, Virtua Fighter, Sonic ou encore Top Skater et l’incontournable Crazy Taxi. Ce qui est bien, c’est que l’auteur a parfaitement découpé son ouvrage pour offrir des chapitres bien construits qui évoluent naturellement à travers les histoires de la création des jeux et quelques interludes abordant l’aspect de la société. Il fait le point sur les différentes restructurations, permettant pour les néophytes de bien faire le point entre les équipes Amusement Machine qu’étaient entre autres AM1 (la plus prolifique), AM2 (la plus cotée chapeautée par Yu Suzuki) et AM8 qui est finalement restée la Sonic Team (d’autres restructurations ont eu lieu par la suite, beaucoup de cerveaux ayant même quitté la société dans les années 2000). Il n’oublie pas de faire les parallèles avec le monde des consoles, précisant bien comment celles-ci ont influencé le marché de l’Arcade pour l’amener à muter.

En somme, on se retrouve avec un ouvrage assez complet, dans le but recherché du moins (à savoir celui de parler des évolutions et révolutions de Sega dans le milieu de l’arcade), qui est de surcroit extrêmement bien documenté et qui jouit de pas mal de petites anecdotes, confessions de personnes du milieu et autres informations croustillantes. A titre personnel, j’ai beaucoup appris en lisant ce livre et je suis persuadé qu’il reste indispensable pour tous les moins de trente ans afin que ces derniers puissent se faire une idée du cheminement qu’il y a eu avant d’arriver à des titres comme on en trouve sur nos consoles actuelles. Cela ne fera pas de mal à certains également, surtout ceux qui ont craché leur venin contre Yu Suzuki avec la sortie de Shenmue 3, de voir à quel point ce grand monsieur a apporté non seulement à Sega mais également à l’univers du jeu vidéo.

Sans des entreprises comme Sega (Taito, Namco, etc.), sans des gens qui ont pris des risques, qui ont redoublé d’ingéniosité et d’originalité, il est clair que nous n’aurions pas des titres aussi riches et variés à l’heure actuelle avec certains éléments de jeu qui, s’ils sont des standards à l’heure actuelle, ont été de véritables innovations à un moment donné. Et il ne faut pas oublier certains grands noms, comme David Rosen, Lipkin ou Petit, sans lesquels Sega aurait pu disparaître. Même si le Sega actuel n’est pas celui d’antan, les revers de médailles dans le domaine des consoles lui ayant fait du tort en parallèle d’un marché Arcade fléchissant, il n’en reste pas moins toujours présent dans l’actualité vidéoludique.

L’avis perso de Vincent / onizukadante // Un livre de chevet que l’on se doit de lire !

Ken Horowitz a fait de l’excellent travail de recherche, de compilation et d’écriture. « La révolution arcade de Sega de 1945 à nos jours » est une vraie pépite pour quiconque s’intéresse un minimum à l’histoire de Sega et plus particulièrement à son impact sur le milieu de l’arcade. Quelques petits jeux de mots parsèment l’ouvrage pour prêter à sourire, les anecdotes pullulent et les données sont bien traitées pour permettre de bien comprendre comment Sega est née et comment l’entreprise a muté au travers des diverses acquisitions et restructurations. Non seulement c’est bien écrit, ce qui donne envie de dévorer les paragraphes parfaitement découpés, mais en plus c’est intéressant de la première à la dernière page, ce qui comprend le dernier chapitre abordant les activités d’exploitation des salles d’arcade. Je ne peux vous cacher que j’ai aimé cet ouvrage et je ne peux que le recommander, que vous connaissiez ou non les grandes lignes de l’histoire de Sega car, au-delà de l’histoire de la société et de son évolution dans le milieu de l’arcade, cela permet bien de mettre en perspective les apports de la firme au monde du jeu vidéo.


> Consulter l'actualité complète

    

Répondre au sujet    Xbox Gamer - Index des forums > Actualités (email)    
    
 
Sauter vers:  



  
Flux RSS / MSN | A propos | La rédaction, nous contacter | Publicité

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2009