Dossier - Top et Flop des jeux Xbox 360 2010 des rédac' sur Xbox 360

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 218 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
Dossier > Top et Flop des jeux Xbox 360 2010 des rédac'
Comme tous les ans, nous pouvons découvrir de nombreux jeux (hors Kinect et XLA) sur notre console. Cette année 2010, la Xbox 360 a tout de même accueilli de nombreux titres à la qualité variable. En cette période de fin d’année, placée de surcroît sous le signe de Noël et des cadeaux, il est parfois difficile de choisir. C’est pour cette raison que chaque rédacteur de Xbox Gamer vous propose son Top et son Flop des jeux Xbox 360 de 2010. C’est totalement subjectif mais vous pouvez ainsi avoir un aperçu des coups de cœur de chacun et, pourquoi pas, repérer un ou plusieurs softs qui vous avaient échappé. Notez que le menu ci-dessous qui liste les rédac’ et leur pseudo sur le site vous permet d’accéder directement à chacun de leur top et flop pour peu que vous cliquiez sur un nom.


Rédacteurs
Etienne Froment (Rédempteur)
Vincent Padron (onizukadante)
Nicolas Tarier (Bibi)
Julie Bougamont (gizm0z0r)
Pascal Repond (Don Pascualino)
Etienne Froment // TOP jeux Xbox 360
1
Divinity 2 était l'un de mes coups de coeur de 2009. Sa réédition corrigée est mon coup de coeur 2010. Pourquoi ? Car 90% des défauts du 2 ont été corrigés, que le soft intègre un nouvel add-on tout aussi génial que l'original et que le tout est vendu à tarif réduit. Pourquoi se priver du RPG de l'année ?
2
Retour gagnant pour la franchise Halo qui s'offre un très bon épisode solo ET multijoueur. Cela faisait depuis le premier épisode que je n'avais pas vu un Halo aussi réussi. Certes, le trois m'avait laissé de bonnes impressions, mais cette fois, Reach parvient à me satisfaire à tous les niveaux : graphismes, modes, solo, multijoueur, fun, armement, tout est pratiquement parfait. Dommage que le soft soit toujours un peu trop lent néanmoins.
3
Voici une excellente surprise signée DTP qui sort un peu de nulle part et nous propose de découvrir une aventure scénarisée d'excellente facture, dans une espèce de point & click très moderne disposant d'une réalisation graphique majestueuse. Sans aucun doute LA surprise totale de fin d'année pour moi.
4
Trop facile, trop linéaire, trop orienté action, le dernier Splinter Cell n'est pas la claque promise, mais quel fantastique Bourne-like ! On y prend un pied fou, même si le jeu s'est vu simplifier à l'extrême par Ubisoft. Si la suite suit le même chemin, croisons les doigts pour que le gameplay réintègre des idées des précédents opus et que les zones de jeu soient plus larges.
5
Même si j'avais adoré Shift à l'époque je dois avouer que j'attendais avec impatience de retrouver le côté arcade dans la série des NFS, qui prend un tournant décisif pour moi. Beau, fun, rapide et incroyablement jouissif, HP est l'un des must have sur la console de Microsoft cette année. Un titre signé par les créateurs de Burnout qui explose en tous les points l'opus Paradise selon moi.
6
Soyons clairs : l'orientation que prend Fable ne me plait pas beaucoup. Chaque épisode semble de plus en plus épaulé, mais il n'empêche que la série demeure excellente et offre des aventures passionantes. Fable 3 s'est laissé déguster comme un bonbon, même si je dois admettre que le côté simpliste et révolutionnaire ne m'a pas plu plus que ça. Espérons que cela se rectifiera avec le quatrième opus.
7
Même s'il fait un peu (beaucoup) office de suite "facile", Mass Effect 2 demeure un très bon TPS (et non pas RPG). Le jeu est long, plutôt joli et offre des décors fantastiques dans lesquels les amateurs de SF se perdent sans en demander plus. Une véritable saga épique à découvrir impérativement !
8
Certains l'ont vu comme la daube de l'année, d'autres comme le nouveau Shenmue. Mon avis est un peu plus nuancé, mais Deadly Premonition est clairement l'une des grosses surprises pour moi. Moche et pratiquement injouable mais disposant d'un gameplay profond, d'idées ingénieuses, d'une durée de vie énorme et d'une histoire géniale, Deadly Premonition est un jeu dans lequel il est difficile d'entrer mais duquel on ne ressort pas. A 20€, c'est sans aucun doute un deal à ne pas manquer !
9
Suite sans surprise disposant de gros défauts dans son mode solo, Naruto UNS 2 demeure cependant un jeu de baston très fun qui séduit aussi bien les fans que ceux qui se fichent complètement des mangas (comme moi, pauvre fou que je suis). Le jeu dispose d'une aura si particulière qu'il est impossible de ne pas succomber à sa classe folle et à ses affrontements dantesques. Un joli petit coup de coeur, bien que je l'ai vite oublié.
10
On prend les mêmes et on recommence ! C'est un peu le mot d'ordre de ce Blazblue 2, qui apporte certes quelques nouveautés majeures, mais n'en demeure pas moins une suite très traditionnelle, sur laquelle j'ai profondément pris mon pied, même si je n'ai pas encore eu le temps de le parcourir intégralement...
11
Premier titre signé PlatinumGames de ce classement, Bayonetta est sans aucun doute le jeu d'action qui m'a le plus marqué cette année. Même si le jeu demeure court et n'est pas très joli, il demeure un véritable concentré de fun, complètement déjanté et extrêmement violent. Mon seul gros regret, c'est sans doute le design de l'héroïne, que j'ai trouvé littéralement atroce.
12
Vite bouclé et répétitif au niveau des décors, Vanquish n'est clairement pas le meilleur jeu de l'année pour moi, mais il demeure un excellent défoulloir, très fun, bien fichu et jouissif. Alors certes, je pense que Platinum aurait pu réaliser beaucoup mieux avec davantage de moyens et de temps, mais je ne peux m'empêcher de prendre mon pied à massacrer du robot en glissant au sol.
13
Même si le soft est sans surprise, Dead Rising 2 demeure une valeur sûre pour le fun à la maison. Tuer des zombies avec une batte de baseball, c'est toujours fun, et encore plus quand ça se déroule à Las Vegas. Néanmoins, Capcom, pour le troisième opus, pitié, pensez à diversifier un peu la franchise et à apporter de gros changements...
14
Just Cause 2 figurait également au top de mes attentes l'an dernier, et au final, je dois bien avouer avoir été déçu. Le jeu est certes une claque technique, est varié, fun et incroyablement stylé, il n'empêche que son système de progression gâche tout. Pour tout vous dire, je n'y ai pas joué plus de cinq heures, et j'ignore quand je le reprendrai. J'ai vraiment apprécié chaque mission parcourue mais ne peux m'empêcher de penser que l'aventure aurait pu être pensée de manière plus efficace...
15
Particulièrement excité à l'idée de poser mes mains sur Bad Company 2, je ne m'attendais pas une seule seconde à être déçu par le résultat final. Pourtant, je dois bien dire que j'ai trouvé la campagne assez fade et le multijoueur juste bon. La sortie de l'add-on sur le Vietnam en remonte l'intérêt, mais j'aurais également préféré une sortie indépendante sous forme de jeu stand alone. Quoi qu'il en soit, le jeu a encore de sérieux atouts, fort heureusement, mais en raison de la déception qu'il m'a procurée, ne décoche que la dernière place du classement.
Etienne Froment // FLOP jeux Xbox 360
1
Développé par les gars de Bizarre, Bloodstone représentait, à mes yeux, l'ultime chance de Bond de revenir sur le devant de la scène. Cependant, dès la première demi-heure de jeu, j'ai compris qu'il n'en serait rien. Le jeu a été développé à l'arrache et Activision n'a rien fait pour améliorer les choses. Le scénario est simplet et inachevé, les graphismes dépassés, les séquences TPS archi-moyennes et de plus ils ont osé remodéliser l'ignoble tête à claques de Daniel Craig. Bref, un jeu James Bond que j'ai tôt fait d'échanger à Oni contre NFS HP. Et non, je n'ai pas honte d'avoir abusé de ce pauvre bot !
2
Voici l'exemple type de la grosse prod' censée déchirer qui se transforme en jeu budget moisi, court et moche. L'un dans l'autre, il fallait s'y attendre, surtout lorsqu'on base tout son concept sur l'utilisation d'un jet pack. Mais ce qui m'a littéralement achevé, c'est le fait que Capcom ait osé le vendre au prix plein. De quoi se mettre un paquet de haters sur le dos.
3
Final Fantasy c'est trop bien ! Peut-être, mais à mes yeux, cela a toujours représenté une série archi grand public. Raison pour laquelle cela me fait bien rire quand je lis des gamers oser dire qu'il s'agit de le plus grande série de RPG jamais créée. La plus longue, peut-être, et certains épisodes sont même assez bons, mais sans doute pas la meilleure, selon moi. En pratique, ce FFXIII a outre le bénéfice de pouvoir se vanter d'être le plus mauvais opus de la série. Normal me direz-vous, quand on a un numéro 13 derrière son nom. En effet, ils auraient pu opter pour sauter le numéro 13 afin d'en faire un quatorzième directement ? Une chose est sûre, j'ai hâte d'essayer Final Fantasy 69, même si je risque d'être trop vieux pour y prendre mon pied.
4
Hawx premier du nom m'avait fait passer un agréable moment, malgré ses nombreux petits défauts. Hawx second du nom m'a fait lâcher le pad après une heure de jeu. C'est bien simple, Ubi nous a pondu un add-on déguisé, sorti en retard et avec un gameplay qui régresse par rapport au premier opus. Bref, un jeu à jeter dans la corbeille et sur lequel il est vivement conseillé de sauter à pieds joints.
5
Je n'en démordrai pas, BioShock 2 est un add-on déguisé vendu à 60 boules. S'il avait été divisé en 3 parties, vendues à 800 points chacune, j'aurais sans doute laissé courir. En l'état, j'ai juste envie de crier au scandale sur un jeu sorti à l'arrache pour profiter du buzz de l'original, et ne proposant strictement rien de plus que son illustre prédécesseur. 2K m'avait clairement habitué à mieux qu'à cette immonde infamie qui mérite un chatiment pour chacun des développeurs.
Vincent Padron // TOP jeux Xbox 360
1
PlatinumGames ne m'a pas encore déçu depuis sa création et ce n'est pas avec Bayonetta que cela va commencer. Bien qu'il ne soit pas parfait, il a été l'un de mes véritables coups de cœur de cette année grâce à son gameplay maîtrisé, à une difficulté croissante offrant dès le mode Apothéose un bon challenge, et à son design spécial totalement assumé. En plus, je l'ai trouvé vraiment défoulant, excessivement fun et jouissif. Un vrai régal !
2
Pour ma part, Resonance of Fate est LE RPG de cette année 2010 et l'un des meilleurs RPG de la 360 avec Lost Odyssey et Tales of Vesperia. Non seulement il est long et varié, mais en plus il offre une complexité qui fait vraiment plaisir de nos jours, à l'heure où la majorité des développeurs casualisent leurs productions pour toucher un large public. Je n'ai pas perdu une seule miette de ce RoF que j'ai savouré du début à la fin et que j'ai recommencé par la suite. J'ai été totalement charmé, à tel point que ses quelques défauts m'ont paru réellement dérisoires.
3
Pour ma part, les Castlevania en 3D, ça n'a jamais vraiment été ça. Mais il faut avouer que Lords of Shadow a été une excellente surprise, surtout que je n'en attendais pas grand-chose. Malgré quelques petits soucis comme la linéarité, le manque de véritable challenge pour ma part ou encore le frame rate inconstant, je dois avouer que l'univers m'a envoûté grâce à ses décors superbes et variés et surtout à sa bande sonore excellente. J'ai été surpris de voir un gameplay qui évoluait bien au fil du jeu, des phases variées et un ensemble finalement très travaillé et bien fignolé. Une vraie bonne découverte au final !
4
Même si Mafia II m'a un poil déçu par rapport au premier opus, je dois avouer que je le lui ai quelque peu pardonner tant l'aventure est excellente. J'ai pris un plaisir fou à la parcourir, à découvrir les quelques rebondissements et surtout à me plonger dans l'univers qui évolue au cours du jeu. Le gameplay restait très efficace, la bande sonore était délicieuse et les bonus, comme les couvertures des magazines Playboy de l'époque, fort appréciables. En gros, j'ai adoré malgré tout et c'est bien là l'essentiel.
5
Pour apprécier Splinter Cell Conviction, j'ai fait abstraction du fait que ce soit un Splinter Cell. En faisant cela, j'ai mieux accepté l'extrême accessibilité et facilité du soft pour profiter de l'aventure des plus plaisantes qu'il propose. Nerveux, dynamique et plutôt bien amené, le dernier né de la franchise a réussi à me séduire en me faisant passer un excellent moment, et je n'en demande pas forcément plus aux titres. La cerise sur la gâteau a été pour ma part le mode coopération faisant office de préquelle, qui était non seulement jouable en ligne, mais aussi en local en écran splitté, sans compter le mode multijoueur. Du coup, je suis revenu plusieurs fois sur le titre et j'ai apprécié de pouvoir l'aborder de manières différentes avec une très bourrine en sortant l'artillerie et une autre un peu plus fine en ne me servant que des exécutions et du pistolet, du moins en règle générale.
6
Après un premier BBC de qualité, j'ai retrouvé un deuxième volet tout aussi intéressant. Outre le mode solo qui fait office de bon bonus plus que de mode consistant, c'est vraiment en multijoueur que j'ai pris du plaisir. C'est simple, j'allumais la console, je mettais le jeu et je jouais jusqu'à pas d'heure. Vraiment addictif à défaut d'être parfait, il m'a fait passer de sacrées soirées. Puis il faut avouer que je trouve le gameplay extrêmement efficace et que la destruction des décors et les morts qui en découlent me donnent parfois quelques plaisirs sadiques.
7
Après un Pure que j'avais beaucoup apprécié, les petits gars de Black Rock Studio ont pondu un Split/Second extrêmement addictif. Si j'ai été plutôt content de l'expérience en solo, notamment avec une IA qui e défendait bien, c'est surtout en multijoueur que j'ai été comblé, et plus particulièrement en local en écran splitté avec mes amis. J'ai même réussi à en convertir deux qui ne sont pas fans de jeux de course et on a terminé à se faire des soirées qui s'achevaient quasiment le lendemain matin. Plutôt simple dans le fond, il procure une dose d'adrénaline fort appréciable, surtout quand ça pète de partout et que l'on se met juste à espérer que l'on passera au travers des divers pièges déclenchés.
8
Très complet et vraiment travaillé au niveau du mode carrière, F1 2010 représente à mes yeux la nouvelle référence du genre. Même s'il faut avouer que la concurrence est plutôt absente, cela n'enlève rien aux qualités du bébé de Codemasters. Je m'attendais en plus à ce qu'ils "casualisent" la licence comme ils l'ont fait pour les Colin Mc Rae et les Race Driver. J'ai donc été agréablement surpris de voir que les développeurs n'aient pas dénaturé la licence. Au contraire, ils ont fait un travail fantastique en jouant aussi bien la carte de l'accessibilité que celle de la simulation, tout en soignant tous les à-côtés. Résultat, j'ai adoré, tout simplement.
9
Je suis content de voir qu'Ubisoft ne s'est pas trop reposé sur ses lauriers avec ACB. S'il est vrai qu'il partage beaucoup avec les précédents opus, notamment avec le deuxième (héros et univers entre autres), je dois avouer que toutes les améliorations apportées ci et là, comme l'ajout des assassins qui peuvent aider notre cher Ezio, etc., m'ont convaincues qu'il s'agissait bien d'une suite et non d'un simple add-on. Suite assez facile certes, mais elle apporte un élément de poids qui a été à mon sens très travaillé : le multijoueur. Ce dernier est vraiment bien pensé et m'a permis de passer de très bonnes heures. Au final, je ne suis pas déçu, le produit correspond vraiment à ce à quoi je m'attendais.
10
Si NFS Shift a redoré le blason de la licence, il a surtout offert une orientation bien différente laissant les fans penser qu'il ne s'agissait plus vraiment d'un NFS. Vu les dernières productions comme ProStreet ou Undercover, EA avait intérêt à se bouger avant de détruire totalement la réputation de la franchise. Pour cela, l'éditeur a confié le développement de NFS Hot Pursuit à Criterion, à qui l'on doit notamment les Burnout. Même si je dois avouer que ce volet, censé être un retour aux sources, a un côté Burnout assez voyant, j'ai pris un grand plaisir à y jouer et à retrouver les courses-poursuites entre flics et fuyards que j'aimais tant à l'époque. Cela m'a vraiment fait du bien, surtout que la démo ne m'avait pas totalement convaincu. Au final, la surprise est très légère mais le titre se révèle être meilleur que ce à quoi je m'attendais. Du coup je ne peux qu'être ravi !
11
Heavenly Sword ayant été pour moi une déception, je n'attendais pas vraiment grand-chose d'Enslaved. Ayant dû le tester, je m'y suis penché sans préjugé et sans attente. Je crois que ce n'est pas plus mal puisque j'ai finalement été agréablement surpris. J'ai trouvé pas mal d'éléments à revoir mais j'ai apprécié le gameplay, les décors, les personnages, l'histoire, la bande sonore et, d'une manière plus générale, le voyage qu'il offre. Je me suis laissé transporter et j'ai découvert une belle aventure avec en plus des clins d'œil appréciables à l'œuvre dont le titre s'inspire (adaptation très libre de l’œuvre chinoise Voyage en Occident).
12
J'ai aimé l'opus 2009 et j'ai adoré le 2010. Les petits gars de Yuke's Media Creation ont vraiment travaillé sur ce volet et cela se ressent une fois la manette dans les mains tant tous les petits ajouts et les corrections ci et là montrent que cet UFC 2010 Undisputed est une véritable suite et non un opus 1.5. Je l'ai trouvé plus technique, mieux animé, plus fluide, bref mieux à tous les points. Appréciant justement la complexité du gameplay qui empêche les débutants de gagner une partie en faisant n'importe quoi, j'ai passé bien des heures à perfectionner mes techniques contre l'IA avant de me frotter à du plus gros gibier en ligne. Ce n'était que du plaisir même si le pass online m'a fait grincer des dents, surtout lorsque le lag s'invitait aux parties.
13
A l'époque, bien bien avant sa sortie, j'avais eu l'occasion d'essayer la bête. Mes premières impressions étaient extrêmement négatives tant le jeu prenait le chemin pour être une daube. Un responsable de THQ m'avait alors signalait qu'il ne s'agissait même pas d'une version pré-bêta mais plutôt d'un bout de code rendu bien rapidement. L'année d'après, j'ai eu le droit à un aperçu d'une version plus avancée et mes impressions étaient déjà plus positives, sans forcément être emballé. Finalement, c'est la version finale qui aura eu en partie raison de moi puisqu'il s'est finalement avéré être une bonne surprise. Certes, j'ai encore deux ou trois regrets sur certains points, à commencer par les boss que j'ai bien trop vite expédiés vu qu'il suffisait d'avoir un minimum de réflexe en exploitant à plusieurs reprises leur point faible. Toutefois, l'aventure a été plutôt agréable et j'ai apprécié le mélange de plate-forme, beat them all et énigmes.
14
Même si j'ai trouvé plusieurs points à redire, je dois avouer que je n'ai pas pu m'empêcher d'adorer le soft. Fun, rapide, dynamique, fluide, plutôt stylé, etc., ce Vanquish m'a montré une fois de plus que PlatinumGames maîtrisait son sujet et que ce studio a un talent fou. Non seulement ils sont parvenus à bousculer les codes des TPS, mais en plus ils ont rendu un titre avec un gameplay aux petits oignons. C'est une dose d'adrénaline incroyable, sans compter que j'y ai trouvé le challenge que j'attendais entre le mode Légendaire et les défis.
15
Beat them all au gameplay correct à défaut d'être original ou plus complexe, Dante's Inferno m'a fait passer un bon petit moment de ce côté-là, mais sans vraiment plus. Toutefois, il m'a vraiment séduit avec son univers travaillé, ses références à l'œuvre dont il est l'adaptation (fidèle sur la forme, moins dans le fond), ses cinématiques et sa bande sonore, sans compter la difficulté ajustable. Pour tout avouer, je l'ai surtout apprécié en laissant mon côté fan de beat them all de côté et en me concentrant sur l'univers, tout en profitant du jeu.
Vincent Padron // FLOP jeux Xbox 360
1
Les développeurs avaient promis un jeu difficile, apparemment tellement difficile qu'ils ont été obligés de baisser un poil la difficulté en cours de développement pour qu'il reste accessible à tous. Du coup, j'étais heureux à l'idée de me confronter à un certain challenge, surtout que les FPS sur Xbox 360 sont bien faciles pour ma part. Quelle fut ma déception de voir que j'avais rapidement terminé l'aventure en passant comme dans du beurre. Je cherche encore la difficulté promise et je suis d'autant plus déçu que le mode Ranger n'est à ajouter que par un DLC payant... Pour le coup ils auraient mieux fait de l'offrir pour pallier leur promesse non tenue. Enfin, ça encore ça ne reste qu'un détail puisque, outre l'univers et l'ambiance que j'ai appréciés, je me suis réellement ennuyé en le parcourant tant c'était linéaire, facile, redondant et mou. Une vraie déception.
2
Je suis fan de la licence FF, à tel point que j'ai acheté tous les opus et les spin-off (Ergheiz et les Chocobo Racing en tête). Des déceptions avec les FF j'en ai eu, à commencer avec le X-2 et le XII, mais le XIII a atteint des sommets pour moi avec son côté archi linéaire durant la première vingtaine d'heures de jeu. C'est bien simple, je me suis ennuyé comme un rat mort. J'y ai joué pour découvrir la deuxième partie qui était déjà un peu plus proche de ce que j'apprécie dans les anciens FF mais il reste pour moi l'un des pires FF de la série.
3
Si Quantum Theory n'est pas le numéro 1 de cette liste, c'est simplement parce qu'à la base je ne m'attendais qu'à un jeu moyen mettant en avant de la coopération pour passer quelques bons moments. Les développeurs ont d'ailleurs axé toute leur campagne sur cette fameuse coopération censée différencier QT des autres shooters du genre. Quelle fut donc ma déception de constater qu'il ne s'agissait au final que d'un jeu jouable en solo et en multijoueur compétitif, la seule coopération présente se résumant à quatre pauvres interactions avec une coéquipière contrôlée par l'IA. Si encore le reste suivait, je n'aurais pas dit, mais le titre est une catastrophe, une sorte de bible pour les développeurs montrant tout ce qu'il ne faut surtout pas faire pour coder un TPS. Autant dire que la déception n'en fut que plus grande.
4
Ayant bien apprécié le premier opus, malgré ses défauts, je me suis dit que les développeurs allaient prendre en compte les retours pour nous proposer une suite encore meilleure. Malheureusement, ça a été pire que ce que je pouvais imaginer puisque je me suis retrouvé en face d'un titre archi facile, très court, simplifié dans tous les sens à l'extrême, mal mis en scène, lourd, au scénario inexistant, etc. Fort heureusement, les bases reprises du premier volet l'ont sauvé de la catastrophe puisqu'il est resté un titre potable, mais j'ai vraiment été déçu de voir qu'il était largement moins bon que le premier.
5
Sans être un fan absolu de la licence Gothic, je dois avouer que je lui porte un certain intérêt. Arcania me faisait donc de l'œil lors de la campagne promotionnelle et je m'attendais à un bon petit RPG un minimum dans la veine des opus de la licence. Malheureusement, je suis tombé nez à nez avec un soft répétitif et pénible à jouer qui m'a détruit les yeux avec les scintillements et l'ensemble des soucis techniques dont il souffre. Puis les doublages de bien piètre qualité ont fait disparaître tout le peu de crédibilité qui lui restait à mon sens.
Nicolas Tarier // TOP jeux Xbox 360
1
Sans contestation possible, Red Dead Redemption est pour moi le jeu de l’année sur Xbox 360. Immersif comme jamais avec son scénario prenant, son ambiance western saisissante et ses personnages incroyablement travaillés, le jeu de RockStar San Diego est vraiment à faire au moins une fois dans sa vie. Pour ne rien gâcher, la réalisation tant graphique que sonore est au top et même le multijoueur se montre fort convaincant bien que manquant un peu de profondeur sur le long terme. Cerise sur le gâteau : l’add-on Undead Nightmare prolonge l’expérience de plusieurs heures à un prix ridiculement bas. Merci Rockstar !
2
Mass Effect 2 a deux défauts évidents : son scenario obligeant à passer une vingtaine d’heures à recruter des membres avant de vraiment se montrer intéressant et la suppression de composantes RPG pourtant brillamment implantées dans le premier opus. Pour le reste c’est la grosse claque : une immersion totale, un système de dialogues toujours exceptionnel, des graphismes améliorés, des phases d’action plus nerveuses, des quêtes annexes à la pelle et toujours ce background de fou comme seul BioWare sait en créer. En gros fan de la série je ne pouvais pas passer à côté et vous feriez bien aussi de vous le procurer si ce n’est pas déjà fait.
3
Comme beaucoup de joueurs, j’ai lâché PES à la fin de l’année 2007 pour me mettre à FIFA 08. Et pour la quatrième année consécutive le nouveau FIFA est sur mon étagère. Le titre évolue par petites touches mais c’est encore et toujours la référence ultime des simulations de football. Je peux y jouer des heures durant toujours avec le même plaisir et la même immersion et c’est bien là le signe d’un grand jeu.
4
Oui Alan Wake est un survival horror super classique, oui aussi son ambiance, sa réalisation et sa narration sont tout simplement énormes. Le jeu de Remedy a longtemps été en bonne position dans mes Most Wanted et j’ai donc logiquement acheté l’édition collector. J’ai énormément aimé le jeu et même si j’ai été un peu déçu par certains aspects, il reste l’un de jeux de l’année. Le deuxième add-on était particulièrement intéressant niveau mécanismes de jeu donc je suis très confiant pour la suite.
5
Je vais sans doute être considéré comme un fou mais j’ai également pris du plaisir sur BioShock 2. Rien de comparable avec la claque du premier opus qui figure en bonne place dans ma liste des meilleurs jeux de tous les temps mais BioShock 2 est quand même un très bon titre. Pas novateur, pas passionnant en ligne mais toujours immersif, fun à jouer et artistiquement hors norme. Je ne suis pas prêt d’oublier mon aventure à Rapture !
6
Les différentes tentatives de porter Castlevania en 3D avaient été très décevantes. La prouesse de Mercury Steam Entertainment avec Lords of Shadow est donc d’autant plus impressionnante. Ce nouveau Castlevania est tout simplement le meilleur beat’em all de cette génération de consoles et l’un des meilleurs beat’em all 3D de l’histoire. Alors oui j’assume totalement le fait que je déteste Bayonetta et son kitsch insupportable et vous pouvez même m’insulter pour ça mais je ne changerai pas d’avis : le grand Castlevania is back !
7
Voilà un jeu qui divise les foules. Pour ma part je n’ai jamais joué à Mafia premier du nom mais je n’en ai entendu que du bien. Et Mafia II m’a convaincu. Ce n’est pas le plus grand jeu d’action de tous les temps mais les missions sont assez prenantes, l’ambiance est là et le titre est fun. Graphiquement, c’est correct et les personnages sont assez travaillés pour être intéressants. Par contre la police ne sert vraiment à rien et l’histoire met du temps à démarrer mais je conseille tout de même le jeu aux fans du genre.
8
Retour gagnant pour Sam Fisher avec une orientation plus action qui me fait penser à un croisement entre Splinter Cell et 24. Alors certes le jeu est diablement court mais tout le reste est vraiment satisfaisant. Toutes ces années de développement chez UbiSoft Canada n’ont pas été veines et on se retrouve avec un jeu vraiment bon aussi bien en solo qu’en multijoueur (coop y compris).
9
J’avoue : j’ai fait Battlefield Bad Company 2 sur PC. Mais le bilan est le même sur Xbox 360. En seulement deux épisodes, BBC est devenu une très grosse licence et un vrai concurrent à Call of Duty. Même si les ventes n’ont pour le moment rien à voir, BBC2 se retrouve devant le FPS d’Activision dans mon classement. BBC 2 est varié, beau, l’humour fait mouche, l’immersion est là et la destruction des décors reste un réel plus comparé à son concurrent direct. Je ne joue pas trop en ligne mais apparement le multijoueur est également de très haut niveau. Alors nettoyez vos armes et au front !
10
La série Halo pour moi c’est un premier opus mythique, deux épisodes suivants bons mais décevants et enfin un spin-of pop-corn sans prétention. Halo Reach fait donc parti des bonnes surprises de fin d’année. Même si je continuerai de penser que le moteur graphique des Halo de la Xbox 360 a toujours été en deçà des attentes, Reach est probablement le meilleur Halo sur cette console. Le manque de réelles nouveautés est décevant c’est sûr, mais aussi bien la campagne solo que la pléthore de modes multijoueur ont de sérieux atouts pour convaincre.
11
Un Call of Duty par an c’est beaucoup, c’est peut-être même trop. Mais obtient-on au final des mauvais jeux : heureusement non. Black Ops n’innove pas mais en tant que fan de FPS immersifs (les scripts à foison ne me dérangent pas), le dernier jeu de Treyarch reste un investissement de choix. Le multi a fait ses preuves et le solo explore un conflit jusqu’alors non abordé dans la série. Bref, même en détestant la politique d’Activision, il faut reconnaitre que Black Ops vaut le détour.
12
Darksiders est la grosse surprise de l’année, d’autant plus qu’elle vient d’un éditeur (THQ) qui nous a habitués à des productions honnêtes mais rarement mémorables. S’inspirer de Zelda et God of War et faire cohabiter le meilleur des deux licences n’était pas chose aisée mais Vigil Games a relevé le défi avec brio. Malgré une première partie mollassonne, Darksiders est incontestablement un grand jeu et sa suite pourrait clairement imposer cette jeune licence au panthéon des jeux d’action.
13
Encore nostalgique de mes heures passées sur Last Blade, Super Street Fighter II ou encore le premier Killer Instinct, Blazblue est incontestablement un titre qui m’a marqué cette année. Le jeu de combat en 2D n’est pas mort c’ est une certitude et Blazblue en est très certainement le nouveau port- étendard. Le premier opus (Calimity Trigger), genre d’édition initiale, se trouve à 11 euros sur Amazon, 21 euros en collector alors que Continuum Shift (autant une « édition complète » qu’une suite à vrai dire) ne coûte que 40 euros. A moins d’être allergique aux jeux de combat, foncez !
14
Oui Fable III est excellent. Oui Fable III mérite ses 60 euros. Oui Fable III a un charme certains. Mais Fable III a aussi des allures de Fable 2.5. La série a du mal à réellement se renouveler et de plus, le moteur graphique est vraiment vieillissant pour ne pas dire dépassé. Artistiquement parlant le jeu est toujours au top, mais techniquement il devient de plus en plus difficile de supporter ses textures décevantes et surtout ses personnages 3D sommaires dont les expressions faciales peinent à convaincre. Un très bon jeu certes, mais imparfait.
15
Dans le genre action-aventure, les grosses licences ont pour habitude de s’enrichir d’un nouvel épisode tous les deux ans environ. Avec Assassin’s Creed, UbiSoft fait mentir ce constat en sortant Brotherhood tout juste un an après le second opus. L’introduction du multijoueur est convaincante et on retrouve évidemment toutes les qualités d’Assassin’s Creed. Le solo n’est pas forcément novateur et le moteur graphique commence à vieillir mais qu’importe, le plaisir est là.
Nicolas Tarier // FLOP jeux Xbox 360
1
Blasé par le douzième opus de la série que j’avais attendu pendant des années impatiemment et que je n’ai au final jamais fini (trop de level-up, un scénario trop long à démarrer), j’avais peur que Final Fantasy XIII soit également décevant et mes craintes ont été confirmées. Comme tous les RPG de Square Enix sur cette génération de consoles, FF XIII est décevant et de plus, s’éloigne de l’esprit de la série. Rendez-nous des combats au tour par tour pour commencer ! Moi je retourne sur Lost Odyssey !
2
En voilà une belle blague : avoir des bases solides posées par un premier opus adulé par les fans, et réussir à faire une suite en tout point inférieur. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé chez Lucas Arts Entertainment mais Le Pouvoir de la Force II n’est qu’un jeu d’action tout juste passable là où il aurait pu devenir un titre indispensable de cette fin d’année…
3
Difficile d’être déçu d’un jeu dont on n’attendait rien. Mais tout de même, Quantum Theory est une immense blague. Un jeu d’une telle médiocrité qu’ il n’en finit plus d’alimenter la rédaction en blagues et critiques depuis sa sortie. Il n’aurait vraiment pas été compliqué de faire mieux…
4
Beaucoup de joueurs s’étant investis énormément dans PES 2011 m’ont affirmé que la série était presque revenue à son meilleur niveau. Je veux bien les croire mais elle n’est pas encore revenue au niveau de FIFA 11 en termes de réalisme et d’immersion dans un match de football. Je n’ai pas totalement perdu la foi en Konami mais j’espère que l’année prochaine sera la bonne pour cette série qui a rythmé ma vie (si si vraiment) entre 1998 et 2007.
5
Pour la première fois depuis… Goldeneye 007 sur Nintendo 64 (!) j’étais prêt à m’acheter un jeu James Bond si les premiers tests confirmaient le potentiel de Bloodstone. Manque de chance ça n’a pas été le cas. Bloodstone est décevant et je ne le ferai même pas à bas prix plus tard puisque l’année 2011 s’annonce très dense en sorties. Tant pis pour cette fois !
Julie Bougamont // TOP jeux Xbox 360
1
Mon gros coup de cœur par rapport à l’univers et aux graphismes. L'héroïne, les combats dynamiques et l'ambiance générale en font un titre à part assez diversifié dans les actions et les ennemis.
2
Ayant lu et apprécié l'Enfer de Dante, j'attendais particulièrement ce titre, et je n'ai absolument pas été déçue. J'ai adoré la vision des différents cercles et l'interprétation de l'œuvre par les développeurs, les clins d'oeil historiques sont sympathiques et l'atmosphère qui s'en dégage est une réussite totale.
3
Fan des premiers épisodes, j’attendais beaucoup de ce nouvel opus sans trop y croire, après quelques déceptions, et j’ai été séduite. Le titre mêle efficacement plusieurs éléments, et les différents objectifs à réussir pour terminer totalement un niveau ajoutent du piment et surtout une rejouabilité assez importante.
4
Même si je n'ai pas encore pu y jouer réellement, il figure dans mon top, car c'est un incontournable, et que j'ai beaucoup aimé les précédents.
5
Le duo de personnages offre quelques possibilités sympathiques. J'ai totalement craqué pour le Majin et le côté très coloré du jeu, même si pour certains cela tourne au criard.
6
Après avoir stagné et proliféré, la série a su reprendre un petit coup de neuf avec le mode quête et une très bonne tracklist. La possibilité de transformer son personnage est bien trouvée et apporte un peu de nouveauté. Seul regret de taille : la voix de Philippe Manoeuvre, franchement horripilante, qui remplace la voix de Gene Simmons (KISS), quel dommage !
7
Une version améliorée et complétée d'un jeu déjà excellent à la base à un prix réduit, que demander de plus ?
8
Ayant adoré tous les jeux Lego et appréciant la série des Harry Potter, je ne pouvais pas rater celui-là, car il offre comme toujours une aventure pleine d'humour et aux nombreux secrets et bonus à débloquer. Cet opus a su corriger le côté un peu brouillon des Hubs du précédent jeu Lego, et permet un voyage au cœur de Poudlard en compagnie des héros familiers pour les amateurs du jeune sorcier. Indispensable pour toute la famille.
9
Un excellent RPG, très complet, qui demande du temps et de l'acharnement. L'ambiance générale m'a beaucoup plu, et les teintes un peu ternes apportent un certain charme à l'ensemble.
10
Je ne l'attendais pas particulièrement, mais j'ai été agréablement surprise du résultat. Enslaved propose une aventure sympathique et nous fait passer un très bon moment, si l'on est conscient qu'il faut le parcourir pour le scénario et la balade et non pour le challenge.
Julie Bougamont // FLOP jeux Xbox 360
1
Pour ma part c'est une grosse déception par rapport à la licence, car même si le jeu n’est pas vraiment mauvais, il est très simplifié et dirigiste et le côté RPG est quasi inexistant. D'autant plus que de nombreux bugs viennent littéralement vous crever les yeux.
2
Le concept de l’ours sadique découpant ses congénères me semblait sympathique et prometteur, mais le résultat final manque d’intérêt. On se retrouve face à un titre sans scénario et répétitif.Vraiment dommage car l'idée était bonne et aurait mérité mieux.
3
Le manque de liberté et de possibilité d’exploration m’ont beaucoup déçu par rapport aux épisodes les plus anciens. Mis à part sur la carte du monde, on se retrouve dans des couloirs, il n’y a pas de réelle recherche pour mettre la main sur des objets rares. J’avais retourné certains épisodes de long en large à la recherche du moindre item, mais je me contente de finir le scénario de celui-là, sans la moindre envie de tout explorer.
Pascal Repond // TOP jeux Xbox 360
1
Bad Company 2 fait partie de mes FPS favoris, tous supports confondus. Après un solo très sympathique à parcourir, j’ai surtout eu un énorme coup de cœur pour le mode multijoueur du soft. Prenants, tactiques, riches, complets et tout simplement jouissifs, les affrontements épiques dans les maps immenses de ce mode en ligne m’ont tenu scotché à mon écran durant un nombre incalculable heures, et ce n’est pas prêt de s’arrêter.
2
En tant qu’amateur du ballon orange, j’ai toujours apprécié la série NBA 2K et le boulot de Visual Concepts. Mais le studio nous a gratifiés cette année d’un pur chef-d’œuvre. Je fais partie de ceux qui considèrent ce NBA 2K11 comme le meilleur jeu de sport de sa génération, voire plus (sa place dans ce classement en est la preuve). Avec une présentation au top du top, un gameplay quasi-parfait et un contenu hallucinant, il est LE soft que tout fan de basket voire de sport en général se doit de posséder absolument.
3
Jusqu’ici, jamais Rockstar Games ne m’a déçu et ce n’est pas en 2010 que la firme a dérogé à la règle. Entre son ambiance inégalable et ses immenses qualités narratives et techniques, RDR est sans nul doute l’un des jeux qui m’ ont le plus transporté. Le monde créé par les développeurs et si vivant que, par instants, on peut réellement se croire au beau milieu du Far West et, croyez-moi, ça fait quelque chose.
4
Tout comme les GTA, les Assassin’s Creed sont de ces jeux dont j’ai de la peine à me lasser et ce depuis le premier épisode de la saga. Les sensations qu’ils procurent sont incomparables et le tout est enrobé d’un fantastique background. Malgré une technique qui m’a parue un peu en-deçà, ce Brotherhood a été l’occasion de retrouver ce cher Ezio avec toujours plus de choses à voir et à faire, dont un mode multijoueur finalement cohérent et fort bien pensé. En bref, le tout représente quelques bonnes dizaines d’heures de jeu très divertissantes.
5
L’ayant découverte avec son troisième épisode, je n’ai pas d’affection particulière pour la franchise Halo que je trouvais sympathique sans forcément plus. Toutefois, cet épisode Reach m’a pleinement satisfait de par son gameplay toujours aussi bien calibré, ses qualités techniques et narratives ainsi que son multijoueur complet et extrêmement fun.
6
Même si j’avais espéré un peu plus de nouveautés et d’améliorations techniques, Fallout : New Vegas m’est tout de même paru un digne successeur du troisième opus de la saga. La richesse de l’univers et le nombre de quêtes et de PNJ ne m’ont pas déçu d’autant plus que les alentours de Vegas sont encore plus plaisants à explorer que les terres désolées de Washington DC de Fallout 3. Je n’ai pas eu de mal à prendre mon pied, et c’est bien l’essentiel. !
7
Avec sa carte immense et son environnement totalement ouvert, Just Cause 2 m’a rapidement convaincu. Une fois passés outre quelques détails techniques, le gameplay somme toute assez agréable et les possibilités ajoutées par le grappin, procurent un sentiment de grandeur et de liberté tout bonnement grisant. 1024 km2 de fun sans limite, un régal !
8
Malgré la semi-déception de cette suite peu imaginative mais, surtout, purement économique pour 2K et celle d’un mode multi pas forcément utile, je dois avouer que le plaisir de jeu et la fascination que Rapture parvient à exercer sur moi n’avaient que peu diminué et je n’ai donc pu m’empêcher de savourer ce BioShock 2 avec une ferveur de fan inconditionnel.
9
DJ Hero avait été pour moi une manière très agréable de découvrir le monde des jeux musicaux et j’étais donc plutôt intrigué quant à ce deuxième épisode. Heureusement, malgré la politique version usine à gaz (un jeu par franchise et par année) d’Activision, les petits gars de chez FreeStyle Games sont tout de même parvenus à proposer une suite assez aboutie, variée, pleine de nouveautés et qui plusieurs heures d’amusement seul, entre amis ou dans le mode online très réussi, cette fois.
10
Les jeux LEGO de Traveller’s Tale m’ont toujours beaucoup plu. Il était difficile pour ce LEGO HP de déroger à la règle tant l’univers du sorcier à lunettes version briques colorées est bien retranscrit et attachant. Le soft m’a ainsi apporté quelques bonnes heures d’amusement notamment en famille.
11
Je l’avoue, je n’ai jamais été un grand fan de J-RPG ni de jeux vidéo nippons en général, d’ailleurs. Toutefois, une fois passé le stade de la découverte, ce RoF a su me tenir accroché à ma manette. Son système de jeu complexe a fini par me convaincre et sa durée de vie colossale m’a conquis.
12
Assez basique à première vue, Darksiders s’est finalement révélé être pour moi une excellente surprise avec son aspect visuel joli et coloré et son système de jeu riche et assez recherché. Il propose une aventure relativement longue et divertissante que j’ai parcourue avec beaucoup de plaisir et sans rarement m’ennuyer.
13
Après l’excellent Pure en 2008, les studios BlackRock de chez Disney m’ont une fois de plus comblé en proposant ce jeu de course arcade joli, nerveux et très agréable. Les sensations de vitesse sont bien rendues et j’ai tout de suite accroché au concept, d’autant plus que le jeu propose un mode multi sympathique notamment en écran splitté.
14
Bien qu’ayant troqué un peu de son génial côté RPG contre un aspect trop TPS et archi-moyen entre ses deux opus, la série Mass Effect a selon moi l’un des backgrounds les plus élaborés du jeu vidéo et le deuxième épisode a continué sur cette lancée. Les innombrables dialogues, les personnages attachants, l’univers SF transcrit de manière quasi-encyclopédique m’ont intéressé, captivé et ému et c’est bien ce qui prévaut dans un Mass Effect…
15
Même s’il ne m’a pas semblé avoir apporté grand-chose à la licence au premier abord, le soft d’EA s’est rapidement avéré très sympathique de par son contenu très fourni et un gameplay amélioré par petites touches subtiles mais toujours plus travaillé et agréable à jouer. Un must pour tous les amateurs de hockey sur glace, bien évidemment.
Pascal Repond // FLOP jeux Xbox 360
1
Avec plus de cinq ans de développement et une campagne de promotion alléchante et pleine de promesses, Alan Wake s’annonçait comme un titre grandiose qui ferait honneur à notre console. Pour ma part, la désillusion a été plutôt rude. Certes, l’aspect visuel, l’ambiance et la mise en scène générale m’ont relativement bluffé mais le scénario horrifique, bien que travaillé, m’a paru trop classique et peu intéressant au final. Restait donc un gameplay rigide et limité au possible et une progression répétitive qui m’ont rapidement ennuyé. Le soft aurait peut-être pu faire un bon film, mais il n’a en tous cas pas les qualités du grand jeu que j’espérais.
2
En bon fan de l’univers de Star Wars et malgré quelques défauts indéniables, j’avais plutôt apprécié LPDLF, premier du nom. Je m’attendais donc à un deuxième épisode gonflé à bloc en nouveautés et plus peaufiné. Que nenni. Loin de corriger leurs erreurs, les développeurs en ont rajouté sur leur copie pour nous rendre une suite affreusement courte, ennuyeuse et sans âme, n’ apportant absolument rien à l’univers de George Lucas et beaucoup trop peu d’ améliorations au jeu en lui-même. A oublier, définitivement…
3
Comme la plupart des fans de Conker, j’ai très vite été intrigué par le concept ‘mignon mais gore’ de Naughty Bear notamment grâce à des trailers parodiques assez sympathiques. Cependant, manette en main, la magie n’a pas fait effet. Exploitant assez mal des idées pourtant prometteuses, le titre s’ avère trop limité à quasiment tous les niveaux. Même si le palmarès des développeurs et l’absence totale de gameplay dans les vidéos promotionnelles avaient pu me mettre la puce à l’oreille quant à sa qualité, Naughty Bear n’en reste pas moins une déception mémorable.
4
Après avoir été très déçu par l’opus de 2008, j’espérais retrouver avec ce nouveau PoP les incroyables sensations que m’avait procuré la trilogie de 2003-2005. Malheureusement, si quelques-uns de ces éléments étaient bien présents, le gameplay et le scénario n’avaient plus la même saveur. Le soft ne m’a absolument pas marqué et je suis passé à autre chose bien plus vite que je ne l’aurais voulu.
5
J’attendais ce MoH avec pas mal d’impatience en me demandant ce qu’il pourrait apporter de nouveaux aux FPS modernes après les Bad Company et autres Modern Warfare. Finalement, la réponse est simple : strictement rien ! Bien qu’agréable dans l’ensemble, ce MoH est loin de m’avoir convaincu pleinement avec son retard technique indéniable, son solo terriblement court et facile et son contenu ridicule en multi. Les développeurs n’ont pris aucun risque et se sont contentés de mélanger quelques éléments piqués à leurs concurrents en les simplifiant à l’extrême, ce qui donne lieu à un FPS classique et rapidement oubliable.


Conclusion
Tous les rédacteurs de Xbox Gamer ont eu plaisir à essayer les divers jeux pour la Xbox 360 qui sont apparus en 2010. Chacun a ses préférences, selon ses goûts. Nous espérons donc que ces différents Top vous permettront d’avoir un bon aperçu des titres immanquables et à éviter de 2010 et, qui sait, qu’ils vous aideront à compléter votre liste de Noël. Maintenant, il ne vous reste plus qu’une seule chose à faire : partager avec les membres et nous, par le biais des commentaires, vos Top et Flop de 2010 ! Tous à vos claviers !
Consulter les commentaires Article publié le 19/12/2010 par Vincent P.


PUBLICITE

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019