Dossier - Critique : BD Gears of War Tome 2 sur Xbox 360

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 218 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
Dossier > Critique : BD Gears of War Tome 2
Le 22 avril dernier, les Français ont pu découvrir, aux Editions Soleil dans la collection Fusion Comics, le Tome 1 de l’adaptation en comics de la célèbre saga Gears of War (dont la critique est consultable à cette adresse), cette dernière faisant depuis quelques temps le bonheur de nos amis américains. Cette série de BD s’attarde sur les événements qui se sont déroulés entre le premier et le deuxième jeu, soit quatorze ans depuis l’émergence et deux mois après la bombe de Timgad. Après un Tome 1 qui a fait forte sensation, les joueurs et amateurs de BD pourront découvrir le 26 août prochain le Tome 2. Reste à voir si celui-ci est aussi bon que son prédécesseur…

Un véritable délice



Ce Tome 2 nous propose de retrouver l’escadron Delta exactement là où on l’avait laissé : dans une situation très délicate face à un Brumak. Pour résumer un petit peu les événements précédents, notre chère équipe menée par Marcus Fenix est passée dans la zone de Pirnah, au sud-est de Jacinto, dans un camp de réfugiés près de Dorados et est en direction de Montevado, lieu dans lequel se déroule exclusivement l’histoire de ce deuxième tome composée une fois de plus de trois chapitres pour une bonne poignée de minutes, avec un passager bien particulier : une petite fille nommée Lily. Celle-ci a été recueillie par Jace, alias le Gamin, ce dernier lui ayant promis de tout faire pour la protéger et retrouver ses parents.

Ceci dit, le lecteur est plongé dès la première page, qui précède celle introduisant le Chapitre 4, au cœur de l’action et y reste tout au long de l’aventure, les seuls moments d’accalmie ne durant pas bien longtemps et précédant à chaque fois une nouvelle situation toujours pire que la précédente. Et c’est bien là la force de cette suite qui nous offre une vision de plus en plus sombre du futur de notre équipe, surtout que Joshua Ortega, le scénariste, a intégré quelques rebondissements fort intéressants à l’histoire et des notions qui surprendront très certainement les fans de la licence, avec notamment un Marcus qui se révèle être bien entendu héroïque mais aussi un homme de cœur prévenant…

Nous n’en dirons pas plus sur le scénario pour éviter tout spoiler mais sachez que si celui-ci est une fois de plus peu approfondi, dans le sens où les dialogues, au langage assez cru mais de circonstance, se concentrent principalement sur les événements en cours, il faut bien reconnaître que les dernières pages de l’histoire tranchent radicalement avec le reste et que quelques surprises sont à noter. En sus, ce Tome 2 change quelque peu en termes purement visuel comparé au précédent. En effet, si le Tome 1 offre des images très colorées et dans l’ensemble très détaillées, dans la suite, le dessinateur Liam Sharp a appliqué la même formule, à savoir des dessins très détaillés tout au long de l’histoire accompagnés d’autres plus sommaires pour les phases de transition, alors que Jonny Rench, l’encreur, a opéré à quelques changements.

Ainsi, outre la première quinzaine de pages dans un ton auquel le lecteur est habitué, nous avons le droit par la suite à des planches au teint grisâtre, avec quelques nuances de bleu pour la lumière, de rouge pour le sang et d’orange pour les fusillades, la clope ou encore des éléments des Locustes, indiquant que l’escouade est à Montevado, avec quelques vignettes rougeâtres pour exprimer les événements de l’enfance de Jace et d’autres dans un style plus coloré (semblable à celui des premières pages et du Tome 1). Ce jeu de couleurs, qui offre un rendu bien souvent plus sombre et crade, permet de bien différencier les moments, le gris étant utilisé pour le bourbier, le rouge pour le passé et la couleur pour les moments d’espoir, un mot auquel nos gros bras s’attachent le plus possible. Le tout est en tout cas extrêmement bien dosé et le lecteur a vraiment du mal à décrocher tant l’avancée est intéressante, les dessins jolis et l’encrage minutieusement réalisé.

A cela il faut rajouter tous les éléments que l’on avait déjà pu voir dans le premier volume comme la différence des phylactères, les bleus étant réservés aux pensées de Jace, le personnage « central » de toute cette aventure, de l’humour, principalement de l’ironie, des parallèles de vignettes extrêmement bien faits (surtout entre l’enfer du présent du Gamin et celui de son passé) et quelques séquences émotions. Derniers éléments et non des moindres, ce Tome 2 est l’occasion de découvrir de nouveaux Locustes (par rapport au volet précédent) comme un Berserker ou encore des Corpsers pour ne citer qu’eux, une couverture beaucoup moins sobre mettant en avant une illustration de Cole et Baird dos à dos face à une armée de rebus et, à la fin de la BD, cinq nouvelles illustrations (une par page dont la première n’est autre que celle utilisée pour la couverture) absolument magnifiques. Un vrai délice en long, en large et en travers !

    Caractéristiques
  • Titre : Gears of War #2
  • Editions : Soleil
  • Collection : Fusion Comics
  • Langue : Français
  • Scénariste : Joshua Ortega
  • Dessinateur : Liam Sharp
  • Encreur : Jonny Rench
  • Format : 214 x 320
  • Nombre de pages : 72 (couleurs)
  • isbn : 2-35616-038-6
  • Prix unitaire : 13,50 euros
  • Parution : 26 août 2009
Notre avis : Un véritable must-have !

Conclusion
Une fois de plus, le trio Ortega, Sharp et Rench nous offre 72 pages couleurs magnifiques et réussit même à nous surprendre par des jeux de couleurs plus prononcés selon la situation, des remarques fines mêlées à un langage cru de circonstance, des rebondissements et une situation qui ne fait pratiquement qu’empirer. Malgré l’unicité du lieu (Montevado) et quelques dessins sommaires pour les transitions, le lecteur ne s’ennuie pas une seconde et dévore ce Tome 2 en une bonne poignée de minutes avec délice. Les 13,50 euros demandés pour l’achat de cette BD sont vite rentabilisés tant le plaisir que celle-ci procure est grand, sans compter qu’il s’agit là aussi d’un véritable objet de collection pour tous les fans de la licence (les dessins étant superbement réalisés, l’univers respecté et les illustrations de fin simplement splendides). Outre le fait de vous conseiller de vous jeter dessus le 26 août prochain, nous ne pouvons dire qu’un seul mot : Encore !
Consulter les commentaires Article publié le 24-08-09 par Vincent P.


PUBLICITE

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019