[CLAC-PS4] NIER AUTOMATA - blog Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 198 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
AEONS
   Lui envoyer un message privé

   Ajouter à ma liste d'amis

   Consulter le mur du membre
  Aeons est Offline
  Localisation : France - Alsace
  En chiffres :
    - membre depuis 1215 jours
    - 1154 messages postés

PUBLICITE
[CLAC-PS4] NIER AUTOMATA
Publié le 10.12.2017 à 20:48 par Aeons

Après un premier opus sorti en 2010 tel un ovni, Platinum Games nous propose 7 ans plus tard la suite directe de Nier qui a tout d’un grand sur le papier : un studio ayant accouché d’un des plus gros Beat Them All pour beaucoup (voir le plus gros : Bayonetta) au commande de cet BTA / A-RPG, une équipe composée de cadors issue de la série originale, et venant de Dragon Quest ou autre Final Fantasy, un charadesign soigné et une bande son de folie le tout accompagné d’une histoire et background de malade. Vu comme cela, on pourrait se dire qu’on tient un des GOTY 2017 hautement mémorable.

Mais la réalité est-elle aussi idéaliste que sur le papier?









LA TERRE AU MAIN DES MACHINES.

Nier :Automata prend suite au jeu original plusieurs milliers d’années plus tard. L’humanité à aujourd’hui pris refuge sur la Lune, après que la Terre ai été envahi par les machines sous le commandement d’une race alien inconnue. C’est ici qu’entre en jeu l’organisation YoRHa sur laquelle toute espoir de reconquête de la planète Terre se pose.

Cette organisation envoie des bataillons d’androïde afin de contrer l’invasion robotique et reconquérir l’ancien territoire humain pour pouvoir y vivre à nouveau. Ces androïdes vont jusqu’à scander en permanence « Gloire à l’Humanité ».
Voici les seuls éléments que vous aurez en votre possession lors du début de votre aventure.


Le jeu débute sur la démo jouable disponible sur le PSN, où vous prendrez le contrôle de l’unité de combat YoRHa 2B spécialisée dans le corps à corps, au cœur d’un complexe industriel à la recherche d’une unité ennemi. Vous serez vite rejoint par 9S, l’unité de reconnaissance à bord de son unité volante. Dès les premières minutes et dialogues vous verrez les différences qui opposent les deux protagonistes : 2B l’androïde adulte sexy, forte, convaincue de devoir uniquement et strictement remplir sa mission et indifférente à tout sentiment quand 9S ressemble à adolescent, avide de découverte et bien plus « humain » dans son comportement.



Ce binôme que tout semble opposé donnera donc lieu à un duo charismatique et attachant, dont de nombreux échanges vous feront sourire par des situations assez comiques, mais au-delà de cet aspect vous verrez au fil de votre avancée une réflexion profonde, sérieuse et philosophique apparaitre.

Le jeu laissera passer de nombreuses émotions aux travers des protagonistes, que vous verrez évoluer pendant votre aventure, notamment aux travers du multiple questionnement de 9S qui changeront la façon de voir les choses de 2B qui en sera perdue.

Nier :Automata n’est pas le genre de jeu qu’on rush et qu’on range / revends aussitôt. Il vous sera demandé de multiples runs pour en voir l’intégralité (26 fins possibles, avec 5 vraies fins à voir) et répondre à toutes les interrogations créées et laissées par le titre de Platinum Games. Il sera question d’identité, de découverte des sentiments et de l’attachement, et énormément d’interrogation sur la condition des machines. Chaque run vous fera découvrir un pan de l’histoire sous un autre angle, vécu par un autre androïde, avec un nouveau gameplay.

Chaque run aura des points communs, mais fondamentalement vous n’aurez pas cet impression de NewGame+ sans nouveauté ou ayant juste une difficulté agrandie.
Je n’en dis pas plus du côté de l’histoire, afin de ne pas vous gâcher l’expérience du titre.









LE BEAT THEM ALL QUI N’EN AI PAS TOTALEMENT UN.


Limiter Nier :Automata a un BTA serait une énorme erreur, Platinum Games a voulu la jouer à fond la carte de l’originalité et nous proposer une expérience unique.

En effet, il ne sera pas rare d’avoir des passages en 2D à la façon d’un Mario, un shooter en fausse 3D ou même carrément en vue à l’ancienne par le dessus en graphisme atari-like ou un stick shooter !

Les changements de gameplay se passent d’une manière totalement fluide et sans accros, d’une façon des plus naturelles qu’il soit. Nous ressentons la patte du studio derrière la nervosité et la maitrise des affrontements : ca castagne et on en redemande !



Manette en main, la prise en main est immédiate. Le titre comblera les néophytes du genre comme les experts : attaque avec les armes 1 et 2, votre pod qui est là en soutien via son attaque de base et celle sous timer, le saut, l’esquive etc. tout est là pour offrir un gameplay simple à prendre en main mais qui proposera tout de même quelques challenge pour accéder à la maitrise totale qui donnera un sentiment d’être une vrai machine destructrice sur le champs de bataille.

Le pod proposera d’ailleurs de multiples modules à récupérer pour proposer divers pouvoirs, qu’il faudra adapter selon la situation pour vous faciliter la tâche.
Chaque affrontement donnera lieu à un balai artistique mais mortel.
Les affrontements de boss seront souvent des souvenirs mémorables, mis en scène de façon parfaite et aucun d’entre eux ne se ressemble. Le tout reste d’une fluidité au top malgré la présence de multiples effets et projectiles mortelles à esquiver.

Nous avons donc à faire à un jeu montrant toute l’étendue de la maitrise technique de Platinum Games qui nous régale de son savoir-faire en termes de jeux d’action !

A noter que la mort en jeu ne signifie pas la mort de votre androïde mais seulement de son enveloppe « charnel » ou plutôt mécanique ici, ses souvenirs étant transférés dans un autre corps. A vous d’aller ramasser votre ancien corps afin d’y récupérer ses puces que nous évoquerons plus bas, ou d’en faire un allier potentiel qui combattra à vos côtés.
Si vous laissez le mode online activé, il vous sera possible d’en faire de même sur le corps de joueurs morts sur votre chemin.
Petit clin d’œil aux Souls ici, avec la possibilité de laisser un message pour les joueurs qui trouveraient votre dépouille.








L’ACTION EST MAITRISEE, QU’EN EST-IL DU COTE RPG ?

Après la partie présentée dans la démo, le jeu vous parachutera dans un monde « ouvert » où vous devrez dans un premier temps rejoindre un camp de la résistance où vous trouverez vos premières missions et marchands. Vous serez amené régulièrement à visiter ce lieu au cours de votre aventure pour valider des quêtes, faire le plein d’item tels que vos potions ou autre puces d’améliorations, acheter et améliorer vos armes via différents (nombreux !) matériaux que vous aurez récolté lors de votre périple. A noter qu’à chaque transition ou changement de zone, les items à ramasser tout comme les ennemis réapparaissent !

J’ai mis monde « ouvert » entre guillemet du fait que vous ne ferez pas face à des étendues vastes tels que Horizon, Witcher ou GTA par exemple mais plutôt à une carte composée de plusieurs environnements articulés autour de la cité en ruine où se trouve le camp rebelle.

Ces environnements seront assez variés mais ils sauront se montrer pauvres et vide de temps en temps. Vous découvrirez rapidement un parc d’attraction abandonné, un désert où vous pourrez vous adonner aux joies de la glisse sur les dunes de sable, une forêt abritant un village de machine pacifique, une autre forêt traversée par une rivière et une cascade avec un château en ruine présent, une zone portuaire, des usines désaffectées et rouillées, un centre commercial géant le tout toujours dans une dominance post-apocalyptique en ruine, aux couleurs souvent ternes. Ces différentes zones proposeront toutes des passages secrets plus ou moins hardus à trouver, regorgeant de trésor en tout genre.

Vous débloquerez après l’un des premiers bosses la capacité de vous téléporter entre les points de sauvegarde. Je vous avoue ne pas avoir trop utilisé cette fonction préférant me balader, avide de prise d’expérience, et farming de composants.









LE COTE CUSTOMISATION DU TITRE.

Nier :Automata se démarque un fois de plus de ces concurrents au niveau de la personnalisation. Autre le fait de la montée de niveau, de la customisation de vos armes ou autres gadget liés au pod, vous avez la possibilité d’équiper des puces.
Chaque joueur aura donc une UI différente selon sa façon de jouer, les puces lootées et équipées car oui, ces puces vous serviront à modifier votre interface !

Vous disposerez d’un « budget » total (qui s’augmente via item à acheter), et chaque puce demandera une certaine place dans ce budget : vous pourrez choisir d’afficher les dégâts par exemple, la barre de santé des ennemis, ou l’argent / exp gagnée, d’afficher ou non la zone où se trouve votre objectif, tout cela via vos puces que vous allez donc customiser comme s’il s’agissait d’un OS.

En plus de ces puces « interface » vous avez des puces offensives ou défensives que vous aurez plaisir à équiper au cas par cas par vous-mêmes, ou faire confiance au jeu pour partir sur un build optimisé « offensif », « défensif » ou « équilibré » par exemple.
Plus vous avancerez en jeu, et plus cet aspect customisation vous offrira de possibilités et prendra de l’envergure.
Vous voulez maxer les dégats et être rapide ? Partez donc sur un build et puces purement offensives ? A l’inverse, vous préférez être un sac à PV qui encaisse sans sourcillez ? Cherchez donc les puces allant en ce sens.








LES QUETES, LA NARRATION ET LES MACHINES.

La trame du titre de Platinum Games, comme évoqué lors de l’introduction, est bien plus profonde qu’elle n’y parait. Le jeu vous fera passer par différentes émotions allant de l’humour à la tristesse avec une perpétuelle remise en question de ce que vous allez voir et croire.

Hormis quelques quêtes secondaires en mode « va tuer ceci / ramasse cela et vient me voir » (le fameux mode FEDEX connu des joueurs de MMO par exemple), les missions que l’on vous confiera sont assez variées et certaines quêtes seront plus qu’originale comme celles de courses par exemple ou les différents casse-tête à résoudre pour vos différentes missions.

L’un des thèmes centraux du titre sera la réflexion sur la condition des machines, leur conscience, capable d’émotion comme l’amour et la peur. Comme déjà dit au début de ce test, le contenu du titre et sa réflexion se dévoilera après plusieurs runs. Se limiter à un seul acte correspondrait pour un autre titre à ne jouer qu’à sa démo, on en vient même à se demander s’il n’aurait mieux pas fallu ne pas mettre de générique de fin entre chaque acte pour plus de clareté (combien de joueurs avec qui j’ai discuté n’avait pas connaissance de ces actes ?! !

Le 1er run, avec 2B, vous demandera une bonne grosse douzaine d’heures pour en voir le bout.
Le 2eme run, joué via 9S, proposera de revivre globalement la même partie du scénario mais sous un autre angle, via un gameplay différent (au lieu d’avoir 2 armes, 9S peut hacker les machines ennemis pour les détruire en attaque secondaire, via des séquences de shoot oldschool en graphisme et audio purement rétro). Je n’en dévoile pas plus sur les autres runs, sous peine de spoil une partie du jeu !

Chaque acte/run proposera une expérience unique, avec chacune un point de vue différent et son lot d’informations complémentaires. Nous pourrons noter une certaine impression de déjà vue lorsque nous jouons 9S, celui-ci passons une majeure partie de son temps dans l’histoire avec 2B mais pas mal de phase se feront via un autre gameplay ou type de jeu (shooter, etc), et via l’ajout d’énormément de mini-cinématiques différentes.

Rarement un jeu d’action ne nous a proposé un univers de la sorte avec une réflexion humaine poussée et profonde comme Platinum Games l’aura fait avec Nier :Automata.








LA TECHNIQUE NIER EST PAS ?


Après avoir tant encensé le jeu, nous allons pointer du doigt le point qui « fâche » : le côté technique.

Privilégier la fluidité, sur les consoles actuelles, a un cout : le 60fps était un des critères phares du studio tout comme de Square Enix : la résolution sera donc de 900p sur ps4 standard, et 1080p sur ps4 pro uniquement. A côté de cela les textures ne sont pas toujours dignes de la current gen.

Les décors n’éclatent pas la rétine, un Last Of Us sur ps3 fait limite au moins aussi bien le taff derrière sur ce point-là, du pop-in de quelques décors par ci par là… Pour faire bref le titre n’est pas une vitrine technologique sur le rendu global.

A l’inverse, la fluidité tout comme les animations des personnages sont au top, certains testeurs remontaient quelques accrocs occasionnels ou rares, je n’ai personnellement pas eu (ou vu) de soucis lors de mes dizaines d’heure de jeu et c’est un gros gros plus sur des titres aussi nerveux.

La direction artistique originale et travaillée gomme et compense largement le rendu global du titre.

Disponible en langue japonaise ou anglaise, le jeu est intégralement sous-titré en FR.








LA BANDE SON : IMMERSION TOTALE !


Comment ne pas évoquer la bande son de ce titre qui, elle aussi, est juste somptueuse et surement dans les meilleures compositions de jeux vidéo ? tantôt lyrique et magique, tantôt rythmée et brutale, cette bande participe énormément à l’immersion et à la magie de Nier :Automata. La présence de la douce voix de la chanteuse Emi Evans ajoute encore plus de féerie et d’émotions aux titres qu’elles interprètent, comme le morceau « Amusement Park » lorsque vous arrivez au parc d’attraction, dont vous trouverez les previews sur le site japonais de Square Enix ici ! (http://www.square-enix.co.jp/music/sem/page/nier/automata/ )


Nous pourrions aussi noter l’épique qui se dégage des titres comme « A beautiful song », « grandma destruction » ou alors « Dark Colossus Kaiju » et « Song of the Ancients Atonement » . Mention spéciale à la chancon assez atypique « Pascal » pour le village des machines que vous découvrez assez vite.

J’ai d’ailleurs moi-même fait l’acquisition du triple CD (plus un 4eme bonus, les titres retro / 8 bits) tant j’ai été conquis par cette BO de haute volée !








AVIS D’AEONS : « Nier :Automata » ou l’ode à l’amour de Platinum Games pour le BTA / A-RPG


Vous l’aurez très certainement compris, Nier :Automata est un de mes gros coups de cœurs de 2017 ou même de mon expérience vidéo ludique globale.

Avant d’avoir eu le jeu ou la démo en main, le titre ne me faisait ni chaud ni froid mais un ami ultrafan de Platinum m’a convaincu de lui laisser une chance et il a eu raison !
Le titre de Platinum Games est le genre de jeu, d’expérience qui ne peut vous laisser dans l’indifférence une fois que l’avez touché. C’est le genre de jeu, comme un Shenmue ou autre Final Fantasy 7 sur console, que l’on n’oublie pas.


L’histoire et la construction globale du titre sont captivantes, complexes et provoqueront une réflexion auprès du joueur. Les robots et androïdes sauront se montrer au final aussi humain que les vrais êtres qui peuplaient la terre voir même plus sensible à ces émotions que nous, il suffit simplement de voir les actualités quotidiennes pour s’apercevoir de la folie qui s’empare de notre monde.


Le gameplay proposé est au top de ce qui est aujourd’hui sur le marché du BTA / A-RPG, la fluidité du titre et sa DA gommeront les quelques légèretés en terme de rendu globale du titre : le titre se veut nerveux, brutale et à la fois fluide et propre !
L’atmosphère générale du titre vous attirera sans cesse vers de longues et nombreuses sessions de jeu, le tout saupoudrée par une bande son épique !


Un must have pour tout joueur PS4 aimant l’action, du plaisir à l’état brut proche de la perfection !





On a aimé :
- L’histoire ,background, la DA
- Le gameplay easy à prendre en main
- Fluidité
- Le système de puce
- Original, diversifié dans l’avancée du jeu, pas d’ennui en vue
- La bande son, la bande son je vous dis !
- Le duo 2B/9S

On a moins aimé :
- Monde ouvert pas aussi vaste que la concurrence, parfois vide (mais cela colle avec la DA ..)
- rendu pas toujours digne des consoles / pc actuels

Note : 18/20, flaggé must have !



VOS REACTIONS
Posté le 10-12-17 @ 20:51


Gamertag :
Gh0stCrawl3r
Bon bah voilà, il est enfin en ligne
J'espère que ce test aidera les joueurs hésitants à se péter le titre qui est juste une putain de tuerie et dans mon top 5 goty 2017 haut la main !
Posté le 11-12-17 @ 12:22


Gamertag :
Derkaone
Félicitations pour ce billet que j'ai lu de bout en bout...
Du coup, tu m'a fait acheter sur Prime Minister le premier Opus de Nier Automata (27 Euros)...t'es content de toi j’espère ?

Pas encore essayer puisque je devrais l'avoir en fin de semaine, néanmoins j'ai hâte maintenant...
Tiens, là, encore à cause de toi j'ai acheter Bayonetta sur PS3...en collector pour 18 boules.
Merci pour cet excellent billet, quand je choperais la PS4 je me fendrais surement de de la suite de "Nier"...
Posté le 11-12-17 @ 13:18


Gamertag :
Gh0stCrawl3r
Il existe sur pc le automata sous steam ou autres sites obscurs :p
Posté le 11-12-17 @ 14:32


Gamertag :
GreNeSis
Très très beau jeu. Le premier était exquis, celui ci l'est tout autant. Et ces bandes sons !!!

Bref, très belle illustration écrite de ce petit bijou, bravo.
Posté le 11-12-17 @ 14:37


Gamertag :
Baka32
Super Clac, bel article. ducoup j'suis allé voir une vidéo de gameplay.
ca me fera pas acheté la PS4 mais le jeu à l'air vraiment sympa
Posté le 11-12-17 @ 19:57


Gamertag :
Derkaone
Oui, il est sur PC, mais je prefere y jouer sur la PS3...j'agrandis ma collection sur cette console: 61 titres acheter cette année....
Au passage, merci pour le billet inspiré...





 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2018