La Saga Street Fighter - blog Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 221 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
GUEHU
   Lui envoyer un message privé

   Ajouter à ma liste d'amis

   Consulter le mur du membre
  Guehu est Offline
  Localisation : France - Ile-de-France
  En chiffres :
    - membre depuis 3430 jours
    - 1946 messages postés

PUBLICITE
La Saga Street Fighter
Publié le 09.05.2010 à 10:00 par Guehu

INTRODUCTION

Résumer une série comme Street Fighter (63 jeux au total) est un travail de titan et il a fallut se concentrer sur l'essentiel de la saga pour en tirer la substantifique moelle. Capcom nous aura en tout cas apporté énormément de plaisir avec ces dizaines de volets qui auront su créer un genre à part entière. Pourtant, les débuts de Street Fighter ont été assez calamiteux et ce n'est finalement qu'à partir du second volet que la série prend réellement son envol au point de lancer une nouvelle mode, celle du Versus Fighting ! Aujourd'hui, ce sont plus de 28 millions (chiffres datant de fin 2009) de jeux estampillés Street Fighter qui ont été vendus dans le monde. Je vous propose donc d'explorer cette saga révolutionnaire, tant il y a 20 ans qu'aujourd'hui, sur l'ensemble de ses épisodes majeurs. Sortez vos mouchoirs !

STREET FIGHTER : LA GENÈSE

Street Fighter : 1987 en Arcade

Dans un japon dominé par le beat them all (du combat à défilement où l'on enchaîne les ennemis par dizaines au fil des niveaux), le premier épisode de Street Fighter passe complètement inaperçu ! A cette époque, on joue plus en solitaire, ou en coopération, sur les jeux d'arcade. Difficile donc de proposer aux timides joueurs japonais de se frapper les uns les autres dans un jeu violent, respect oblige. Néanmoins, la borne d'origine apporte des idées toutes nouvelles. Des coups spéciaux pour le personnage principal, Ryu (Ken était jouable en versus uniquement) et les deux boutons analogiques de base sortaient des coups normaux dont la puissance variait en fonction de la pression effectuée. Autant dire que cette maniabilité archaïque ne laissait pas de place à l'erreur et nombre de joueurs y ont perdu leur sang froid et leurs doigts. Une seconde version de la borne a donc vu le jour avec six boutons (poings forts, moyens et faibles et pieds forts, moyens et faibles) mais même avec ça, sortir des coups spéciaux relevait du miracle. Notez par ailleurs que les coups spéciaux faisaient déjà énormément de dommages. Un choix de game design que l'on retrouvera, plus tard, dans Street Fighter II mais qui sera modifié à partir de Super Street Fighter II Turbo. Enfin, le jeu sera renommé Fighting Street dans sa version sur PC Engine pour des questions de droits en rapport avec un nom appartenant à Namco, "Street Fight" !



Street Fighter 2010 The Final Fight : 1990 sur Nintendo Entertainement System

Jeu de plate-forme axé sur le tir, un peu à la Metroid, ce titre a été estampillé Street Fighter. Un détail qui montre à quel point Capcom croyait déjà en ce nom ! Ken est un scientifique qui parcourt l'univers pour récupérer le Cyboplasm. Si le jeu ne restera pas dans les mémoires, c'est surtout la vision de l'avenir en 1990 qui fait sourire aujourd'hui. 2010 n'est pas l'avènement des cyborgs ou de Ken jouant les Samus Aran. 2010 c'est la sortie de Super Street Fighter IV !



STREET FIGHTER II : LA REVOLUTON

Street Fighter II The World Warrior : 1991 en Arcade

C'est en l'an de grâce 1991 que le jeu de combat est réellement né en arcade au Japon. Profitant de l'arrivée des bornes Taisen (deux bornes d'arcade reliées entre elles permettant de jouer à deux en face à face), Street Fighter II The World Warriors est un véritable coup de poing qui va droit au coeur des joueurs arcade de l'époque. On y trouve huit personnages jouables (et quatre boss charismatiques) aux looks et aux styles de combat exagérés capables de satisfaire le plus grand nombre. Une jouabilité plus accessible, même si les coups spéciaux étaient encore inconnus et donc difficiles à sortir, remporte tous les suffrages. On retrouve les six boutons, marque de fabrique de la série, ainsi que des premiers embryons d'enchaînements.



Street Fighter II Prime Edition & Street Fighter Prime Hyper Fighting : 1992 en Arcade

Cette version reprend les mêmes éléments en ajoutant la possibilité d'incarner des quatre boss du jeu. A savoir, Balrog, Vega, Sagat et M.Bison. Sachez, par ailleurs, qu'il était possible de jouer en versus avec le même personnage en Arcade, chose impossible à l'origine.

[rouge][b]Super Street Fighter II The New Challengers : 1993 en Arcade
[/b][/rouge]
Véritable révolution graphique dans la série des SFII, cette borne proposait de jouer tous les personnages de base, auxquels il faut ajouter les quatre boss et quatre petits nouveaux que vous connaissez bien désormais : Dee-Jay, T-Hawk, Fei-Long et Cammy. Ce volet comptabilise les enchaînements de coups. Cette nouveauté augmente d'ailleurs votre score, tout comme le premier coup du match, si vous parvenez à l'asséner (la fameuse "First Attack"). C'est aussi le Super qui introduit, pour la première fois, huit couleurs de costumes différentes par personnage ainsi que de nouvelles poses et phrases de victoire. Une baffe pour l'époque, qui a mis toute la concurrence K.O, grâce notamment à des graphismes surpuissants !



Super Street Fighter II Turbo : 1994 en Arcade

Quelques mois plus tard, Capcom assène le coup de grâce à la concurrence en sortant Super Street Fighter II Turbo. Cet épisode est charnière dans la saga puisqu'il rajoute les premières furies (que l'on doit en fait au Art of Fighting de SNK) pour tous les personnages. A force de frapper et de se prendre des coups, les guerriers accumulent de l'énergie, illustrée à l'écran par une barre de "Super", qui, une fois chargée, permet de sortir une version améliorée, et souvent destructrice, d'un coup spécial. Pour faire ressortir la puissance de ces coups devastateurs, Capcom décide de baisser les dommages des coups normaux et spéciaux. Une décision qui aura pour effet d'obliger les joueurs à profiter des enchaînements pour augmenter leurs dégâts. Evidemment, cette version est aussi spéciale puisqu'elle voit l'apparition de Shin Gouki (Akuma chez nous) en boss de fin, seulement si vous parveniez à terminer le jeu sans perdre un round, cela va de soit. Il était même possible de jouer, sur certaines versions, ce personnage, dans un style moins puissant, au moyen d'un code à réaliser à l'aide du stick et des boutons.



STREET FIGHTER ALPHA : LA JEUNESSE

Street Fighter Alpha (Zero au Japon) Warrior's Dream : 1995 en Arcade

Alors que tout le monde attend un Street Fighter III, dont la rumeur ne cessait d'enfler, voilà que pointe le bout de son nez en arcade Street Fighter Zero. Une renfonte complète de design du jeu a été effectuée pour proposer des animations et des graphismes plus léchés. Le roster du jeu change lui aussi et compte désormais treize peronnages. Les petits nouveaux sont les suivants : Sodom, Rose, Adon, Charlie, Guy, Birdie et en personnages cachés on trouve M.Bison, Akuma et le fabuleux Dan. Malgré un nombre restreint de décors, le jeu offre de nouvelles possibilités au travers du Time Alpha Counter, un contre qui s'enclenche par l'intermédiaire d'un coup spécial effectué juste après une garde en échange d'un tiers de la barre de "Super". Notez que SF Zero se situe historiquement entre Street Fighter II et Street Fighter I dans la chronologie de la saga. Une dernière info ? Un combat caché pouvait être débloqué dans lequel on affronte deux personnages simultanément. Enorme !



Street Fighter Alpha 2 : 1996 en Arcade

Le roster gagne en taille puisque nous avons désormais droit à 18 personnages de base. Les "Custom Combos" font leur apparition. Lorsque la barre de furie est remplie, le joueur peut la faire exploser pour bénéficier d'enchaînements exagérés pendant un certains temps. Ces combos originaux permettaient, par exemple, de sortir plusieurs coups spéciaux d'affilée, sans restriction, et de rattraper l'adversaire en l'air pour poursuivre son enchaînement. Tout simplement spectaculaire ! Et spécialement pour les fans, on notera l'apparition de Sakura, la lycéenne, fan de Ryu, pour la toute première fois dans la saga.



Street Fighter Alpha 3 : 1998 en Arcade

Avec Street Fighter Alpha 3 et toutes ses versions, Capcom est au sommet de son art. Avec ses 28 personnages en arcade (dix supplémentaires sur certaines déclinaisons consoles) et un système de jeu parfaitement rodé, Alpha 3 est une référence, encore aujourd'hui, pour beaucoup. Il proposait pas mal de subtilités, parmi lesquelles, différents styles de combat pour chaque personnage, modifiant d'autant leur maitrise que la gestion de leur barre de furies. Le A-ISM permet de jouer à la manière du premier épisode de la série des Alpha. A noter qu'en terme de défense, les personnages joués en A-ISM étaient moins bien lotis. Le V-ISM est identique à la différence près que le joueur ne bénéficiait pas des "Super" mais pouvait lancer les "Custom Combos" du Alpha 2. Enfin, le X-ISM offrait la possiblité de jouer à la manière de Super Street Fighter II Turbo, encore une référence à l'époque. Un mode World Tour apparait sur console pour customiser ses personnages et introduire des lutteurs cachés. Bien entendu, c'est là que sont utilisés les fameuses Dramatic Battle durant lesquelles le joueur affrontait deux adversaires à la fois.



STREET FIGHTER III : LE PARRY (RISQUÉ !)

Street Fighter III New Generation : 1997 en Arcade

Ce nouveau volet de Street Fighter est une remise à zéro (sans jeu de mot avec la série Zero) de la saga. Tous les personnages classiques disparaissent, à l'exception de Ryu et Ken, au profit de nouveaux guerriers. Si l'idée est excellente, le character design des combattants n'a pas plu à tout le monde. Malgré des graphismes incroyables de beauté pour l'époque, Street Fighter III aussi déçoit beaucoup par son système jeu. Non pas qu'il soit mauvais, loin de là même, il s'avère être, sobrement, beaucoup plus complexe que celui de ses prédécesseurs. En effet, SFIII introduit un système de défense inédit, le "parry system", qui fait appel aux réflexes. Une nouveauté sans doute trop technique pour les joueurs "casual". D'autant que cette manipulation s'effectue en mettant le stick vers l'avant et donc en prenant le risque de ne plus bénéficier de sa garde défensive. Si le joueur mettait la manette en avant au moment de l'impact d'un coup, son personnage repoussait l'assaut et pouvait contrer son concurrent. Il revient donc à une prise de risque gigantesque, qui, mal employée, conduisait forcément à une défaite. Il s'agit aussi du premier volet de la saga dans lequel le "Dash", la possibilité d'avancer de reculer rapidement est disponible. Sachez aussi que les furies, rebaptisées "Super Art" pour l'occasion, sont au nombre de trois par personnage. On ne pouvait d'ailleurs en sélectionner qu'une seule pour chaque combat. Ca vous rappelle quelque chose ?




Street Fighter III Second Impact-Giant Attack : 1998 en Arcade
Ce second volet est un upgrade du premier jeu qui rajoute deux personnages inédits, Hugo et Urien. Le total est donc monté à 14. Et pour les puristes, on notera l'apparition des EX Moves, les attaques spéciales à la puissance augmentée que l'on retrouve, d'ailleurs, dans Street Fighter IV.



Street Fighter III Third Strike-Fight for the Future : 1999 en Arcade

Toujours joué, même depuis l'arrivée de Street Fighter IV, le Third Strike est un des jeux de combat les plus difficiles à maitriser. Bourré de subtilités grâce à des systèmes particuliers (quick stand, imblocables, kara throw, partition charge etc.) sur lesquels je ne m'étendrai pas, seuls les joueurs les plus acharnés s'y sont réellement attardés. Contrairement à ses aînés, il propose plus de personnages, vingt cette fois. La particularité de ce titre réside dans le fait qu'il a intéressé les joueurs hardcore de jeux de baston pendant plus de dix ans puisqu'il reste toujours joué aujourd'hui dans certains tournois professionnels.



STREET FIGHTER EX : LE PASSAGE À VIDE

Street Fighter EX : 1996 en Arcade

Même si certains ne considèrent pas ces versions de Street Fighter comme de véritables épisodes, il est important de souligner que cette série est en 3D avec une jouabilité à l'ancienne, dans la veine de celles de la saga. Ses personnages fantasques ne sont pas du goût de tout le monde mais certains sont restés dans les mémoires, notamment, Gadua, Pullum Purna et Skullomania. Le premier EX proposait tout de même dix sept personnages dont cinq cachés. Et comme les suivants, les EX auront droit à des versions "Plus" avec quelques apports en terme de personnages et de nouveautés, même s'il faut bien admettre qu'elles sont légères.



Street Fighter EX 2 : 1998 en Arcade

Evidemment basé sur le premier EX, ce second opus propose vingt et un personnages et des subtilités de gameplay telles qu'une possibilité de casser la garde adverse ou encore de stopper un enchaînement ennemi.



Street Fighter EX 3 : 2000 sur PS2

Trop en retard par rapport à la concurrence, l'EX 3 était intéressant car il fut le premier jeu de combat 3D de la PlayStation 2. Avec ses trente personnages et son mode de jeu en équipe (autorisant des attaques spectaculaires à deux personnages !), il a séduit les premiers acheteurs de la console avant d'être totalement dépassé par les autres productions du genre et notamment Tekken Tag Tournament.



STREET FIGHTER IV : LE RETOUR AUX SOURCES

Street Fighter IV : 2008 en Arcade

Mine de rien, Street Fighter IV a réussi, quelque part, à faire aussi bien que Street Fighter II. En effet, au début des années 2000, le genre de la baston stagne et les joueurs se désintéressent peu à peu des jeux de combat. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard s'il n'y a pas eu de "vrai" Street Fighter au début de ce millénaire. Néanmoins, Capcom a parfaitement joué en terme de timing, de réalisation et de jouabilité, pour assurer un retour fracassant de Street Fighter sur le devant de la scène. Ce quatrième volet, comme aiment à le dire ses détracteurs, reprend le système de jeu de Street Fighter II. A la fois simple et rodé, le jeu offre aussi quelques finesses telles que les "Focus Attacks" ou encore les coups spéciaux améliorés (Ex). Mais il serait criminel de ne pas parler de la réalisation en 2,5D du jeu qui nous gratifie de graphismes très cartoon en marge des productions actuelles. Bref, je ne vais pas m'étendre, je vous renvoie à notre test complet de Super Street Fighter IV pour plus détails ! Néanmoins, je me permets de souligner que Street Fighter IV est aussi un précurseur sur les jeux de combat en ligne puisqu'il introduit, à la différence de pas mal de ses concurrents, un mode online confortable et la possibilité de jouer contre la machine en attendant que de vrais joueurs viennent vous défier. J'ai envie de dire, royal (au bar) !



Super Street Fighter IV : 2010 sur Xbox 360 et PS3

Proposer un upgrade aux fans à peine un an après l'arrivée de Street Fighter IV était osé car l'époque des suites en avalanche est désormais révolue — tout du moins, mal perçue. Nous sommes en 2010 et il n'est pas certain que les joueurs apprécient aujourd'hui cette démarche commerciale... Heureusement, Capcom a encore bien joué le coup puisque les dix nouveaux (enfin nouveaux...) personnages apportent un vent de fraîcheur aux rixes et les nouveaux modes de jeu en ligne sont complets et variés à la fois.


Source : Gameblog


VOS REACTIONS
Posté le 09-05-10 @ 12:17


Gamertag :
NeoShyro
T'as oublié de parler de street fighter the movie "the navet"
Posté le 09-05-10 @ 12:39


Gamertag :
iGuehu
C'est vrai mais j'ai préféré me concentrer sur les jeux vidéos sachant que Darksim a déjà ouvert un topic sur les films basés sur des jeux video
Posté le 09-05-10 @ 13:31


Gamertag :
The Dark Ezio
Good article, bien que je suis pas du tout fan de cette série ni de jeux de baston.
Posté le 09-05-10 @ 17:55

Moi je suis resté sur Street Fighter Zero (ou alpha comme vous voulez) 3. C'est le plus sympa de la série. En tout cas on vois que cette saga a su évolué avec le temps en proposant de la nouveauté a chaque fois, bon point sur ce coup là
Posté le 09-05-10 @ 18:53


Gamertag :
marcoman13
N'étant vraiment pas un grand fan de la série, je les ais quasiment tous fait^^ En tout cas, vraiment sympatoche ton petit résumé historique merki
Posté le 09-05-10 @ 18:59


Gamertag :
iGuehu
Merci ça fait plaisir qu'il y ait quelques personnes qui le lisent et qui commentent parce que ça a du me prendre 1/2h de le faire





 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019