Test Dragon Age 2 [version PC] - blog Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 307 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
DAMZEMA
   Lui envoyer un message privé

   Ajouter à ma liste d'amis

   Consulter le mur du membre
  Damzema est Offline
  Localisation : Autre - ...
  En chiffres :
    - membre depuis 4233 jours
    - 7093 messages postés

PUBLICITE
Test Dragon Age 2 [version PC]
Publié le 21.03.2011 à 16:48 par Damzema



Pour beaucoup de joueurs, le nom Bioware est synonyme de qualité. A juste titre car Bioware c’est Baldur’s Gate, Star Wars : Knight of the Old Republic, Jade Empire, Mass Effect … et Dragon Age Origins. Quand ce dernier est sortit, il fit l’effet d’une petite bombe. Annoncé comme le fils spirituel de Baldur’s Gate, DAO a su prendre le risque de bousculer les codes de cette génération de console en proposant un jeu hardcore, très long, pas extrêmement beau mais diablement efficace grâce à sa quête principale épique. Si il y est question d’heroic fantasy basique avec humains, elfes et nains, le jeu se démarque en lorgnant du côté du Seigneur des Anneaux et en proposant un univers extrêmement travaillé ainsi qu’une galerie de personnages des plus réussie. Encensé par la critique et par les joueurs, DAO a dépassé les 3 millions d’exemplaires vendus. C’est donc sans surprise que Bioware a annoncé rapidement un Dragon Age 2 porteur de moult promesses. Nous somme beaucoup à avoir été frappé par la rapidité avec laquelle le jeu a été développé : à peine plus d’un an … ce qui est très court pour un RPG. Confiant à l’égard de ses mythiques développeurs, beaucoup se sont pris à rêver d’un jeu plus beau, plus RPG avec toujours plus de contrées à explorer, toujours plus de personnages charismatiques à rencontrer et surtout d’un scénario encore plus captivant. Mais même en étant Bioware, peut-on se permettre de rusher un jeu quitte à sacrifier de grosses composantes du premier épisode ?


Le RPG pour les nuls !

La première chose que l’on remarque en jouant à DA2 et qui déçoit ce sont les graphismes : si les personnages sont mieux modélisés, ils demeurent un peu trop raides dans leurs animations mais ce sont surtout les décors qui piquent les yeux. Taillés à la serpe, dépourvus de tout effet de végétation (pas d’herbe au sol, pas de vent, arbres ridicules et mal modélisés) et avec des textures assez pauvres, si le résultat est déjà indigne d’une PS360 et bien il est carrément honteux sur PC. Passé cette première déconvenue, il est temps de faire le tutorial. Ce dernier est bien fait, permettant de s’habituer aux commandes, d’apprendre à donner ses ordres etc … et il permet de se rendre compte que les joutes sont devenues bien plus nerveuses renforçant ainsi l’impression de vraiment voir des combats de groupes. Puis vient le moment crucial de la création de personnage et là, seconde déconvenue : il n’y a plus de choix de race, il est obligatoire de jouer un humain. Simplification j’écrie ton nom ! Idem pour les classes, nous nous retrouvons avec un choix du pauvre entre le trio archi vu et revu du guerrier, mage et voleur. Exit l’introduction différente suivant le choix de race et de classe de DAO. Une simplification qui malheureusement s’applique à beaucoup trop d’aspects du jeu. En récoltant ses premiers items, on s’aperçoit avec stupeur que l’on ne peut changer que l’équipement du héro ! Alors évidemment vous pourrez équiper les autres membres du groupe avec l’arme de votre choix mais leurs armures resteront non modifiables là ou celle du héro reste décomposée suivant le modèle tête, buste, bras, jambes. On sent que les développeurs ont voulu rendre le jeu beaucoup plus accessible … LA mauvaise idée. Chose encore plus choquante : l’étroitesse des différentes aires de jeu décomposées en petite zones que l’on traverse en quelques minute, des zones très linéaires qui ne laissent aucune place à l’exploration puisque pour se déplacer entre deux lieux éloignés la téléportation est obligatoire via une map. Et oui, finit le temps ou l’on arpentait les routes avec la possibilité de flâner ou bon nous semble en prenant le risque de faire des rencontres inattendues ! Bioware affiche la couleur, le joueur noob ne pourra pas se perdre dans DA2 tout comme il ne perdra pas quelques heures pour atteindre sa prochaine destination. Heureusement au milieu de toute cette déferlante de casualisation du RPG subsiste l’évolution des personnages qui, elle, permet beaucoup de choix. Premièrement dans les attributs qui sont décomposés suivant les normes ancestrales du genre, à savoir la force, la dextérité, la magie etc. Et deuxièmement dans les compétences qui sont à choisir parmi un large choix d’arbres différents suivant les personnages. Libre à vous de faire un guerrier basé sur les dégâts au corps à corps ou sur la protection, un mage qui pourra booster le groupe et le soigner ou qui pourra faire de gros dégâts de zone sur les adversaires … Bref de ce côté rien à dire, on arrive exactement à faire ce que l’on veut ce qui permet d’avoir des équipes très équilibrées. Malheureusement avoir une team bien construite n’est pas primordial dans DA2, le challenge n’étant pas très important. La difficulté casual est strictement inutile puisque il suffit de bourriner du début à la fin pour finir le jeu, le mode normal n’est pas beaucoup mieux et seul quelques boss vous donneront des sueurs froides. Non il faut taper dans le mode difficile pour trouver un challenge digne de ce nom et encore … il n’y a par exemple pas de friendly fire (une option qui donne du réalisme, par exemple si vous lancer des boules de feu et que vos équipiers sont trop proches de vos cibles ils seront brulés aussi), ce dernier est disponible uniquement dans le mode le plus élevé. Un mode de difficulté frustrant car le système d’ordre et de ciblage connait quelques ratés : perte du lock sur l’adversaire au moindre coup encaissé qui oblige à réattribuer sans cesse les cibles et bug dans les enchainements d’actions (par exemple demander à son voleur de backstaber le mage adverse puis après d’aveugler les guerriers donnera souvent un backstab et un aveuglement sur le mage alors que l’on avait ciblé les guerriers) qui provoqueront souvent votre défaite sur une petite erreur. Frustrant !
Combats simplifiés, système d’ordre imparfait, personnalisation limitée, aires de jeu réduites, exploration amputée, difficulté revue à la baisse … On comprend vite que l’on est face à une sorte de Dragon Age pour les nuls.


L’âge de la déception.

Oui DA2 est décevant, il l’est de par sa simplification à outrance mais aussi sur bien d’autres aspects qui sont pourtant très importants pour ce genre de jeu. En premier lieu, et ce sera sans doute la plus grande déception des fans, le scénario (habituel point fort de Bioware) est très moyen. Il peine à captiver, contient trop de longueur, il manque de rythme. A chaque fois, on s’attend à ce que l’aventure s’emballe, on sent quelques frémissements dans les enjeux et puis le soufflet retombe … et cela pendant les 3 actes qui composent la trame principale. La narration défaillante y est d’ailleurs pour quelque chose : par moment le scénario effectue des bonds dans le temps en avançant brusquement de quelques années hors l’effet est très mal rendu. Résultat ? Entre les 6 années qui séparent le début et la fin du jeu, on a l’impression qu’il s’est juste écoulé quelques jours. De plus l’univers ne subit aucune évolution, on aurait aimé quelque chose d’aussi changeant que dans la saga Fable de Molyneux.
La faute revient aussi aux quêtes très mal conçues dont 80% (toutes les quêtes secondaires) sont tout simplement dénuées d’intérêt et typées MMO : « Vas tuer le méchant là-bas », « va me chercher une corne de dragon dans une caverne infestées d’ennemies », celles concernant la trame principales étant au final peu nombreuses c’est regrettable (comptez une grosse vingtaine d’heures en rushant et entre 30 et 35 heures en faisant les quêtes annexes). Inutile d’espérer des quêtes aussi bien écrites et importantes que dans un The Witcher ou un Divinity II. Ici ce sera monster bashing répétitif point. Heureusement il reste celles des compagnons qui, elles, présentent déjà plus d’intérêt. Chacun de vos compagnons réagit positivement ou négativement (certains peuvent même vous quitter) à vos actions et leurs quêtes permettent de renforcer les liens, d’en apprendre plus sur eux mais aussi de tenter des romances. Ces dernières restent gadget car très facile à provoquer mais elles ont le mérite de pimenter un peu cette aventure au final un peu trop morne (il est bon de noter que DA2 voit large de ce côté-là, relations homosexuelles et entre différentes races sont possibles).
Concernant les compagnons, il y a du bon et du moins bon. Une bonne moitié d’entre eux sont peu charismatiques et très clichés (votre sœur totalement nunuche, le nain toujours au bar pour boire, l’elfe en quête de vengeance qui reste cloitré dans son antre habillé en noir …) mais heureusement certains sont très réussis : Isabella la femme pirate grande gueule et croqueuse d’homme qui se révèlera plus fragile et sensible qu’elle en a l’air, Merril la mage elfe timide qui cherche sa place dans le monde ou encore Anders le mage possédé par un puissant démon avec lequel il doit constamment luter. Il en résulte d’ailleurs souvent des conversations jouissives et hilarantes entre les membres du groupe avec par exemple Isabella faisant d’énormes allusions sexuelles qui choquent la sœur du héro et que Merill comprend de travers … une petite éclaircie au milieu d’une histoire qui manque de saveur.
Autre chose totalement révoltante : la map de DA2. La ville de Kirkwall vous servira de hub du début à la fin, aucune autre ville à l’horizon et à peine 3 ou 4 zones hors de la ville à visiter. Un village plus qu’une ville car divisé en quelques petites zones que l’on traverse en 1 ou 2 minutes, dépourvues de bâtiments à explorer (hormis la taverne et les appartements de vos compagnons). Une ville bien petite et qui parait bien trop moyennement peuplée ce qui est dommage car l’architecture de cette dernière est assez réussie. Pour ce qui est des zones hors de Kirkwall, vous aurez droit à des aires toujours aussi petites mais aussi exceptionnellement moches avec des décors déserts et une végétation et une faune inexistantes. La palme revenant aux donjons recyclés ad nauseam : c’est simple vous allez vous taper certains d’entre eux plus d’une dizaine de fois ! Des donjons aussi minuscules que laids.
Reste la bande son qui s’en sort pas mal sans être exceptionnelle (le compositeur a déclaré avoir travaillé dans l’urgence …) mais qui est gâchée par une VF foireuse avec des textes bien trop récités pour que l’on y croit, la version anglaise s’en sort beaucoup mieux.


La nostalgie des Origins.

Une fois le jeu terminé et la fin très décevante visionnée, on reste dubitatif … Qu’est-ce que Bioware a voulu faire ? J’avoue ne pas avoir trouvé la réponse. Pourquoi avoir simplifié 90% du jeu à l’extrême ? Ce Dragon Age 2 ressemble à un RPG non terminé : amputé de toute phase d’exploration et de découverte, il s’apparente à une succession de combats répétitifs entrecoupés de cinématiques faisant avancer l’histoire. Une histoire qui n’arrive pas à la cheville de Dragon Age Origins ! Mais ou est passé le souffle épique ? Les quêtes bien construites à choix multiples ? C’est simple, on a l’impression que DA2 n’est qu’une intro qui se termine au moment ou le scénario décolle enfin. Il y a d’ailleurs fort à parier que Bioware ait l’intention d’inonder les joueurs de multiples DLC. Et je ne dis pas ça pour être mauvaise langue puisqu'une fois le jeu finit vous vous retrouvez dans votre maison et l’on vous conseille de sauvegarder afin de pouvoir continuer l’aventure dans de prochains contenus téléchargeables … La fin vite expédiée serait-elle en fait un faux « à suivre » destiné à autoriser l’ajout de DLC pour avoir droit à une vraie fin ? Le doute est permis. Du RPG un peu oldschool, fourmillant de possibilité, au scénario passionnant, à l’univers extrêmement riche et à la durée de vie gargantuesque qu’était Dragon Age Origins on se retrouve avec un Dragon Age 2 bien trop simpliste, doté d’un scénario moyen, d’une narration défaillante, de quêtes annexes insipides et d’un gameplay bien moins pointu que son prédécesseur. Ou quand un des RPG les plus réussis de cette génération devient un hack’n’slash bourrin et manquant de charisme … Si il fallait résumer Dragon Age 2 en un mot, ce serait le suivant : déception.


Les + :
_ L’univers Dragon Age,
_ Les relations entre les personnages parfois savoureuses,
_ Des combats plus dynamiques,
_ Les possibilités d'évolution des personnages,
_ Bonne durée de vie.

Les - :
_ Scénario très moyen qui peine à décoller,
_ Une narration défaillante,
_ Des combats plus bourrins,
_ Beaucoup moins de challenge,
_ 80 % de quêtes inintéressante typée MMO,
_ Disparition des différentes races pour la création de perso,
_ Equipement des coéquipiers non personnalisable,
_ Une IA défaillante et un système d’ordre imparfait,
_ Une fin décevante.

Note : 4/10.

Quelques screenshots maison :







VOS REACTIONS
Posté le 21-03-11 @ 22:07


Gamertag :
Burning Seven
Merci pour ce test ! Je pense que Bioware s'est vraiment laissé vivre sur son succes lié justement aux Mass Effect, Dragon Age Origin, ect... Ils l'ont sorti trop tot à mon gout... Mais si on regarde ME 2 certains ne l'aiment pas justement pour son coté plus bourrin. Pour DA meme topo. Ils ont essayé de toucher un plus grand public mais d'un autre coté ils se sont mis à dos les "coregamers".
Pour ma part, je vais l'acheter oui, mais à petit prix.
Posté le 21-03-11 @ 22:25


Gamertag :
Slayer56190
Je pense que je me ferai aussi mon avis à pas cher, mais ton test (+ d'autres ouïe-dires) m'a bien refroidi. Etre déçu par bioware, je ne le pensais pas... :-/ Et c'est quand même "étonnant" que ça arrive maintenant alors qu'ils sont affiliés à EA alors que depuis baldur's gate ils avaient très souvent excellés dans leur domaine... J'espère qu'ils se reprendront pour la suite... SVP!!! Ne me faites pas perdre l'estime que j'ai pour vous...
Posté le 22-03-11 @ 01:17


Gamertag :
Oo TH3J4P oO
Le pouvoir de EA qui veux du $$$$$$$$...très bon test en passant, 100% d'accord avec toi...j'ai fait le tour, je vais le revendre car rien ne me dis de me retaper les mêmes dongeons encore et encore en passant par des couloirs et des rues étroites...
Posté le 22-03-11 @ 14:14

Je constate que pas mal de gens sont de mon avis ^^
C'est vraiment ma grosse déception pour l'instant et je pense que ça restera ma déception de l'année. C'est la première fois que Bioware me déçoit à ce point ...
Je n'arrive pas à comprendre ce qu'ils ont voulu faire avec ce DA2 ...
Posté le 22-03-11 @ 15:25


Gamertag :
saibat
Vu les différent tests, je pense ne pas le prendre... Merci pour le test.
Posté le 23-03-11 @ 14:11


Gamertag :
Oo Ahyel oO
Bioware s'est excusé après la release en disant qu'EA les avaient forcés à sortir le jeu le plus tôt possible, et que le jeux n'était pas fini pour eux, et ne correspondaient pas à leurs exigences.
Je pense être assez naïf pour garder confiance en Bioware car eux sont passionnés et malheureusement sous le joug de leur éditeur.
Très dommage car cette épisode est très agréable à jouer sur console.
Sinon très bon test merci de ton avis
Posté le 23-03-11 @ 19:29


Gamertag :
Slayer56190
Ah oui, bioware s'est excusé!? c'est quand même étonnant ces collaborations qui forcent les développeurs à sortir des softs qui ne leur plaisent pas... :-/
Allez moi aussi je suis naïf comme toi dens, et je garde confiance en Bioware... (s'ils pouvaient redevenir indépendant ça serait encore mieux pour nous, et peut-être pour eux ^^)





 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020