A Game of Thrones : démystification dans la saga A Song of Ice and Fire Part 1 - blog Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 315 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
ORDOS
   Lui envoyer un message privé

   Ajouter à ma liste d'amis

   Consulter le mur du membre
  Ordos est Offline
  Localisation : France - Basse-Normandie
  En chiffres :
    - membre depuis 4467 jours
    - 561 messages postés

PUBLICITE
A Game of Thrones : démystification dans la saga A Song of Ice and Fire Part 1
Publié le 13.05.2012 à 23:40 par Ordos

Attention l'article de ce blog est un spoiler sur le premier tome (équivalent à la première saison de la série HBO).

A Game of Thrones est un roman écrit par George R.R. Martin en 1996 constituant le premier volume de la saga A Song of Ice and Fire dont le cinquième tome, A Dance with Dragons, est sorti dernièrement. Saga ayant connu un succès populaire l'année dernière, grâce à l'adaptation de la chaîne câblée américaine HBO, il est intéressant de se pencher sur plusieurs originalités de cette saga. En effet si le Trône de fer, son nom français, marque les esprits c'est par son originalité dans un genre qui a tendance à recycler inlassablement Le Seigneur des Anneaux de Tolkien via des poncifs éculés : la fantasy.

La saga de Martin aime prendre à revers tout ce à quoi le lecteur peut s'attendre et nous allons voir quelques exemples via le roman et son adaptation télévisuelle. Dans ce billet, je vous parlerai d'un premier point, important dans toute oeuvre.

Le Héros :
Dès le premier tome un élément marque le lecteur, le protagoniste n'est pas clairement défini. En effet l'auteur multiplie les points de vue, si bien qu'aucun des personnages n'est vraiment mis en avant et le lecteur est amené à voir comment les différents personnages gèrent les conflits qui leurs sont infligés. Dans son adaptation sur petit écran, il était difficile d'appliquer ce système de point de vue et de ce fait le spectateur voit en le personnage d'Eddard Stark, un protagoniste idéal. Ayant une famille stable, des valeurs idéals et un sens de l'honneur sans faille, le personnage incarné par l'excellent Sean Bean tient bon le cap... jusqu'à ce qu'il perde la tête... au sens propre du terme... En effet, à l'épisode 9 (soit un épisode avant le season final) la place du protagoniste est chamboulée car ce dernier vient de rendre son dernier souffle. Les cartes sont redistribuées (la saison 2 a, pour le moment, plus le symptôme du livre à savoir multiplier les points de vue, parfois de manière maladroite).

Un autre personnage est à analyser sur son caractère de héros : Robert Baratheon, le souverain de Westeros au moment où la saga commence. Petit rappel des faits se passant avant le roman.
Westeros a pour suzerain, un roi de la lignée des Targaryen : le Roi Aerys surnommé le fol (the mad King en VO). Paranoïaque et cruel, son règne commence à être remis en question sur quelques uns de ses sujets. Après quelques évènements, Robert Baratheon (jeune, bien bâti, courageux et valeureux) aidé de son meilleur ami Ned Stark, décide de renverser le pouvoir, libérant en même temps la soeur de Ned promise à Robert.
En soit, un résumé d'une oeuvre qu'on a connu 100 fois. Un héros valeureux voulant sauver sa belle d'un souverain sanguinaire dont le pouvoir est remis en question.
Robert réussit sa guerre et gagne la couronne.
Dans bien des oeuvres, ce serait la fin idéale : un nouveau Roi pleins de idéaux, un royaume promit à la paix etc...
Et bien non, dans A Game Of Throne on voit ce qu'il est advenu de Robert bien des années après et le constat n'est pas brillant. Le jeune héros est devenu obèse, alcoolique et incapable de gouverner correctement. Il accumule les dettes, ne sait pas prendre de décisions sensée (toujours dicté par son Conseil restreint) et trouve que le pouvoir est un fardeau. En effet, Robert est un héros mais avant tout un guerrier et un guerrier ne sait pas gouverner et l'auteur l'a bien compris et le démontre tout du long de son roman.
Pour ceux ne connaissant que la série télé, ces détails vous sont donnés petit à petit mais un dialogue entre Cersei, la femme de Robert, et Ned à l'épisode 7 (je crois) démontre totalement cela. De plus Robert à un moment regrette le temps de la guerre, de sa jeunesse perdue où il combattait contre une cause noble selon lui.

Dans A Game of Thrones, le protagoniste n'est pas défini clairement, on navigue entre différents personnages dont les enjeux sont définis et compréhensible. Souvent l'auteur va opposer des personnages sur leurs buts et motivations (Tyrion - Catelyn ou bien Jorah - Eddard) ce qui a pour résultats que le lecteur ne peut pas prendre partie pour l'un ou pour l'autre par moment. De plus, via le personnage de Robert, George Martin démystifie l'image du héros classique et montre qu'un guerrier n'est pas un politique assuré.

Dans la prochaine partie on parlera de la place de l'amour idyllique qu'on retrouve beaucoup dans ce genre, via une "romance" du premier tome...




VOS REACTIONS
Posté le 14-05-12 @ 00:51


Gamertag :
The Dark Ezio
Bien intéressant

T'es calé !
Posté le 14-05-12 @ 19:36


Gamertag :
KILLER PIPO
Tout lu et j'ai été captivé tout le long, joli
Posté le 14-05-12 @ 20:30


Gamertag :
Ordos06
Merci des compliments
Posté le 15-05-12 @ 12:39

Joli billet!

Tout à fait d'accord avec toi. Une des singulières particularités de la saga de George R. R. Martin par rapport aux autres références du genre, est son "flou" quant aux protagonistes. Et ce, contrairement à d'autres séries comme (pardon pour les exemples ^^) Harry Potter, Eragon ou même le Seigneur des Anneaux où quoiqu'on en dise on sait parfaitement que le héros principal gagnera de toute façon, après les bouquins nous révèlent au fur et à mesure comment...bref pas de grande surprise quant à l'issue.
Alors qu'avec le Trône de fer c'est radicalement différent. En effet plus on avance dans l'intrigue plus on découvre que finalement il n'y a ni "gentil" ni "méchant", chaque protagoniste est issu d'une certaine famille, a vécu certaines choses ect ce qui explique pourquoi il agit ainsi. Et le plus déroutant c'est que même quand on s'attache à l'un d'entre eux et qu'on pense qu'il aura un rôle à jouer jusqu'au bout, l'auteur peut te le faire zigouiller au chapitre suivant sans prévenir :/ , ce qui offre des retournements de situation vraiment imprévisibles!

En tout cas j'en conseille la lecture à tous les amateurs du genre.
Posté le 15-05-12 @ 12:44


Gamertag :
Ordos06
Ouais c'est exactement ça, c'est parfois très cruel même et plus d'un fois je n'ai pas voulu croire ce que je lisais
Posté le 15-05-12 @ 21:17


Gamertag :
Slayer56190
Alors je suis assez d'accord avec toi bayman sur le fait que l'oeuvre de Martin offre son lot de surprises et cliffangers quant aux sorts des personnages et cela tant du au nombre assez conséquent de protagonistes, comme du fait qu'il ne semble pas avoir voulu en faire une oeuvre manichéenne (on pourrait qd mm très grossièrement résumer : Lannister méchants/Stark gentils).
Cependant je souhaite apporter un complément quant aux écrits de Tolkien que tu affirmes être sans surprises quant à la fin pour le héros, effectivement c'est le cas pr le seigneur des anneaux mais pas pour un autre roman basé sur le mm univers : "les enfants de hurin" (qui est absolument somptueux d'ailleurs).
Voilou! Et au passage sympathique billet Ordos
Posté le 15-05-12 @ 23:16


Gamertag :
Ordos06
Bah que Tolkien soit manichéen avec sa trilogie SDA, c'est pas grave, il a forgé un truc et c'était une oeuvre fondatrice qui continue à influencer.

Sinon, en résumant grossièrement c'est quand même un peu faux de dire que les Lannister son méchants et les Stark gentils. Je veux dire (et là je retourne dans le spoil du tome 1) quand Cersei enferme Ned Stark, c'est complètement légitime. Le mec allait signer son acte de mort en annonçant son secret à Robert, du coup elle n'a plus qu'à se défendre comme cela. Pareil pour Jaime, on l'annonce sans honneur, mais c'est faux. Certes il a tué le roi qu'il devait protéger (Aerys le fol) mais son geste est hyper compréhensible et Jaime est un mec d'honneur en fait quand on commence à le cerner (un de mes personnages préférés).

Après je suis d'accord avec toi, même si je ne connais pas les enfants de hurin.
Posté le 16-05-12 @ 00:12


Gamertag :
Slayer56190
Et c'est bien pr cela que j'ai mis "grossièrement" car il y a des subtilités et de la cohérence dans les choix de chacun. Cependant je maintiens quand même que de mon point de vue il apparaît quand même cette "partition" notamment entre ces deux familles (mm si ça ne concerne pas tous les membres). Je dirais que d'après la morale générale consensuelle les Lannister s'avèrent plus malsains (inceste, cruauté exacerbée chez certains, peu de remords) et ambitieux que les Stark.
Enfin voilou pas de raison de se prendre la tête là dessus hin ^^ C'est une oeuvre très bien orchestrée (je n'ai regardé que la série pr l'instant) et avec suffisamment de développement pour amener de la profondeur à bon nombre de personnages et ainsi les faire se battre pour des idéaux en accord avec leurs propres principes
Posté le 18-05-12 @ 14:23


Gamertag :
Dark Woudy
Un article génial vivement la suite, l'illustration que tu as choisi a la fin est juste une tuerie"Ours is the fury!"





 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020