Blog Sephiraph - Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 331 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
SEPHIRAPH
   Lui envoyer un message privé

   Ajouter à ma liste d'amis

   Consulter le mur du membre
  Sephiraph est Offline
  Localisation : Belgique - Wallonie
  En chiffres :
    - membre depuis 5068 jours
    - 43 messages postés

PUBLICITE


Blue Dragon
Publié le 14.09.2007 à 10:03 par Sephiraph

Attendu depuis des mois entier par la communauté XBox fan de RPG japonais, Blue Dragon est enfin disponible chez nous depuis le 24 août 2007.

Derrière ce jeu, se cachent 3 noms célèbres : Hironobu Sakaguchi, Nobuo Uematsu et Akira Toriyama. Le premier étant connu pour être le père de la saga Final Fantasy, le second pour en être le compositeur attitré jusqu’au 9è opus et le dernier pour le chara-designer de Dragon Ball.

L’histoire commence dans le village de Shu, Jiro et Kluke, lorsqu’il se fait encore attaquer par un requin mécanique qui revient semer la terreur régulièrement, quand les nuages pourpres arrivent. La petite équipe décide de passer à l’offensive pour défendre le village et va rapidement se retrouver embringuée dans un long périple qui va les placer face à leur ennemi : Nene. Ils vont rapidement être rejoints par Marumaro, un devee fort bruyant mais courageux et par Zola, citoyenne du royaume de Jibral, lui aussi sous le coup des attaques de Nene. Voilà pour le début de l’histoire.

Graphiquement mignon, on peut toutefois lui reprocher le fait de ne pas faire si Next Gen que ça, même si les cinématiques et les phases de jeu sont parfois fort proches. Le design des perso est un peu trop dans l’univers de Toriyama, ils restent tout compte fait fort proches de ce que qu’on connaît dans DBZ et manquent un peu de charisme. On est très loin de Sephiroth ou de Kefka pour ce qui est des méchants. Par contre, le tout colle bien ensemble et a son charme propre.

Les fans de Final Fantasy ne seront pas dépaysés, on retrouve un système de combat tour par tour comme dans FFX, on voit à l’écran qui va attaquer qui et dans quel ordre, ce qui permet d’anticiper un peu les mouvements. Pas besoin de se tracasser pour trouver des armes dans Blue Dragon, vous allez combattre grâce à votre ombre qui peut revêtir 9 classes différentes. Celles-ci vont de l’utilisation des magies, de la force brute ou d’un peu de tout.
Au fur et à mesure de leur progression, ces classes vont acquérir des capacités que vous pouvez combiner selon vos envies.
Il y a aussi la possibilité d'engager des duels de monstres, ils devienent alors parfois vos alliés en s'attaquant mutuellement. Et aussi combattre une série de monstres qui se trouvent dans votre cercle d'attaque, vous allez enchaîner des combats avec un système de boost +/- aléatoire sur l'une ou l'autre de vos capacités entre chaque combat. Il y a d'ailleurs un succès à débloquer si vous réussissez à combattre 10 monstres d'affilée.

N’hésitez pas à tout fouiller pendant l’aventure. Le décor regorge d’or, d’élixirs, de pierres précieuses (qui permettent des attaques élémentales). Vous pourrez bien entendu en acheter aussi dans des boutiques, ainsi que des accessoires pour améliorer directement vos statistiques d’attaque ou de défense et des sorts pour utiliser en combat.

Au niveau sonore, c’est un vrai plaisir de retrouver Nobuo Uematsu, absent depuis trop longtemps. D’emblée dans le jeu, on reconnait sa patte (dès la toute première scène, un gong tellement caractéristique qui va vous rappeler un certain Sephiroth) et l’ensemble de la BO se révèle très agréable à écouter.

Un gros bémol à ce jeu cependant : son niveau de difficulté ridiculement bas. Jusqu’à présent, je n’ai eu l’écran de Game Over qu’une seule fois et je suis à la fin du deuxième DVD. Il semblerait toutefois qu’il y ait des boss cachés plutôt coriaces mais ils sont des quêtes secondaires. Paradoxalement, Blue Dragon est un jeu dans lequel les succès sont plus difficiles à débloquer que la moyenne des autres jeux (du genre défendre une caravane sans qu’elle ne soit JAMAIS touchée par les ennemis, trouver TOUS les objets…).

Quelques autres points à souligner : quelques ralentissements ça et là, une version japonaise sous-titrée absente de la version européenne continentale (seul les anglais ont cette version), des bugs de son qui rendent parfois les voix de dialogue inaudibles.

L’ensemble donne un mélange savoureux, pas trop dépaysant pour peu qu’on connaisse FF, un peu trop simple mais relativement agréable. Ma note finale : 14/20







 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020