Blog Damzema - Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 225 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
DAMZEMA
   Lui envoyer un message privé

   Ajouter à ma liste d'amis

   Consulter le mur du membre
  Damzema est Offline
  Localisation : Autre - ...
  En chiffres :
    - membre depuis 3969 jours
    - 6748 messages postés

PUBLICITE
< 1 2 3 4 5 >


Horatio Caine : le super héro le plus stylé de l'univers !
Publié le 24.02.2011 à 13:57 par Damzema



Aujourd’hui je voudrais vous parler d’un héro … non d’un super héro ! Un vrai, un badass comme disent les américains. Vous connaissez tous Walker Texas Ranger, le seul homme qui tatane plus vite que les balles, l’homme qui met des coups de pieds retournés qui font ralentir le temps (c’est logique : il effectue une rotation dans le sens inverse à celui de la terre et donc ralentit la rotation de la planète elle-même … comme Superman !). Vous connaissez tous Rambo, l’homme qui à lui seul arrive à exterminer une base militaire avec seulement sa bite et un lance pierre, l’homme qui détruit un tank avec un couteau, l’homme qui fait exploser un hélico avec un arc et une flèche. Mais connaissez-vous Horatio Caine, le charismatique chef des experts Miami ?
Horatio Caine est un badass, un vrai et en plus il a la classe ultime puisque c’est l’homme le plus stylé du monde. Pas de vieille barbe et de chapeau de cowboy à la walker, pas de coupe hippie et de couteau de pd à la rambo. Non Horatio il a toujours un costume extrêmement classe, il a toujours son flingue avec lequel il tue n’importe qui à n’importe quelle distance avec une seule balle mais surtout il a … ses lunettes ! C’est simple, dés qu’il les mets il devient l’homme le plus stylé ever et il se met à balancer des oneliner de fou (de petites phrases bien senties) du genre « burn baby, burn » ou encore « drive by, Miami style ». Inutile de vous le préciser, quand Horatio enfile ses lunettes ça veut forcément dire que ça va chier sévère, ça va poutrer de la loutre, ça va décaniller du gangsta, ça va défourailler méchant. Oui avec ses lunettes Horatio Caine entre en mode God, il passe de top tier à god tier … il devient le pire cauchemar des criminels !
Je vais donc vous proposer quelques extraits pour vous prouver que si vous n’êtes pas fan d’Horatio, vous n’avez aucun gout et vous méritez juste de vous prendre une balle dans le cul ! C’est dit !


Extrait n°1 : Burn baby, burn !
Horatio est au volant d'une voiture qui va sauter (et il ne stresse pas, c’est pas une tafiole ok !) puis il arrive sur la plage, sort de la voiture et … je vous laisse admirer la classe ultime.



Extrait n°2 : Best of des One-liners.
Horatio en VO qui enfile ses lunettes et vous balance des phrases cultes qui sont déjà gravées dans l’histoire.


Extrait n°3 : We are going to Brazil !
Il y a un passage très réputé dans CSI Miami, c’est quand Horatio et Eric partent à Rio pour se venger d’un criminel du gang La Mala Noche qui a tué la sœur d’Eric qui était la femme d’Horatio.Voici la vidéo d’Horatio qui regarde partir le coupable vers le Brésil et qui sort son one-liner après un enfilage de lunettes de rigueur.


Extrait n°4 : Horatio à Rio
Horatio, même loin de Miami, se doit d’avoir constamment la classe et il le prouve une nouvelle fois en faisant le poseur façon BD de super héro. N’essayez pas chez vous, vous n’aurez jamais assez de classe pour parvenir à ce genre de résultat !


Extrait n°4 : Horatio is watching you !
Après avoir pris la pose, Horatio se dépêche d’aller mettre un coup de pression au petit connard qui a tué sa femme. Heureusement pour ce petit enfoiré, il y a trop de témoin donc la mise à l’amende sera juste verbale !


Extrait n°5 : Vengeaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaance !
Eric retrouve le tueur de sa sœur et commence gentiment à lui botter le cul mais le salopard à des couteaux. Heureusement Horatio arrive et finit le boulot … justice est rendue ! non mais !


Extrait n°6 : Miami justice !
Voici l’extrait le plus cultissime de CSI Miami, l’extrait ou Horatio vous apprend ce que c’est qu’un défouraillage massif musique d’Ennio Morricone remixée à l’appui. Regardez bien jusqu'à la fin pour voir le one-liner le plus classe de Monsieur Caine !


Voilà j’espère que j’ai contribué à vous prouver qu’Horatio Caine mérite une place dans le top ten des plus grands héros de tous les temps, qu’il est l’homme le plus classe et stylé de l’univers bref Horatio is God !!!!!



Adieu Faith ...
Publié le 13.02.2011 à 23:30 par Damzema

Ce soir je suis triste ... Une héroïne que j'ai beaucoup apprécié nous quitte ... Le monde du jeu vidéo est à l'image du notre: injuste. J'ai trouvé une image qui, je trouve, correspond bien à un adieu et un court texte mélancolique m'est venu en tête ... je l'ai donc écrit à la va-vite ... j'ai craqué.



Au milieu de la foule Faith se retourna une ultime fois.
Les yeux pleins de tristesse, elle fixa ses derniers alliés …
Ceux qui ne l’ont jamais laissé tomber, qui ont attendu en vain qu'elle revienne.
Elle voulut prononcer quelques mots mais resta muette la bouche légèrement entrouverte … son regard avait parlé pour elle et les rares amis lui faisant encore face comprirent que continuer à espérer un éventuel retour était inutile.
Elle ne reviendra pas …
Fermant les yeux, elle passa doucement la main dans sa chevelure puis tourna le dos aux quelques derniers fans restés là, immobiles, l’air mélancolique …
Et après un léger temps d’hésitation, elle avança et disparue dans la foule …

Adieu Faith …


Le multijoueur est-il en train de tuer le solo ?
Publié le 07.02.2011 à 19:25 par Damzema



Va t'on en arriver là ?

********** ********** **********

Si les causes concernant les mauvaises ventes de certains jeux de qualité peuvent être imputées au comportement paradoxal de certains joueurs, j’ai choisis d’aborder le sujet sous un autre angle. Et si le multijoueur était en train de tuer le solo ? La question peut paraitre saugrenue et pourtant … Quand on regarde les excellents jeux qui ont plus ou moin flopé cette année (Castlevania LoS, Vanquish, Bayonetta, Alpha Protocol etc …), on s’aperçoit qu’aucun ne proposait de mode multi. Simple coïncidence ? Je ne crois pas. Aujourd’hui les jeux coutent cher, 70 euros ce n’est pas rien. Nous tablons donc sur une moyenne de 5 à 10 euros l’heure de jeu (pour un joueur moyen qui finit son jeu une fois en mode normal). A bien y réfléchir ce n’est pas plus cher qu’un ciné mais quand on achète un jeu, on aime bien en profiter ou partager ses impressions avec des amis. Le multijoueurs propose à la fois de dialoguer, s’amuser et jouer en même temps avec ses amis. Le solo lui propose une expérience immersive : il se doit de captiver le joueur, de lui faire vivre une histoire, lui faire ressentir des émotions, il doit créer une ambiance. Ces 2 faces d’une même pièce représentent en quelque sorte le ying et le yang du jeu vidéo.

Personnellement j’aime autant les jeux solo que multi mais il me semble impossible de proposer un vrai solo de qualité qui serait jouable à plusieurs. A partir du moment où l’on fait intervenir des éléments extérieurs dans la partie d’un joueur, le risque de casser l’ambiance devient très important. Rien que le fait de parler avec quelqu’un nuit à la concentration. Imaginez vous en train de jouer à Silent Hill 2 (oui il n’y a pas de multi mais imaginons) avec un pote … l’ambiance est pesante, malsaine et là d’un coup votre ami se met à vous parler. Rien que le fait de lui répondre casse l’immersion. Et puis impossible de construire un schéma narratif basé sur la peur, la claustrophobie et/ou le malaise pour plusieurs personnes. Si les Silent Hill et autres Alan Wake sont parfois « stressant » c’est parce que l’on y joue seul, dans le noir, le son à fond. Un Condemned, un Dead Space ou même un Amnésia (un jeu PC ultra flippant !!) joué avec des potes sur un canapé en rigolant devient bien moins effrayant et perd 90% de son intérêt. Il en serait de même si on pouvait faire l’aventure principale de ces jeux à plusieurs. Le sentiment d’isolement, la peur d’être seul face à trop d’ennemis, seul face à des choses inhumaines ne peut être éprouvé de la manière la plus efficace qu’en solo. Seulement voilà, un solo ne peut pas durer des centaines d’heures sans se répéter et perdre en intérêt. La campagne de CoD Modern Warfare est courte mais elle ne propose aucun temps morts, un véritable spectacle hollywoodien du début à la fin bardé de moments cultes. Une campagne de 15 heures aurait forcément fait dans la redondance (il suffit de voir le mal fou qu’éprouve la licence pour innover depuis cet épisode). Alan Wake est pour moi une réussite car il propose pendant une grosse dizaine d’heures une aventure prenante, sans rallonge inutile et parfaitement scénarisée. Pourtant malgré toutes ses qualités le jeu est un échec commercial.

Pourquoi ? Car la majorité des joueurs aujourd’hui veulent payer le moins cher possible pour les jeux qui proposent le plus de durée de vie. Dit comme ça, cela semble logique et intelligent mais pas forcément dans tous les cas. CoD Black Ops est un fps moyen (certains auront beau crier au génie, depuis l’aprés MW la série s’enlise), hors il se vend par paquet de douze (14 millions en 1 mois c’est fou !). La raison ? Le multi de MW1 fut une véritable réussite notamment grâce à son côté addictif basé sur une monté en niveau procurant de meilleurs armes et équipements. Des millions de joueurs ont été conquis. Alors maintenant imaginons que vous ayez 70 euros en poche, vous arrivez dans un magasin et là vous voyez en rayon un Alan Wake et un Black Ops, que choisirez vous ? D’un côté il y a un jeu prenant, doté d’un excellent scénario et d’une fabuleuse mise en scène : l’aventure promet d’être épique … même si ça ne durera que 10 heures. De l’autre, un fps ultra scripté et peu passionnant en solo mais avec un multi sur lequel beaucoup de vos amis et des millions de joueurs passent la plupart de leur temps, un multi qui promet de durer des mois. Dans la majeure partie des cas le joueur repartira avec son CoD en se disant que Alan Wake attendra … « je me le prendrai en occasion dans 6 mois », « je vais attendre qu’il baisse ». Seulement parfois il faut prendre ses responsabilités, si chacun applique cette méthode (ce qui est le cas 80% du temps) il ne faudra pas se plaindre en disant qu’il n’y a plus de nouveauté. Un CoD, un FIFA … ça peut attendre. EA et Acti sont blindés à mort alors si vous hésitez entre un solo excellent mais court et un multi certes long mais qui ne révolutionne et n’innove en rien, posez vous la question suivante : moi en tant que joueur, quelle initiative vais-je privilégier ? Dois-je investir en priorité sur un multi connu, sur une licence qui en est à son énième opus ou dois-je favoriser un jeu solo qui me fait envie ? Un jeu qui propose un scénario élaboré, qui sort des sentiers battus, un jeu qui tente de faire avancer son domaine, un jeu qui ose innover. Beaucoup se plaignent du manque d’originalité, des suites à répétition mais si il y a des suites c’est qu’il y a des acheteurs ! Reprenons CoD : même moteur depuis 5 ans, solo qui se renouvelle très peu, multi qui ne propose que des évolutions mineures … et pourtant la licence est la reine incontestée des charts. Des qu’un soft innovant sort, je vois des gens dire « c’est nul il ne dure que 10 heures » mais si ces 10 heures sont excellentes et gorgées de qualités ? Est-ce qu’elles ne valent pas mieux que 40 ou 60 heures sur un multi avec un sérieux air de déjà vu ?

Pour moi ce point est une des clés qui a fait que l’industrie du jeu vidéo a changé et est en train de changer. Voyant que l’innovation ne marche plus, les éditeurs se réfugient dans la redite des valeurs sures jusqu’à l’écœurement préférant proposer des multi à toute les sauces, des multi qui possèdent une grosse base de fans plutôt qu’un solo se risquant à innover. C’est à nous, joueurs, de prendre le destin de l’industrie vidéo ludique entre nos mains. Le pouvoir nous l’avons, il suffit de le vouloir. Si demain plus personne ne se jette sur des suites alimentaires, sur des fps sans innovations et que des Alan Wake ou autre Castlevania LoS se vendent par millions alors nous pourront espérer voir fleurir de nouveaux jeux aussi innovants et/ou ambitieux. Un Alan Wake, un Bayonetta, un Alpha Protocol justifient autant leur prix qu’un FIFA,qu’ un CoD ou qu’un Gran Turismo.


Gran Turismo 5 : entre perfection et nullité ?
Publié le 01.12.2010 à 11:44 par Damzema



The real driving simulator … cette inscription trône en guise de sous-titre depuis le premier épisode de la licence. Il faut dire que l’arrivée du premier opus sur PS avait fait l’effet d’une bombe. Les Gran Turismo sont depuis toujours réputés pour les sensations de conduite mais aussi pour le perfectionnisme de Kazunori Yamauchi le créateur de la franchise. A chaque génération de Playstation, les GT ont servis de références en termes de simulation. Un statut conforté par des ventes colossales pour chaque opus. GT 5, lui, avait été annoncé pour les débuts de la PS3 et faisait naitre en tout fan de bolide les espoirs les plus fous. Le problème ? C’est qu’au final GT5 sortira 5 ans plus tard … oui 5 longues années durant lesquelles Kazunori et Polyphony Digital nous ont promis monts et merveilles. Seulement à force de trop attendre quelque chose, ne finit-on pas par être fatalement déçu ? On nous avait promis le Saint Graal de la course automobile … promesse tenue ? Voici mon avis.
Petites précisions : Avant toute chose je voudrais juste signaler que j’ai la PS3 et la 360 depuis plusieurs années, je ne suis ni pro-Sony ni pro-Microsoft. Concernant les GT, j’ai joué à tous les épisodes y compris le GT5 prologue. J’ai aussi pas mal joué à Forza (un peu le 2, beaucoup le 3). J’estime donc être assez objectif pour fournir un avis sincère et sans troll.

Il ne faut pas se fier aux première fois !
Autant casser le suspense tout de suite, GT5 est un curieux mélange fait de plaisir et de déception. Les premières impressions furent très bonnes en ce qui me concerne malgré les menus bourrés de petit temps de chargement qui rendent la navigation laborieuse et loin d’être fluide. Mode arcade, un circuit dans la ville de Londres, une Mitsubishi Lancer Evo … Au volant de ma caisse préférée sublimement modélisée, en mode vue cockpit (très bien rendue et surtout très jouable), je m’élance sur un tracé au hasard. Première impressions niveau graphismes : une baffe. La voiture est superbe, le circuit est magnifique avec tout ses détails et ses bâtiments très bien modélisés mais surtout quelles sensations ! GT5 était attendu niveau gameplay, surtout après un prologue un peu « fade » et il faut avouer que le contrat est remplit haut la main. Les sensations de vitesse, les transferts de masse sont retranscris à la perfection, l’adhérence, le feeling du moteur quand on passe les vitesses … Mes 5 premiers tours de piste avaient presque réussis à me convaincre que je tenais THE simulation auto … et pourtant.

Grandeur et décadence.
Si le mode arcade est bien sympathique, le cœur d’un GT c’est le mode … GT. Ici 2 choix s’offrent à nous : A-spec et B-spec. Dans le premier vous vous créez un avatar pilote (les choix se limitent aux couleurs de votre combi) et vous partez à l’assaut de l’asphalte avec 20 000 crédits en poche. Le second mode vous permet de créer des pilotes que vous devrez diriger pendant les courses mais vous ne conduirez pas. Un mode directeur d’écurie en somme.
Avec 20 000 crédits pour commencer et après un tour chez les concessionnaires, un constat s’impose : commencer avec un monstre mécanique est impossible (comme d’habitude avec les GT). Je décide alors de faire un tour du côté de l’occasion et porte mon choix sur une Pontiac. Une fois la voiture sélectionnée je remarque qu’elle fait partie des voitures dites « standard » (le mode arcade ne propose que des premiums). Me rappelant vaguement qu’elles sont moins travaillées (je n’avais pas suivis toutes les news pour ne pas me spoiler), j’envoie la première course. C’est à ce moment là que j’ai eu droit au second effet kiss cool. Début de la course, zoom sur les voitures, zoom sur ma voiture et là c’est le choc. La voiture est limite immonde : les textures sont dégueulasses, les poignets de porte sont très sommairement modélisées et pire les roues ne sont même pas parfaitement rondes, aucuns reliefs pour les jantes … j’ai l’impression de rêver. Je suis face à un modèle PS2 issu de GT4 qui a été mis à la sauce HD. Je me remémore alors une info primordiale : il y a environ 1000 voitures dans GT5 mais seulement 20% d’entre elles sont premium. Je comprends alors que seules 200 voitures sont modélisées en étant digne d’une PS3. La course commence et comme je m’y attendais il n’y a pas de vue cockpit, cette dernière étant ma vue favorite pour les jeux de caisse mon plaisir s’en trouve grandement diminué. J’ai même la sensation que la conduite diffère entre les modèles standards et premiums. Une véritable désillusion : 5 ans pour 200 bagnoles correctes ? On se fout de la gueule de qui là ? Mais ça ne s’arrête pas là. Les circuits aussi sont mi-figue mi-raisin : les sublimes circuits en ville (Madrid …) laissent place à des circuits plus quelconques avec des textures qui font tache (l’herbe autour du bitume est parfois très moche), le public n’est qu’un tas de pixel bien crade vu de prés et les arbres sont modélisés à l’ancienne (plusieurs aplats de 2D sur différents axes pour donner une impression de 3D). On comprend alors qu’une partie du contenu de GT5 ne s’apparente qu’a un GT4 HD.
De plus un autre point négatif n’allait pas tarder à monter le bout de son nez : l’IA. Même si il faut bien avouer que ça n’a jamais été le point fort de GT, on était en droit d’attendre quelque chose de correct. Au lieu de ça on se tape carrément une des pires IA sur cette génération de console. C’est simple aucune évolution depuis les épisodes précédents, les adversaires sont sur un rail du début à la fin de la course et ils n’en bougeront jamais ou presque (parfois il y a bien un pilote couillu qui tente un dépassement mais c’est presque aussi rare qu’une blonde bonnet 95B se jetant sur vous dans la rue en criant « fais moi violemment l’amour »). Le pire c’est que si vous freinez brusquement ils vont tous vous rentrer dedans (le tout accompagner d’un bruit du style « poc » qui fait bien pitié censé représenter le choc), idem si vous vous prenez un obstacle et que vous échouez au milieu de la piste. Ridicule et honteux, on se demanderait même si elle n’est pas encore plus scriptée qu’avant car si vous recommencez une course vous constaterez que les voitures commencent à chaque fois de la même façon et dans le même ordre que précédemment pour se mettre en quasi file indienne. En résumé l’IA ne sert à rien, on ne ressent aucune pression, il manque ce sentiment de stress quand on voit un adversaire essayer de doubler en tentant le tout pour le tout dans un virage ou en prenant l’aspiration pour pouvoir vous dépasser dans la prochaine ligne droite.
On nous avait aussi promis des dégats … et bien après avoir envoyé plus de 4 fois ma Lambo contre un mur à plus de 300 km/h je suis repartie comme une fleur avec quelques éraflures et un pare-choc légèrement pendouillant. On nous avait promis des effets météo, comme beaucoup de choses dans ce GT5, cette feature est limitée à quelques circuits. Je ne parlerai même pas de la pluie honteuse … en vue cockpit on a l’impression de se prendre un vomis de pixels sur le pare-brise. Quand on a gouté à Dirt 2, le retour sur GT5 fait mal.

C’est bien d’avoir beaucoup à manger sauf si la moitié du repas est sans saveur ...
Vous l’aurez compris GT5 oppose d’un côté l’excellence de son gameplay et la qualité graphique indéniable du contenu vraiment travaillé pour la PS3 à des approximations techniques, une IA dans les choux et des promesses non tenues. Et il en est de même dans les modes de jeux. Revenons au mode A-spec, le véritable cœur du jeu. De ce côté-là pas de soucis, on en a pour notre argent, chaque course vous rapporte de l’expérience qui vous fait monter en niveau. Une progression ou se déverrouillent progressivement des course de plus en plus exigeantes qui rapportent de plus en plus d’argent et qui donne accès à des voitures de plus en plus puissantes. Il faut bien garder à l’esprit que le fait d’imposer des catégories de véhicules avec différents paramètres (nationalité du constructeur, date, type de traction etc …) oblige à acheter pas mal de voitures dont certaines que l’on n’aurait pas forcément envie de conduire en temps normal, ajoutez à cela le prix exorbitant des modèles haut de gamme et vous comprendrez qu’il faudra vous retaper plusieurs fois certaines courses afin de collecter assez d’argent. Pour certains ce n’est pas un défaut, pour d’autre ça deviendra gonflant. Perso j’ai pas mal joué, je suis lv.18 et je suis encore loin de la fin du mode A-spec. Beaucoup de gamers ont dis « GT5 n’est pas parfait mais il propose un contenu monstrueux ». Ce n’est pas faux mais il faut reconnaitre que certains ajouts sont discutables. Vous préféreriez quoi entre toutes les voitures modélisées en premium et des modes annexes certes absents chez la concurrence mais dénués d’intérêt ? Oui la course de kart c’est fun … mais pas plus d’une heure. Le Nascar ? Personnellement je trouve la conduite bourrine et le mode dénué de challenge (sur une boucle vous suivez des voitures en profitant de l’aspiration pour les doubler). Et le rallye ? Alors là attention j’adore le rallye dans la vraie vie, du coup des noms comme V-Rally ou Colin McRae résonnent à mes oreilles comme autant de souvenirs inoubliables sur des circuits boueux virtuels. A l’époque j’avais bien aimé le mode rallye de GT2 d’ailleurs. Seulement là … je pense que nous sommes face au mode le plus approximatif du jeu. Sensations de conduite totalement à l’ouest avec des voitures exagérément transformées en savonnettes, beaucoup moins de finesse dans le pilotage mais la déception ne s’arrête pas là puisque les circuits sont tout simplement hideux : textures dégueulasses, clipping (vive les chaines de montagnes qui pop soudainement à l’horizon, du terraforming de l’extrême ?). Alors oui ces circuits sont générés aléatoirement mais vu que le gameplay est foireux pour cette partie il est difficile de fermer les yeux sur la baisse de qualité graphique.
Et là vous vous dites « tiens il n’a pas parlé du mode B-spec », je vais être franc : je ne suis que lv5 en B-spec. Pourquoi ? Car je trouve ce mode ennuyeux à mourir. Regarder une course sans piloter de voiture en donnant des ordres ultra basiques (accélère, ralentit, maintient l’allure ou double) à un pilote qui parfois n’en a rien à faire ne m’a pas fait accrocher bien longtemps.
Mi-figue mi-raisin je l’avais dis plus haut et cette expression s’applique à GT5 tout entier, même à son multi online. Si le lag se fait plus rare depuis la mise à jour, l’expérience de jeu reste mitigée. Pas de classements, pas de leaderboards, un fonctionnement parfois chaotique pour commencer une course … enfin tout n’est pas à jeter non plus car ces dernières sont entièrement paramétrables de A à Z. Quand à l’éditeur de circuit, il reste bien trop basique pour être attractif : faire 3 boucles et 4 virages, on était en droit d’attendre quelque chose de plus complet.

Version béta ?
En lisant mon avis vous devez vous dire « mais ce jeu est à chier » … et pourtant malgré tout ces défauts je ne peux m’empêcher d’y jouer. Son excellent gameplay, ses voitures premiums de toute beauté, les sensations éprouvées … GT5 garde ce petit quelque chose qui le rend quand même attractif. Cependant après 5 longues années de développement, on espérait plus qu’un jeu approximatif sur trop de points. Graphismes, contenus, modes de jeu … tout dans ce GT5 est inégal. Une version béta ? Clairement pour moi. Il n’est pas difficile de comprendre ce qui est arrivé à Polyphony Digital, le studio a rencontré le même problème qu’ont rencontré presque tous les développeurs japonais à savoir un passage douloureux sur cette génération de console. Regardez par vous-même, combien de RPG japonais sur cette génération ont eu d’excellentes notes ? Peu, beaucoup moins qu’avant en tout cas.
Si il fallait comparer GT5 l’exemple parfait serait peut être Final Fantasy XIII. Un bon gameplay dans les 2 cas mais le reste qui n’est clairement pas à la hauteur. Final XIII a déçu car il n’y a quasiment plus d’exploration, on enchaine les combats et les cinématiques ad nauseam. On obtient un jeu sublime mais vide de sensations. Pour GT5 nous avons droit à un moteur physique tout simplement hors normes qui offre des sensations de conduite grisantes, une gestion de la masse des véhicules parfaite mais à côté de ça nous avons aussi une qualité graphique très inégale, une IA désastreuse et certains modes de jeux assez anecdotiques. Deux grosses licences qui ont peiné à nous livrer un opus « next gen », développement chaotique et trop long, hardware mal maitrisé … et au bout la déception.
Faut-il acheter GT5 ? Si vous êtes fan de simu auto et que vous avez une PS3, je dirai oui mais en gardant à l’esprit que la révolution tant attendue n’a pas eu lieu. Si vous n’avez pas spécialement apprécié les précédents volets, inutile de tenter l’aventure avec celui-ci.
En voyant que le jeu se tape des 10/10 ou des 9/10 par paquets de douze je me pose une question … si ce jeu, avec les même défauts, n’avait pas bénéficié de l’aura de la licence Gran Turismo … aurait-il eu d’aussi bonnes notes ? Le doute est permis.
S’il reste un bon jeu de caisse, il n’est pas du tout la killer app que tout le monde attendait et mêle étrangement défauts et qualités. Au final ce jeu est très dur à noter. Personnellement, ne serait-ce que pour le contenu « recup » (sur 1000 voitures, 200 seulement sont à la hauteur), les promesses non tenues et des défauts injustifiables (le ratage de l’IA et les inégalités graphiques), j’estime qu’il vaut 13/20 … disons 14 si vous êtes fan de la licence GT. Tout dépend des attentes que vous aviez placées en lui …



Les + :
_ Les voitures premium sublimes (les vues cockpit !),
_ Contenu gargantuesque,
_ Sensations de conduite jouissives,
_ Moteur physique proche de la perfection (surtout pour les transferts de masse),
_ Des circuits de toute beauté …

Les - :
_ D’autres assez moyens,
_ L’arnaque des voitures standard récupérées de GT4 qui oscillent entre le bof et l’immonde,
_ IA désastreuse,
_ Putain mais 5 ans quoi !
_ Certains modes anecdotiques à la présence plus ou moins justifiée (comme le rallye clairement loupé).


Note : 7/10
___________________________________



Ci-dessus des voitures premium.


Une voiture standard ...


Circuit en milieu urbain.
___________________________________


Et si le Masterchief avait fait Masterchef ?!
Publié le 15.09.2010 à 20:41 par Damzema

Bon comme je ne sais pas quoi faire pendant que ma femme prépare le repas (je ne suis pas macho hein mais comme j'ai fait le ménage ce matin et la bouffe à midi ), je me suis posé des tas de questions à la con dont : et si le Masterchief de Halo avait participé à l'émission de TF1 ?
2 minutes de photoshop plus tard la réponse était révélée ... non le Masterchief n'est pas fait pour faire le cuistot



Equipe de France ... entre honte et déception ...
Publié le 19.06.2010 à 14:27 par Damzema

J’ai mal au foot …

Oui mon foot a mal … encore ce matin au réveil ou je regardais d’un œil hagard le boitier de mon PES 2010. Plus envie d’y jouer … plus envie de voir un match de foot à la tv non plus …
L’équipe de France va mal, ça on le savait déjà et pourtant avant France-Mexique je gardais espoir comme si un élan d’orgueil ou une soudaine remotivation pouvait encore changer les choses.
Jeudi 17 Juin, peu après 22hr, fin du match … ma femme fait une drôle de tête. Elle, le foot, elle s’en moque. Ce n’est pas qu’elle n’aime pas mais c’est juste que ça ne la passionne pas plus que ça. Et pourtant là elle faisait grise mine … grise mine en voyant mon visage … figé, les yeux éteints fixant l’écran qui diffusait à présent des pubs quelconques. La ferveur d’avant match venait de prendre un sérieux coup de massue sur la tête. Et pourtant vers 20hr20 l’ambiance était bonne : pizza, bière, jus de fruit, grosses vannes … mais 90 minutes plus tard … plus rien.
J’ai eu mal … presque à en pleurer … quand j’ai vu cette équipe de France totalement impuissante essayer tant bien que mal de résister aux assauts répétés des mexicains. C’est simple, ils avaient tout ce que l’on n’avait pas : un beau jeu collectif, des joueurs motivés, de l’envie et une bonne dose de talent. Méritent-ils leur victoire ?? oui … 1000 fois oui !
J’ai toujours un peu craché sur Domenech … je n’aime pas sa manière de narguer, le fait qu’il soit un piètre tacticien (changer de formation à 2 semaines du début de la coupe du monde …) et pourtant jeudi soir quand je l’ai vu après le match le regard perdu dans le vide, la voix triste … j’ai presque eu de la peine. Tel un boxeur mis KO, Domenech était éteint. De même quand j’ai vu Evra quitter le terrain les larmes aux yeux en mordant ses gants j’ai eu mal, quand Malouda a tenté d’expliquer la débâcle juste après le match avec la voix tremblante et le regard fixant le sol … j’ai eu mal. Je suis écœuré … je pense à Hugo Lloris qui après avoir sortit 5 ou 6 ballons décisifs s’est retrouvé seul face au jeune attaquant mexicain et s’est pris le but … « que doit-il penser ? Doit-il maudire cette défense honteuse d’inefficacité ? Ou doit-il se résigner à la défaite ? » m’étais-je dis pendant le match .
J’ai quand même regardé le mag’ de la CDM après les pubs … quand j’ai vu que Lizarazu avait le même regard que moi (vous savez ce regard sombre prouvant un sentiment de colère énorme mais aussi de tristesse), je savais déjà que la critique serait sévère, dure, implacable … et justifiée.
Heureusement un pote à moi (merci Mr Salaza ), a pris les choses en main et a remis de l’ambiance dans cette soirée au final bien morne.
Ce matin je me suis réveillé tôt … de bonne humeur (je vais voir NTM en live ). Voyant que ma chère et tendre dormait encore je me suis levé sans un bruit, j’ai préparé le petit déj ‘ et j’ai fait l’erreur de la journée … j’ai allumé mon pc. Direction plusieurs sites de JV (oui toi aussi tu te reconnais dans cette attitude ) et puis l’équipe.fr …

Sale fils de …

La phrase … brutale … grossière … violente … « va te faire enculer sale fils de pute » figurait en une. Voyant que l’auteur n’était autre qu’Anelka et qu’il s’adressait à Domenech j’ai cru halluciner. Je me suis assis … KO … incrédule … comme si je venais de me prendre une putain de baffe dans la gueule. Après avoir lu l’ensemble des articles sur cette affaire et le reste, un constat clair et limpide s’imposait de lui-même : l’équipe de France venait d’exploser. Pourquoi Gourcuff ne jouait plus, pourquoi Ribery et Anelka étaient aussi arrogants, la tête de Henry après le match, les larmes d’Evra, la phrase de Lloris (« je ne déclare rien sinon je vais lâcher un truc ») … toutes les pièces du puzzle venaient de s’emboiter et formaient une gigantesque fresque composée de honte, de résignation, de regrets et de colère.
A aucun moment Domenech n’a su maitriser son équipe, l’ambiance très bonne à laquelle Evra voulait nous faire croire n’a jamais existé, la mise au placard de Gourcuff causé par les égos surdimensionnés des « cadres » de l’équipe, le malaise palpable dans les déclarations après match … comment a-t-on pu en arriver là ?
Je voudrais quand même tirer mon chapeau à quelques joueurs : déjà Lloris pour avoir fait son travail et nous avoir sauvé de la déroute pas mal de fois tout en restant discret, Malouda pour avoir joué avec envie malgré le fait de ne jamais savoir sur quel pied danser pour sa titularisation, Toulalan pour avoir été un pilier en milieu de terrain et pour s’être battu sur tous les ballons, à Valbuena et Diaby pour avoir fait preuve d’envie et de talent, à Evra aussi pour avoir tenté de sauver les meubles tant bien que mal … pour les autre s je vais être clair : ils n’ont strictement rien à foutre avec un maillot de la France sur le dos ! Nous somme face à des merdeux de la pire espèce, des sales gosses pourris par l’argent et leur pseudo gloire, des branleurs ne répandant que honte, colère et écœurement. Anelka et Ribéry n’ont plus rien à foutre sur un terrain avec le maillot bleu, Gallas et tous les autres « cadres » aussi. Ils nous ont montré la face sombre du football … le foot business, l’argent facile … pour moi la CDM ce n’est pas champagne, putes et cocaïnes. Quand on représente un pays, que l’on représente les rêves et les espoirs de milliers de supporters … on ne peut tout simplement pas n’en faire qu’a sa tête comme un ado en pleine crise. Un membre de XG a dit (coucou Sigmound ) très justement « des gosses avec des gros gros chèques » … c’est tellement vrai …

Tous ensemble ? Chacun pour sa gueule !

Encore une fois et jusqu’au bout cette équipe nous aura démontré son manque de collectivité … Jérémy Toulalan … seul face aux journalistes à la conf’ de presse … un des seuls ayant encore les couilles de faire face … cette séquence sonnait le glas de cette équipe qui est définitivement morte.
En lisant entre les lignes de ses déclarations, on sent bien que même le dernier match contre l’Afrique du Sud va être dur … vais-je le regarder ? Je ne sais pas. Honnêtement je ne sais plus si je suis encore capable de regarder un match avec des gens comme Gallas ou Ribery sur un terrain …
Anelka fait de la pub pour des hamburgers ? Il aurait peut être du en bouffer un peu moins pour être efficace : pas un seul but, pas de passe, tu n’es pas Messi ! Tu ne passeras pas une défense à toi tout seul petit prétentieux. Ribery aux putes ? Rien d’étonnant venant d’un homme qui apparemment ne prône aucune valeur … tu croyais pouvoir sauver l’équipe à toi tout seul ? Quelle blague ! Restes planqué au Bayern là ou tu as encore des supporters. Gallas fait un doigt aux journalistes ? rien d’étonnant non plus, ne sachant pas s’exprimer et fuyant les conf’ … Monsieur Gallas préfère le langage des signes apparemment … encore une preuve d’intelligence irréfutable !
Voilà … maintenant Domenech est au commande d’une équipe fantome … en ruine … les soi-disant cadres s’enfonçant dans la vulgarité et la provoc’ … les vrais joueurs sombrant dans la honte et la déception … avec sans doute un peu de colère aussi. Les déclarations vont fuser après la CDM et je pense que ça va faire mal … très mal. Domenech a très mal fait son travail … 70% des joueurs aussi …

Tooday was a good day.

Retour à ce matin … 9hr … ma femme se lève et me voit les yeux rivés sur l’écran et l’air dépité … je la regarde … elle me sourit, moi de même. Finalement la journée commence bien, en une fraction de seconde, j’éteins le pc et j’oublie tout ça rapidement. Après un bon petit dèj’ en amoureux, je m’habille. Je prends ma chemise … dessous se trouve mon maillot de l’équipe de France. Après l’avoir regardé pendant quelques secondes, je le prends, ouvre la corbeille du linge sale et le laisse tomber au fond. Peut-être que je le remettrai un jour, peut être que je retrouverai l’envie de supporter la France … mais pour moi cette coupe du monde en tant que supporter des bleus est finie. Et même si par miracle, la France passait en 8ème … je n’en ai plus rien à foutre. Rendez-vous à l’Euro avec, j’espère, une vraie équipe …
Je vous laisse … j’ai un concert à aller voir



< 1 2 3 4 5 >




 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019