Blog Mcastor - Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 220 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
MCASTOR
   Lui envoyer un message privé

   Ajouter à ma liste d'amis

   Consulter le mur du membre
  Mcastor est Offline
  Localisation : France - Ile-de-France
  En chiffres :
    - membre depuis 5261 jours
    - 3577 messages postés

PUBLICITE
< 1 2 >


Critique : Les Chroniques de Spawn #30
Publié le 18.05.2010 à 23:10 par Mcastor

Voila donc mon tout premier article de blog avec cette fois ci la critique du numéro 30 des chroniques de spawn sortit début mai, c’est édité bimestriellement par Delcourt comics, au prix de 4,95 euros (ce qui est à mon humble avis relativement cher mais passons) et c’est réservé aux lecteurs avertis (traduction : c’est pas pour les petits n’enfants )


Attention, peut-être quelques petits spoilers par ci par là mais rien de bien méchant, mais en même temps, pas facile d’exposer la situation sans poser un peu le contexte et l'histoire.


Commençons tout d’abord par le commencent, c'est-à-dire la couverture. Non avons le plaisir de trouver une toute nouvelle formule (comme signalé au bas) qui se traduit donc à la fois par de nouvelles rubriques mais aussi par un remaniement du design générale qui ressemblait précédemment à ceci



Personnellement je trouve le design beaucoup plus sobre et à la fois plus classe et plus dans l’esprit sombre du personnage. De même pour la couverture dessinée par Greg Capello que je trouve très jolie.



Je met de coté l’éditorial dont la plupart des gens se moquent, pour passer directement au sommaire.
Pour ce numéro nous avons donc le droit à l’épisode 196 de spawn correspondant à la conclusion du récit fin de partie.


Viens ensuite la deuxième partie de l’interview d’Erik Larsen suivit du temps attendus premier chapitre de Image United introduit dans les numéros précédents par la minisérie Image United Prélude (un peu logique vu le titre)
On embraye ensuite sur un épisode d’invincible (tient, ça c’est nouveau), on retient son souffle pour le quatrième épisode de Haunt que l’on relâche finalement sur le courrier des lecteurs (nouveau aussi) et la rubrique de profundis regroupant les prochaines sorties comics de TMP et Delcourt.


Spawn # 196 : Fin de partie- Conclusions



Avant d’entrer pleinement dans la critique de ce dernier épisode de spawn sortie en mars 2010, je me permets de faire pour ce qui ne connaissent pas (encore) ce personnage (honte à eux) ; un petit résumé. Ou plutôt wikipédia vas vous faire un petit résumé arranger à la "castor".
Spawn est donc le personnage principal du comic éponyme crée par Todd McFarlane en 1992.
Le premier numéro a atteint un score de 1,7 million de copie ce qui est exceptionnel pour un comic indépendant (non édité par Marvel ou DC). Score jamais dépassé à ce jour si je ne me trompe pas.
L’adaptation cinématographique a suivit pour voir le jour en 1997 mais on préféra l’oublier. Un comble de kitch et de mauvais effets spéciaux qui passent à la trappe toute la psychologie complexe du personnage. Préférais lui la mini série, bien plus proche du média original d’après moi.

Nous avons aussi eu le droit à quelques adaptations vidéo ludique toutes plus moyenne les une que les autres, le seul véritable bon jeu étant soul calibur 2 où il apparait en exclu sur Xbox et est relativement (voir trop) puissant.
Al Simmons était un agent spécial plusieurs fois décoré du secret service américain (agence fédérale chargée de la protection physique du président et de la lutte contre la fraude financière), au sein duquel il a sauvé le président des États-Unis, et de la CIA au sein de laquelle il était exécuteur des basses œuvres du gouvernement.

Mais attention, place au résumé made in wiki :
Malheureusement pour lui, son supérieur Jason Wynn décida un jour de se débarrasser de lui, car, de par son amour pour Wanda Blake (la femme d'Al Simmons), il se mit à douter du bien fondé de ses missions, à se poser des questions... et Wynn le fit tuer.

À sa mort, Al se retrouve devant Malebolgia, le diable du 8e sous-sol de l’Enfer. Malebolgia lui propose alors un pacte : il pourra revoir sa femme Wanda et se venger, mais en échange il doit lui livrer son âme. De retour sur terre, il découvre que 5 ans se sont en fait écoulés depuis sa mort, pendant lesquels la belle Wanda s'est remariée avec son meilleur ami (Terry Fitzgerald) et a eu l'enfant qu'ils ne purent jamais concevoir ensemble, une petite fille : Cyan. Mais surtout, il revient sous les traits d'un Hell Spawn : un des lieutenants des Légions Infernales qui conduira l'assaut contre Portes Célestes lors de l'Armageddon. Ainsi, son retour sur Terre n'est qu'un marché de dupe fomenté par Malebolgia pour briser la volonté de sa nouvelle recrue et l'asservir...

Il devient ainsi malgré lui un enjeu majeur du conflit ancestral qui fait rage entre le Ciel et l’Enfer, ce qui l’entraîne dans une multitude de péripéties et d’aventures sombres, riches en rebondissements...

Alors que son esprit est obnubilé par le souvenir de sa veuve, Wanda, il est tiraillé entre les forces du Bien (telle Angela) et du Mal (tel le Clown). Spawn doit absolument choisir son camp !

Spawn nous présente dons un antihéros sombre et tiraillé entre sa nature infernale et les reste de son ancienne vie. Un univers gothique riche en personnages secondaire, riche et porté par les traits efficace de très nombreux artistes, perso j’adore, un de mes comics préférés.
Suite une baisse des ventes des derniers numéros, les créateurs on décider de donner un nouveau souffle, exit All Simmons et le spawn originel qui nous quittent pour le moment en apothéose et place au patient 47, tout aussi mystérieux.

Nous retrouvons donc notre patient 47, qui connait aujourd’hui son nom et commence à mesurer l’étendue de ses pouvoirs, toujours à la recherche de son passé. Le nuage de mystère commence lentement à se lever et les différents protagonistes commencent à prendre places. On retrouve avec plais nos deux policiers préfères Sam et Twitch ainsi que le clown encore en train de manigancer.
Un épisode donc sympathique sans être réellement exceptionnelle, mais comme d’hab., on trouve cela trop court et l’on veut la suite.

Au niveau des dessins, c’est assuré à la fois Greg Capello, Rob Liefeld et Todd McFarlane.

Personnellement je préférais l’équipe précédente des dessinateurs dont je trouvais les dessins plus jolis, mais cela se laisse regarder et le découpage est toujours aussi efficace.



Nous passons ensuite à :

Interview d’Erik Larsen- 2ème partie


Voici donc la suite de l’interview de précédents numéro d’Erik larsen, auteur entre autre depuis 1992 de Savage Dragon (lien) qu’il écrit est dessine. Il fait surtout partie de projet Image United dont je reparlerais ensuite.
Pas grand choses d’intéressant d’après moi, on apprend juste comment il travaille avec les autre dessinateurs sur ce projet et puis comme d’hab., un petit coup de pub avec c’est impressionnant, blablabli et blablabla, on préféra se forger sa propre opinion à la lecture du dit projet dont le premier numéro se situe quelques pages plus loin.



Image United Chapitre – 1re partie


Image United c’est surtout l’histoire d’un grand projet qui consiste à réunir les 7 fondateurs du studio indépendants image Comics et leurs créations que sont Marc Silvestri (Witchblade, Cyberforce), Erik Larsen (Savage Dragon), Rob Liefeld (Young-Blood), Todd McFarlane(Spawn), Whilce Portacio (Forteresse, nouveau héros spécialement crée), Jim Lee( dont j’ai pas trouvé le héros, honte sur moi, si quelqu’un peut m’éclairer) et Jim valantino(ShadowHawk) autour d’un immense cross-over porté par un scénario de Robert Kirkman auteur entre autre du désormais très connu » »The Walking Dead »

Nous retrouvons donc forteresse (pas très classe comme nom), nouveau héros commençant à découvrir ses pouvoirs, à la fois acteur et narrateur.

Comme pas mal de premiers épisodes, il ne se passe pas grand chose, mais on sent une immense menace relativement puissant gronde à l’horizon et qui commence à se déclarer dans certaines grande villes par l’attaque coordonnée de vilain (avec un petit clin d’œil à un vilain bien connu de spawn). Et comme d’hab. ça se termine tellement abruptement que l’on veut la suite sans attendre deux mois.
Au niveau des dessins c’est vraiment jolis et dynamique, le mélange des styles des différents auteurs étant vraiment intéressant et donne une certaine identité à ‘œuvre. C’est fourni et on se demande véritablement comment ils arrivent à travailler sans empiéter sur les plates bandes des autres. Une série donc qui n’augure que du bon et espérons que l’avenir nous le prouvera.




Invincible #0



Voila donc une nouvelle rubrique temporaire à mon avis. On a le droit à 12 pages sur le jeune héro invincible, perso que je ne connaissais pas donc je ne vais pas trop m’avancer dessus.

Ces 12 pages campent donc rapidement le personnage et son histoire, plutôt classique je trouve.
Les dessins ne sont pas exceptionnels d’après moi et manquent de détails. Le fait qu'il y est marqué : »la suite dans le tome 4 d’invincible », et que le scénariste est encore une fois Kirkman, on a surtout l’impression que cela est un gros coup de pub qui cherche à combler le vide qu’il y aurait eu dans le numéro.




Haunt #4



Voici donc le dernier numéro de la nouvelle série crée par Todd McFarlane à l’encrage et Robert Kirkman (encore lui) au scénario, épaulés au dessin par Greg Capello et Ryan Ottley.
Je pense qu’un rapide résumé est nécessaire : nous suivons donc l’histoire de Daniel Kligore, prêtre catholique possédait par le fantôme de se frère, ex agent secret torturé et assassiné. Réunis, ils prennent la forme d’une entité, Haunt, aux pouvoirs surnaturels.

Pour cet épisode, nous avons le droit à une bonne scène d’action bien sanglante (ça explique le pour lecteurs avertis) ou l’on voit toute la puissance de l’entité Haunt, scène se finissant par un grand final avec un nouvel affrontement contre cobra, dangereux agent secret affilier à une organisation adverse de celle du frère de Daniel.
L’histoire se met progressivement en place et les différents protagonistes commencent à se révéler de même que les faiblesses de Haunt. Une grande conspiration commence à se dessiner et un mystérieux agent x, en partit cause de l’état de Kurt Kligore (mort, je le rappelle), prend contact avec celui qui semble être derrière tout ça, le grand méchant de la série à mon avis.
Au niveau du dessin, il n’y a rien à redire, c’est tout bonnement magnifique, ça fourmille de détaille, c’est dynamique vivant et le découpage est excellent. C’est ma série coup de cœur de ce début d’année, à suivre de très près.



Courriers des lecteurs et Sorties futures



On finit donc tout doucement après la claque de Haunt par un nouveau courrier des lecteurs (ou plutôt courrier du lecteur) et les prochaines sortis (mais donne toujours l’impression d'une coupure pub…)
Pour le courrier, on apprend juste que l’on aura le droit à une sortie en Vf de la mini série « The Writer » suivant les péripéties des deux flics Sam et Twitch, échappés de spawn. L’histoire donne bien envie : une enquête suite à un meurtre d’un dealer sur lequel on retrouve écrit sur l’intégralité de son corps un fragment d’une nouvelle, qui se complétera sur d’autres corps. Très intéressant à mon avis surtout si cette mise en abime (c’était la minute vocabulaire du castor) est bien gérée avec une nouvelle prenante nous donnant avis de continuer de lire à la fois pour le récit en lui-même mais aussi pour avoir la fin de la nouvelle. A voir Donc.
Aux niveau des sorties, j’ai surtout noté les deux rééditions de The Darkness T2 et Spawn T8, le 23 juins, 27,50 euros pour 304 pages, et oui, ça fait cher dit comme ça mais il y a de quoi lire. Deux monuments à ne pas manquer.

Nous avons aussi le droit à Martha Washington du grand Frank Miller (créateur de Sin city) qui a reçu un Eisner Award, récompense souvent gage de qualité, je ne connais pas donc je laisse la parole aux autres. Ce sera de nouveau pour le 23 juin au tarif de 19,90 euros pour 224 pages.



Et voilà, c’est donc finit, pour cette première critique. Si vous avez réussit à tenir jusque là, félicitations, n’hésitez pas à commenter aussi bien sur le fond que sur la forme, et on se retrouvera peut être pour une prochaine critique.


< 1 2 >




 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019