Blog Vegakiller - Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 211 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
VEGAKILLER
   Lui envoyer un message privé

   Ajouter à ma liste d'amis

   Consulter le mur du membre
  Vegakiller est Offline
  Localisation : France - Rhone Alpes
  En chiffres :
    - membre depuis 4283 jours
    - 537 messages postés

PUBLICITE
< 1 2 3 4 5 6 >


La nouvelle gen ? Pourquoi faire ?
Publié le 11.11.2015 à 22:59 par Vegakiller

Ayant tout récemment posé mes paluches sur le nouveau Tomb Raider et le trouvant plutôt beau, je me suis dit "Tient, j'aimerai bien voir la tronche du jeu sur One".

Verdict ? Regardez ça :



Et ben hum... Comment dire... Le jeu est certes plus beau sur One (textures plus fines, jeu de lumières mieux faits), mais on est loin de la grosse claque de fou furieux. Pour une console qui va sur ses 2 ans d'existence, contre une qui va sur ses 10 ans, le fossé est loin d'être gigantesque.
Niveau modélisation, vous voyez une différence entre la Lara 360 et celle One ? Franchement, moi non... Un peu comme si on jouait au même jeu sur PC avec des réglages au max ou en moyen.

Au delà du jeu en lui même, c'est globalement tous les jeux One (et PS4) qui ne sont pas si "révolutionnaires" graphiquement (à quelques très très rares exceptions près). En tout cas pour moi...

Du coup, plus ça va plus je me tâte à changer de gen. J'y serais bien forcé, ils ne vont pas sortir encore éternellement des jeux sur 360 (puis Mirror's Edge Catalyst ne sortira pas dessus, donc bon... ). Mais franchement, pour avoir une version 1.1 du même jeu que sur 360, ça ne justifie pas les 350€.

Les médias TV toujours à côté de leurs pompes...
Publié le 04.11.2015 à 10:55 par Vegakiller

Hier soir, tranquillement installé dans mon canapé devant le 19.45 de M6, j'ai été frappé une nouvelle fois par la profondeur connerie des médias pour tout ce qui touche au jeu vidéo.

Le sujet ? Activision (Call of Duty) a racheté King (Candy Crush). Et là, soudain, le présentateur nous sort la question la plus débile du siècle : Est-ce que cela va influencer la qualité et les prix des jeux ?

Vous êtes sérieux là ? Influencer la qualité de Candy Crush ? A part y mettre des zombies, je vois pas trop ce qu'ils pourraient faire. Microsoft à racheté Mojang/Minecraft, c'est pas pour autant que le jeu à été modifié. Et puis merde quoi, c'est juste un jeu où tu éclates des bonbons, c'est pas le meilleur jeu de tous les temps. Et Activision ne va certainement pas changer le modèle économique, les jeux payants sur mobile ne se vendent quasiment pas (alors que ceux avec achat in-app...).

En plus de ça, il a très répondu brièvement à la question (sur un "reportage" de 5 minutes) en disant que Activision s'est engagé à ne rien changer sur Candy Crush. Point barre. Les pauvres petits journalistes ne savent pas encore que les éditeurs passent leur temps à mettre des quenelles aux joueurs de ce genre là...





Quel avenir pour le jeu vidéo ?
Publié le 02.11.2015 à 10:54 par Vegakiller

Quel avenir pour le jeu vidéo ? Une sacré question...

Aujourd'hui, les gamers sont divisés en 2 catégories : les casual et les hardcore. Les premiers sont de ceux qui ont une Wii rangée dans un placard qu'ils ne sortent que comme un jeu de société, ceux qui ne jurent que par Assassin's Creed, CoD et Fifa et pour qui Candy Crush est ce qui ce fait de mieux sur mobile. De l'autre, ont a ceux qui recherche une expérience, une aventure, un défi, qui jouent aussi pour le fun, mais qui peuvent passer plusieurs dizaines d'heure sur leurs PC/consoles par semaine. Et le soucis actuel, c'est que ces deux mondes entrent en collision.

Pour faire plus simple, on a ceux qui sont devenus gamers dans les années 90, et ceux qui n'ont commencé que dans les années 2000, à la fin de la PS2.

---------------------

Souvenez-vous des manettes rectangulaires tout sauf ergonomiques, des persos en "sprite" fait d'une dizaine de pixels, de l'impossibilité de sauvegarder, de la difficulté parfois excessive... Souvenez-vous de la PSOne, de sa 3D, de sa manette, de tous ses hits...
A l'époque, on pouvait encore développer un jeu dans son garage et partir en quête d'un éditeur ensuite. A l'époque, les devs exploraient chaque possibilité, ils inventaient et créaient des genres, des univers, des personnages. Ils prenaient des risques et se faisaient plaisir. A l'époque, le jeu vidéo était un peu élitiste et ne faisait pas l’unanimité.
Souvenez-vous, on pouvait aller dans un magasin, trouver un jeu neuf sorti récemment pour 200F, et rien qu'en se fiant à l'arrière du boîtier, on pouvait savoir si ça allait être une tuerie ou pas. Et pas de tutorial en début de jeu non plus. Tu veux savoir comment on joue ? Lis le livret du jeu avant !

Mais aujourd'hui ? Où sont passés les jeux de plate-formes ? Où sont passés les bon jeux de rallye, de snowboard, de stock car ? Où sont passés les OVNIs comme REZ, Rollcage, Vib Ribbon, Icco, Shadow of The Colossus, TimeSplitters ?

------------------------

C'est à la fin de la PS2 que tout à commencer à basculer. Le jeu vidéo était devenu rentable. Très rentable même. Des grosses boites étaient devenus encore plus énormes (EA), et ils ont commencé à faire la course au chiffre plutôt qu'à la qualité.
Un exemple ? Burnout 2 une tuerie, et une fois racheté par EA, bien moins bien, devenu complètement "Need-for-speedisé".

Et puis on a changé de gen... Et là, les gros éditeurs ont voulu encore plus de pognon. Les add-ons, c'était cool, maintenant, on a des DLC ! Pour le même prix, t'as moins de contenu, et on t'en sort un tous les 2 jours !

Avec les consoles en lignes, ils ont commencé à ne plus finir leurs jeux. Non non, une petite mise à jour sort plus tard, et comme ça, ils tiennent leur calendrier et les actionnaires sont contents.

Et plus récemment, ils ont carrément décidé de fusionner le principe des micro-transactions des jeux mobiles sur des jeux consoles. Ben oui quoi, le gogole qui payent 10€ pour avoir 10 diamants de plus, alors qu'il en aura besoin de 40 demain, pourquoi ils paieraient pas aussi 10€ de plus dans un jeu qui en vaut 60 juste pour qu'il ai des "facilités" pour terminer le jeu ?

Des jeux en kits, pas finalisés ni originaux, sans saveur ni prise de risque, vendus au prix fort. Voilà le rêve de tous les éditeurs.

------------------------

Quel avenir alors ?

Les indépendants ? Non, trop occupés à faire des jeux en scrolling horizontal ou d'autres style "vintage", ce qui cache aussi un manque de prise de risque puisque c'est à la mode.

Les gros éditeurs côtés en bourse ? Non plus. Tant que des kikoolos achèteront l'Assassin's Creed nouveau chaque année, pourquoi feraient-ils autrement ?

Les éditeurs de moyenne envergure ? Pourquoi pas. Bethessa a pas mal résisté à la tentation. BioWare aussi. S'ils jouent leurs cartes comme il faut, ils pourront continuer à séduire les gamers lassés par les IP annualisées et fades.

Le crowdfounding ? A mon sens, la meilleure solution à long terme. Etant donné que l'idée à financer doit être la plus originale possible pour espérer se concrétiser, l'avenir du jeu vidéo passera à mon sens forcément par là. Et c'est déjà un peu le cas. Si un plus ou moins gros éditeur mettait le nez dedans, avec une équipe talentueuse, on pourrait voir arriver une bon gros jeu AAA innovant et prenant, comme on les aime. Et si jamais y'a une quenelle au bout, et bien plus personne ne financerait leur prochain jeu !

Et vous, vous en pensez quoi

Des films en 3D sans écran 3D ?
Publié le 27.10.2015 à 00:08 par Vegakiller

Vous vous êtes probablement déjà dit "Ouah, j'aimerai bien voir ce film en 3D, mais fait chier d'acheter une télé 3D / écran PC 3D juste pour ça".Et vous avez raison.

Une technique simple ? Passer le film 3D stéréoscopique en anaglyphe !

Mais l'anaglyphe, c'est quoi ? C'est un procédé qui créé un décalage de l'image en rouge et cyan, et qu'on regarde avec les fameuses lunettes avec donc un côté rouge et un côté cyan. La technique n'est plus toute jeune, vu qu'elle a été inventée en 1891...

Il ne s'agit bien entendu pas d'avoir un rendu similaire à la 3D que vous pourriez avoir avec l'équipement adéquat, mais l'impression de profondeur/relief est quand même assez proche.

Je partage donc ce ultra-mini-tuto avec vous.

Ce qu'il vous faut :

- Des lunettes rouge/cyan (la couleur des "verres" est très importante !) Vous pouvez les fabriquer vous même en regardant ici, ou les acheter pour 1€/paire sur ce lien
- Le logiciel VLC si vous ne l'avez pas déjà.
- Un film en 3D SBS (Side by Side, images côte à côte, le format 3D le plus répandu).

Une fois VLC installé et votre vidéo lancée, vous devriez avoir ceci :



Pas terrible, n'est-ce pas ?

Allez donc dans Outils > Liste des effets et filtres puis cliquez sur l'onglet Effets vidéo et faites défiler les onglets en dessous avec les flèches à droite, jusqu'à arriver sur Avancé et cochez la case 3D anaglyphe



Et là comme par magie, vous pouvez regarder votre film avec vos lunettes rouge/cyan !





Alors ? Merci qui ?

The Evil Within (SPOILER ALERT !)
Publié le 08.10.2015 à 12:39 par Vegakiller

Bon, je viens tout juste de finir The Evil Within sur 360. Et quand je regarde les notes sur le web, j'ai un peu du mal à comprendre les 8/10 et compagnie.

!!! Spoiler alert !!! Si vous n'avez pas joué au jeu, éviter de lire les lignes qui suivent !!!

Dans un survival horror, le principal en plus de foutre la pétoche, c'est l'histoire non ? Et bien sachez que le titre du jeu est un spoiler à 90% de l'histoire du jeu (elle même pompée largement sur le film The Cell). On comprend en 2s qu'on est pas dans la réalité mais dans la tête d'un psychopathe (et réciproquement). Et une fois passé ça, le scénario s'égare, tentant de nous expliquer le passé de Ruvik (le psychopathe), mais sans aucune finesse ni aucun brio.

Non non, le jeu se contente de nous trimbaler d'un niveau à l'autre, se servant du côté "monde imaginaire" pour ne pas s'embarrasser de transition cohérente entre les niveaux. C'est sympa d'être dans un endroit, et en un éclair de se retrouver dans un autre sans lien, mais seulement la première fois, au bout d'un moment ça devient lassant. Surtout que le héros n'en a strictement rien à foutre. Les immeubles peuvent s'écrouler devant lui, il peut passer d'une prairie à un hôpital psychiatrique sans aucune réaction. On a très rarement un "Mais qu'est-ce qui se passe ici ?", mais a aucun moment on a l'impression que le héros se sent mal à l'aise, apeuré ou juste qu'il a envie de sortir de ce cauchemar.

Parlons aussi des "objectifs" des différents chapitres. Globalement, il n'y en a pas. Tout juste une ou deux pseudos énigmes torchées en 2 minutes, ou un collègue qui vous propose de "monter en haut d'une tour pour mieux voir la région et savoir à quoi on a faire", et une fois arrivé en haut, tout le monde s'en tape de faire du repérage et le jeu enchaîne sur autre chose.
Globalement on se promène d'un chapitre à l'autre principalement pour apprécier le level design crade plutôt bien inspiré, malgré quelques gros soucis techniques, surtout sur les textures. Mais l'ambiance est plutôt bien travaillée, surtout avec des petits effets de lumières réussis et l'omniprésence du sang aussi bien sur les murs que sur le sol.

Côté gameplay, on est plus sur de l'infiltration/action que sur du survival horror. Au tout début du jeu (avec peu ou pas d'armes), on est vraiment pris dans l'ambiance. On se cache dans l'herbe, on traque sa cible, on l'élimine discrètement, on brûle le corps (pour éviter qu'il ne se relève), et on fait un bon de 10m dans son canapé en voyant un autre ennemi, caché derrière, nous sauter dessus. Mais plus l'arsenal augmente et évolue, moins on se prend la tête à être discret, et on préfère faire parler le fusil à pompe avec un bon petit headshot en règle. Oui car par moment, vous pourrez revenir à votre "base - hôpital psychatrique" pour améliorer vos compétences et armes avec du gel vert récolté tout au long des niveaux, et également sauvegarder la partie. Ceci dit, à chaque fois que vous passez un checkpoint, le jeu sauvegarde automatiquement, donc bon.

Le jeu est par ailleurs adepte du die-and-retry, et vous mourrez souvent d'une manière complètement bête, chaque niveau regorgeant des nombreux pièges qui, s'ils ne sont pas désamorcés, entameront séverememnt voir viderons votre jauge de vie. Les ennemis et boss sont eux aussi plutôt coriaces, mais (en mode normal) vu que vous arriverez rarement à court de munitions sur toutes vos armes, ça devrait plutôt bien se passer.

Côté duré de vie, la presse parle de 20-25h pour finir le jeu. La vérité, c'est qu'on est plus sur 15h, et sans se presser. Une petite mention spéciale pour le combat contre le boss de fin, complètement nul et incohérent par rapport au reste du jeu.

Au final, le jeu n'est pas complètement inintéressant (ce qui n'est pas le cas du scénario). Mais on a plus l'impression de chasser du zombie dans un monde apocalyptique que d'être au coeur de l'esprit d'un malade. Le jeu n'est pas mauvais, mais il est loin d'être exceptionnel. Il se contente de reprendre les bases de ce qui a déjà été fait avant lui et de les ressortir à sa sauce. Un petit 13/20 lui aurait mieux correspondu.

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Avis sur "Prédestination"
Publié le 29.12.2014 à 13:05 par Vegakiller

"Pour sa dernière mission d’Agent Temporel, ce voyageur dans le temps doit capturer le seul criminel qui lui a toujours échappé. "



Voilà le (très) maigre synopsis du film qu'on pouvait lire un peut partout sur le net. Autant dire qu'on pouvait s'attendre à tout, surtout en le voyant classé dans la catégorie "Science-Fiction". Et le fait qu'il soit adapté du livre "Vous les zombies" de Robert A. Heinlein paru en 1959 (!) ne nous aiguille pas plus sur le fond du film. Un seule solution pour en savoir plus, se lancer dedans sans à priori (et c'est un conseil !).

L'art de la mise en scène... Ou presque

Le film en lui même est construit de façon assez étrange. Beaucoup de séquences commencent et se terminent de façon abrupte, nous laissant un peu décontenancé. Pourtant, rien n'est fait de façon anodine, et cette mise en scène est là pour servir l'histoire (mais nous y reviendrons plus tard). Quelques trouvailles plaisantes viennent côtoyer des plans d'une banalité affligeante, presque dérangeante.

Ne cherchez pas non plus des effets spéciaux spectaculaire dignes du dernier X-Men, non, ici tout est minimaliste, y compris les fameux (et rares) voyages dans le temps.

Mais alors, où réside l'intérêt du film ?

L'oeuf ou la poule

L'intérêt du film, c'est son scénario.
Oui certes, le début est un peu longuet, tout juste digne d'un téléfilm les après-midi sur M6.
En effet, le voyageur temporel (se faisant passer pour un barman) discute avec un homme qui lui raconte sa terrible enfance/adolescence.
Mais la deuxième moitié du film viendra donner toute sa signification au reste du film.

Si vous n'avez pas vu le film, je vous conseille d'aller directement à la conclusion




Oui, car si l'histoire de la fille abandonnée de tous (Jane) qui tombe enceinte et qui devient un homme (John) par la suite peut paraître un peu ennuyeuse, tout change lorsqu'on comprend qu'en fait, c'est John qui a mis enceinte Jane grâce à la magie du voyage temporel. Pour résumer, comme il le dit si bien dans le film "C'est le serpent qui se mord la queue indéfiniment".
Et petit à petit, en avançant dans le film, on comprend de plus en plus de choses, notamment des phrases un peu étranges mais anodines, des scènes laissées en suspens (notamment l'explosion). Un peu comme le final de Seven, où le spectateur comprends tout à coup que tout est lié.

Mais là, tout est poussé au paroxysme, avec des boucles temporelles complexes. Au final, le voyageur temporel, Jane, John et le bébé que Jane à eu (et même le fameux poseur de bombe) sont tous la même et unique personne, bringuebalée aux quatres coins du temps.

S'en suit alors tout un méli-mélo de questions existentielles, sur le destin, le libre arbitre, les décisions que nous pouvons et devons prendre, et d'autres liées à ces boucles temporelles difficiles à concevoir. Et d'autres liés à la trame, laissées à l'abandon. Le voyageur savait-il tout ça ? Son patron Thomson était-il au courant ? Le grand attentat de New York va-t-il avoir lieu ?

--- FIN DU SPOILER ---


Conclusion

Prédestination n'est pas un film de science fiction, qu'on se le dise. C'est un thriller torturé qui prend un malin plaisir à jouer autant avec ses acteurs qu'avec ses spectateurs. L'histoire est finement travaillée et est plaisante à suivre... une fois la première partie du film passée. En effet, cette dernière est assez longue, et aurait mérité d'avoir un traitement plus dynamique,même si, paradoxalement, elle le trouve rétro-activement dans la deuxième moitié du film. Pour résumé, ne décrochez pas sur la première partie, sous risquerez de râter un assez bon film !

Far Cry 4 (360) - Enlever le flou de distance
Publié le 22.11.2014 à 10:36 par Vegakiller

Hier soir, j'ai fait par hasard une découverte plutôt sympa sur Far Cry 4 (version Xbox 360.

Il s'agit d'un petit glitch. Pour enlever le flou "dégueulasse" qui entoure les montagnes dans Far Cry 4, il suffit d'aller dans l'Editeur de cartes, de tester une simulation, puis de revenir dans le jeu. Comme par magie, les montagnes se dévoileront (avec des textures pas vraiment belles, certes).




PS3 ou Xbox 360 ?
Publié le 29.08.2007 à 18:05 par Vegakiller

Voilà un petit test, destiné à ceux qui prône le fameux slogan "La PS3 est plus puissante que la Xbox 360".

Les images sont tirées du jeu Sega Rally, essayez donc de retrouver de quelle version chaque image est tirée.









PS : Pour avoir la solution, il suffit de regarder le nom des images...


< 1 2 3 4 5 6 >




 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019